Cannon bateau SMS Panther

Le SMS Panther appartenait à la classe Iltis, qui a été conçue et construite à la fin du 19e siècle exclusivement pour servir dans les colonies allemandes. A cette fin, les navires étaient particulièrement en état de navigabilité et équipés d'un grand rayon d'action. En plus de la machine à vapeur, tous les navires étaient équipés d'un gréement à voiles pour économiser du carburant pendant les longs voyages. Le Panther était l'un des navires d'avant-guerre les plus connus de l'Empire allemand, ce qui fit sensation lors de la deuxième crise marocaine en 1911 avec le Panther Jump à Agadir.

 

Lancement et conception:

Au total, 6 navires de la classe Iltis furent construits, tous destinés exclusivement aux colonies allemandes. Pour cette raison, les navires étaient en outre équipés d'un gréement à voile, ce qui n'était plus le cas de tous les autres navires de guerre de la marine impériale. Les voiles devaient permettre aux navires d'économiser du carburant pour leurs longs voyages, car les destinations étaient l'Amérique centrale orientale, l'Afrique et l'Asie, et l'Empire allemand n'avait à l'époque pratiquement aucune station outre-mer qui aurait servi de base.

Seuls deux canons de 10,5 cm à chargement rapide et six canons revolver de 3,7 cm servaient à défendre les navires. En raison de la construction compacte, il n'était pas possible d'avoir des pistolets plus grands ou plus nombreux.

Le lancement du SMS Panther a eu lieu le 1er avril 1901, sa mise en service le 15 mars 1902.

 

Cannon bateau SMS Panther

Cannon bateau SMS Panther

 

 

 

Développement du SMS Panther:

Après la mise en service et les essais, le Panther fut d'abord déplacé à l'exposition industrielle de Düsseldorf le 7 juin 1902 pour représenter la marine impériale et ses navires. Comme l'intérêt de la population pour le navire était plus grand que prévu, le séjour a été prolongé et les Panthers ne sont retournés à Wilhelmshaven que le 13 juillet. Le navire s'est ensuite rendu à Saint-Thomas sur les îles des Caraïbes, qui étaient encore danoises à l'époque.

La première utilisation militaire du SMS Panther a eu lieu lors de l'incident de Markomannia. Lors de cet incident, le navire à vapeur allemand HAPAG Markomannia a été fouillé par les rebelles haïtiens à la recherche d'armes et de munitions qui, selon les rebelles, étaient destinées aux troupes gouvernementales avec lesquelles les rebelles ont mené une guerre civile. Après la découverte de quelques armes, elles furent chargées sur le navire rebelle Crête à Pierrot et le paquebot allemand put continuer. Le Premier ministre allemand a alors exigé que l'Empire allemand envoie un navire de guerre allemand pour fournir le navire rebelle et protéger les intérêts allemands, car certains des résidents avaient déjà subi des dommages. Le 5 septembre 1902, le SMS Panther, déjà couché dans les eaux, reçoit l'ordre de chercher et de placer la Crête à Pierrot. Le navire avait déjà été découvert dans le port des Gonaïves le 6 septembre. Le capitaine de corvette allemand Richard Eckermann a laissé l'équipage quitter le navire et se retirer, car il n'avait aucune possibilité de les désarmer ou de les capturer. Lorsque des marins allemands avec de petites embarcations s'approchèrent de la Crête à Pierrot pour y monter à bord, il y eut quelques explosions sur le navire. Eckermann décida alors de prendre le navire sous le feu et de le couler.

Après que la situation politique en Haïti se soit calmée, la Panther fut envoyée pour la première fois à Ciudad Bolívar au Venezuela en octobre 1902. Lorsque les tensions entre le Venezuela et l'Empire allemand se sont intensifiées, la Panther a été combinée avec le grand croiseur SMS Vineta, les petits croiseurs SMS Gazelle et SMS Falke, les navires scolaires SMS Charlotte et SMS Stosch ainsi que le canonnier vénézuélien Restaurador pour former la division de croisière est-américaine. Le 4 janvier 1903, le port de Puerto Cabello est occupé et le 17 janvier, le Fort San Carlos à Maracaibo est attaqué par le SMS Vineta. Peu de temps après, le conflit a été résolu par la voie diplomatique.

Sur le chemin suivant de l'escadron vers le Canada la Panther fut révisée en avril 1903 à Newport News aux USA. Après la visite au Canada et sur le chemin du retour, une révision complète a eu lieu, également aux Etats-Unis.

Lors d'une visite au Brésil, l'incident dit d'Itajahy a eu lieu le 27 novembre 1905. Dans ce cas, un marin allemand a déserté après avoir bu quelque chose avec un voyageur allemand dans un pub. Sans l'accord de la police locale, d'autres membres de l'équipage du navire sont partis à la recherche du déserteur. On pouvait le retrouver et le ramener au navire. Dans la presse, cependant, cela a été imprimé comme un enlèvement avec interrogatoire subséquent. Le diplomate allemand a nié ces déclarations, mais l'envoyé brésilien s'était déjà plaint au ministère des Affaires étrangères et le croiseur brésilien Almirante Barroso avait reçu l'ordre d'observer le navire allemand.

Jusqu'au 5 août 1907, des voyages au Paraguay et au Canada ont été effectués jusqu'à ce que la SMS Panther soit envoyée en Afrique.

Début septembre 1907, le navire atteignit l'Afrique et effectua principalement des travaux d'arpentage dans les colonies allemandes. En 1910, il a été décidé d'amener le navire en Allemagne pour une révision complète. En 1911, la SMS Panther quitta la colonie allemande du Cameroun et devait ramasser du charbon au Maroc sur le chemin du retour. En raison de la crise qui sévissait à l'époque au Maroc, l'état-major de l'amiral demanda au ministère fédéral des Affaires étrangères, le 8 mars 1911, l'emplacement idéal pour la réception du charbon. Le bureau a nommé l'emplacement Agadir, parce qu'il est assez loin de la région française, mais assez proche pour signaler les intérêts allemands. Avec ce prétendu saut des Panther à Agadir, la situation diplomatique entre la France et l'Angleterre ainsi que l'Empire allemand s'intensifia, puisque la France vit ses intérêts menacés par le navire allemand. Le SMS Panther est resté dans le port du 1er au 20 juillet 1911 jusqu'à son remplacement par les petits croiseurs SMS Berlin et SMS Eber. Le navire arriva ensuite à Hambourg le 19 août 1911 et fut ensuite révisé à Gdansk.

Au début de 1912, la Panther quitta de nouveau l'Empire allemand et se rendit à Southampton et à Lisbonne jusqu'à ce qu'elle soit envoyée au Libéria en novembre pour y observer les troubles avec le SMS Eber et le SMS Bremen. En avril 1913, les Panthers effectuèrent de nouveau des levés dans les colonies allemandes.

Du 13 mai au 9 juillet 1914, le navire fut de nouveau révisé à Gdansk. Un voyage ultérieur au Mexique a été annulé en raison de la situation politique tendue en Europe.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, la SMS Panther a été affectée à la Division de la protection côtière. Outre le remorquage du sous-marin SM U-3 près de Gotland pour combattre les navires russes, le Panther n'a participé à aucune autre opération.

Après la guerre, le navire fut désarmé le 18 décembre 1918. En raison de son grand âge, la Panther n'a pas eu besoin d'être extradée vers les puissances victorieuses.

 

 

 

Séjour:

A partir de juillet 1921, le SMS Panther fut accepté dans la nouvelle marine de la République de Weimar, mais les armes furent étendues, car le navire ne devait servir qu'à l'entraînement de l'équipage pour le prochain navire de reconnaissance Meteor.

Il fut finalement désaffecté le 15 décembre 1926 et retiré de la liste des navires de guerre et mis au rebut en 1931.

 

Cannon bateau SMS Panther 1931

Cannon bateau SMS Panther 1931

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Panther

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Cannon bateau

Classe:  

Iltis-Classe

Chantier naval:  

Chantier Imperial Shipyard, Gdansk

Frais de construction:  

1.675.000 Mark

Lancement:  

1er avril 1901

Mise en service:  

15 mars 1902

Séjour:  

1931 mis au rebut

Longueur:  

66,9 mètres

Largeur:  

9,7 mètres

Enrôler:  

Maximum 3,62 mètres

Déplacement:  

Maximum 1.193 tonnes

Garnison:  

130 hommes

Entraînement:  

4 chaudières marines
2 x machines à mélange 3 cylindres

Pouvoir:  

1.344 PS (989 kW)

Vitesse de pointe:  

13,7 noeuds (25 km/h)

Armant:  

2 × 10,5cm L/40 Canon à tir rapide (482 coups)

Canon automatique de 6 × 3,7cm (9.000 coups)

 

Blindage:  

inconnu

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!