Couteau

Le couteau a joué un rôle décisif dans l'histoire de l'humanité depuis ses débuts. Dès l'âge de pierre, les peuples primitifs utilisaient des matériaux en pierre, en os ou en bois qui servaient de couteaux. Avec ces autres matériaux ont été traités, les animaux ont été abattus et traités.

Avec l'avènement de l'âge du bronze et l'utilisation de ce matériau pour la fabrication d'outils et d'armes, les couteaux ont également été fabriqués en conséquence et ont reçu la forme qui est encore largement conservée aujourd'hui.

Au cours du premier millénaire avant Jésus-Christ, les outils et les armes en bronze ont été progressivement remplacés par des matériaux ferreux. Celles-ci étaient nettement plus stables, plus solides et plus dures que celles en bronze.

Au 12ème siècle, il était possible de produire de l'acier à partir du fer en ajoutant divers additifs. A partir de ce matériel, des armes et des outils ont été fabriqués de nouveau plus tard et le sont encore aujourd'hui.

 

 

 

Les différents types de couteaux:

Il existe différents types de couteaux, qui se distinguent principalement par leur construction ou leur utilisation :

  • Baïonnette
    Les baïonnettes sont des couteaux à un ou deux tranchants qui sont attachés à un canon de fusil afin de pouvoir effectuer des coups ou des chocs contre l'ennemi. En règle générale, ces couteaux ont un oeillet sur la poignée à travers lequel le canon du fusil est poussé.
  • Couteau de botte / Poignard de botte
    Ces couteaux sont de plus petits types, qui sont fixés dans un fourreau sur ou dans la botte. Il peut également être attaché à des ceintures.
  • Poignard / Couteau à poignard
    Les poignards sont équipés d'une lame fixe ou repliable et ces lames ne servent qu'à pousser. Avec les poignards, la place est au milieu, pas avec les couteaux à poignard.
  • Couteau de chasse
    Les couteaux de chasse ont une lame fixe à un ou deux tranchants et sont conçus pour un usage extérieur.
  • Couteau militaire
    Les couteaux militaires sont des couteaux à un ou deux tranchants qui peuvent également être équipés de dents de sabre et sont conçus pour être utilisés dans les unités militaires qui n'ont pas de baïonnette.
  • Couteaux pliants et de poche
    Ces couteaux sont équipés d'une lame à un, deux ou plusieurs tranchants, qui est montée dans une charnière pour la protection et doit être repliée ou dépliée manuellement.
  • Couteau de survie
    Ces couteaux ont généralement une lame large avec un dos de scie d'un côté. Certains modèles ont également une poignée creuse pour créer un espace de rangement pour les petits articles.
  • Poignard
    Les couteaux sauteurs fonctionnent de la même façon que les couteaux pliants, sauf que la lame saute par le côté du manche.
  • Poignard de poing
    Sur ces couteaux, la lame est fixée perpendiculairement au manche, le manche étant adapté à l'anatomie des doigts, de sorte que le couteau peut être tenu dans un poing fermé, la lame entre les doigts peut être vue et des mouvements de points peuvent être effectués.
  • Couteau compte-gouttes
    Dans le cas des couteaux tombants, la lame à ressort se trouve à l'intérieur de la poignée. Lorsque vous appuyez sur la gâchette, la lame saute. Ces couteaux sont aussi connus sous le nom de couteaux automatiques.
  • Couteau papillon
    Avec ces couteaux, la lame disparaît à l'intérieur des poignées fendues.
  • Couteau lanceur
    Sur les couteaux lanceurs, la lame est plus lourde que le manche, de sorte que la lame est tournée vers l'avant lorsque le couteau est lancé.
  • Couteau de poche
    Les couteaux de poche purs sont des couteaux qui ont une ou plusieurs lames, qui peuvent être repliées dans un boîtier et qui sont généralement utilisés avec d'autres ustensiles tels que pinces, loupes, ouvre-bouteilles, etc. Les lames sont faites d'une seule pièce.

 

 

 

 

Formes de lames:

La forme de la lame est principalement caractérisée d'un point de vue régional. Ainsi, avec le début de la production des couteaux en bronze, les formes de lames typiques de ces régions ont été développées dans les différentes régions du monde et sont restées jusqu'à ce jour, de sorte que les désignations n'ont pas été attribuées au but mais à l'origine de la forme :

  • Forme californienne
  • Forme turque
  • Forme scandinave

 

Autres formes de lames :

  • Forme standard
  • Lame de pied de mouton
  • Lame à point de goutte
  • Lame Spey

 

 

 

Utilisations:

Pour le secteur militaire, les couteaux sont utilisés sous 2 formes:

Baïonnette

La baïonnette est utilisée comme arme en relation avec les fusils depuis le milieu du XVIIe siècle. Celles-ci ont été développées en France puis diffusées dans toute l'Europe.

Les premières baïonnettes étaient placées directement dans le canon du fusil, de sorte que le soldat ne pouvait soit tirer, soit utiliser la baïonnette. En 1669, Sébastien Le Prestre de Vauban met au point un système de fixation de la baïonnette sur le côté du canon par un œillet. La propagation des baïonnettes et donc la possibilité d'utiliser de simples fantassins comme porteurs de lancettes en remplacement accélèrent en même temps l'extinction des Pikenieren.

A partir du 19ème siècle, la forme de la baïonnette s'est développée, qui avait une poignée et pouvait donc aussi être utilisée sans fusil.

Au début de la Première Guerre mondiale, les baïonnettes étaient encore utilisées par la plupart des forces armées impliquées dans le conflit et certaines avaient une longueur de 50 cm. Avec ceux-ci a été clôturé dans les premiers combats de tranchées dans une certaine mesure encore. Cependant, avec l'apparition des troupes de la tempête, le maniement des longues baïonnettes s'est rapidement avéré défavorable. Les combats se sont plutôt déroulés avec le feldspath stationnaire. Le Grabendolch a ensuite été introduit comme couteau de remplacement, qui a également été utilisé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Après la Seconde Guerre mondiale, les baïonnettes ont rarement été utilisées dans les conflits, car elles ne l'ont presque jamais été.

 

 

 

 

Couteaux militaires / Couteaux de combat:

Les couteaux de combat ont été développés pour servir d'arme en combat rapproché et pour tuer l'ennemi ou au moins le rendre incapable de combattre. À cette fin, le premier développement a été conçu pour rendre le couteau étroit et pointu afin qu'il puisse mieux pénétrer dans le corps et ainsi détruire les vaisseaux ou les veines.

Aujourd'hui, les couteaux de combat modernes ne sont plus tant utilisés pour le combat que pour couper les fils ou le bois et la tôle. Depuis le début de la Première Guerre mondiale, le couteau en tant qu'arme de mêlée a partiellement et presque complètement perdu de son importance après la Seconde Guerre mondiale, car les systèmes d'armes et les tactiques militaires actuels ne sont plus conçus pour le combat d'homme à homme.

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Couteaux de collection

Couteaux de collection Relié – 18 janvier 2017

Symboles d une région et d un savoir-faire particulier, les couteaux de poche sont des objets incontournables de l artisanat traditionnel. Du couteau suisse à la serpette de vigneron, du laguiole au couteau de plaisancier, chaque corps de métier possède son couteau fétiche, dont certains ne se sépareraient pour rien au monde.
Au travers des photographies uniques et des explications techniques détaillées sur l origine de chaque couteau, ses procédés de fabrication et la place qu il occupe dans notre patrimoine, ce livre est un voyage original au c ur de la France et de l un de ses trésors artisanaux.

Cliquez ici!

 

 

Couteaux de nos régions

Couteaux de nos régions Broché – 29 septembre 2017

Outil fétiche ne quittant jamais la poche des artisans, les couteaux sont également de petits bijoux de l'artisanat français. Couteau rouennais, de Châtellerault, de Saint-Flour ou de Langres, serpette du vigneron, piétin de berger ou encore greffoir du maraîcher, chaque région possède son couteau propre et chaque métier possède son outil spécifique. N'oublions pas non plus les grands noms comme Laguiole, Opinel, Pradel, Thiers-Issard ou encore Coursolle : la coutellerie régionale française, voilà un univers à découvrir !

Cliquez ici!

 

 

Couteaux - Art et savoir-faire

Couteaux - Art et savoir-faire Relié – 13 octobre 2016

Couteau : instrument tranchant composé d'une lame et d'un manche. Partant de cette définition, on a tout dit mais on n'a rien dit, tant cet objet est indissociable de la main de l'homme. Sous un même nom, tout simple, se cachent pourtant mille et un usages : couteau de cuisine, d'office, à raser, de chasse, d'apiculteur, de poche, de peintre, d'apparat… Il nous est si familier depuis que l'homme à forgé ses premières lames qu'il s'est invité dans nombre d'expressions imagées : « mettre le couteau sous la gorge », « un brouillard à couper au couteau »… Outils de profession ou précieux compagnons de solitude des bergers, ce livre vous présente des couteaux issus des régions françaises, nés des savoir-faire traditionnels et fabriqués dans les matériaux leur conférant robustesse et tranchant. Retrouvez-les ou découvrez-les dans leur beauté et leur immense variété.

Cliquez ici!

 

 

1001 couteaux

1001 couteaux Broché – 7 septembre 2018

A travers 1001 couteaux, soigneusement sélectionnés, tous différents, le livre que vous tenez vos mains tente de recenser les principaux courants de la coutellerie française et étrangère du XVIIIe siècle à nos jours. Principalement axé autour de couteaux pliants, il n'en oublie pas pour autant les couteaux droits tels que dagues et poignards et même quelques exemples de couteaux de table afin d'avoir la vision la plus large possible de la coutellerie d'hier et d'aujourd'hui.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!