Sopwith 1½ Strutter

Le Sopwith 1½ Strutter était un avion britannique biplace polyvalent, principalement utilisé comme bombardier au milieu de la Première Guerre mondiale.

 

Développement et conception:

En décembre 1914, Sopwith Aviation, sous la direction de Fred Sigrist, met au point un petit biplan biplace propulsé par un moteur rotatif Gnome de 80 PS. Le 5 juin 1915, le prototype a volé pour la première fois et a établi un nouveau record d'altitude au début. Malgré ce record, cependant, un seul prototype a été construit pour servir de base à d'autres développements.

Peu de temps après, Herbert Smith, le concepteur de l'entreprise, s'est orienté vers le modèle de base et a développé le Sopwith LCT avec un moteur Clerget de 110 PS à la fin de 1915. Le fuselage se composait d'une construction habituelle en fil de fer, en bois et en tissu, seule la pointe et le carénage du moteur étaient faits de tôle d'aluminium. Les ailes étaient fixées l'une à l'autre aux extrémités extérieures à l'aide d'entretoises plus longues. Au fuselage cependant seulement avec des jambes de force mi-longues, qui ressemblent à la lettre W et ont donné le nom de Sopwith 1½ Strutter à l'avion en raison de sa brièveté. A l'automne 1916, la production fut complétée par le moteur Clerget 9B de 130 PS chevaux, qui remplaça le modèle précédent.

Le pilote et l'observateur étaient logés dans deux postes de pilotage tandem très éloignés l'un de l'autre. Le pilote était assis devant et l'observateur à l'arrière. Dans le premier avion produit, un support temporaire pour la mitrailleuse Lewis a été monté autour du poste de pilotage de l'observateur. Un anneau Scarff ne pouvait être monté uniformément que dans les avions ultérieurs. La mitrailleuse synchronisée pour le pilote n'a pu être introduite que plus tard dans le processus de production. Bien que les premiers avions aient été équipés de roues dentées appropriées, celles-ci n'ont fonctionné que dans une mesure limitée et ont dû être remplacées ultérieurement par les bonnes boîtes de vitesses Scarff-Dibovski. Pour la version bombardier, des supports étaient fixés à l'aile inférieure avec lesquels l'avion pouvait transporter 4 x 11 kilogrammes de bombes. Pour la version chasse sous-marine, les supports pouvaient être échangés contre deux avec lesquels l'avion pouvait transporter 2 x 29 kilogrammes de bombes.

À des fins expérimentales, le poste de pilotage de l'observateur a également été retiré afin de pouvoir charger plus de bombes et de carburant. A l'exception de quelques avions expérimentaux, cette idée n'a pas été poursuivie.

Le premier vol du prototype a eu lieu le 16 décembre 1915 et, jusqu'au 24 janvier 1916, d'autres vols et essais ont été effectués jusqu'à la mise en service de l'avion sous la désignation officielle Admirality Type 6400 et Admirality Type 6700 pour la version monoplace.

À la fin de la guerre, environ 5.720 avions avaient été construits.

 

Sopwith 1½ Strutter

 

Sopwith 1½ Strutter

 

Sopwith 1½ Strutter

 

 

 

Utilisation pendant la Première Guerre mondiale:

La livraison du premier avion a commencé en février 1916. La 5e escadre du Royal Naval Air Service fut la première à recevoir le nouvel appareil. Ceux-ci devraient servir d'escorte pour les Caudron G.4 et les Breguet Bombers déjà utilisés.

En raison des accords entre le Royal Flying Corps et le Royal Naval Air Service concernant la préservation de l'appareil, les appareils suivants ont été livrés au 70e escadron dans le nord de la France, également en raison de la prochaine offensive de la Somme. A cette époque, la supériorité aérienne allemande avec les avions Fokker d'occasion était déjà terminée pour le moment et le Sopwith 1½ Strutter pouvait pénétrer grâce à sa portée et à son armement en profondeur derrière les lignes allemandes et y attaquer des cibles. L'avion a fait preuve d'une performance de vol lourde mais stable.

Lorsqu'en octobre 1916, le 45e escadron arrive dans le nord de la France avec les avions, la Luftwaffe allemande commence déjà à utiliser les nouveaux chasseurs Albatros sur le front ouest. Avec le 43e escadron arrivé en janvier 1917, l'avion est également reclassé de bombardier à chasseur. Malgré le moteur plus puissant, l'appareil était déjà obsolète et a clairement battu l'Albatros allemand.

A partir du milieu de l'année 1917, on commença à retirer le Sopwith 1½ Strutter du front occidental et à l'utiliser pour la défense du territoire en Grande-Bretagne.

Outre la Grande-Bretagne, la France, en particulier, a utilisé l'avion pour ses forces armées en grand nombre. Afin de remplacer les pousseurs obsolètes Farman et Breguet Bomber, l'armée de l'air française a commencé la construction sous licence du Sopwith 1½ Strutter directement en France à la mi-1916. La majorité des 5 720 avions construits ne furent pas seulement construits en France, mais aussi utilisés par la France elle-même jusqu'au début de 1918.

 

 

Un français Sopwith 1½ Strutter Escadron

 

 

 

Caractéristiques techniques:

Désignation: Sopwith 1½ Strutter
Pays: Grande-Bretagne

France

Typ: Bombardier, Avion de reconnaissance armé
Longueur: 7,7 mètres
Enjamber: 10,21 mètres
Apogée: 3,12 mètres
Pondération: 570 kg vide
Garnison: Maximum 2
Machine: Un moteur rotatif Clerget 9Z avec 110 PS

A partir de l'automne 1916 un moteur Clerget 9B de 130 PS

Vitesse de pointe: 164 kilomètres à l'heure
Assortiment: Maximum 565 kilomètres
Armant: 1 mitrailleuse Lewis de 7,7 mm

1 mitrailleuse Vickers de 7,7 mm

4 bombes de 11 kilogrammes

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!