Croiseur léger HMS Curlew

Le croiseur léger HMS Curlew appartenait aux croiseurs de la classe C et était le quatrième navire de la sous-catégorie de la classe Ceres.

 

Lancement et conception:

Au début de 1916, les cinq navires de la classe Ceres ont été commandés, ce qui a formé une sous-catégorie de la classe C déjà existante.

Une fois de plus, les défauts sur l'avant de la coque ont été réparés par des mesures de construction et la coque a été élargie de 20 cm. L'armement principal est resté inchangé, mais les canons ont été déplacés vers d'autres positions. Ainsi, le deuxième canon principal entre la maison du pont et les cheminées devant le pont a été déplacé à une position élevée.

Les ensembles de tubes torpilles avant ont également été montés plus en avant, ce qui a effectivement augmenté la puissance de feu globale, malgré le fait que l'armement soit resté le même. L'armure est également restée inchangée.

Le HMS Curlew fut lancé le 3 juillet 1917 et mis en service le 14 décembre 1917.

 

 

Croiseur léger HMS Curlew

Croiseur léger HMS Curlew

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après la mise en service et les essais, le HMS Curlew fut affecté au 5e Escadron de croiseurs légers au début de 1918.

Avec cet escadron, d'autres progrès furent réalisés en mer du Nord à partir de mai, mais après la bataille du Skagerrak, les navires allemands restèrent principalement dans les ports ou dans la mer Baltique, de sorte qu'il n'y eut aucun contact ennemi avant la fin de la guerre.

 

 

 

Déploiement après-guerre:

Après la fin de la Première Guerre mondiale, le navire a été déplacé vers la mer Baltique en janvier 1919 pour protéger les États baltes contre la marine russe pendant la guerre civile russe.

En avril 1919, le 1er Escadron de croiseurs légers est affecté, suivi de la flotte de réserve, puis du 5e Escadron de croiseurs légers, qui est transféré en Chine. Jusqu'au 24 novembre 1922, le navire fait escale dans plusieurs ports asiatiques jusqu'à ce qu'il soit affecté à la station nord-américaine des Bermudes.

Jusqu'en janvier 1927, divers ports des États-Unis, du Canada et d'Amérique du Sud étaient appelés, des manœuvres et des exercices étaient effectués.

D'avril 1927 à septembre 1928, le HMS Curlew fut de nouveau utilisé en Chine jusqu'à ce que le navire soit révisé et réparé en Grande-Bretagne. Le séjour au chantier naval dura jusqu'en août 1929, puis l'affectation au 3e Escadron de croiseurs et en octobre 1933 au 1er Escadron de croiseurs en Méditerranée.

En octobre 1936, le navire est désarmé et, à l'arsenal maritime de Chatham, la transformation du navire en croiseur antiaérien commence. Les concepteurs se sont orientés vers le croiseur léger HMS Coventry, dont la transformation avait commencé peu avant. Avec la conversion des deux croiseurs légers, la Royal Navy souhaitait intégrer des plates-formes antiaériennes mobiles qui protégeraient à la fois les côtes britanniques et les navires de guerre avec leurs armes contre les attaques aériennes.

Après la conversion en croiseur antiaérien, une installation d'essai radar a été installée en juillet 1939. A partir du 23 septembre 1939, l'installation était prête à fonctionner et pouvait être testée. Une fois les essais terminés, le navire a été affecté à la Flotte nationale en raison de la guerre et est passé à Scapa Flow le 1er octobre 1939.

 

 

Le HMS Curlew comme croiseur antiaérien

Le HMS Curlew comme croiseur antiaérien

 

 

 

Utilisation pendant la Seconde Guerre mondiale:

Jusqu'à la fin de 1939, le HMS Curlew était utilisé pour sécuriser les convois en Manche et en mer du Nord. En janvier 1940, l'affectation à la Humber Force a eu lieu.

Lorsque le commandement naval britannique a élaboré le plan d'occupation de la Norvège afin de couper l'approvisionnement de l'Allemagne en matières premières, le Courlis a été affecté à la fédération qui était destinée à cette opération. A partir du 9 avril 1940, la Wehrmacht allemande et la Kriegsmarine commencèrent également à occuper le Danemark et la Norvège. Du 16 au 21 avril, le navire assure d'abord le débarquement des troupes françaises à Namsos, au centre de la Norvège. Après s'être ravitaillé au Royaume-Uni, le HMS Curlew est retourné en Norvège le 23 avril avec les porte-avions HMS Glorious, HMS Ark Royal, le croiseur lourd HMS Berwick et six destroyers pour soutenir les troupes britanniques à Narvik. Jusqu'à ce qu'il soit remplacé par le HMS Sheffield le 28 avril, le navire subit quelques dommages causés par les attaques de l'armée de l'air allemande, qui n'ont guère été réparées à Scapa Flow.

 

 

 

Séjour:

Fin mai 1940, une attaque décisive contre les troupes allemandes devait être menée près de Narvik, le HMS Curlew servant de vaisseau amiral.

Le 26 mai 1940, le navire a navigué dans le Lavangfjord, une branche de l'Ofotfjord vers Narvik, quand il a été découvert et attaqué par un groupe de bombardiers allemands Heinkel He-111. Après plusieurs gros coups, le navire coule.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Curlew

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Croiseur léger

De 1937 :
Croiseur antiaérien

Classe:  

Ceres-Classe

Chantier naval:  

Vickers, Barrow

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

3 juillet 1917

Mise en service:  

14 décembre 1917

Séjour:  

Coulé par les forces aériennes allemandes dans le Lavangfjord le 26 mai 1940

Longueur:  

137,16 mètres

Largeur:  

13,2 mètres

Enrôler:  

Maximum 4,5 mètres

Déplacement:  

Maximum 5.355 tonnes

Garnison:  

432 hommes

Entraînement:  

6 Chaudières à achillée

2 turbines à engrenages Parsons

Pouvoir:  

40.000 PS (29.420 kW)

Vitesse de pointe:  

29 nœuds (54 kilomètres par heure)

 

Armant:

 

5 Canons à tir rapide Mk.XII 5 x 152 mm

2 Canons antiaériens L/45-Mk.I de 76 mm de diamètre

4 Canons antiaériens Hotchkkiss de 3 livres

2 Canons antiaériens de 2 pdr

4 x 2 Tubes torpilles ∅ 53,3 cm

 

de 1937 comme croiseur antiaérien:

10 x 102 mm Mk.V, 8 derniers

1 x 8 40 mm L/39 (2pdr)

2 x 4 mitrailleuses antiaériennes 12,7 mm

Blindage:  

Armure latérale 57-76 mm

Pont 25 mm

Boucliers 25 mm

Cloisons 25 mm

Poste de commandement 76 mm

 

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!