Catherine la Grande

Dans l'historiographie, Catherine II est la seule femme à recevoir le titre de "Grande". Pendant son règne, elle n'a pas seulement élargi le territoire russe, mais elle a aussi écrit l'histoire à travers ses innombrables liaisons amoureuses.

 

Origine et jeunesse:

Katharina est née le 2 mai 1729 à Stettin en tant que princesse Sophie Auguste Friederike von Anhalt-Zerbst. Ses parents étaient le Prince Christian August von Anhalt-Zerbst et Johanna Elisabeth von Holstein-Gottorf.

En 1739, déjà à l'âge de 10 ans, elle rencontra son futur mari, l'héritier russe du trône, le Grand-Duc Pierre Fiodorovitch, puis l'empereur Pierre III, au château d'Eutin.
Sur les conseils du roi prussien Frédéric II, un mariage devait avoir lieu entre les deux. En janvier 1744, la princesse Sophie se rendit à Moscou, où elle arriva en février. Les fiançailles ont eu lieu le 29 juin 1744, le mariage le 21 août 1745. Jusqu'au mariage, Sophie a rapidement appris la langue russe et s'est convertie de la foi protestante luthérienne à la foi orthodoxe.

 

Catherine II de Russie avec environ 15 ans

Catherine II de Russie avec environ 15 ans

 

 

Le mariage avec le futur empereur Pierre III fut problématique dès le début. Le premier enfant est également né le 1er octobre 1754, probablement l'enfant d'une histoire d'amour avec Katharina. Le 9 décembre 1757, le deuxième enfant arriva, mais mourut le 9 mars 1759.

 

 

 

Le coup d'Etat sous Catherine:

Le 25 décembre 1761, le tsarina Elisabeth mourut, avec lequel la succession au trône tomba sur son fils Pierre III. Mais déjà pendant les jours de deuil, on dit que Pierre ne s'est pas comporté selon les circonstances et qu'il a ainsi attiré le mécontentement de la noblesse et d'une partie de la population. De plus, l'un de ses premiers actes officiels fut la paix avec la Prusse, avec laquelle la Russie était en conflit lors de la guerre de succession autrichienne. La paix et un programme de réformes ont apporté au pays plus de désavantages que d'avantages.

Avec l'appui des régiments du vestiaire, Katharina a ensuite planifié le coup d'État pour faire déposer son mari. Le 9 juillet 1762, elle avait elle-même proclamé Czarina et déclaré Pierre III déposé. Ensuite, elle est entrée dans Peterhof avec ses fidèles soldats, où Peter est resté pour la dernière fois. Il a pu s'enfuir à Cronstadt, mais peu de temps après il est revenu et a signé la lettre de démission. Le même jour de la signature, Catherine a été proclamée tsarine par le métropolite Sechin dans la cathédrale de Kazan de Saint-Pétersbourg. Pierre fut ensuite capturé et mourut le 17 juillet 1762 dans des circonstances qui ne sont toujours pas claires aujourd'hui.

 

Catherine II de Russie de 1760

Catherine II de Russie de 1760

 

 

 

Règne de Catherine:

Peu après son accession au pouvoir, Catherine a mis en œuvre des réformes destinées à moderniser et à rendre l'immense empire russe plus efficace. Par exemple, une nouvelle structure administrative a été introduite dans le pays, qui l'a divisé en 40 provinces et a impliqué plus fortement la noblesse et l'élite commerciale dans l'administration.

De plus, Katharina a beaucoup fait pour faire venir des étrangers dans le pays. On promettait aux colons la liberté de religion et de fiscalité et le droit de disposer de leurs terres. Elle s'appuyait particulièrement sur les colons allemands qui allaient s'établir le long de la Volga, d'où le nom Volga-Allemand, qui fut utilisé jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

 

Catherine II dans les insignes de la tsarine au pouvoir

Catherine II dans les insignes de la tsarine au pouvoir

 

À partir de 1764, les écoles primaires et secondaires de Katharina ont été établies dans chaque province à la demande de Katharina. Les leçons étaient volontaires mais gratuites pour les étudiants. Jusqu'à sa mort, le nombre d'écoles pourrait passer de 6 à 316.

Malgré toutes ces réformes, le niveau de vie des agriculteurs n'a pas pu être amélioré, il s'est même parfois détérioré. En 1773-1775, le soulèvement dit de Pougatchev (également connu sous le nom de guerre paysanne russe) a eu lieu, qui s'est étendu de la zone centrale autour du fleuve Oural et n'a pu être réprimé qu'avec le déploiement massif de l'armée.

 

Sur le plan de la politique étrangère, Catherine a poursuivi l'expansion constante de son empire. Une attention particulière a été accordée au déclin de l'Empire ottoman et de la Pologne. Cela a conduit aux guerres russo-turques et russo-polonaises, dans lesquelles la Pologne a été divisée entre la Russie, la Prusse et l'Autriche et a disparu de la carte, et l'Empire ottoman a dû céder de grandes zones.

 

 

 

La vie privée de Katharina:

Katharina s'est fait un nom non seulement par ses réformes politiques et ses campagnes militaires. Dans sa vie privée, elle changeait souvent ses amants et, au fil des ans, elle en rencontra un nombre considérable. En particulier, on devrait connaître une vingtaine de personnes qui avaient une relation avec Katharina, mais le nombre réel devrait être plus élevé. Parmi les amants les plus connus se trouvent entre autres :
- Le comte Saltykov, son amant pendant son mariage avec Pierre et probable père de son premier enfant
- Stanislas II August Poniatowski, futur roi de Pologne et chef de la rébellion contre la Russie, probablement le père du deuxième enfant de Catherine
- Le comte Grigory Orlov, impliqué dans le coup d'Etat, donna plus tard à Catherine le fameux diamant Orlov, nommé d'après lui, qui fut placé dans le sceptre des tsars russes. Probablement aussi père d'un des enfants de Katharina
- Prince Potyomkin, est considéré comme son grand amour
- Alexander Dmitriev-Mamonov est le seul à avoir perdu la faveur de Poniatowski lorsqu'il a quitté la tsarine en faveur d'une jeune femme de seize ans
- Le prince Platon Aleksandrovich Zubov, le dernier amant de Catherine jusqu'à sa mort

 

 

 

La mort de Katharina:

Le 17 novembre 1796, Katharina mourut à Saint-Pétersbourg. La cause officielle du décès est le résultat d'un accident vasculaire cérébral.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La Grande Catherine et Potemkine: Une histoire d'amour impériale

La Grande Catherine et Potemkine: Une histoire d'amour impériale Broché – 25 septembre 2013

La Grande Catherine, impératrice de toutes les Russies, est une femme connue pour sa fougue, son génie politique et son charme fascinant. Elle gouverne aux côtés de l’homme de sa vie, le prince Potemkine. Ce nobliau de province haut en couleurs, aussi fantasque que génial, s’impose d’année en année comme le véritable corégent de cette autocrate implacable et brillante, et devient l’époux clandestin de l’impératrice et son plus fidèle ami, contribuant à faire de la Russie une grande puissance.

Dans ce livre tourbillonnant, écrit à partir d’archives inédites ou méconnues et s’appuyant largement sur la correspondance du couple, Simon Sebag Montefiore nous entraîne dans l’effervescence des fêtes de cour, des secrets de diplomates et des intrigues de palais. Il raconte enfin les amours licites et illicites entre les grands de l’entourage de Catherine II, et celles de l’impératrice elle-même, qui malgré ses nombreux favoris, ne cessa jamais d’aimer Potemkine.

Cliquez ici!

 

 

Catherine la Grande

Catherine la Grande Poche – 11 décembre 2001

Quelle irrésistible ascension que celle de la petite princesse allemande Sophie d'Anhalt-Zerbst, née en 1726, et qui, à trente-six ans, accède au trône de Russie sous le nom de Catherine II ! Eprise de la culture française, mais ayant appris le russe pour mieux comprendre son peuple, libérale dans ses amitiés - Voltaire, Diderot, d'Alembert - mais autocrate en son gouvernement, pudibonde en paroles mais d'un insatiable tempérament, travailleuse acharnée mais aimant les enfants, les arbres, les animaux... telle fut Catherine la Grande. " Ce roc de volonté est d'une structure complexe ", écrit à son sujet Henri Troyat, et il fallait son acuité d'analyse pour en dévoiler tant d'aspects réconciliés dans un extraordinaire goût de vivre et de régner.

Cliquez ici!

 

 

Catherine II : Un âge d'or pour la Russie

Catherine II : Un âge d'or pour la Russie Broché – 9 octobre 2002

En 1762, un coup d'Etat transforme une petite princesse allemande en impératrice de Russie : Catherine II. Le règne des femmes n'est pas une nouveauté dans ce pays, quatre femmes l'ont précédée sur le trône depuis Pierre le Grand. Mais elle est la première décidée à gouverner par elle-même, y consacrant une énergie et des dons exceptionnels, comme Marie-Thérèse d'Autriche. Elle est aussi une disciple des Lumières et de la culture française, acharnée à exercer une royauté de l'esprit et à faire de son pays un véritable centre intellectuel européen. Mais quel règne agité : épidémies, soulèvements, guerres en chaîne. Au vu d'un tel bilan on pourrait imaginer qu'elle légua à son successeur un pays dévasté et à genoux. Or l'héritage est tout autre : une population accrue, un espace étendu à l'ouest et au sud, et l'installation de la Russie sur la scène internationale. Pourtant, que de malentendus autour de la " Grande Catherine " ! De cette vie où la légèreté et la volonté de bonheur tinrent tant de place, nombre de biographes ont conclu que son règne se réduisait à celui de ses favoris. Pouchkine le premier aura marqué cette ambiguïté, traitant Catherine de "Tartuffe en jupons" tout en saluant sa grandeur. L'ambition de ce livre est de retrouver dans le dédale des faits, des archives, des jugements contraires, le vrai visage et surtout le véritable apport de Catherine II à la Russie.

Cliquez ici!

 

 

Terribles tsarines

Terribles tsarines Broché – 7 octobre 1998

Qui remplacera Pierre le Grand ? Qui succédera au réformateur despotique et visionnaire ? A la mort du Tsar, en 1725, toute la Russie s'inquiète. Les grandes familles complotent, les proches du pouvoir intriguent : on cherche en vain un maître, un descendant en âge de régner, s'imposant à tous... ou ne gênant personne. Mais on ne s'accorde que sur des femmes !Et quelles femmes ! Trois impératrices et une régente, qui tiendront l'empire pendant trente-sept ans : Catherine Ier, Anna Ivanovna, Anna Léopoldovna, Elisabeth Ire. Chacune de ces autocrates imposera à la nation son caractère violent, dissolu, ses amours, ses foucades, ses cruautés. Et ses extravagances. Terribles tsarines ! La cour est une arène où les fauves ont des appétits capricieux. On dirait que c'est la même créature sensuelle, désordonnée, courageuse souvent, qui passe d'un règne à l'autre. Parfois la sainte Russie semble vaciller...Dans ces pages d'or et de glace, Henri Troyat nous conte le destin de ces tsarines peu connues, éclipsées par la personnalité de Pierre le Grand... et par celle de Catherine la Grande, qui leur succéda en 1761. C'est un monde qui renaît ici, un empire tenu par le fer et par les femmes.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!