Impérial l’armée (armée d’empire) allemande

L'armée allemande impériale dans sa forme de base se composait déjà à des temps de l'union de l'Allemagne du Nord sous la direction prussienne. Après l'adhésion des Etats de l'Allemagne du Sud et de la fondation de l'empire allemand en allemand-français la guerre, les armées de l'Allemagne du Sud adhéraient aussi à l'armée impériale, gardaient, donc, partiellement une certaine autonomie. Seulement à partir de 1917, une unification totale des armées était commencée, donc, ne pouvait pas être conclu jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

 

Fondation:

Le fondement pour l'armée impériale était déjà mis à l'union de l'Allemagne du Nord. Celui-ci était une association des Etats allemands au nord de la ligne de Main sous la direction de la Prusse. A ce temps, les armées des Etats allemands respectifs étaient aussi adaptées au militaire prussien pour la plupart et l'unifié. Avec l'allemand-français la guerre en 1870 et 1871, les Etats de l'Allemagne du Sud le grand-duché Bade et l'Hesse ainsi que les royaumes la Bavière et le Wurtemberg à l'union adhéraient aussi à l'union de l'Allemagne du Nord. Après la victoire sur la France, l'empire allemand était fondé le 1 janvier 1871.

Comme le royaume Saxe déjà à l'union de l'Allemagne du Nord, les royaumes avaient aussi obtenu à eux-mêmes la Bavière et le Wurtemberg des privilèges pour leur armée. Ainsi trois Etats entretenaient ses propres ministères de guerre, le propre équipement ou produit mettaient les propres directives de formation.

Seulement en cas d'une guerre et avec cela l'entrée du cas d'alliance, toutes les armées étaient subordonnées directement à l'empereur et au grand état-major général.

 

 

 

Organisation:

Pendant le temps de paix jusqu'à la mobilisation en août 1914 l'armée totale réussissait des inspections avec 25 corps de l'armée de 8 armées.
Avec cela les inspecteurs généraux surveillaient dans la représentation du supérieur chef d'armée (l'empereur allemand) la place de formation, l'équipement et l'organisation de l'armée. En outre, ils dirigeaient les grandes manoeuvres militaires.

 

Division de l'armée:

Construction de l'armée allemande

 

Au début de guerre, l'armée allemande entretenait 8 inspections:

I. Inspection de l'armée avec le siège à Dantzig
- I. Corps de l'armée
- II. Corps de l'armée
- XVII. Corps de l'armée

II. Inspection de l'armée avec le siège à Berlin
- Corps de garde
- XII. (1. Kgl. Saxon) Corps de l'armée
- XIX. (2. Kgl. Saxon) Corps de l'armée

III. Inspection de l'armée avec le siège à Hanovre
- IX. Corps de l'armée
- X. Corps de l'armée

IV. Inspection de l'armée avec le siège à Munich
- I. Bavarois Corps de l'armée
- II. Bavarois Corps de l'armée
- III. Bavarois Corps de l'armée

V. Inspection de l'armée avec le siège à Karlsruhe
- IX. Corps de l'armée
- XV. Corps de l'armée

VI. Inspection de l'armée avec le siège à Stuttgart
- IV. Corps de l'armée
- XI. Corps de l'armée
- XIII. (Kgl. Württembergisches) Corps de l'armée

VII. Inspection de l'armée avec le siège à Sarrebruck
- XVI. Corps de l'armée
- XVII. Corps de l'armée
- XXI. Corps de l'armée

VIII. Inspection de l'armée avec le siège à Berlin
- XI. Corps de l'armée
- XVIII. Corps de l'armée
- XX. Corps de l'armée

 

A côté de cela il y avait pour la cavalerie les inspections séparées:

  • Inspection générale de la cavalerie avec le siège à Berlin
  • 1. Inspection de cavalerie avec le siège à Königsberg
  • 2. Inspection de cavalerie avec le siège à Szczecin
  • 3. Inspection de cavalerie avec le siège à Münster
  • 4. Inspection de cavalerie avec le siège à Potsdam

 

En 1914 l'armée allemande étreignait environ 794. 000 soldats, divisés dans

  • 651 bataillons d'infanterie
  • 18 bataillons de chasseur et de tireur
  • 9 écoles de sous-officiers, 1 bataillon d'infanterie d'enseignement, 1 école de tir d'infanterie, 1 commission d'examen de fusil
  • 11 services de mitrailleuse, 233 compagnies de mitrailleuse, 15 mitrailleuses de forteresse des services
  • 490 Cavaleries Eskadronen
  • 48 Cavaleries Eskadronen des écoles
  • 633 batteries d'artillerie des champs
  • 1 école d'artillerie des champs de tir
  • 1 école de tir d'artillerie de pied
  • 48 bataillons d'artillerie de pied
  • 28 bataillons de pionnier en 26 trains de projecteur
  • 2 pionniers Regimenter (le numéro 23 et numéro 30)
  • 8 bataillons de train de fer
  • 9 bataillons de télégraphes
  • 5 mariniers aériens des bataillons
  • 5 bataillons d'aviateur
  • 1 bataillon de transport de force
  • 25 Train des services
  • 317 commandements d'arrondissement

 

 

 

Le service militaire obligatoire:

Après la fondation de l'empire allemand, la loi militaire de 1874 le service militaire obligatoire était réglée avec l'empire. Dans celui-ci était chaque Allemand, si c'était apte et ne présentait aucune peine déshonorante, oblige au service militaire.

Celui-ci pouvait être terminé dans la tranche d'âge de 17 à 45 ans et le service dans l'armée ou la marine (avant la première guerre mondiale le donnait encore aucune armée de l'air) à l'âge de 20 à 39 ans était exécuté.

Contrairement au service militaire obligatoire actuel, le service se divisait dans l'empire allemand non seulement sur l'armée disposée, mais plus loin sur la tempête de pays et défense de pays des unités. C'étaient des unités de réserve dans lesquelles après le service militaire actif une appartenance de plusieurs années joignait et comme des unités de réserve dans le cas de guerre servaient.

Le pur service militaire durait à l'infanterie et aux autres troupes de pied 2 ans, à la cavalerie, à l'artillerie allant à cheval et à la marine 3 ans. Pour des hommes avec un certificat après la visite annuelle d'Untersekunda, le certificat de maturité ou l'existence de l'examen annuel, le service militaire pouvait aussi être raccourci sur 1 an. Ces personnes de 1 ans étaient formées à l'aptitude correspondante, ensuite, à des sous-officiers ou officiers de la réserve et la tempête de pays des associations.

Le paiement des soldats se produisait Devant dans Rythmus 10-actif toujours dans.

Gradé Solde mensuelle Argent de nourriture Contribution de logement
Roturier 6,60 9 aucun
Corporel 8,10 9 aucun
Sous-officier 21,60 13 aucun
Sergeant 32,10 13 aucun
Adjudant vice 41,10 13 aucun
Adjudant 56,10 13 aucun

 

Gradé Solde mensuelle Argent de nourriture Contribution de logement
Trucs Sergent 1104 bis 1404 300 Logement de fonction
Lieutenant 900 jusqu'à 1188 288 jusqu'à 420 216 jusqu'à 420
Capitaines et les capitaines de cavalerie II la classe 3900 432 jusqu'à 972 360 jusqu'à 900
Capitaines et les capitaines de cavalerie I la classe 5850 432 jusqu'à 972 360 jusqu'à 900
Officiers d'état-major
(aucun commandant de régiment)
5850 594 jusqu'à 1314 540 jusqu'à 1200
Officiers d'état-major
(comme commandant de régiment)
7800 594 jusqu'à 1314 600 jusqu'à 1500
Général commandant 12000 1188 jusqu'à 2520 Logement de fonction avec l'institution

 

 

 

Équipement:

 

Equipement d'un soldat allemand

 

Coiffure:
Au début de la guerre, les soldats allemands portaient le "capot de pioche" encore connu jusqu'à aujourd'hui. Cette coiffure était introduite déjà en 1843 dans l'armée prussienne, était prise en charge plus tard aussi par les armées des pays adhérés à l'empire allemand. En 1895 se produisait, certes, une amélioration du capot, mais, prendait conscience déjà dans les premiers combats de la première guerre mondiale de la supérieure direction d'armée que le capot une protection suffisante n'offrait pas contre des boules et échardes. En outre, mettait la pioche présente sur le capot devenait là les tireurs d'élite adverses un objectif très bon.

Dans la conséquence de celui-ci Prof. Friedrich Schwerd ébauchait un modèle de succession lequel représentait le fondement pour tous les casques suivants des forces de conflit mondiales. Sous l'indication le casque d'acier M1916, un modèle était présenté lequel suffit aux demandes de la direction de guerre moderne faisait. Le modèle était produit de l'acier de nickel de chrome et offrait ainsi la protection suffisante contre les boules kleinkalibrige ainsi que les éclats d'obus.

 

 

Uniforme:
L'uniforme de l'armée allemande était introduite seulement en 1907 et était valable au début de guerre comme l'un des plus modernes. La raison pour cela était, avant tout, l'introduction des couleurs vertes et grises que la visibilité du soldat sur le champ de bataille devait diminuer. Ainsi, par exemple, les troupes françaises au début avaient encore les uniformes bleu clair avec les bonnets rouges avec quoi les soldats étaient déjà d'étendu à la vue et étaient en conséquence en haut les pertes dans les premiers combats sur des côtés de la France.

Au cours de la guerre, l'air de l'uniforme changeait seulement légèrement. L'uniforme était produite par le manque de matériel plus tard par des fibres de recharge. Aussi la couleur changeait de plutôt vert sur gris comme la pierre ou gris des champs. Donc, l'uniforme ne mettait pas une protection contre le tir ou temps. Seulement aux troupes de coup et le sers l'équipe des mitrailleuses, la protection supplémentaire et une cuirasse de poitrine était introduite.

 

 

Armement:
La plus grande partie des soldats allemands était équipée au début de la guerre déjà du fusil 98 de la mue. Seulement quelques unités ainsi que les plus grandes unités de tempête de pays disposaient encore du fusil 88 lequel n'allait pas tout près entièrement à la performance du modèle de succession.

Comme l'arme à feu portative, le pistolet 08 servait dans l'armée allemande Parabellumpistole ou aussi de manière appelée de Luger.

 

 

 

Grades:
Vous trouvez un listage exact des grades de l'armée allemande jusqu'à 1918 dans une contribution séparée:
Ici cliquent!

 

 

 

Le serment de fidélité au drapeau:

Le serment était une promesse solennelle de tenir Dieu au témoin de l'intention ferme, la promesse à que l'on, appelait. Les soldats s'assermentaient au début de service sur le drapeau respectif, étendard ou un genre d'armes de son unité.

La formule de serment s'énonçait en Prusse et anneau de Loth d'Alsace:

"Je (le prénom et nom de famille) jure à Dieu à l'omniscient et Tout-Puissant un serment physique que j'à sa Majesté au roi de la Prusse (dans l'anneau de Loth d'Alsace : à l'empereur), Wilhelm II à mon souverain allergnädigsten, dans tous et chaque incidents, au pays et à l'eau, à des temps de guerre et temps de paix et à quels lieux cela toujours fut, servent fidèle et honnête, Plus élevé le profit et le meilleur expédient, le dommage et inconvénient cependant détournent qu'à moi l'article de guerre lu et qu'à moi aux dispositions données et des ordres veulent exactement exécuter et me faire comme ça, comme cela à un courageux honnête, devoir et rends honneur le soldat aimant adapte et revient de droit.

Si vrai Dieu m'aide par Jésus Christum et son saint évangile!"
(les soldats juifs parlaient seulement : Si vrai Dieu m'aide)

Dans l'union différente à des pays, il y avait au serment certaines différences qui viennent le conditionné par le titre respectif du souverain ou les formulations appartenant au pays.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

L'armée allemande pendant la Grande guerre

L'armée allemande pendant la Grande guerre Broché – 2 décembre 2014

Cliquez ici!

 

 

Sturmtruppen : Les Troupes d'Assaut de l'Armée allemande - 1914-1918

Sturmtruppen : Les Troupes d'Assaut de l'Armée allemande - 1914-1918 Relié – 29 octobre 2015

Après Landser, Ordre Noir et Deutsche Luftwaffe, voici un nouveau livre de la même collection sur les troupes de choc de la Première Guerre mondiale. Les premières unités d'assaut (Sturmtruppen) ont été formées au cours du printemps et de l'été de 1916, quand le Sturmbataillon Rohr a été organisé et après que le général Falkenhayn, chef de la Ligue de l'Ontario, a donné les ordres pour la création de détachements spéciaux. Ces détachements avaient pour mission de répandre une nouvelle tactique qui a transformé de manières décisive les méthodes de combats de l'armée allemande. Mais bien avant cela, un autre type de troupes avait été crée au sein de l'infanterie allemande au cours de l'hiver 1914-1915 : les troupes de choc (Stosstruppen), des groupes d'infanterie qui n'ont jamais été officiellement reconnus comme tels et n'ayant jamais appartenu à une unité permanente, mais qui sont restés actifs jusqu'à la fin de la guerre et qui ont contribué à l'amélioration de la capacité offensive de l'infanterie allemande. Ce livre est un récit de l'histoire des troupes d'assaut et il couvre leurs méthodes de combat. Il propose une description complète de leurs uniformes, de leur équipement, leurs armes, avec un grand nombre d'illustrations et de photographies d'époque rarement vues.

Cliquez ici!

 

 

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918 Relié – 15 juin 2017

Cet ouvrage exceptionnel est issu de la même collection 1914-1918 que Sturmtruppen - les troupes d assaut de l armée allemande, précédemment publié par Heimdal. Il présente l organisation et les stratégies de l artillerie allemande avec absolument tous les canons, les obusiers et les mortiers utilisés durant la Première Guerre mondiale. Il y a aussi de larges chapitres consacrés aux uniformes et à ceux utilisés pour la guerre chimique, une nouvelle arme qui apparaît en 1915, introduisant la terreur parmi les combattants. Cet ouvrage contient plus de 180 photos d uniformes et d équipement avec 20 illustrations et de nombreux schémas. Une oeuvre d exception.

Cliquez ici!

 

 

Les coiffures de combat de l'armée allemande : 1914-1918

Les coiffures de combat de l'armée allemande : 1914-1918 Relié – 23 janvier 2014

Ce projet de livre présente l'ensemble des coiffures allemandes portées au combat pendant la Première Guerre mondiale. Les casques à pointe, shakos, tschapkas, colbacks, Stahlhelm et les différentes Mütze y sont montrés en détail. Les coiffures sont présentées avec leurs accessoires, comme les housses de camouflage (couvres-casque, etc) les plaques de protection frontale (Stirnpanzer) et tous les marquages et attributs particuliers. Ceci dans une double approche, historique, autour de quelques personnalités, unités et régiments prestigieux (IR92 de Brunswick, Ernst Jünger et le FR73, mitrailleurs, Sturmtruppen, etc.) et principalement uniformologique, avec tous les éléments nécessaires à l'identification et à l'authentification des objets.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!