Alexandre le Grand

Alexandre le Grand, né le 20 juillet 356 av. J.-C. à Pella en tant que fils du roi Philippe II de Macédoine et de la reine Olympie, était un commandant militaire doué et audacieux qui connut un succès considérable en quelques années et conquit des parties de la Grèce, de l'Egypte, du Moyen Orient et même des parties du territoire indien.

 

Le père d'Alexandre, le roi Philippe II, avait déjà fait de l'empire macédonien l'une des puissances militaires les plus puissantes de son règne, conquis des régions voisines comme la Thessalie et la Thrace et (à l'exception de Sparte) forcé toutes les villes-États grecques dans la Ligue corinthienne sous sa conduite. Alexander a acquis sa première expérience militaire au cours de ses campagnes. Ainsi, sous la direction d'Athènes, d'autres cités-États furent conquises comme en 338 avant J.-C. lors de la bataille de Chaironeia. Les victoires ont été décidées non seulement par la phalange macédonienne, mais aussi par la circonscription d'Hetairen, qui a également joué un rôle particulier dans les campagnes ultérieures d'Alexander. De plus, Alexandre s'entourait d'officiers compétents, qu'il rassemblait autour de lui en raison de leurs réalisations.

 

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand

 

 

 

La succession incertaine au trône:

La relation entre Alexandre et son père était toujours tendue. Le mariage entre le roi Philippe II et Cléopâtre, la nièce de son général Attalos, en 337 av. J.-C., provoqua de fortes tensions entre le père, le fils et le général, de sorte qu'Alexandre craignit un descendant et sa succession sur le trône et s'enfuit en Illyrie avec sa mère Olympias via Epeiros. Après six mois, cependant, il retourna à Pella, où son père fut assassiné en 336 avant J.-C. lors du mariage de la sœur d'Alexandre par le garde du corps Pausanias.

 

 

 

Prise de pouvoir et sécurité intérieure:

La même année, Alexandre succède à son père assassiné sur le trône à l'âge de 20 ans. Il y avait des rumeurs sur son implication dans le meurtre de son père, mais elles ont été rapidement étouffées dans l'œuf par le fidèle commandant d'Alexandre Antipater par des exécutions. Alexandre était donc aussi sûr de la loyauté de ses soldats.

Comme l'un des premiers actes officiels Alexander a fait confirmer la loyauté des états des villes grecques dans la Ligue corinthienne. Encouragées par la mort du roi Philippe II, les régions de Thrace et d'Illyrie ont tenté de se détacher des occupants macédoniens. Alexandre marcha là-dessus au début de l'année 335 av. J.-C. avec une armée de 15.000 hommes vers le nord pour vaincre la révolte dans la région des Balkans d'aujourd'hui.

Au cours de la campagne dans le nord, Démosthène a incité les cités-États du sud à s'opposer également à la Macédoine. Il a répandu la rumeur qu'Alexandre était tombé et que le pays était maintenant sans chef. Lorsque la nouvelle parvint à Alexandre, il marcha immédiatement vers le sud jusqu'à la ville de Thèbes. A l'exception des temples et de la résidence du poète Pindar, il les fit complètement détruire et tuer environ 6000 habitants. En outre, 30 000 autres ont été vendus comme esclaves. Après cet exemple, les autres Cités-États ont abandonné leurs révoltes.

 

 

 

Les campagnes d'Alexander

Les débuts des campagnes contre la Perse:

Le conflit entre Perses et Grecs couvait depuis plus d'un siècle après que la Perse eut tenté de conquérir la péninsule grecque. Le père d'Alexandre, le roi Philippe II, avait déjà élaboré des plans pour une campagne militaire contre l'Empire persan, mais n'était plus en mesure de les mener à bien.

En l'an 334 av. J.-C., Alexandre commença par envoyer Parménion en avant avec une petite force sur l'Hellespont. Après que cette armée a été arrêtée par les Perses, cependant, Alexandre a continué avec environ 35.000 soldats pour la soutenir.

La première grande bataille entre les armées macédonienne et persane fut celle des Granikos, qui fut gagnée par la position défensive et le positionnement tactiquement défavorable des soldats persans d'Alexandre. Ainsi, la ville d'Ionia pourrait être conquise. Au cours de sa campagne, les villes de Sardes et d'Ephèse tombèrent presque sans combat, seul Milet résista. Pendant ce temps, les restes de l'armée persane se rassemblèrent à Halikarnassos et se préparèrent au siège, qui fut écrasé par Alexandre à grande perte. Les zones côtières près de Lykiens et Pamphyliens ont été prises presque sans combat. Au cours de l'hiver de la même année, Alexandre unit son armée avec la partie sud sous le commandement du général Parménion Gordion, séjourne un certain temps dans la ville pour ravitailler et rafraîchir les soldats. Puis il traversa la Cappadoce jusqu'en Cilicie, où il resta après la conquête de la ville de Tarsos jusqu'en octobre 333 av.

 

Bataille entre Alexandre le Grand et les Perses

Bataille entre Alexandre le Grand et les Perses

 

Pendant son séjour à Tarsos, Alexandre apprit que le souverain persan Darius III avait mis sur pied une nouvelle armée pour combattre l'armée macédonienne. Pendant qu'Alexandre attendait que Darius contourne Tarsos et occupe la ville d'Issos pour couper les vivres. Peu de temps après, les deux armées se rencontrèrent également dans cette ville et de nouveau les mauvais dirigeants persans se manifestèrent et la victoire revint à Alexandre. Alexandre envoya immédiatement son général Parménion à Damas, au camp persan. Là, non seulement le trésor de guerre pouvait être capturé, mais aussi la mère, l'épouse et les 3 enfants de Darius pouvaient être capturés.

 

L'évasion de Darius après la défaite de son armée

L'évasion de Darius après la défaite de son armée

 

En l'an 332 av. J.-C., la moitié nord de la Phénicie rejoignit l'Empire macédonien sans combattre en raison des succès militaires. Toutefois, Alexandre a dû conquérir la métropole commerciale de Tyros, ce qu'il a réussi à faire par siège. Avec la même tactique, il a également dû conquérir la ville de Gaza dans le sud de la Syrie, tandis que le reste de la Syrie a également rejoint l'empire sans combat.

 

 

 

L'invasion de l'Egypte:

Après la conquête de Gaza, Alexandre et son armée partirent pour l'Egypte où ils ne rencontrèrent qu'une petite armée d'occupation persane qui, après consultation avec Alexandre, s'en alla sans combattre et avec le paiement de 800 talents.

Peu de temps après, Alexandre marcha vers Memphis et plus au nord, il fonda l'Alexandrie, encore connue aujourd'hui, en 331 av.

 

 

 

D'autres campagnes contre l'Empire persan:

En mai 331 avant J.-C., Alexandre arriva de nouveau à Tyros, rafraîchit son armée avec 15 000 nouveaux soldats pour un total de 47 000 et se déplaça plus au nord, où il traversa le Tigre en septembre pour affronter l'armée du Darius.

Le 1er octobre, les deux armées se sont rencontrées et Alexandre a de nouveau pu remporter la victoire. Darius put s'enfuir à nouveau, mais son armée fut pratiquement vaincue et Alexandre régna maintenant sur Babylone. Quelques semaines plus tard, l'armée se rendit au cœur du pays pour y conquérir les villes persanes. En janvier 330 av. J.-C., la capitale persane Persépolis pourrait être prise.

L'armée continue de chasser Darius et part à la recherche d'Ekbatana, mais cette ville est également livrée sans combat face au désespoir de l'Empire persan. Pendant ce temps, Darius se cachait en Bactriane. Mais le gouverneur l'a laissé faire prisonnier pour pouvoir passer un marché avec Alexandre. Lorsqu'il refusa les demandes, le gouverneur fit tuer Bessos Dareios et dut fuir Alexandre lui-même.

En août 330 av. J.-C., l'armée d'Alexandre marcha, cette fois à la recherche de Bessos. Entre autres, les régions de Hyrkania et d'Aria.

En avril 329 av. J.-C., Alexandre et son armée atteignirent le centre de l'Afghanistan d'aujourd'hui, ils traversèrent l'Hindu Kush pour atteindre la Bactriane où se trouvait Bessos. La crainte de représailles de la part d'Alexandre a poussé les habitants de Bessos à fuir puis à livrer la région sans combattre.

Après avoir pris la région et un court séjour, Alexandre s'est déplacé plus au nord vers le fleuve Oxus jusqu'à la région persane de Sogdia, dans l'actuel Kazakhstan. Après la traversée, les compagnons de Bessos étaient fatigués de fuir et se rebellèrent contre lui. Ils l'ont capturé, l'ont remis à Alexandre qui l'a fait mutiler et l'ont ensuite emmené dans les médias pour le crucifier. Après avoir pris la ville de Marakanda, Alexandre avait conquis toutes les régions de l'Empire persan.

 

 

 

Les soulèvements à Sogdia:

Peu après sa conquête du territoire persan de Sogdia, les habitants s'élevèrent contre Alexandre. En guise de punition, il fit assiéger et brûler certaines villes. Jusqu'en 328 av. J.-C., Alexandre dut attendre le renforcement de son armée affaiblie pour prendre de nouvelles mesures contre les insurgés. Ce combat dura toute l'année jusqu'à ce que la population se détourne peu à peu de leur chef rebelle Spitamenes et lui passe la tête à Alexandre en décembre. En 327 av. J.-C., Alexandre conquit deux forteresses de montagne, qui résistent encore. Ensuite, la zone a été nettoyée à tel point que presque personne n'aurait pu résister.

La même année, Alexandre retourna à Baktra et soumit son armée à un certain nombre de réformes visant à intégrer les Perses dans l'armée, ce qui fit douter les anciens soldats macédoniens de leur commandant. En outre, Alexandre épousa la princesse Sogdienne Roxane pour mieux lier le territoire persan de Sodien à lui-même. En outre, certaines caractéristiques culturelles des Perses ont été reprises par lui, ce qui a conduit à une nouvelle division entre ses soldats macédoniens et lui.

 

Déroulement de la campagne d'Alexandre à travers la Perse

Déroulement de la campagne d'Alexandre à travers la Perse

 

 

 

Avances à l'Inde:

Au début de l'année 326 av. J.-C., Alexandre commença par la conquête des territoires indiens qui, à cette époque, n'étaient pas unis, mais constitués de nombreux royaumes plus petits. Contrairement aux conquêtes persanes, cependant, Alexandre comptait moins sur la clémence et l'intégration de la nouvelle culture et du nouveau peuple dans son empire que sur la dureté et l'anéantissement des territoires indiens. Il a incendié de nombreux villages et villes conquis et a tué la population ou l'a vendue comme esclave.

Sa première avancée avec ses 2 armées, qui pénétraient séparément dans les régions, le conduisit dans la vallée de la rivière Kaboul, qui à cette époque était encore un territoire indien. Plus tard, à l'Indus, les deux armées se réunirent et Alexandre incorpora le territoire conquis dans son empire.

Après avoir traversé la rivière, Alexandre soumit le royaume de Taxila. C'est ce qu'il exigeait aussi des autres royaumes de la région, où tous, sauf Pauravas, se soumettaient au roi Poros. L'armée d'Alexandre traversa alors la rivière et vainquit une unité montée de Paurava, après quoi le royaume se soumit aussi et le roi fut pardonné.

Plus à l'est se trouvait le royaume de Magadha sur le Gange. L'armée a lutté à travers les forêts denses et a dû endurer les pluies de mousson, ce qui a conduit à une démoralisation complète. En juillet 326 av. J.-C., l'armée devait traverser la rivière Hyphasis. Après de longs efforts, cependant, les soldats en ont eu assez et ont refusé les ordres, ils voulaient seulement retourner en Grèce, dans leur patrie. Alexandre était furieux, mais il devait se plier aux souhaits de ses soldats. Mais avant de s'en aller, il fonda une autre Alexandrie au point le plus à l'est de son empire et y installa de nombreux vétérans, qui perdirent finalement tout espoir de rentrer chez eux.

 

 

 

Le retour ardu:

Suivant le souhait de ses soldats, l'armée d'Alexandre se tourna vers l'ouest vers Bukephala. Il y fit construire 800 navires pour descendre le fleuve Hydaspes jusqu'à l'océan Indien. Mais comme les navires n'étaient pas suffisants pour tous les soldats, beaucoup d'entre eux ont dû courir le long des rives du fleuve. Après avoir rencontré des rapides dans le fleuve et chaviré de nombreux navires, les soldats restants ont également dû marcher vers le sud. Ici, vous avez traversé des zones qu'Alexandre n'avait pas maîtrisées. L'armée a été attaquée à maintes reprises, ce qui a incendié des villages et des villes.

En 325 av. J.-C., l'armée atteint enfin l'embouchure de l'Indus et de l'océan Indien. Alexandre avait préparé les autres navires pour le voyage, de sorte qu'environ un quart de son armée pouvait commencer le voyage de retour au moins par mer. En août, l'armée repart enfin, et en septembre, les navires partent en hâte après que les territoires indiens se soient rebellés contre l'autorité d'Alexandre. Pour raccourcir le voyage de retour, Alexandre a choisi le chemin à travers le désert de la Gedrosische. La traversée de 60 jours a coûté la vie à de nombreux soldats par soif ou épuisement. En décembre, ils atteignirent le poste le plus à l'est de l'ancien empire persan Pura.

 

 

 

La mort d'Alexandre:

À l'automne 324 av. J.-C., Alexander se rendit à Ekbatana où son ami le plus proche, Hephaistion, tomba malade après de nombreuses combinaisons et mourut peu après. La mort de son ami a frappé Alexandre durement.

En février 323 avant J.-C., Alexandre retourna à Babylone où il planifia de nouvelles campagnes vers la péninsule arabique. Entre-temps, il envoya un messager à l'oasis de Siwa pour demander aux prêtres d'adorer son ami mort Héphaïstion comme Dieu. Cela a été nié par les prêtres, selon eux Héphaïstion ne pouvait être vénéré que comme un culte de héros (demigod). Avec cette nouvelle, le messager est arrivé chez Alexander en mai, peu avant le début de la nouvelle campagne. Il a reporté la campagne et organisé des célébrations en l'honneur d'Héphaïstion, au cours desquelles il a consommé de l'alcool comme d'habitude. Une forte fièvre a suivi qui a conduit à sa mort le 10 Juin 323 avant JC.

 

Le cortège funèbre d'Alexandre (tentative de reconstruction du 19ème siècle)

Le cortège funèbre d'Alexandre (tentative de reconstruction du 19ème siècle)

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Alexandre le Grand

Alexandre le Grand Poche – 20 mai 2009

Reprise d'un des plus grands succès de Jacques Benoist-Méchin.

Fasciné par l'Orient et par les conquérants, Jacques Benoist-Méchin a consacré son talent d'historien et d'écrivain à la fulgurante existence (356-323) et au génie militaire, politique et organisateur du fils de Philippe de Macédoine. En franchissant l'Hellespont en 334 avec 30 000 fantassins et 5 000 cavaliers, Alexandre se lançait dans une épopée qui, en dix ans, le vit conquérir et pacifier l'Asie centrale, puis poursuivre jusqu'à l'Indus son rêve de fusion des peuples de la Grèce et de l'Orient. A moins de trente-trois ans, il mourut à Babylone, dont il avait voulu faire sa capitale. Il avait révolutionné le monde antique, car ses conquêtes firent naître et se développer cette civilisation "hellénistique" dont l'influence persista bien au-delà de la domination romaine.

Cliquez ici!

 

 

Alexandre le Grand. Un philosophe en armes

Alexandre le Grand. Un philosophe en armes Broché – 6 novembre 2018

Alexandre est né en 356 av. J.-C., à Pella, en Macédoine. Il est mort, en 323, à Babylone.

De son père, Philippe II, le méthodique stratège aux décisions fulgurantes et de sa mère, Olympias, la reine aux serpents inquiétants, qui connaît la fièvre et l’ivresse que procure la pratique de la musique et de la danse dans les rites dionysiaques, Alexandre reçoit une richesse étrange : le sens lumineux de l’action et de la guerre, la volonté de puissance, l’idée de l’infini et de la démesure, la violence et une cruauté raisonnée, la certitude que la force de son Empire est dans son audace et dans sa grandeur d’âme, sa vertu.

Alexandre est bien double, Apollon et Dionysos. La nuit, près de lui, son épée et une édition de l’Iliade commentée par Aristote. Pour Plutarque, la véritable force d’Alexandre est la philosophie. Alexandre est, selon Onésicrite, « le philosophe en armes ». Par l’union de la philosophie et de l’action – Aristote, son maître, lui a révélé le « discours homérique de la guerre » –, il est le plus grand des capitaines.

Tout cela est dans le tableau de Rembrandt, Aristote contemplant un buste d’Homère. Le philosophe a la main droite posée sur la tête du « maître de toute poésie ». Sa main gauche caresse, avec une secrète élégance – comme pour faire signe – une chaîne dont l’or a l’éclat du feu et d’où pend un médaillon à l’effigie d’Alexandre le Grand, dans l’ombre, presque invisible. Ce qui est caché est souvent le plus important. C’est ce tableau et son énigme qui nous guideront dans notre essai, qui se fonde sur les sources grecques et latines nouvellement traduites par Anne Sokolowski, agrégée de lettres classiques.

Cliquez ici!

 

 

Alexandre le Grand : Histoire et Dictionnaire

Alexandre le Grand : Histoire et Dictionnaire Broché – 4 novembre 2004

Au-delà des fables et des légendes, quel est cet homme à la destinée unique qui, de 334 à 323 av. J.-C., en à peine dix ans, change la face du monde et conquiert tout le territoire qui s'étend de sa Macédoine natale jusqu'aux rives de l'Indus? Est-ce le conquérant qui, la nuit, tient près de lui une édition de l'Iliadecorrigée de la main d'Aristote et se pense d'emblée en héros mythique? Ou celui qui affirme sa divinité pour mieux exercer sa domination? Ce philosophe en armes qui veut helléniser le monde et instaurer un espace géographique et politique nouveau où tous, Grecs et Barbares, vivraient sous la même loi de raison? Le stratège qui possède un sens inné de la guerre, l'idée de l'infini et de la démesure? Ou celui qui sait que la force de son Empire réside dans son audace et sa grandeur d'âme? Ou encore ce roi capable de terribles colères, d'actes sauvages et cruels?
Afin de comprendre cet homme énigmatique, dont le destin croisa celui du monde, ce volume, Alexandre le Grand, Histoire et Dictionnaire, donne accès, dans de nouvelles traductions, à des récits qui nous plongent au coeur de l'épopée. En parcourant le Dictionnaire, les nombreuses cartes, les plans et les dessins, le lecteur pourra saisir les enjeux et les conditions d'une aventure fulgurante dans laquelle Alexandre entraîna guerriers, savants et poètes, ingénieurs et philosophes.

Cliquez ici!

 

 

Alexandre le Grand: De la Grèce à l'Inde

Alexandre le Grand: De la Grèce à l'Inde Broché – 6 janvier 2005

Nouvelle édition de l'ouvrage paru en 1987 sous le titre De la Grèce à l'Orient, Alexandre le Grand

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!