Marteau de guerre

Ainsi que, par exemple, le piston de conflit était le marteau de guerre un développement des massues tôt et du principe lié avec cela de l'arme de force.

La fonction d'un marteau de guerre ou de conflit était étalée déformer un armement par le choc de son côté plat tellement que l'opposant était limité dans son mouvement ou convenait, selon le lieu de choc, des problèmes de respiration. Le marteau aurait obtenu un effet mortel, habituellement, seulement à un coup réussi sur la tête, pour les autres lieux de corps, des casses d'os étaient le plus souvent la conséquence d'un coup réussi.

 

 

Chevalier le marteau de conflit

Chevalier le marteau de conflit

 

 

Selon l'exécution de la tête de marteau, il y avait à côté du côté plat aussi une épine de coup. Celui-ci était, comme on s'imagine Dörner, à la fin pointu en courant et pouvait transpercer, habituellement, facilement un armement. Aucune violation mortelle ne pouvait être obtenue, si certes, certainement, les violations plus petites pouvaient aussi limiter l'opposant ou paralyser.

 

 

Marteau de conflit avec l'épine

Marteau de conflit avec l'épine

 

 

Avec l'apparition des armes lointaines et de la baisse des lourdes cuirasses de corps, le marteau de guerre à la fin du Moyen-Age perdait aussi là son importance comme l'arme.

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!