Bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir

Le bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir faisait partie de la classe de Siegfried et était le dernier bateau de cette classe lequel était construit. A la première guerre mondiale, le bateau était mis tout simplement à des tâches de protection et ne participait à aucun combat de lac.

 

Lancement et conception:

Le début de construction des SMS Ägir se produisait le 28 novembre 1892 sur le chantier naval impérial à Kiel d'abord sous l'indication du bateau de cuirasse IVème classe T.

Contrairement aux autres bateaux de la classe, certains changements à Ägir étaient déjà faits pendant la construction. Ainsi le bateau recevait du début à 2 cheminées ainsi qu'à 2 bossoirs de bateau. Ainsi que le bateau de soeur Odin recevait Ägir aussi un haut mât de combat avant.

En outre, tout à fait nouvellement, l'installation d'une impulsion électrique était pour la machine auxiliaire des installations de gouvernail. Le premier bateau de la marine impériale là dans quoi cette technique était masquée mettait Ägir avec cela.

Le 3 avril 1895 se produisait le cours de pile et le 15 octobre 1896 l'entrée en service.

Le nom de bateau Ägir descend du géant de mer Ägir de la mythologie nordique.

 

Exemple d'un bossoir de bateau

Exemple d'un bossoir de bateau

 

Æ gir avec Rán et ses neuf filles

Æ gir avec Rán et ses neuf filles

 

 

 

Carrière de SMS Ägir:

Après l'entrée en service le 15 octobre 1896, les premiers essais jusqu'à cela se produisaient jusqu'à l'avril 1897 le 1 juillet 1897 de la réserve la division de la mer Baltique était attribué. Pendant la manoeuvre d'automne en 1898, le bateau servait comme le vaisseau amiral de la IIème escadre et visitait en décembre avec des SMS Odin Kopenhagen.

L'avril et mai 1899 changeait le bateau dans l'Ière escadre et remplaçait les SMS temporairement originaux à Oldenbourg. A ce temps, le bateau participait aussi au voyage d'escadre en Angleterre et Portugal ainsi qu'à l'exposition de flottes au 80ème anniversaire de la reine Victoria. Comme le vaisseau amiral de la 4ème division était enfoncé Ägir pendant la manoeuvre d'automne par le vapeur britannique Aberfoyle et devait à la réparation dans le chantier naval impérial Kiel.

Jusqu'au février 1903 participait Ägir à la manoeuvre d'automne annuelle jusqu'à cela pour des mesures de transformation de nouveau dans le chantier naval impérial Kiel allait. Le travail de transformation duraient jusqu'au septembre 1904.

Le 15 septembre 1909 le bateau était mis à part le service, annuellement jusqu'à cette date, cela participait aux manoeuvres différentes.

 

Bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir

Bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Le 12 août 1914, peu de temps après l'éclatement de la première guerre mondiale, était mis en service de nouveau Ägir et était résumé en autres 7 bateaux de la classe de Siegfried en VIème escadre. Certaines semaines après des essais et des exercices, l'escadre était déplacée le 14 septembre 1914 dans la mer du Nord où cela prenait en charge des tâches de protection dans la baie allemande.

En Grande-Bretagne commençait par un blocus de lac et au cours de 1915 une invasion britannique sur les côtes allemandes pour encore plus improbable était tenu, l'escadre était dissoute le 31 août 1915 et Ägir étaient divisés le 1 septembre à la flottille de port le jade et Weser à Wilhelmshaven.

Le 14 janvier 1916 se produisait à part la fonction après que le manque personnel devienne encore plus évident dans la marine et le bateau possédait la valeur militaire seulement petite.

 

Bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir

Bateau de cuirasse de côtes le SMS Ägir

 

Marque de sceau SMS Ägir

Marque de sceau SMS Ägir

 

 

 

Séjour:

Jusqu'à la fin de la guerre, l'armement du bateau était enlevé et était transformé cela à Wohnhulk pour les ouvriers de chantier naval. Le 17 juin 1919 se produisait, finalement, la suppression de la liste des navires de guerre.

Les restes du bateau étaient achetés par Arnold Bernstein, un armateur américain d'allemand, et étaient transformés en 1922 à un cargo. En 1924 une autre transformation se produisait avec au bateau de soeur Odin à une auto-camionnette qui conduisait principalement des espaces à Malmö, Oslo et Helsinki.

 

Arnold Bernstein la société de navigation

Arnold Bernstein la société de navigation

 

Le 8 décembre 1929 échouait Ägir devant Gotland, était donné et, ensuite, était mis à la ferraille.

 

 

 

Données du navire:

Nom: SMS Ägir
 

Pays:

Empire germanique
 

Type de navire:

Bateau de cuirasse de côtes
 

Classe:

Siegfried-Classe
 

Chantier naval:

Kaiserliche Werft Kiel
 

Coûts de construction:

6.645.000 Mark
 

Lancement:

Le 3 avril 1895
 

Mise en service:

15 octobre 1896
 

Séjour:

Le 8 décembre 1929 devant Gotland de manière échouée et mis à la ferraille
 

Longueur:

79 mètres
 

Largeur:

15,2 mètres
 

Tirant d'eau:

Maximum 5,61 mètres
 

Déplacement:

Maximum 3.750 tonnes
 

Équipage:

276 à 304 hommes
 

Propulsion:

8 Chaudières à vapeur Thornycroft
2 machines composées 3 cylindres debout
 

Rendement:

5.605 ch (4.122 kW)
 

Vitesse maximale:

15,5 nœuds (29 km/h)
Armement:  

3 × pistolet annulaire 24,0 cm L/35 (174 cartouches)

10 × Fusil à tir rapide 8,8 cm L/30 (2 500 coups)

3 × tube torpille Ø 45 cm (2 côtés au-dessus de l'eau, 1 arc sous l'eau, 8 coups)

 

Blindage:  

Ligne de flottaison: 120-220 mm

Plateau: 50-70 mm

Tours: 200 mm

Lits de bar: 200 mm

Tour de commandement: 30-120 mm

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!