Casques

Le casque servait depuis l'introduction à protéger le domaine de tête des soldats des influences extérieures.
Souvenu autrement que souvent, des casques ne peuvent arrêter, donc, aucun projectile des fusils, puisqu'en plus la force percutant est trop haute. Aujourd'hui, habituellement, les casques servent contre les échardes umherfliegende, les objets et les raquettes de travers ainsi que des munitions de pistolets.
Si ceux-ci se composaient au début encore principalement des matériaux comme le cuir, aujourd'hui le cuivre, bronze, fer ou acier sont utilisés les matières modernes de la résine synthétique avec Kevlar. Des casques de défilé, à la protection ne séparent pas à l'ornement sont valables, se composaient plus tôt souvent même de l'or.

 

Les premiers casques
On peut supposer que protéger déjà les gens dans la première histoire sa tête contre le coup et les influences d'armes. Avoir été utilisé avec cela à des odeurs agréable au matériel vorallem comme la fourrure, le cuir ou le semblable.
Les casques reçus les plus âgés descendent de la période du 3ème millénaire l'avant Jésus-Christ de la culture summerischen. Ces simples casques de bronze utilisés avec la protection d'oreilles intégrée, mais, sans front et protection de visage.
Simultanément les Egyptiens pourraient aussi déjà avoir disposés des casques de bronze et là aussi des coiffures du lin renforcé étaient mises.

Le premier engagement des casques de fer était entrepris probablement au 14ème siècle par Hethiter, plus tard Dorer, qui pénétraient au 12ème siècle avant Jésus-Christ dans la Grèce actuelle, utilisaient aussi un casque de fer.

 

Casque pointu, 8ème s. avant Jésus-Christ, bronze

Casque pointu, 8ème s. avant Jésus-Christ, bronze

 

 

Casques grecs anciens
Par l'influence de Dorer sur la Grèce les casques de bronze disparaissaient là peu à peu et étaient détachés par des casques de fer. Conditionné par la multitude aux Etats de ville grecs différents et aux cultures les fers les plus différents des types de casque se développaient aussi. Avec aux plus connus fait partie avec cela la version korinthische. Elle naissait au début du 7ème siècle avant Jésus-Christ et était produite d'une unique plaque. Adapté l'idéal déjà à la forme de crâne, le casque particulièrement les joues, le nez et Größtteil de la tête protège. En outre, la place sociale plus haute ou le grade était exprimée par une crinière de chevaux sur le dos de casque.

Plus tard les casques korinthischen étaient détachés par chalkidischen et la version attischen. Celui-ci permis à son porteur un champ de vue plus grand et une meilleure respiration.
A côté de cela les types de casque les plus différents se développaient ceux de la demande respective étaient adaptés. Ainsi, par exemple, des types de casque étaient développés pour les cavaliers, ils ses priorités sur un champ de vue libre mettaient au lieu de sur la protection.

 

Casque Korinthischer

Casque Korinthischer

 

 

Casques de la légion romaine
L'influence des autres cultures dans l'empire romain tôt dirigeait vers ce qu'au début principalement des variantes chaldikischen et le casque attischen étaient utilisées dans la légion romaine. A partir du 4ème siècle avant Jésus-Christ trouvait de Montefortino le casque l'entrée préférée chez les soldats pendant les officiers et les cavaliers à l'avenir sur le casque attischen resté.

En Gaule la campagne au 1er siècle avant Jésus-Christ par Julius César, les casques des légions étaient produits homogène et étaient introduits. D'abord il y avait Coolus la version, un casque produit du bronze avec la cloche ronde et les couvercles de joues dans le style celtique lesquels pouvaient être liés avec des rubans de cuir. En outre, le casque possédait une protection de nuque, une visière indiquée ainsi qu'en haut une fixation à on une queue des cheveux de chevaux pouvait placer, particulièrement pour les officiers et les cavaliers de l'importance.
Plus tard les casques de bronze étaient connus par des casques de fer, aussi que les casques impérial-gaulois, étaient remplacés. Ceux-ci étaient semblables, certes, à Coolus le casque, se distinguaient, donc, par la cloche plus plate et un parapluie de nuque plus en bas démontrait.

A la fin de l'empire romain d'ouest, les casques de peigne spätanktike étaient portés. A ce type de casque, la cloche se composait de deux moitiés et était tout à fait haute contrairement aux autres casques et était immobile. La protection de nuque était tenue courte pour cela swhr et verticale presque tout le temps.

 

Casque romain avec la queue des cheveux de chevaux

Casque romain avec la queue des cheveux de chevaux

 

Casque romain

Casque romain

 

 

haut Moyen Âge
Le casque répandu le plus à ce temps était le casque d'agrafes apporté par Sarmaten. Celui-ci était utilisé encore par les Romains, et aussi par les Byzantins et les peuples germaniques. Avec cela de 3 à 6 cintres de métal étaient fixés Mûr pour le front par, les lacunes étaient fermées avec des plaques de métal. En outre, les casques disposaient souvent de la fourberie de joues flexible et d'une protection de nuque du treillis de chaînes. A partir du 6ème siècle, des casques de ruban et casques de lamelles étaient aussi utilisés en Europe occidentale à côté du casque d'agrafes pendant que l'on utilisait en Scandinavie et dans la région anglo-saxonne surtout les casques de peigne nordiques qui étaient partiellement munis d'une protection oculaire, d'une protection de visage des dartres de chaînes ou des masques pour le visage.

 

Casque d'agrafes du musée concernant l'histoire de l'art de Vienne

Casque d'agrafes du musée concernant l'histoire de l'art de Vienne

 

Casque de peigne des vikings

Casque de peigne des vikings

 

 

Casques très médiévaux
Les casques améliorés pouvaient être produits à partir du 10ème siècle par l'amélioration de l'art de forgerons. Ceux-ci étaient fabriqués avec une unique plaque de fer si bien que le type des casques en forme de cône avec la protection de nez trouve la diffusion vaste. Plus tard au 12ème siècle apparaissaient à côté des casques en forme de cône aussi zylindrisch les variantes formées auxquelles la protection de nez était remplacée vite par des viseurs avec des fentes visuelles et fentes aériennes. En résultait le casque de pot qui était adapté au cours du temps de plus en plus à la forme de tête et n'était plus formé en conséquence zylindrisch. Jusqu'au 14ème siècle, le casque de pot adapté était le casque utilisé le plus dans l'espace européen.

 

Casque nasal du 11ème siècle

Casque nasal du 11ème siècle

 

Casque de pot du 13ème siècle au musée historique allemand à Berlin

Casque de pot du 13ème siècle au musée historique allemand à Berlin

 

 

Casques des temps modernes tôt
Au cours du 14ème siècle on développait soi-disants Hundsgugel avec la cloche courant pointu et un viseur hundeschnauzeartigem qui explique le nom du casque. Par le complément d'un treillis de chaînes pour le cou et la nuque, ce type de casque offrait une meilleure protection que les casques de pot.

Dans la première moitié du 15ème siècle, des casques se relevaient comme Armet et de Schaller lesquels déplaçaient Hundsgugel. Armet entourait la tête totale et possédait un viseur pouvant être relevé. Le casque fermé devait ressortir plus tard d'Armet indiquant le chemin. Schaller aérodynamique naissait de l'aconit et était complété par une protection de menton et de cou fixée à la cuirasse de poitrine. Au centre du 15ème siècle se relevait en Italie Barbuta qui rappelle entièrement dans l'esprit de la Renaissance au casque korinthischen ancien. Au début du 16ème siècle naissait le casque fermé à quoi le viseur et la protection de menton au même lieu étaient fixés latéralement au casque. Le casque fermé devenait rapide à la protection de tête la plus importante de lourds Reiterei et existait dans plusieurs variantes.

 

Hundsgugel italiens de Milan, près de 1400/10

Hundsgugel italiens de Milan, près de 1400/10

 

Par Armet et Schaller des casques, l'ère de Hundsgugel finissait au début du 15ème siècle. Armet le casque se révélait comme le casque là plus efficace en ce sens la tête totale entourait et d'un viseur pouvant être relevé disposait. Schallerhelm était plus simple au contraire et plus avantageux produire et pouvait former par la protection de menton et de cou à la cuirasse de poitrine du soldat on plaçait, également un haut facteur de protection.
A côté des types de casque Armet et Schaller, le type de casque Barbuta jouait aussi dès le centre du 15ème siècle de l'Italie prochain.

 

Armet, 15ème siècle

Armet, 15ème siècle

 

Schaller allemands au musée concernant l'histoire de l'art à Vienne

Schaller allemands au musée concernant l'histoire de l'art à Vienne

 

Barbuta le casque

Barbuta le casque

 

Au cours du 16ème siècle, les variantes plus simples d'un casque, si par exemple, de Birnhelm avec la haute cloche courant pointu et le bord étroit ou le Morion avec à la face et à l'arrière étaient portées particulièrement par le peuple de pied pointu au bord courant et à haut peigne.
Par le relèvement lent de la poudre noire et de l'engagement derem dans des batailles incontestablement beaucoup de cavaliers plus tard pour le capot de tempête ouvert autour d'un meilleur champ de vue se garantir. Certes, les casques fermés étaient encore utilisés jusqu'au 17ème siècle, mais un champ de vue illimité devenait encore plus important le soldat.

Dans la deuxième moitié du 17ème siècle, des armements et ainsi aussi des casques venaient presque totalement à part l'usage. Comme l'exception font s'appeler les lourds casques qui étaient portés par certains Sappeuren sur des sièges. Aussi Reiterei restait attaché de manière isolée vers le fait de porter un casque, mais cela se passait plutôt des raisons représentatives.

 

Birn le casque

Birn le casque

 

Capot de tempête

Capot de tempête

 

 

Casques des temps modernes
Pendant le 18ème siècle les plus grandes armées renonçaient au casque coûteux et à la protection de corps. Ainsi beaucoup de soldats portaient, habituellement, tout simplement des casques de cuir contre des coups de sabre devaient protéger. A ce temps, le foyer se trouvait plus sur l'air d'une uniforme au lieu de son profit.

Cela changeait partiellement au 19ème siècle où, par exemple, l'armée prussienne le casque avec la pointe, dans la langue parlée "le capot de pioche" introduisait. Aussi les autres Etats comme la Grande-Bretagne pour ses troupes coloniales ou les États-Unis introduisaient de nouveau les casques plus utiles comme le casque colonial et ce casque aux troupes d'outre-mer pouvait protéger plus que la protection contre le soleil ou les objets tombant comme contre des actions de l'ennemi.
Jusqu'au début de la première guerre mondiale, ces types de casque étaient mis surtout.

 

Capot de pioche d'un officier prussien

Capot de pioche d'un officier prussien

 

casque colonial

casque colonial

 

 

Avec le début de la première guerre mondiale et des chiffres de victime épouvantables et des blessures des soldats dans le domaine de tête par l'éclat d'obus, l'opinion sur les nouveaux casques de combat changeait vite pour les soldats. Ainsi la France stattete en 1915 ses troupes avec le casque d'acier à neuf développé de qui devait protéger plus efficace la tête des échardes. La Grande-Bretagne et l'Allemagne resserraient avec ses versions du casque d'acier dans les propres troupes en 1916.

 

M1917 Brodie le casque

M1917 Brodie le casque

 

Deutscher Stahlhelm M1916 mit Buntfarbenanstrich von 1918

Casque d'acier allemand M1916 avec la couche de couleurs multicolore de 1918

 

A la 2ème guerre mondiale des armées aux casques de combat utilisés se distinguaient à peine de ceux-ci de la 1ère guerre mondiale. Seulement après l'éclatement de la guerre incontestablement Partein participants à des améliorations et remaniements. Ainsi l'armée introduisait les Etats-Unis en 1941 M1 le casque. En outre, pour les parachutistes, une version modifiée, M2, était livrée disposait d'une nourriture intérieure plus grosse et de ceinture de menton plus forte.
La Grande-Bretagne introduisait seulement en 1943 avec Mk III un nouveau casque d'acier pour les soldats. Celui-ci disposait envers son prédécesseur d'une longue enseigne de nuque et était mieux équilibré.
Aussi le casque d'acier deutscha du type M35 était retouché pendant la guerre et était détaché de M40 la version avec les bouche d'aération poinçonnés. A partir de 1942 on introduisait en raison de la production simple et rapide de M42.

 

Casque d'acier américain, type M1

Casque d'acier américain, type M1

 

Casque d'acier allemand, type M40

Casque d'acier allemand, type M40

 

 

Casques de combat modernes
Après la 2ème guerre mondiale, les plus grandes armées restaient attachées jusqu'aux années 70 vers le concept des casques d'acier. Les casques de combat étaient développés à neuf seulement par le développement et l'introduction d'Aramid à des matériels comme Kevlar et étaient retouchés si bien que ceux-ci soient détachés dans les armées occidentales peu à peu par les nouveaux casques.

A présent, les plus nouveaux casques de combat servent aux soldats non seulement comme la protection de tête avec l'appareil de radio intégré, appareil de vue infrarouge, Multicam, à une protection d'ouïe et à une protection devant les armes biologiques et chimiques équipé, de plus en plus de communication ultra-moderne et meilleure protection tient l'entrée.

 

Casque de combat moderne de Bundeswehr

Casque de combat moderne de Bundeswehr

 

Casque de combat moderne des Etats-Unis l'armée en engagement

Casque de combat moderne des Etats-Unis l'armée en engagement

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le casque victorieux Tome 1

Le casque victorieux Tome 1 Poche – 25 août 2014

Louis et Léo, un père et son fils, vivaient une existence paisible dans leur forêt en Grèce, jusqu'au jour où Louis attrapa une mystérieuse maladie inconnue. Alors, il confia son plus grand trésor à son fils : un casque en or massif ! Mais très vite Léo le perdit et son père retrouva subitement la santé... Léo avait-il vraiment perdu le casque ou lui avait-on dérobé ? Et qui était cette mystérieuse Mélissa ? Louis et son fils allaient devoir déjouer plus d'un plan ! Issue d'une famille de six enfants, Mathilde Gabory, née le 8 mars 2002, élève en 5ème à Azay-le-Rideau, est une jeune auteur passionnée par l'Histoire et plus particulièrement par l'Égypte ancienne. L'écriture et la lecture sont pour elle des passe-temps depuis son plus jeune âge.

Cliquez ici!

 

 

Casques antiques : Les visages de la guerre, de Mycènes à la fin de l'empire romain

Casques antiques : Les visages de la guerre, de Mycènes à la fin de l'empire romain Broché – 16 avril 2011

Apparu en Grèce à la fin du deuxième millénaire avant notre ère, le casque métallique n'a cessé de constituer depuis cette date un élément indispensable de la panoplie guerrière. L'évolution des casques se confond donc avec l'histoire des techniques, dans la mesure où cette arme défensive suit de près l'évolution des modes de combat. Leur examen précis, à travers ce livre très illustré, nous éclaire aussi sur d'autres aspects du guerrier grec ou gaulois, du cavalier ou du fantassin romain. Car le casque, couronnant le soldat, le représente aussi aux yeux de ses proches et à ceux de ses adversaires. Il revêt à ce titre un panache (cimier) qui souligne son rôle polyvalent dans l'équipement militaire. Tout en s'appuyant sur une connaissance approfondie des recherches menées depuis le XIXe siècle sur les casques antiques, l'auteur nous invite, loin des typologies et des descriptions arides, à décrypter derrière ces objets les multiples visages de la guerre.

Cliquez ici!

 

 

Les coiffures de combat de l'armée allemande : 1914-1918

Les coiffures de combat de l'armée allemande : 1914-1918 Relié – 23 janvier 2014

Ce projet de livre présente l'ensemble des coiffures allemandes portées au combat pendant la Première Guerre mondiale. Les casques à pointe, shakos, tschapkas, colbacks, Stahlhelm et les différentes Mütze y sont montrés en détail. Les coiffures sont présentées avec leurs accessoires, comme les housses de camouflage (couvres-casque, etc) les plaques de protection frontale (Stirnpanzer) et tous les marquages et attributs particuliers. Ceci dans une double approche, historique, autour de quelques personnalités, unités et régiments prestigieux (IR92 de Brunswick, Ernst Jünger et le FR73, mitrailleurs, Sturmtruppen, etc.) et principalement uniformologique, avec tous les éléments nécessaires à l'identification et à l'authentification des objets.

Cliquez ici!

 

 

Les casques des parachutistes américains

Les casques des parachutistes américains Relié – 23 avril 2010

Michel De Trez auteur passionné bien connu de tous les amateurs de l'histoire des troupes aéroportées américaines a accepté d'ouvrir les vitrines et les réserves du Centre Historique des Parachutistes du JourJ, pour nous présenter cette bible du casque parachutiste américain. Cet ouvrage, première étude sur les différents marquages de casque, est unique en son genre par la qualité de la collection présentée et par les images inédites dénichées dans les tiroirs des vétérans, apportant l'iconographie nécessaire pour l'illustrer. Sans aucun doute, il réservera aux lecteurs les plus initiés quelques surprises cachées et ravira les amateurs désireux de satisfaire leurs connaissances. 390 photographies environ.

Cliquez ici!

 

 

Le casque allemand : Tome 1, Du M35 au M42

Le casque allemand : Tome 1, Du M35 au M42 Relié – 12 octobre 2015

Le casque allemand est devenu au fil du temps un mythe. Sa silhouette en a toujours fait un objet marquant, que les affiches d'époque ou les cinéastes modernes n'ont pas manqué d'utiliser. Ce casque symbolise la grandeur mais aussi la folie des hommes. Il appartient désormais à l'histoire et il est devenu un objet de convoitise dans le monde entier. Si un casque est une chose simple à première vue, il n'en est rien en réalité. Notre ouvrage va vous livrer la plupart de ses secrets connus de seuls quelques initiés. Ses secrets et détails vous seront ici décrits au fil des pages. Tout sera dévoilé, telle une autopsie. De la forme des rivets aux insignes, en passant par les fabricants et les modèles. Il couvrira aussi bien les jugulaires que les peintures ou cerclages. Cet ouvrage vous fournira les clefs pour un bon achat et vous évitera les pièges des faussaires ou autre bidouilleurs qui n'hésitent pas à faire de fausses peintures et marquages sur tous les modèles du M35 au M42 fin de guerre. Un ouvrage de référence est né.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!