La guerre d’indépendance américaine

La guerre d'indépendance américaine de 1775 à 1783 a été le point culminant inévitable du mouvement d'indépendance de 13 colonies britanniques qui voulaient se détacher de la mère patrie anglaise et fonder leur propre État.

 

 

 

Arrière-plans et déclencheurs:

Les colonies britanniques en Amérique du Nord étaient soumises à de sévères restrictions de la part de la mère patrie anglaise en Europe et n'avaient qu'une autodétermination mineure. Les restrictions dictées incluaient :
1. Pas de développement d'une industrie pour la production de biens. Celles-ci ont dû être importées d'Angleterre, ce qui a coûté cher

2. À l'ouest des Appalaches, il y avait une interdiction de peuplement, car l'Angleterre ne voulait pas d'affrontement avec les habitants de la région

3. En raison des conflits en cours avec les colonies françaises en Amérique du Nord, une armée britannique permanente a été mise sur pied pour leurs propres colonies. Les colonies devaient assurer l'entretien, bien que la majorité des colons s'opposaient à l'armée

4. En raison de la dette nationale élevée de la mère patrie, les colonies ont dû payer des impôts de plus en plus élevés. Par rapport aux impôts dans la région métropolitaine, il était considérablement moins élevé, mais il y a néanmoins eu un rejet général des augmentations d'impôts

5. Les droits d'importation élevés pour les marchandises importées d'Angleterre

Les protestations ont renversé la plupart des taxes et des droits peu de temps après leur introduction, mais les colons savaient que ce n'était qu'une question de temps avant que de nouvelles façons de percevoir l'argent soient introduites.

Le point culminant des protestations a été la Boston Tea Party 1773, lorsque, en décembre de l'année, des colons déguisés en Indiens ont jeté par-dessus bord les livraisons de thé de trois navires de la East India Company pour protester contre le bas prix du thé et ses tarifs élevés. Dans les mois qui ont suivi, d'autres actions ont été ajoutées au rejet du thé anglais. Les commerçants de rue devaient brûler leurs marchandises en public et les particuliers brûlaient aussi leurs stocks de thé.

Les provocations des colons ont incité le Parlement britannique à prendre des mesures punitives. Les lois de l'Intolerable Act fermèrent le port de Boston le 1er juin 1774 et restreignirent sévèrement les droits de la colonie du Massachusetts et la placèrent sous la domination militaire.

Du 5 septembre au 26 octobre 1774, les représentants des 12 colonies (la Géorgie était encore neutre au départ) se rencontrent et tiennent le premier Congrès continental et décident de mettre sur pied leur propre milice dans la lutte contre les Britanniques et de cesser le commerce avec la mère patrie.
Liste des 13 colonies de l'époque :
- Connecticut
- Delaware
- Géorgie
- Maryland
- Massachusetts
- New Hampshire
- New Jersey
- New York
- Caroline du Nord
- Pennsylvanie
- Rhode Island
- Caroline du Sud
- Virginie

Le 9 février 1775, la colonie du Massachusetts a été déclarée province renégate et le 30 mars, la New England Restraining Act a été adoptée, justifiant des actions punitives militaires.

 

 

 

La guerre d'indépendance:

Le général britannique Thomas Gage a été mandaté par la couronne britannique en 1775 pour mettre en œuvre les nouvelles lois au Massachusetts. Cependant, le législateur n'a pas reconnu son autorité dans le nouveau régime militaire et sa sphère d'influence n'était initialement limitée qu'à Boston. Il marcha donc le 19 avril 1775 avec environ 700 soldats vers Concord pour confisquer une armurerie des insurgés. Sur le chemin, la petite armée dans le village de Lexington et plus tard au pont nord de Concord a été attaquée par les nouvelles milices de l'indépendance, et le conflit a éclaté complètement.
Les Britanniques ont dû se retirer à Boston où l'armée de la milice a suivi et la ville a ensuite été assiégée.

Depuis l'Angleterre, une armée de 4 500 soldats est partie et a attaqué les troupes de la milice à Breed´s Hill et Bunker Hill le 16 juin. Les Britanniques ont gagné les deux batailles avec de lourdes pertes. Toutefois, en raison de l'insuffisance de l'approvisionnement et de la faiblesse des effectifs, les Britanniques ont dû abandonner Boston en mars 1776 et la ville est tombée entre les mains des milices.

Les Britanniques ont pu augmenter leurs effectifs militaires grâce à des colons loyaux, des esclaves noirs qui espéraient leur liberté et environ 30 000 mercenaires allemands (les Hessois, puisque la majorité des soldats venaient de cette région), mais ils n'ont pas pu contrôler les régions conquises et occuper les étendues des colonies nord-américaines avec suffisamment de soldats.

En 1775, les représentants du Congrès se sont réunis de nouveau et se sont mis d'accord sur la formation d'une armée continentale sous la direction de George Washington. Bien que cette armée ait d'abord connu des problèmes d'approvisionnement, de manque d'équipement et de financement, Washington a réussi à mettre sur pied une armée raisonnablement efficace. A partir de 1778, il fut également soutenu par l'inspecteur général prussien Friedrich Wilhelm von Steuben.

 

 

Soldats de l'armée continentale

 

Soldats de l'armée continentale

 

 

 

En juillet 1776, le Congrès déclare son indépendance de l'Angleterre et officialise ses aspirations politiques. Néanmoins, les Britanniques ont réussi à passer à l'offensive pour le moment. Ainsi, sous la direction du général William Howe, ils prirent New York dans une opération de débarquement d'où ils continuèrent jusqu'à Philadelphie, qui tomba aux mains des Britanniques en 1777. Une attaque de la milice sur le territoire canadien est repoussée par les Britanniques, qui passent à l'offensive avec le général John Burgoyne et marchent vers le sud en direction d'Hudson. En octobre 1777, cependant, l'armée près de Saratoga fut encerclée par la milice et dut se rendre.

Après la défaite de Saratoga, le mouvement indépendantiste américain a réussi à persuader la France de s'allier à eux et d'entrer en guerre contre l'Angleterre. L'alliance a été conclue en février 1778 et, en juin, la France elle-même a commencé à participer à des actes de guerre contre l'Angleterre. Deux ans plus tard, l'Angleterre était en guerre avec les Espagnols et les Hollandais, ce qui a relégué le conflit en Amérique du Nord à l'arrière-plan afin de regrouper les intérêts anglais dans les Caraïbes, plus rentables.

En juillet 1778, l'armée continentale fut renforcée par une armée française sous la direction de Rochambeau.

 

 

Bataille de Bunker Hill

 

Bataille de Guiliford Courthouse

 

Bataille de Trenton

 

Bataille de Yorktown

 

 

 

Peu de temps après, les Britanniques ont entrepris une dernière tentative d'inverser les fortunes de la guerre. Sous le nouveau commandant Sir Henry Clinton, ils ont mené des opérations de débarquement et ont pu prendre Charlston en Caroline du Sud et Savannah en Géorgie. Dans l'arrière-pays de la Caroline du Sud, une guerre de guérilla féroce a éclaté entre les Américains et les Britanniques. Les Britanniques, dirigés par le général Charles Cornwallies, ont d'abord remporté une grande victoire à Camden, mais quand ils ont perdu leur chance, les Cornwallies ont arrêté la campagne et ont marché vers la Virginie. Là, il s'est barricadé lui-même et ses soldats au cours de l'été 1781 à Chesapeake Bay dans l'espoir d'être approvisionné par la marine britannique à partir de la mer. Cependant, la marine française, reconstruite après la guerre de Sept Ans, a pu intercepter une flotte anglaise le 5 septembre 1781 et Cornwallies a également été assiégée par Washington et Rochambeau. Désespérément inférieurs et coupés des approvisionnements, les Cornwallies n'avaient pas d'autre choix que de se rendre à Yorktown le 19 octobre 1781 et de mettre fin à la guerre d'indépendance américaine.

 

 

Drapeau des États-Unis d'Amérique 1776-1777

 

Drapeau des États-Unis d'Amérique 1777-1783

 

Drapeau des États-Unis d'Amérique 1777-1783

 

 

 

Conclusion de la paix et ses conséquences:

Après la reddition des troupes britanniques à Yorktown le 19 octobre 1781, une paix préliminaire a été signée le 30 novembre 1782, réglementant les combats entre l'Angleterre et les nouveaux États-Unis d'Amérique.

Le 3 septembre 1783, la Paix de Paris est signée, qui officialise, entre autres, la reconnaissance de l'indépendance des anciennes colonies britanniques. D'autres conditions étaient :
- Article 1 
Reconnaissance des treize colonies en tant que États-Unis d'Amérique indépendants
- Article 2
Établissement des frontières entre les États-Unis et l'Amérique du Nord britannique
- Article 3
Garantie des droits de pêche pour les pêcheurs américains sur les Grands Bancs, au large de Terre-Neuve et dans le golfe du Saint-Laurent
- Article 4
La reconnaissance de l'obligation de payer les dettes légalement contractées de part et d'autre
- Article 5 (n'a jamais été remplie)
Le Congrès des États-Unis "exhortera vivement" le législateur de l'État à aider les citoyens britanniques qui étaient légalement propriétaires de terres confisquées à rembourser toutes les terres, droits et possessions
- Article 6
Le Congrès américain empêchera d'autres confiscations
- Article 7
Les prisonniers de guerre des deux côtés sont libérés et tout le matériel laissé par l'armée britannique aux États-Unis n'est pas endommagé (y compris les esclaves noirs qui étaient considérés comme des biens)
- Article 8
La Grande-Bretagne et les États-Unis ont tous deux un accès perpétuel au Mississippi
- Article 9
Les territoires occupés par les Américains après la conclusion du traité seront restitués sans compensation
- Article 10
Le traité est ratifié dans un délai de six mois à compter de la signature par les parties

Dans la paix séparée avec l'Espagne, l'Angleterre a cédé la Floride à l'Espagne.

 

 

Intéressant à savoir :
L'arrière-plan du citoyen armé dans la résistance contre les Britanniques a conduit à l'incorporation du droit de porter une arme à feu dans la Constitution des États-Unis d'Amérique. Ce droit est toujours invoqué par de nombreux Américains et le lobby américain des armes à feu pour maintenir l'achat et la vente d'armes à feu.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La Bretagne et la guerre d'Indépendance américaine

La Bretagne et la guerre d'Indépendance américaine Broché – 18 juin 2007

Le 4 juillet 1776, les treize colonies anglaises d'Amérique du Nord proclament leur indépendance et la guerre, déjà larvée depuis quelques mois, devient une vraie guerre qui ne prendra fin que sept ans plus tard, le 3 septembre 1783, avec le traité de Paris, qui consacrera définitivement la naissance des États-Unis. Le rôle capital de la France dans l'indépendance américaine, illustré par le personnage emblématique de La Fayette, est bien connu et régulièrement célébré des deux côtés de l'Atlantique à l'occasion d'anniversaires ou d'autres temps forts des relations entre la France et les États-Unis.
Curieusement, le rôle de la Bretagne et des Bretons dans cette guerre qui a donné naissance aux États-Unis, aujourd'hui première puissance mondiale, est resté largement dans l'ombre. Pourtant, plus de 20 000 Bretons ont pris part à la Guerre d'Amérique et près de 2 000 d'entre eux y ont perdu leur vie, de nombreux affrontements navals ont eu lieu tout près des côtes bretonnes ; la Bretagne toute entière a vibré ardemment pour la cause américaine et des Bretons sont partis dés 1776 et 1777, dont le marquis de La Rouërie, combattre aux côtés de George Washington ; le rôle des ports bretons a été capital dans le ravitaillement des colonies révoltées ; on peut dire aussi que l'US Navy est née en Bretagne ; bien plus que Beaumarchais, c'est un Nantais, Le Ray de Clermont, qui a été le principal financeur et pourvoyeur d'armes et de munitions de l'armée de Washington et c'est sa demeure de Passy, où il a hébergé son ami Benjamin Franklin qui a joué durant toute la guerre le rôle d'ambassade officieuse des États-Unis... Dans ce livre captivant et rempli d'informations, puisées aux meilleures sources, le docteur Philippe Carrer, déjà bien connu pour ses importants travaux d'ethnopsychiatrie, confirme son talent d'historien, après ses deux remarquables biographies : Louis de Plélo. Une folle aventure au siècle des lumières (1996) et Ermengarde, l'autre duchesse de Bretagne (2003). Homme d'une vaste culture et d'une impressionnante érudition, il révèle enfin au grand jour les circonstances, les ressorts et les étapes de cette guerre qui changea le cours de l'histoire du monde et à laquelle les Bretons prirent une place importante.

Cliquez ici!

 

 

L'indépendance américaine, 1763-1789

L'indépendance américaine, 1763-1789 Poche – 11 juin 1976

L'indépendance américaine a deux cents ans. Mais elle ne cesse pas d'inspirer, à travers toutes les vicissitudes, le rêve et le messianisme d'une nation qui veut être encore "le meilleur espoir du monde". Pragmatique et inspirée tout ensemble, la Révolution américaine est d'abord une prise de conscience collective : une communauté d'hommes définit et revendique ses droits contre l'arbitraire. Mémoires, lettres, journaux et actes officiels, rassemblés par André Kaspi, racontent la naissance d'une nation qui invente sa propre histoire. Mais ce retour aux sources doit aider à comprendre la sensibilité américaine d'aujourd'hui. Deux siècles après, l'esprit de 1776 souffle encore.

Cliquez ici!

 

 

Les Marines de la guerre d'Indépendance américaine (1763-1783) : Tome 1, L'instrument naval

Les Marines de la guerre d'Indépendance américaine (1763-1783) : Tome 1, L'instrument naval Broché – 7 février 2013

Les vingt années séparant le traité de Paris de 1763, qui met fin à la guerre de Sept Ans, de celui de Versailles, qui marque, en 1783, le terme de celle dite d'Indépendance américaine, ont connu une course aux armements navals d'une intensité toute particulière et qui se poursuivit jusqu'au cycle des guerres révolutionnaires. On attendait beaucoup des marines et, lorsque la guerre fut venue en 1778, c'est à elles que se trouva suspendu le sort de puissantes et vieilles nations comme celui des très jeunes Etats-Unis d'Amérique. A l'initiative de la Société des Cincinnati de France et du Laboratoire d'histoire et d'archéologie maritimes (FED 4124) de l'université Paris-Sorbonne, des historiens des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de France examinent dans ses missions, sa complexité et son coût l'instrument naval dont disposait chacun des principaux belligérants. Désenclavant l'histoire des marines de guerre, ils montrent combien celle-ci est inséparable de l'étude de la prise de décision politique, des finances des Etats, des appareils productifs, des circuits d'approvisionnements, des modes de recrutement et d'entraînement des hommes. Ce premier tome sur l'instrument naval sera suivi d'un second sur la mise en oeuvre opérationnelle.

Cliquez ici!

 

 

Les Marines de la guerre d'Indépendance américaine (1763-1783) : Tome 2, L'opérationnel naval

Les Marines de la guerre d'Indépendance américaine (1763-1783) : Tome 2, L'opérationnel naval Broché – 21 juin 2018

C'est en 1776 que débute, entre Insurgents et Britanniques, la guerre d'Indépendance américaine, à laquelle prennent part la France (1778), puis l'Espagne (1779), en attendant qu'y soient impliquées les Provinces-Unies (1780). Toutes les grandes puissances maritimes et coloniales, hormis le Portugal, s'en sont mêlées. Si cette guerre n'est que marginalement européenne, les marines y jouent un rôle essentiel. C'est même le seul conflit important de l'histoire de France où les forces navales aient plus compté que les forces terrestres. Comment et où navigue-t-on avec un vaisseau ou une frégate ? Comment commande-t-on un bâtiment, une escadre ou une armée navale ? Que peut-on faire dans des conditions de mer données ? Quelles formes les opérations navales et les combats prennent-ils au temps de l'Hermione, du Victory et de la Santísima Trinidad ? A l'initiative de la Société des Cincinnati de France et du Laboratoire d'histoire et d'archéologie maritimes (FED 4124) de Sorbonne Université, des historiens des Etats-Unis, de Grande-Bretagne, d'Espagne et de France examinent les types d'opérations et missions confiées aux marines, les conditions de navigation - notamment dans l'Atlantique -, le comportement au feu des navires, pris individuellement, comme des escadres auxquelles ils appartiennent, les modalités concrètes de l'exercice du commandement. C'est l'occasion de dresser un bilan des performances opérationnelles navales des trois grands belligérants sur mer, car l'histoire des opérations permet de sortir de la dualité quelque peu anachronique entre stratégie et tactique et pose une question décisive : que peut-on réellement faire avec une marine ? Ce second tome sur l'opérationnel naval fait suite à l'étude des marines comme instrument.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!