Petit Croiseur SMS Regensburg

Le petit croiseur SMS Regensburg appartenait à la classe Graudenz, une classe de navires composée de 2 navires, qui ont été achevés peu avant la Première Guerre mondiale et appartenaient aux croiseurs les plus modernes de la marine impériale.

 

Lancement et conception:

La classe Graudenz est issue du projet de 1911 du bureau d'études de la marine et était destinée à remplacer les deux navires de la classe d'Irène obsolète et à succéder à la classe de Karlsruhe.

La conception était presque identique à celle de la classe précédente. Seulement 4 chaufferies au lieu de 5 étaient prévues et le nombre de cheminées est passé de 2 à 3.

Comme les classes précédentes, les navires de la classe Graudenz ont été nommés d'après les villes.

Le lancement du SMS Regensburg a eu lieu le 25 avril 1914, la mise en service le 3 janvier 1915.

 

Petit Croiseur SMS Regensburg

Petit Croiseur SMS Regensburg

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après la mise en service et les essais suivants, le navire a été affecté au groupe de reconnaissance II.

Pendant la guerre, Regensburg a fait la navette entre la mer du Nord et la mer Baltique, s'acquittant de tâches de sécurité en posant des barrières anti-mines ou en participant au bombardement des villes côtières.

Pendant la bataille du Skagerrak du 31 mai au 1er juin 1916, Regensburg a également participé au sauvetage de l'équipage du SMS Lützow, lorsque le croiseur de combat a dû être abandonné à cause de la pénétration des eaux.

De mars à juillet 1917, le Chantier naval impérial de Kiel a fait l'objet d'une importante révision, suivie du navire amiral du IV à Regensburg. Il a également participé à des opérations en mer du Nord et en mer Baltique.

Après la capitulation de l'Empire allemand, le Regensburg n'a pas eu à être livré comme la plupart des autres navires modernes. Les armes ont été retirées du navire et celui-ci a servi de navette et d'escorte entre la flotte internée et l'Allemagne. Il a également accompagné le SMS Baden et 2 quais sous pression sous-marins lors de leur transfert vers l'Angleterre.

 

SMS Regensburg de 1918

SMS Regensburg de 1918

 

 

 

Service dans la marine française:

Le 19 mai 1920, le Regensburg fut désaffecté en Allemagne et devait être livré à la France à titre de réparation. En mai 1922, il fut incorporé à la marine française sous le nouveau nom de Strasbourg et affecté à la 3e Division en Méditerranée.

Dans les années 1922/1923 et 1925, Strasbourg participe à des opérations en Turquie et sur les côtes marocaines, avant que la division ne soit rebaptisée en 2ème division et transférée en août 1928 sous le nom de Flotte Atlantique à Brest.

En décembre 1929, le transfert à la flotte de réserve française a eu lieu.

 

 

 

Séjour:

Le 15 décembre 1936, le navire fut retiré de la liste des navires de guerre.

Lorsque la Wehrmacht allemande envahit la France en 1940, le vieux navire allemand tomba entre les mains de la Kriegsmarine. Il fut remorqué jusqu'à Lorient où il servit de caserne pour les ouvriers du bunker du sous-marin. Après l'achèvement des travaux, le navire a été coulé devant le bunker en 1944 pour servir de barrière contre les attaques de torpilles.

L'épave de l'ancien petit croiseur est toujours devant le bunker.

 

L'épave du SMS Regensburg d'aujourd'hui

L'épave du SMS Regensburg d'aujourd'hui

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Regensburg

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Petit Croiseur

Classe:  

Graudenz-Classe

Chantier naval:  

AG Weser, Brême

Frais de construction:  

8.800.000 Mark

Lancement:  

25 avril 1914

Mise en service:  

3 janvier 1915

Séjour:  

1944 coulé à Lorient comme abri de bunker sous-marin

Longueur:  

142,7 mètres

Largeur:  

13,7 mètres

Enrôler:  

Maximum 6 mètres

Déplacement:  

Maximum 6.382 tonnes

Garnison:  

385 à 402 hommes

 

Entraînement:

 

10 chaudières à vapeur alimentées au charbon et
2 chaudières à mazout à double culot
2 jeux de turbines à vapeur

Pouvoir:  

26.000 PS (19.123 kW)

Vitesse de pointe:  

27,5 noeuds (51 km/h)

Armant:  

12 × Pistolet à tir rapide 10,5cm L/45 (1.800 coups)

2 × tube torpille ⌀ 50,0cm (5 coups)

120 mines marines

de 1917:

7 × Pistolet à tir rapide 15,0cm L/45 (980 coups)

2 × canons antiaériens 8,8cm L/45

4 × tube torpille ⌀ 50,0cm (5 coups)

120 mines marines

 

Blindage:

 

Ceinture: 18-60 mm
Plateau: 20-40 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!