Fusil

Avec l'introduction de la poudre et du développement des premiers fusils, la direction de guerre était changée fondamentalement. Si encore des batailles avec des épées, haches ou lances étaient plus tôt pour la plupart homme contre l'homme le principe de base de la direction de guerre, la lutte sur la distance était déplacée par cette nouvelle arme. Par beaucoup de développements des derniers siècles, le fusil se développait en arme de norme mise jusqu'à aujourd'hui de chaque infanterie.

 

 

 

Définition:

Aujourd'hui, le fusil est compté comme l'arme à feu portative parmi les armes à feu qui est à servir des deux mains. Dans la catégorie des armes à feu le fusil compte le fusil est mené comme une longue arme.

 

 

 

Distinction des manières de fusil:

Le fusil est divisé principalement en 2 supérieurs groupes

Profil de cours:
- Boîte
La boîte ordonne d'un cours tiré par le projectile tiré un tors convient
- Fusil
Au fusil, un cours lisse est utilisé. Des fusils de grenaille sa région d'engagement sur les courtes distances sont connus, par exemple se trouve
- Armes combinées
A ces armes, les deux profils de cours sont utilisés. Particulièrement à des armes de chasse, ce type est utilisé

 

 

 

Fonction de coffre :
- Chargeur avant
A ce type, l'arme d'est chargée Devant par le cours. Pour cela la poudre est lassée entrer, habituellement, d'abord et, ensuite, le projectile. Ce type était la première marche de développement du fusil
- Chargeur individuel
Chez le chargeur individuel, les projectiles sont mis séparément par main dans le camp de cartouches
- Plus de chargeurs ou Repetierer
Ce type ordonne lequel d'un magazine de cartouches plusieurs cartouches prend. Le magasin du fusil avec des nouvelles cartouches se produit à côté, donc, manuellement après chaque coup de feu
- Auto-chargeur
Ce type dispose d'un mécanisme automatique qui charge indépendamment de nouveau l'arme après un coup de feu
- Mitrailleuse
Des mitrailleuses sont les armes automatiques qui tirent avec un haut nombre à des cartouches en peu de temps. Contrairement aux auto-chargeurs des mitrailleuses n'ordonnent la fonction d'aucun coup de feu individuel

 

 

 

Développement historique du fusil:

La première arme à feu portative était le tube à la main. Avec l'introduction de la poudre en Europe (probablement de la Chine), cette arme se développait d'abord en Italie d'où elle se répandait près de 1300 sur le continent restant.

Au début des engagements, les tubes à la main étaient encore arrosés du bronze, avec l'invention de l'acier, ces armes du matériel étaient aussi produites. Comme des munitions servaient les balles de plomb arrosées.

 

Fusil de poing de Linz avec mandrin pour crosse à barre et coquille d'amorçage, fin du 14ème siècle

Fusil de poing de Linz avec mandrin pour crosse à barre et coquille d'amorçage, fin du 14ème siècle

 

Fusils à main avec crosse à poutre, fin du XIVe siècle

Fusils à main avec crosse à poutre, fin du XIVe siècle

 

 

Le développement du château de mèches détachait la manière architecturale de la boîte à la main et à partir du 15ème siècle cela Musketen et Arkebusen se développaient comme des armes à feu à la main.

Le principe du château de mèches repose sur une mèche qui était fixée à un crochet de mèches. On allumait celui-ci et actionnait la déduction si bien que la mèche luisant aille dans la latéralement poêle placée à la chambre avec la poudre et allume avec cela la poudre pour le coup de feu. Maintenant, l'avantage de Schützens était qu'il pouvait viser avec le fusil et ainsi la précision de trèfle pouvait clairement être augmentée en face de la boîte à la main.

 

Le concept du château de mèches

Le concept du château de mèches

3 phases de l'inflammation:
1. La poudre est versée dans la poêle latérale et la mèche est allumée
2. Avec le fait d'actionner la déduction, la mèche luisant est pressée dans la poêle avec la poudre. Le projectile est tiré par l'explosion
3. Après le coup de feu, le crochet de mèches est pressé de nouveau dans sa position de départ, maintenant la mèche peut luire plus loin ou être effacée

Le coq de mèches exprime la fixation, le mi-15 siècle

Le coq de mèches exprime la fixation, le mi-15 siècle

 

Coq de mèches la fixation intérieure, le mi-15 siècle

Coq de mèches la fixation intérieure, le mi-15 siècle

 

Château de mèches A la fin de 15 siècle

Château de mèches A la fin de 15 siècle

 

Château de mèches Muskete, au début de 17 siècle

Château de mèches Muskete, au début de 17 siècle

 

Approximativement simultanément avec l'introduction du château de mèches, Leonard de Vinci développait Auslösemechanismus, le château de roue était appelé. Le principe ressemblait à celui du château de mèches, seulement qu'aucune mèche à un crochet de mèches n'était fixée séparent le gravier de soufre au lieu de cela dans des joues était coincé et en déclenchant le long d'une roue frôlait. Les étincelles provoquées ainsi allumaient la poudre et cela pouvait être tiré.

 

Construction d'un château de roue

Construction d'un château de roue

1 tôle de château, 2 coqs avec des joues pour tenir le gravier de soufre, 3 plumes de coq, 4 poêles, 5 coulisseaux de poêles (couvercle de poêles), 6 Ferme la plume pour le couvercle de poêles, 7 bras de coulisseau de poêles, 8 ressorts à lames elle retient le couvercle de poêles ouvert, 9 roues, 10 trous, 11 axes de roue, 12 couvertures de roue, 13 chaînes d'articulation, 14 plumes de coup, 15 perches, 16 plumes de perches, 17 crampons, 18 épreuves

 

Par les expériences négatives à la manutention avec des châteaux de mèches et de roue, qui poursuivait en justice son refus à l'humidité, on faisait des recherches déjà au 16ème siècle après une meilleure alternative. Ceux-ci menaient vers le développement du château de pierre qui devait garantir la manière de fonction du fusil aussi à l'humidité. Cependant, les premiers modèles avec nouveau Zündmechanismus étaient tout à fait sujets au dérangement, seulement à la fin du 16ème siècle, la technique avait mûri là détacher assez, pour les vieux mécanismes. Déjà au début du 17ème siècle, les plus grandes armes d'infanterie européennes étaient équipées avec cela.

Le principe du château de pierre était semblablement à celui des modèles de prédécesseur. Certainement, on utilisait au lieu d'une mèche ou un gravier de soufre une pierre à feu. Celui-ci est placé sur un coq qui est tendu avec un mécanisme de plume. En actionnant la déduction se détache le coq et il frappe avec la pierre à feu le long d'un couvercle de métal. A côté des étincelles les allumeront de manière provoquée la poudre.

 

Château de pierre hollandais

Château de pierre hollandais

1 tôle de château, 2 coqs, 3 coqs soutiens, 4 parapluies de feu, 5 couvercles de coulisseau de poêles, 6 aciers de feu, 7 plumes d'acier de feu

 

Château de pierre avec la pierre à feu dans le repos de sécurité ou la branche de chargeur

Château de pierre avec la pierre à feu dans le repos de sécurité ou la branche de chargeur

 

Construction d'un château de pierre du fusil

Construction d'un château de pierre du fusil

1 cours, 2 embouchures de cours, 3 verrues de baïonnette, 4 grains, 5 supérieurs anneaux, 6 tubes, 7 plumes d'anneau öse avec le crochet de la plume d'anneau, 8 plumes d'anneau, 9 rainures d'étage de coffre, 10 anneaux de moyenne, 11 supérieurs cintres de courroie et cintres de courroie öse, 12 manches, 13 sous-anneaux, 14 vis de queue avec la feuille de vis de queue, 15 viseurs, 16 châteaux, 17 cintres de courroie inférieurs, 18 épreuves, 19 cintres de déduction, 20 feuilles avant du cintre de déduction, 21 Derrière la feuille du cintre de déduction, 22 cous de piston, 23 peignes de piston, 24 pistons, 25 couvercles de piston, 26 nez du couvercle de piston, 27 vis de couvercles de piston

 

Phases du château de pierre

Phases du château de pierre

3 phases de l'inflammation :
1. Le coq se trouve dans la position de calme, le couvercle de poêles s'est relevé pour que la poudre puisse être versée
2. Le coq est tendu et le couvercle de poêles est rabattu en bas
3. En actionnant la déduction, le coq tire en avant sur la batterie. A côté des étincelles eux la poudre naissent à l'explosion apportent. En outre, le couvercle de poêles est pressé en haut

 

Un développement du château de pierre était introduit au début du 19ème siècle par le château de percussion. Le principe du développement d'étincelle restait valable, mais au lieu de garder la poudre dans des poêles on utilisait Au petit chapeau zünd. L'avantage à ceux-ci était l'éclair manquant d'arriver pendant l'inflammation à côté de la nouvelle indépendance de temps. Maintenant avec cela, les tireurs pouvaient mieux viser.

 

Le château de percussion d'Alexandre Forsyth de 1807

Le château de percussion d'Alexandre Forsyth de 1807

 

Le château de percussion pour Zünd des petits chapeaux

Le château de percussion pour Zünd des petits chapeaux

 

Pistolet avec le château de percussion de 1842

Pistolet avec le château de percussion de 1842

 

Un développement décisif dans la technique de fusil faisait en 1827 Jean Nicolas von Dreyse avec l'invention de Zünd l'aiguille du fusil et des nouvelles munitions qui unissaient 3 composants du fait de tirer (le projectile, Fais la charge et Zünd l'élément) dans une cartouche. A ressorti le développement sur des projets de Samuel Jean Pauli qui mettait le fondement pour Zünd l'aiguille le fusil déjà en 1810 après que des mises au concours pour les nouveaux fusils soient effectuées par le souverain français Napoléon. A ce temps, donc, la nouvelle arme était encore insuffisante techniquement, ainsi celui-ci se retirait à la distribution de la commande.

Seulement des années plus tard, Paulis l'élève Dreyse pouvait perfectionner l'arme et éliminer les problèmes initiaux. Il tentait de vendre ses premiers prototypes au militaire prussien. Cependant, ceux-ci étaient encore chargeurs avant et avec cela il y avait les inflammations multiples, involontaires au magasin des armes. Seulement en 1836, Dreyse pouvait développer une fermeture de chambre ou de cylindre mobile qui éliminait le magasin des armes de Derrière permis et ainsi le problème des inflammations involontaires.

A partir des années 40 du 19ème siècle, Zünd l'aiguille le fusil était livré à l'armée prussienne. A partir de 1849 à la répression des révoltes se produisait le premier engagement militaire du nouveau fusil. Ensuite, la direction militaire était si enthousiasmée que le souverain prussien Wilhelm I disposait l'équipement de son armée totale avec cela.

Un effet secondaire particulier du nouveau fusil était aussi l'application des nouvelles tactiques que le feld-maréchal Moltke prussien élabore et déplaçait à la guerre autrichienne prussienne. A côté on s'éloignait de la lutte classique l'homme contre l'homme, ne lis plus la formation d'attaque étroitement contre l'ennemi courent séparent celui-ci ameublissait. Aussi devenait sur Salven usuel tirent de toutes les lignes de soldat de manière renoncée, mais chaque soldat devait tirer aussi vite qu'il savait des postcoffres. Avec le nouveau fusil et les nouvelles tactiques, la Prusse pouvait obtenir des succès militaires imposants.

 

Représentation de Zünd l'aiguille le mécanisme de Nicolas Dreyse

Représentation de Zünd l'aiguille le mécanisme de Nicolas Dreyse

1 tête de gousses, 2 camps de cartouches, 3 patrons, 4 Zünd la pilule, 5 Zünd l'aiguille, 6 chambres aériennes, 7 tiges de chambre, 8 boutons de tige de chambre, 9 verrues, 10 gousses, 11 chambres, 12 tubes d'aiguille, 13 aiguilles bolzen, 14 ressorts à spirales, 15 plumes de blocage avec la poignée, 16 crampons de pouce, 17 Schlößchen, 18 plumes de déduction, 19 crampons de déduction, 20 épreuves, 21 bras de déduction avec des points de pression

 

Zünd l'aiguille le fusil de l'armée prussienne

Zünd l'aiguille le fusil de l'armée prussienne

 

Les premières cartouches modernes

Les premières cartouches modernes

 

Zünd l'aiguille la carabine le M / 57

Zünd l'aiguille la carabine le M / 57

 

Après que les premières cartouches modernes soient encore produites du papier, on commençait bientôt par la fabrication des cartouches de métal. Avec le relèvement de Zünd l'aiguille du fusil, un grand progrès technique était déjà exécuté dans la technique d'armes. Maintenant, les ingénieurs commençaient à s'y concentrer pouvoir stocker plus de cartouches dans l'arme dans un magazine et rendre le postmagasin plus rapide et plus effectif.

Par c'encourage plus de chargeurs des fusils ou le répète des fusils se développaient. Maintenant, les cartouches étaient rangées sous le cours ou dans le support d'épaule et pouvaient introduire après un coup de feu par le fait de retirer manuel la fermeture une nouvelle cartouche et tirer de nouveau. Le postcoffre le temps pouvait être diminué clairement par cette construction qui renforçait ainsi la puissance de feu de l'infanterie.

 

La construction charge plus du fusil

La construction charge plus du fusil

1 cours, 2 patrons dans le camp de cartouches, 3 magazines, 4 ressorts à spirales, 5 cylindres de fermeture, 6 coqs, 7 plumes de coup, 8 rails pour fixer le piston, 9 épreuves, 10 crampons de déduction, 11 leviers de cintre, 12 articulations de genou, 13 bretelles d'accès, 14 bras de bretelle d'accès, 15 plumes de bretelle d'accès, 16 boîtiers de laiton

 

Les autres variantes plus charge du fusil

Les autres variantes plus charge du fusil

 

Le prochain pas dans le développement du fusil était le postmagasin automatique des cartouches. Devait être poussé à plus le fusil charge encore chaque cartouche manuellement dans le camp de cartouches, maintenant on développait une possibilité qu'après un coup de feu la fermeture était pressée en arrière et poussait chez le précipité une nouvelle cartouche dans le camp de cartouches. Les fusils si nés était appelé les fusils semi-automatiques, puisqu'ils donnaient seulement un coup de feu par activité de la déduction. Déjà à la première guerre mondiale étaient en action ces fusils.

Pendant la deuxième guerre mondiale, les premiers chargeurs de pression du gaz qui étaient les premiers fusils automatiques comme des fusils de tempête étaient aussi développés. La différence aux auto-chargeurs était que les armes automatiques à tiennent de manière pressée de la déduction une conséquence continuelle des coups de feu pouvait faire une passe, parle du feu à long terme. On pouvait rendre si long, jusqu'au magazine était vide, ou le cours devenait trop chaud et se menaçait à pardonné. Des exemples pour les premiers fusils de tempête sont le fusil de tempête allemand 44 ou Kalaschnikow (AK-47).

Les fusils actuels ont reçu depuis la deuxième guerre mondiale principalement des améliorations dans la manutention et dans les matériaux masqués. Particulièrement aux fusils de tempête comme G-36 allemand était mis sur les matériaux plus légers.

 

Fusil de tempête allemand 44

Fusil de tempête allemand 44

 

Fusil de tempête d'AK-47

Fusil de tempête d'AK-47

 

G-36 allemand

G-36 allemand

 

 

 

 

Manufactures de la fabrication d'armes:

Au début du 18ème siècle le besoin des fusils montait constamment à l'équipement des forces de conflit européennes. La fabrication des armes apportait les entreprises artisanales à ses frontières et ainsi se basaient les premières manufactures.

Le rythme de production dans celui-ci était le précurseur de production de chaîne de montage industrielle plus tardive. Le personnel fabriquait seulement un élément du fusil et cela pendant la couche totale. Avec cela c'était possible aux fabricants de couvrir le besoin.

Au marquage des fusils produits, les manufactures fixaient vos marques de contrôle ou marques de contrôle aux armes. ainsi on pouvait reconnaître par qui l'arme était produite.

Des suivant faisaient partie des plus grands du temps de cette époque-là en Europe :

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Armes à feu : Encyclopédie visuelle

Armes à feu : Encyclopédie visuelle Papeterie – 25 septembre 2015

Un guide richement illustré sur les armes à feu des origines à nos jours, des mousquets aux fusils d'assaut en passant par les mitrailleuses et les fusils de chasse. Tous les modèles célèbres sont présentés, comme le M16, le AK47, le Mauser, le FA-MAS F1, le AK74 ou encore le MG42. Chaque arme est accompagnée d'une légende détaillée et d'une fiche technique indiquant son pays d'origine, sa date de création, son poids, ses dimensions et son calibre. Avec plus de 1000 illustrations présentant chaque arme de profil et en couleurs, cette Encyclopédie visuelle est un ouvrage de référence pour tous les passionnés d'armes à feu.

Cliquez ici!

 

 

Armes modernes de petit calibre: Plus de 270 modèles du monde entier

Armes modernes de petit calibre: Plus de 270 modèles du monde entier Broché – 23 juin 2011

Armes modernes de petit calibre décrit en détail les instruments de défense et d’attaque les plus répandus au monde. Les pistolets, fusils, pistolets-mitrailleurs et mitrailleuses, et d’autres armes de petit calibre produites au cours du XXe siècle sont passés en revue, fiche par fiche, d’une manière concise mais exhaustive. Cet ouvrage fait revivre l’histoire et le développement de chaque modèle – dont par exemple les célèbres AK-47, M 16, SA80, Lee Enfield, MP40, MG42, Browning High- Power, M60, la mitraillette Thompson, le Colt .45 et le Sten. Il retrace l’évolution globale d’un monde fascinant et peu connu qui, à notre époque de combats modernes, a subi des changements importants. Chaque arme est illustrée par une figure en couleur, accompagnée d’une fiche technique détaillée qui fournit des informations telles que le pays d’origine, le calibre, la longueur, le poids, la longueur du canon, la portée de tir, le fonctionnement, et la capacité du chargeur. - Près de 300 armes de petit calibre réalisées au XXe siècle, chacune illustrée par une planche détaillée en couleurs. - Pour chaque arme une fiche technique fournissant tous les détails nécessaires : les dimensions, le poids, les munitions et les données sur sa portée. - Des informations synthétiques sur la conception du projet et la diffusion de chaque arme. - À la fin de l’ouvrage, un index complet pour en faciliter la consultation.

Cliquez ici!

 

 

Encyclopédie de l'armement mondial - Tome 1

Encyclopédie de l'armement mondial - Tome 1 Relié – 26 octobre 2011

Cet ouvrage encyclopédique est le premier d une série de sept, pour un total de 2400 pages toutes en couleur, qui seront publiés à raison de deux volumes de 300 pages annuel d ici à 2014. Il n a aucun équivalent en librairies. Vous y retrouverez non seulement l histoire des armes à feu, ainsi que l analyse des différents systèmes d armes, mais aussi les photos de la plupart des armes ayant existé, pour 190 pays. Un livre unique, richement documenté, qui deviendra LA référence dans son domaine. Plus de 1000 photos couleurs par volume !

Cliquez ici!

 

 

Pistolets et revolvers : Guide du collectionneur de 1400 à nos jours

Pistolets et revolvers : Guide du collectionneur de 1400 à nos jours Relié – 13 octobre 2016

L'histoire des armes de poing est un fascinant voyage à travers le temps et le développement technologique des armes à feu - des premières, à mèche, à muet ou à silex, jusqu'aux dernières nouveautés automatiques à la pointe de l'innovation. PISTOLETS ET REVOLVERS est un véritable guide du collectionneur, mais aussi du simple amateur qui découvrira, à travers ces lignes pleines d'informations, la genèse et l'essor de l'industrie des armes légères qui ont participé à l'histoire du monde. Riche de plus de 184 illustrations corrélées à des armes en particulier - chacune bénéficiant d'une fiche signalétique détaillant ses spécificités - l'ouvrage traite des armes les plus célèbres comme des moins connues jusqu'à celles parfois oubliées. Saviez-vous, par exemple, qu'à la fin du 19e siècle, le revolver "vélo-dog" avait été nommé ainsi en référence aux premiers cyclistes confrontés à des attaques de chien ? De la Guerre civile anglaise à la Deuxième Guerre mondiale jusqu'aux conflits d'aujourd'hui, en passant par le Far-Ouest, la période de la prohibition ou le cinéma personnalisé notamment par l'inspecteur Harry, le livre montre comment la technologie a bouleversé l'armement et comment l'armement a transformé la façon de combattre. En incluant à la fois des armes légères employées par les forces de police et les forces militaires, avec 70 photos en couleur et noir et blanc pour les représenter, PISTOLETS ET REVOLVERS, dresse un inventaire complet et accessible de la saga des armes légères.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!