Croiseur auxiliaire SMS Möve

Le SMS Möve était à l'origine un cargo utilisé par la marine impériale au début de la Première Guerre mondiale comme croiseur auxiliaire pour la guerre des croiseurs et est devenu l'un des navires auxiliaires les plus performants de la guerre avec 39 navires marchands.

 

Lancement et conception:

Le SMS Möve a été lancé pour la première fois le 9 mai 1914 sous le nom de Pungo et a été utilisé comme cargo de bananes entre la colonie allemande du Cameroun et sa patrie. Le client était l'Afrikanische Frucht-Compagnie, dont le navire était géré par F. Laeisz de Hambourg.

 

Croiseur auxiliaire SMS Möve

Croiseur auxiliaire SMS Möve

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Au début de la Première Guerre mondiale, seuls les grands navires à passagers étaient utilisés comme croiseurs auxiliaires. Cependant, elles n'ont pas été très efficaces et ont été levées, coulées ou ont dû être internées dans des ports neutres dès le début par les Alliés en raison d'un manque de ravitaillement.

Ce n'est qu'au printemps 1915, lorsque le cargo SMS Meteor fut converti pour le croiseur et la guerre des mines, qu'un plus grand succès put être obtenu. La direction navale a donc décidé d'utiliser un autre paquebot à vapeur plutôt qu'un navire à passagers. Le futur commandant du navire capitaine de corvette Burggraf und Graf Nikolaus zu Dohna-Schlodien ont été choisis en toute liberté par la direction. Après quelque temps, Dohna a trouvé avec le Pungo le bateau parfait pour son projet. C'était à Brême à l'époque et cela ne pouvait pas se terminer à cause de la guerre.

Le navire a ensuite été retiré par la marine impériale et la conversion a commencé. Quatre canons à tir rapide de 15 cm, un canon à tir rapide de 10,5 cm, deux tubes torpilles de 50 cm (quatre plus tard) et 500 mines navales ont été installés et le navire a été rebaptisé SMS Möve.

Le 29 décembre 1915, les travaux de transformation furent achevés et le navire put quitter Wilhelmshaven. La première opération a eu lieu dans le nord de l'Écosse, près du cap Wrath, où plusieurs barrières minières ont été posées. Le 6 janvier 1916, le paquebot de ligne britannique HMS King Edward VII s'embarque sur l'une des mines et coule.

À la mi-janvier, la guerre des croiseurs dans l'Atlantique a commencé pour le navire. Au début du mois de mars, le navire avait réussi à amener 14 navires à vapeur ennemis et 1 voilier.

Entre le 6 mars et le 6 mai 1916, le navire fut réparé dans le Chantier naval impérial à Wilhelmshaven et renommé Vineta pour des raisons de camouflage. Du 12 juin au 29 juillet 1916, le Vineta opère en mer Baltique, où le vapeur britannique Eskimo peut être déployé à l'est du Danemark. Le temps restant, aucun navire ennemi ne pouvait être amené, pas plus qu'avec un dernier voyage du 20 au 23 août 1916.

A partir du 22 novembre 1916, le Möve fut à nouveau utilisé pour la guerre des croiseurs dans l'Atlantique. Au large des côtes brésiliennes et sud-africaines, 21 paquebots à vapeur et 3 voiliers peuvent être installés jusqu'à ce que le navire heurte le navire à vapeur britannique armé Otaki le 10 mars 1917, qui tire sur le croiseur auxiliaire allemand avec son canon de 10,2 cm. Après une courte bataille, l'Otaki fut coulé, le Möve eut 5 morts.

Le 14 mars 1917, il y eut une autre bataille avec un navire à vapeur britannique armé. Le gouverneur a tiré sur la mouette avec son fusil de poupe pendant l'évasion, mais il pourrait encore être bouleversé et l'équipage capturé. Comme il y avait déjà environ 800 prisonniers à bord à cette époque, capitaine de corvette zu Dohna de retourner à Dohna à Kiel, où le navire arriva le 22 mars 1917.

Jusqu'à la fin de la guerre, le navire a ensuite été utilisé comme concasseur de barrage en mer Baltique.

 

Le capitaine de corvette Burggraf und Graf Nikolaus zu Dohna-Schlodien

Le capitaine de corvette Burggraf und Graf Nikolaus zu Dohna-Schlodien

 

Membres de l'équipage du SMS Möve en mars 1916

Membres de l'équipage du SMS Möve en mars 1916

 

Croiseur auxiliaire SMS Möve. Carte postale de terrain 1916 par Georg Cording

Croiseur auxiliaire SMS Möve. Carte postale de terrain 1916 par Georg Cording

 

 

 

Séjour:

Après la guerre, la mouette devait être livrée en Grande-Bretagne. Là, le navire a été rebaptisé Greenbrier et exploité par une compagnie maritime londonienne.

En 1923, il fut vendu à la Deutsche Seeverkehrs-A.G. Midgard à Nordenham et renommé Oldenburg.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Oldenburg a été dessiné par la marine et utilisé en Norvège. Le navire y fut coulé le 7 avril 1945 lors d'un raid aérien dans le Sognefjord près de Vadheim.

 

Navire de transport Oldenburg à Gdynia (1939) déchargeant une unité d'artillerie

Navire de transport Oldenburg à Gdynia (1939) déchargeant une unité d'artillerie

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Möve

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Navire cargo
A partir du 1er novembre 1915, croiseur auxiliaire

Classe:  

Navire cargo

Chantier naval:  

Joh. C. Tecklenborg, Geestemünde

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

Le 9 mai 1914

Mise en service:  

1er novembre 1915

Séjour:  

Coulé près de Vadheim le 7 avril 1945

Longueur:  

123,7 mètres

Largeur:  

14,4 mètres

Enrôler:  

Maximum 7,2 mètres

Déplacement:  

Maximum 9.800 tonnes

Garnison:  

235 hommes

Entraînement:  

5 Chaudière à vapeur

1 x moteur à vapeur composé à 3 cylindres

 

Pouvoir:  

3.200 PSi

Vitesse de pointe:  

13,3 noeuds

Armant:  

4 × 15cm Pistolet à tir rapide

1 × 10,5cm Pistolet à tir rapide

2 tubes torpilles 50cm, à partir de 1916 4 tubes torpilles

500 mines

 

Blindage:  

aucun

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!