Croiseur de mines le SMS Albatross (1907)

Les SMS Albatross était un croiseur de mines allemand qui ressortait des expériences de la guerre japonaise de russe dans rapports avec des mines de lac comme les armes offensives.

 

Lancement et conception:

Le 23 octobre 1907 se produisait le cours de pile du type de bateau étalé comme le croiseur de mines de la classe de Nautilus. Le concept d'Albatross et son bateau de soeur Nautilus étaient les expériences gagnées de la guerre japonaise de russe. Ainsi la direction de marine reconnaissait que des mines de lac non seulement purement peuvent être mises comme l'arme défensive, mais avec cela aussi une direction de guerre offensive peut être faite. Ainsi des barrages de mines peuvent mettre Naturel de mines à la retraite tactique et ainsi les bateaux hostiles avançant sur celui-ci font courir ou forcent au retour. Aussi le fait de déplacer devant les ports hostiles peut provoquer que les navires de guerre hostiles sont limités dans ses mouvements ou en bien suivant endommage, si ne sont pas même détruits.

Puisque les deux bateaux de la classe de Nautilus de la flotte de haute mer devaient être subordonnés et étaient classifiés justement comme les navires de guerre offensifs, ceux-ci ne recevaient pas non plus le marquage comme Naturel de mines séparent comme le croiseur de mines. La lutte directe en bateaux hostiles n'était pas projetée cependant, puisque pour cela les bateaux avec au total 8 8,8 cm de Geschützen étaient aussi équipés trop faiblement.

 

Croiseur de mines le SMS Albatross (1907)

Croiseur de mines le SMS Albatross (1907)

 

 

 

Carrière de l'SMS Albatros:

Après l'entrée en service le 19 mai 1908 se produisaient d'abord les essais usuels avant que le bateau à l'escadre de manoeuvre avec le port de couchette principal Cuxhaven était attribué.

En 1911 Wartburg était enfoncée Albatross par le vapeur et était endommagée si bien que le bateau se trouve certain temps à la réparation dans le dock.

 

 

 

Engagement à la guerre:

Du début de la première guerre mondiale était chargé les SMS Albatross avec le fait d'étaler du barrage offensif. Ceux-ci devenaient déplacé entre autres dans la région d'embouchure de Tyne, de la mer du Nord du sud et plus tard aussi dans la mer Baltique.

Quand le 26 août 1914 le petit croiseur le SMS Magdeburg avait échoué devant la barre d'odes et tombait dans les mains de la marine russe les livres de signal, ceux-ci pouvaient écouter les messages radio allemands et étaient informés en conséquence aussi sur l'opération de la marine allemande du 30 juin 1915 à quoi le golfe finlandais devait être miné.

Quand le 1 juillet l'opération était finie, l'escadre et seulement le petit croiseur le SMS se partageait Augsburg restait sur Albatross. Le matin du 2 juillet les deux bateaux allemands rencontraient que des croiseurs cuirassés Admiral Makarow et Bajan l'escadre russe ainsi que les croiseurs protégés Bogatyr et Oleg se composait.

Les bateaux russes concentraient leur feu du début sur Albatross autour de celui-ci autant que possible immerger. Après plusieurs lourds coups réussis, le bateau à commençait à brûler et leur commandant le capitaine de frégate West lis cela sur la côte ostgotländischen à Ostergarn à la plage mettent autour de l'équipe restante sauver.

 

Les SMS Albatross en raison de devant Gotland

Les SMS Albatross en raison de devant Gotland

 

 

 

Séjour:

Albatross avait à déplorer après le combat 28 morts, l'équipe restante devait le fait d'interner en Suède et restait là jusqu'à la fin de la guerre.

Albatross était traîné le 23 juillet 1915 par la marine suédoise après F å rö et était remis après la fin de la guerre de nouveau à l'Allemagne où cela arrivait le 31 décembre 1918 à Dantzig.

Le 21 mars 1921 se produisait alors la suppression de la liste militaire, ensuite, c'était traîné à Hambourg et était mis à la ferraille là.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Albatross

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Croiseur minier

Classe:  

Nautilus-Classe

Chantier naval:  

AG Weser, Bremen

Coûts de construction:  

2.879.000 Mark

Lancement:  

23 octobre 1907

Mise en service:  

19. Mai 1908

Séjour:  

En 1921 à Hambourg met à la ferraille

Longueur:  

100,9 mètres

Largeur:  

11,5 mètres

Tirant d'eau:  

Maximum 4,57 mètres

Déplacement:

 

Maximum 2.506 tonnes
Équipage:  

198 à 208 hommes

Propulsion:  

4 chaudières marines
2 machines à vapeur mixte

Rendement:  

6.600 PS (4.854 kW)

Vitesse maximale:  

20,7 nœuds (38 km/h)

Armement:  

8 × canons à tir rapide 8,8 cm L/35 (2 000 coups)

288 mines marines

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!