Comité international de la Croix-Rouge

Le Comité international de la Croix-Rouge est une organisation à but non lucratif qui résulte des observations et des expériences de l'homme d'affaires suisse Henry Dunant lors des batailles de Solferino et San Martino. L'organisation indépendante se consacre à la protection de la vie, de la santé et de la dignité ainsi qu'à la réduction des souffrances des personnes dans le besoin, sans distinction de nationalité et d'ascendance ou d'opinions religieuses, philosophiques ou politiques des personnes touchées ou apportant une assistance.

 

 

 

Arrière-plan:

Jusqu'au milieu du XIXe siècle, il n'y avait pas de réglementation des soins, du traitement ou de la manipulation des blessés de guerre. Il n'y avait pas non plus de soins post-militaires pour les soldats blessés ou blessés.

Jusqu'alors, les blessés sur le champ de bataille étaient pour la plupart livrés à eux-mêmes ou n'étaient soignés que de façon improvisée. Il n'était pas rare non plus que des soldats ou des civils ennemis attaquent ou maltraitent la population. Les pertes causées par la faiblesse de l'offre ont été d'autant plus importantes. Si les soldats ont survécu à leurs blessures mais qu'ils ont été handicapés physiquement par la suite, ils doivent aussi subvenir à leurs propres besoins. Il n'y avait pas de soins publics à l'époque.

Ce traitement des blessés faisait également partie de la guerre entre les troupes françaises et autrichiennes pendant les guerres d'unification de l'Italie. Lors de la bataille de Solferino, le 24 juin 1859, environ 25 000 soldats furent blessés ou complètement dévastés par l'approvisionnement insuffisant. Henry Dunant, qui se rendait d'ailleurs chez le souverain français Napoléon III pour parler de la préservation des concessions foncières en Algérie, a été témoin de cette horreur. Il interrompt son voyage et reste plusieurs jours sur le champ de bataille pour soigner les blessés et s'occuper de l'organisation des secours.

 

Henry Dunant

Henry Dunant

 

Dunant fut tellement horrifié par l'horreur qu'en 1862, il publia un livre sur ses expériences et l'envoya aux dynasties dirigeantes des grandes puissances européennes avec l'idée d'établir des organisations d'aide volontaire pour soigner les blessés et pour rédiger et conclure des contrats pour soigner les blessés de guerre. La première pierre de la Croix-Rouge fut ainsi posée.

 

 

 

La fondation:

Le 9 février 1863 à Genève, Dunant, Gustave Moynier, un avocat, Louis Appia, Théodore Maunoir et le général d'armée Guillaume-Henri Dufour fondèrent un comité des cinq, avec les médecins Louis Appia et Théodore Maunoir, afin de commencer à préparer une conférence internationale pour réaliser son idée.

 

Les cinq membres fondateurs

Les cinq membres fondateurs

 

Le 17 février, le nom a été changé en Comité international des sociétés d'assistance pour le soin des blessés.

Du 26 au 29 octobre 1863, a lieu la conférence sur la mise en oeuvre des objectifs. Au total, 36 personnes ont assisté à la conférence, dont 18 délégués officiels des gouvernements de leurs pays respectifs, six délégués de diverses associations, sept participants étrangers non officiels et les cinq membres du Comité international.

Les pays représentés l'étaient :
- baignade
- Bavière
- France
- Grande-Bretagne
- Hanovre
- Hesse-Darmstadt
- Italie
- néerlandais
- Autriche
- Prusse
- Russie
- Saxe
- Suède
- Espagne

A la fin de la conférence, des résolutions ont été adoptées :
- la création de sociétés nationales de secours pour les blessés de guerre
- la neutralité des blessés
- l'affectation de soignants bénévoles sur le champ de bataille pour obtenir de l'aide
- l'organisation et la conduite d'autres conférences internationales
- l'introduction d'une marque d'identification et de protection sous la forme d'un brassard blanc avec une croix rouge

En 1864, à l'invitation du gouvernement suisse, l'invitation suivante eut lieu, à laquelle participèrent 26 délégués de 16 pays, dont les Etats-Unis d'Amérique, le Brésil et le Mexique. A l'issue de ces pourparlers, la première Convention de Genève a été élaborée le 22 août 1864 et signée par 12 Etats. Dans cette convention, le traitement des blessés et du personnel auxiliaire devrait être déterminé de manière contraignante afin d'atténuer de manière significative cette partie terrible d'une guerre.

Au cours de cette période, les premières sociétés nationales de la Croix-Rouge ont été créées dans les pays respectifs.

 

Le symbole de la Croix-Rouge

Le symbole de la Croix-Rouge

 

 

 

 

Les premières missions de la Croix-Rouge:

Le premier déploiement de l'organisation a eu lieu pendant la guerre germano-danoise, qui a duré de février à octobre 1864. Pendant la bataille d'Oeversee, un hôpital de campagne de la Croix-Rouge a été utilisé pour la première fois. Lors de la bataille du Düppeler Schanzen, le 16 avril 1864, deux représentants officiels, Louis Appia et le capitaine néerlandais Charles van de Velde, observent pour la première fois le respect des directives.

En 1864, Gustave Moynier prend la présidence de l'organisation, en 1867, l'homme d'affaires Henry Dunant doit déclarer faillite et quitte complètement l'organisation qu'il avait fondée.

Avec les guerres franco-allemandes de 1870 et 1871, la nécessité d'une organisation d'aide s'impose enfin. L'armée prussienne a travaillé en étroite collaboration avec la Croix-Rouge dès le début, et les départements prussiens étaient également très bien équipés en matériel et avaient une excellente organisation. En conséquence, les pertes dues aux blessures du côté prussien ont été nettement inférieures à celles qui avaient été directement infligées sur le terrain. La situation était différente du côté français à l'époque. Là-bas, la Croix-Rouge était clairement moins bien équipée et organisée. Les pertes françaises dues aux blessures étaient donc trois fois plus élevées que celles de la Prusse. Pour la première fois dans cette guerre, non seulement les propres fédérations de la Croix-Rouge ont été utilisées, mais aussi des fédérations de Russie, de Suisse, d'Irlande et du Luxembourg ont participé.

En 1876, il a été rebaptisé Comité international de la Croix-Rouge, ce qui est encore valable aujourd'hui.

En 1878, pour la première fois, les réfugiés et les civils touchés par le conflit et ayant besoin d'aide pendant la crise des Balkans ont été soutenus.

Pendant la guerre hispano-américaine de 1898, les navires Moynier, la Croix-Rouge et l'État du Texas furent les premiers navires-hôpitaux d'une guerre à être utilisés pour le ravitaillement et le transport des blessés.

Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge, et le pacifiste français Frédéric Passy ont reçu pour la première fois en 1901 le prix Nobel de la paix pour l'œuvre de toute une vie de la Croix-Rouge. Il s'agit d'un hommage tardif à son dévouement et à son dévouement à soulager la souffrance. Il mourut le 30 octobre 1910 à Heiden en Suisse.

 

 

 

La Première Guerre mondiale:

Pendant la Première Guerre mondiale, la tâche principale de la Croix-Rouge était l'enregistrement des prisonniers de guerre, le traitement des lettres et des colis en provenance et à destination de ces derniers, ainsi que la médiation dans l'échange des prisonniers. Peu après le déclenchement de la guerre, un point de contact central a été mis en place à cette fin, d'où tout a été organisé. De 1916 à 1919, ce poste fut établi au Musée Rath.

Une autre tâche consistait à surveiller l'application de la Convention de Genève et à adresser des avertissements au gouvernement concerné d'un pays. Après la première utilisation d'agents de guerre chimique, la Croix-Rouge a protesté pour éloigner ces armes des champs de bataille, sans résultat.

Les civils qui se trouvaient dans les zones de combat étaient également pris en charge par la Croix-Rouge. Le ravitaillement des soldats blessés dans les tranchées du front n'a pas été possible en raison de la mise en danger du personnel. Ce n'est que dans les lignes arrière et les hôpitaux qui s'y trouvaient que les soins pouvaient avoir lieu.

Après la guerre, la Croix-Rouge a également organisé le rapatriement de plus de 400 000 prisonniers de guerre. La Croix-Rouge a reçu le prix Nobel de la paix en 1917 pour ses efforts. C'était la seule année de guerre où le prix a été décerné.

Sur la base des expériences de la guerre, la Société des Nations a été fondée en 1920 pour organiser l'approvisionnement et le soutien des prisonniers de guerre et des personnes déplacées.

En 1925, le Protocole de Genève interdisait également l'emploi d'armes chimiques et biologiques. En 1929, la première Convention de Genève a été révisée et un nouveau traité sur le traitement des prisonniers de guerre a été inséré.

En 1934, la Conférence internationale de la Croix-Rouge s'est concentrée pour la première fois sur la protection de la population civile, qui a été dans une large mesure directement touchée par les hostilités de la Première Guerre mondiale et qui doit désormais être spécialement protégée par des directives. Toutefois, à l'époque, aucun pays n'avait manifesté un intérêt particulièrement vif pour une telle directive, de sorte qu'aucun accord n'a pu être conclu avant le début de la Seconde Guerre mondiale.

 

 

 

La Seconde Guerre mondiale:

Le travail de la Croix-Rouge pendant la Seconde Guerre mondiale s'appuie principalement sur les points de la Convention de Genève de 1929 qui, comme lors de la Première Guerre mondiale, se concentrait principalement sur les soins, la fourniture et la distribution du courrier aux prisonniers de guerre.

Contrairement à la Première Guerre mondiale, deux régions en particulier ont nui au travail de la Croix-Rouge:
1. ni l'Union soviétique ni le Japon n'avaient adhéré à la Convention de 1929
2. les détenus des camps de concentration n'étaient pas assimilés aux prisonniers de guerre et échappaient donc à la surveillance de la Croix-Rouge

Au début de la guerre, la Croix-Rouge allemande a tenté d'assimiler les détenus des camps de concentration aux prisonniers de guerre. Cette demande a été rejetée à plusieurs reprises. Afin d'échapper aux représailles de l'Allemagne, l'organisation a rapidement mis fin à sa tentative d'équation. Afin de maintenir leur stricte neutralité et de ne pas provoquer l'invasion de la Suisse par les troupes allemandes, la Croix-Rouge contient des informations sur les camps de concentration vis-à-vis des Alliés. Après la guerre, l'organisation a été accusée d'une certaine coopération avec les national-socialistes dans ce contexte.

En 1944, la Croix-Rouge a de nouveau reçu le prix Nobel de la paix. C'est aussi la seule récompense pendant les années de guerre.

Après la guerre, l'accent a été mis sur le placement des prisonniers de guerre et les soins à la population civile, qui a été plus touchée que jamais par cette guerre.

 

 

 

La Croix-Rouge aujourd'hui:

Après la Seconde Guerre mondiale et les enseignements tirés, la Convention de Genève a été révisée, adaptée et adoptée le 12 août 1949 en tant que Conventions de Genève I et III. Les Conventions de Genève II et IV ont également été adoptées, qui réglementent l'amélioration du sort des blessés, des malades et des naufragés des forces armées en mer, d'une part, et la protection des civils en temps de guerre, d'autre part.

En 1963, l'organisation a reçu le prix Nobel de la paix pour la troisième fois.

En 1977, d'autres ajouts ont été apportés aux moyens et méthodes de guerre autorisés et au traitement des personnes impliquées dans un conflit. Les guerres non linéaires au sens de guerres civiles ont également été incluses.

 

Symbole de la Croix-Rouge internationale

Symbole de la Croix-Rouge internationale

 

 

 

La Société du Croissant-Rouge:

En 1868, la branche de la Croix-Rouge a été fondée dans l'Empire ottoman. D'abord sous l'identificateur Ottoman Relief Organization for Wounded and Sick Soldiers, la branche a reçu son identificateur actuel en 1947.

Comme la croix rouge sur fond blanc rappelait trop aux musulmans de la région les croisades chrétiennes, la croix a été remplacée par un croissant de lune. Cependant, les tâches et les objectifs sont identiques à ceux de la Croix-Rouge.

 

 

Symbole du Croissant-Rouge turc

Symbole du Croissant-Rouge turc

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La Croix-Rouge française : 150 ans d'histoire

La Croix-Rouge française : 150 ans d'histoire Relié – 12 mars 2014

Catastrophes, crises, conflits... Depuis sa création en 1864, la Croix-Rouge française n'a cessé d'agir dans l'urgence auprès des populations, en France comme à l'étranger. Son action comprend également de nombreuses missions au long cours dans les domaines sanitaires et sociaux : la lutte contre la tuberculose, le VIH, l'aide aux migrants et aux réfugiés, l'engagement auprès des personnes sans abri, des personnes handicapées, les formations secouristes, sanitaires, sociales... A l'occasion du 150e anniversaire de la Croix-Rouge française, cet ouvrage richement illustré raconte l'histoire de cette association pas comme les autres, qui a su s'adapter aux évolutions de la société française et à la marche du monde. De la guerre franco-prussienne de 1870 à des événements plus récents comme le tsunami en Asie du Sud-Est de 2004 ou le séisme de 2010 en Haïti, ce livre retrace, à travers le parcours de femmes et d'hommes engagés, 150 ans d'histoire humanitaire.

Cliquez ici!

 

 

Croix rouges

Croix rouges Broché – 8 mars 2018

"Je veux vous raconter une histoire intéressante. Même pas une histoire, une biographie de la peur. Je veux vous raconter comment la terreur qui saisit brusquement un être humain peut changer toute sa vie." C'est ainsi que nomme Tatiana Alexeïevna l'histoire de sa vie qu'elle confie à Sacha, et le jeune homme fraîchement débarqué dans son immeuble en devient le dépositaire à son corps défendant. Le dialogue qui s'installe entre la vieille dame malade et le jeune arbitre de football évoque des tragédies, historique pour l'une, intime pour l'autre. L'existence de Tatiana est hantée par la question obsédante de la recherche de la vérité tandis que Sacha tente de tourner une page douloureuse afin de continuer de vivre. La croix rouge se mue en attribut de la mémoire. Elle rappelle les prisonniers soviétiques abandonnés pendant la Seconde Guerre mondiale. C'est aussi le signe que dessine la vieille femme sur les portes pour retrouver celle de son appartement et la croix que portaient les citoyens soviétiques soumis à la terreur ; c'est enfin l'objet des dernières volontés de l'héroïne. Croix rouges est une interrogation sur la mémoire individuelle qui s'efface peu à peu, tout autant que sur la mémoire collective qui disparaît avec les derniers survivants d'une histoire tragique.

Cliquez ici!

 

 

Pour la rose rouge et la croix d'or

Pour la rose rouge et la croix d'or Broché – 10 mai 2007

Ce livre constitue une mise au point d’un Collège dépositaire des Arcanes Majeurs, s’exprimant pour la première fois par la plume autorisée de M. Giudicelli de Cressac Bachelerie qui a tenu à parler uniquement de ce qu’il a expérimenté et constaté pendant 40 années de quête inconditionnel. Un des grands mérites de cette étude est de redonner à l’Alchimie sa signification originelle, loin du verbiage fumeux de notre époque.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!