Chevalier

Avec les châteaux et les palais, les chevaliers sont parmi les éléments les plus connus du Moyen Âge en Europe.

La signification chevalier se réfère essentiellement aux cavaliers montés, lourdement blindés, qui étaient utilisés comme unités d'élite au Moyen Âge.
Ces chevaliers étaient généralement déjà des personnes respectées de la famille noble, une certaine situation financière était nécessaire pour pouvoir se payer l'équipement.
En retour, les chevaliers ont été récompensés par des terres et des fermiers pour leur loyauté et leur engagement envers leur roi.

 

L'Origine :

Les cavaliers blindés existaient bien avant le Moyen Âge. Les Parthes et les Sarmatiens utilisaient déjà de telles unités. Ils ont connu un tel succès dans les batailles que les Romains, dans l'Antiquité tardive, utilisaient aussi des unités de cataphractes (enveloppées dans du fer).

Ils étaient également utilisés par les Ostrogoths, les alans, les Francs et les Alamanni, en partie de manière indépendante, mais en partie seulement pour soutenir les fantassins.

Les débuts des chevaliers connus au Moyen Age remontent à l'invasion des Maures dans la péninsule espagnole, qui pouvaient être combattus dans la bataille défensive des Pyrénées par l'infanterie blindée, mais il devint clair que les attaquants arabes montés étaient beaucoup plus rapides et mobiles. Le concierge franc Karl Martell a donc décidé de construire un nouveau type de troupes : le Frankish Panzerreiter. De ces derniers, plus tard, les chevaliers médiévaux que nous connaissons devraient surgir.
Un développement technique non négligeable n'a pas non plus été négligé dans la construction du Panzerreiter. L'invention de l'étrier permettait de créer une certaine stabilité du cavalier, ce qui était essentiel à la survie lors d'une attaque à la lance ou à l'épée.

Le premier test pour les chevaliers est venu avec les raids Viking au 9ème siècle. Ces derniers débarquèrent sur les côtes de toute l'Europe, y établirent leurs bases et attaquèrent les villages environnants. Grâce à la vitesse des chevaliers, ces petites invasions pouvaient être combattues rapidement et efficacement, d'autant plus que l'effet de surprise était souvent du côté des chevaliers.

À la fin du IXe siècle, les cavaliers hongrois, qui ont mené des attaques contre l'Europe centrale et occidentale, ont mis à l'épreuve les nouvelles troupes de chevaliers. L'armée de l'Empire de Franconie orientale n'avait pas grand-chose à offrir aux cavaliers équipés d'arcs, de sorte qu'en plus de la construction de grands châteaux d'Etat pour la défense, des cavaliers blindés ont également été mis en place. En 955, il y a eu des batailles près de Werra, Unstrut et sur le Lechfeld, d'où les troupes de Franconie de l'Est ont émergé comme vainqueurs et les cavaliers hongrois ont pu être chassés.

Les cavaliers blindés ont également joué un rôle important, sinon décisif, dans la reconquête de la péninsule espagnole.

 

Entraînement en tant que chevalier :

La formation de chevalier ne peut avoir lieu que parmi les familles nobles ou celles qui ont suffisamment de prestige et de moyens financiers.

Le candidat a donc été confié aux soins d'une autre famille noble à l'âge de 7 ans afin d'y aller comme page d'apprentissage.
A 14 ans, le candidat est alors assigné comme écuyer à un chevalier. Donc, le concurrent n'était pas seulement par un martinet dans les zones :
- Combat à l'épée et à la lance
- Chasse, équitation, natation, échange.
- Escrime, tir à l'arbalète
L'écuyer soutenait également son chevalier dans les soins matériels et dans l'enfilage et l'enlèvement de l'armure.

A l'âge de 21 ans, l'écuyer lui-même pouvait être nommé chevalier, ce qui a été officiellement annoncé par le "chevalier".

 

Équipement et armement :

L'arme principale d'un chevalier était la lance. Cette arme était capable de déployer une force immense lorsqu'elle atteignait une cible au galop et causait ainsi de gros dégâts. Cette force pourrait être augmentée plusieurs fois avec l'introduction de l'étrier, car la lance pourrait être serrée sous le bras du cavalier pour permettre à la force du cheval de mieux s'écouler dans l'impact de la lance. Les lances peuvent maintenant être produites plus longues et plus lourdes.

 

 

Chevalier à la lance

 

Sabre de chevalier

 

Masse à pointes

 

 

 

La deuxième arme principale des chevaliers était son épée. Au début, on utilisait des épées Spatha, puis des épées carolingiennes et des épées de chevalier.
Parmi les autres armes utilisées, mentionnons l'étoile du matin, la hache de guerre, le marteau de guerre et la masse.

Au fil du temps, les boucliers des chevaliers se sont de plus en plus adaptés au gilet pare-balles du cavalier. Au début, les boucliers ronds étaient encore utilisés, mais lorsqu'il est devenu évident que les jambes du cavalier n'étaient pas protégées, les boucliers normands étaient assez grands et lourds. Au fur et à mesure que l'armure des jambes augmentait en raison des attelles, les boucliers sont devenus plus petits pour réduire le poids et de plus en plus de boucliers triangulaires ont été utilisés. Ceux-ci étaient très semblables aux boucliers normands, mais plus petits et plus légers, parce que le cavalier portait déjà assez de poids avec lui en raison des armures multiples. Afin de se distinguer sur le champ de bataille, les armoiries peintes sur les boucliers ont également été introduites avec les boucliers triangulaires. Ainsi, les boucliers triangulaires avaient aussi l'épithète "boucliers d'armoiries".
Avec l'augmentation de l'armure complète des cavaliers, des boucliers presque exclusivement ronds (boucliers de poing) ont été utilisés vers la fin des chevaliers.

 

 

Bouclier rond

 

Bouclier normand

 

Chevalier aux armoiries

 

 

 

L'armure des corps a également changé au fil du temps. Au début, les casques étaient encore largement utilisés pour la tête. Ils ont été progressivement remplacés par des casques à boucle, puis par des casques à peigne carolingien, des casques à bande et enfin par des casques nasaux.

 

 

Casque de pot

 

Casque à boucle

 

Casque nasal

 

 

 

Comme la tête, le haut du corps était protégé contre les attaques de diverses armures qui ont changé au fil du temps. Au début, les cavaliers portaient une armure carolingienne en écailles, mais celle-ci a été remplacée par les chemises en cotte de mailles plus tardives. En raison de l'émergence d'armes à longue portée avec un pouvoir de pénétration considérable comme l'arbalète ou l'arc long, l'armure a dû être adaptée aux conditions. Par conséquent, des protège-poitrine, des attelles de bras et de jambes ont été portés sur la cotte de mailles jusqu'à ce que le corps soit presque entièrement blindé avec l'introduction de l'armure de plaque. Ces armures lourdes ont été utilisées jusqu'au XVIIe siècle.

 

 

Chevalier en armure en chaîne

 

Chevalier en armure rehaussée

 

Chevalier en armure complète

 

 

 

La fin des chevaliers en tant qu'espèce militaire :

La chute des chevaliers en tant que troupes militaires était principalement due à 2 développements interconnectés des troupes à pied / infanterie.
En développant de nouvelles armes, y compris des armes à poudre, des brochettes et des hallebardes, ils ont pu contrer les cavaliers blindés beaucoup plus efficacement. En outre, l'infanterie était de mieux en mieux organisée et disciplinée au fil du temps, ce qui constituait un avantage décisif en plus de la réduction des coûts. Le développement des chevaliers, d'autre part, ne pouvait plus contrer les nouvelles armes et tactiques, de sorte que les pertes dans les batailles au début et au milieu du 14ème siècle étaient si graves que les cavaliers blindés étaient de plus en plus remplacés. Bien que l'armure ait été renforcée à nouveau et que le cheval ait aussi reçu une armure, sauf en tant que mercenaires, les chevaliers n'ont pu éviter sa chute jusqu'au 16ème siècle.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le temps des chevaliers

Le temps des chevaliers Relié – 18 février 2016

Comment devenait-on un chevalier ? • Qu'est-ce qu'un bassinet ? • Comment le chevalier revêtait-il son armure ? • Pourquoi l'archer était-il son plus terrible adversaire ?Vivez l'histoire des chevaliers, les tournois, les sièges de châteaux et les charges folles que l'arme à feu a définitivement brisées !

Cliquez ici!

 

 

Les chevaliers teutoniques

Les chevaliers teutoniques Poche – 3 janvier 2013

De leur naissance en Terre sainte au XIIe siècle à nos jours, Sylvain Gouguenheim retrace l'épopée des chevaliers teutoniques - ces "moines-soldats", conquérants et bâtisseurs, devenus de véritables princes temporels dans leur Etat de Prusse. S'appuyant sur des sources peu connues et des documents inédits, ce livre décrit l'épopée de cet ordre mythique.

Cliquez ici!

 

 

Vie des chevaliers au Moyen Age

Vie des chevaliers au Moyen Age Broché – 23 avril 2014

Le chevalier, au Moyen-Age, doit affirmer sa renommée par des exploits guerriers. L'univers de la chevalerie est celui de la violence et de la guerre. Sa formation fait de lui un cavalier d'élite et un combattant expert au maniement des armes. A défaut d'être lui-même un seigneur, le chevalier vit dans la dépendance d'un seigneur qui le nourrit, au sens large du terme, lui apprend le métier des armes et le mobilise pour les combats. Un chevalier doit s'éduquer, apprendre les règles de la vie courtoise, c'est à dire à vivre en gentilhomme au contact des cours que les seigneurs entretiennent dans leurs châteaux.

Cliquez ici!

 

 

Combattre au Moyen Age

Combattre au Moyen Age Broché – 13 octobre 2017

Comment maniait-on une épée longue ? Porter une armure permettait-il de conserver la liberté de ses mouvements ? Que se passait-il à l'occasion d'un combat de rue, d'une « emprise d'arme » ou d'un « combat à outrance » ? Les duels étaient-ils toujours sanglants ?
Pour trancher dans le vif des idées reçues, Daniel Jaquet nous emmène à la découverte des livres de combat et de l'éventail des pratiques martiales du monde médiéval. Il faut dire que l'art de la lutte ou du maniement de la hache n'était pas réservé aux seuls chevaliers : bourgeois, étudiants, ou artisans s'entraînaient également au combat. Le duel judiciaire, lui, se pratiquait entre gens de toutes conditions… et impliquait parfois des combats opposant les deux sexes.
Découvrez les techniques de combat illustrées, les conseils cryptés des maîtres d'arme et projetez-vous dans ces duels à travers les expérimentations menées grâce aux reconstitutions. Laissez-vous surprendre par les récits de ces combattants et de leurs motivations : ils bouleversent ce que l'on croyait savoir de la chevalerie et de l'art du combat au Moyen Âge.

Cliquez ici!

 

 

Tournois et Jeux d'Armes au Moyen Age

Tournois et Jeux d'Armes au Moyen Age Broché – 6 février 2015

Les premiers tournois du XIIe siècle violentes batailles en rase-campagne dont le champion fut Guillaume le Maréchal sont très différents de ceux du XIVe siècle, limités à un champ clos avec l emploi d armes courtoises et donnés « en l honneur des dames ». Dans cette société militaire, les entrées royales ou princières donnent lieu à de véritables mises en scènes exaltant les combats.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!