Cuirassé HMS Monarch

Le cuirassé HMS Monarch appartenait aux quatre navires de la classe Orion et était considéré en Grande-Bretagne comme le navire des Super Dreadnoughts.

 

Lancement et conception:

Après le lancement par la marine impériale, le 25 septembre 1909, du premier navire de la classe Helgoland, portant le calibre de l'armement principal à 30,5 cm, la marine britannique fut contrainte de développer également des cuirassés de plus gros calibre.

Le 29 novembre 1909 commence la pose de la quille du navire de type HMS Orion. Dans ce type de cuirassé, un calibre de 34,3 cm est utilisé pour la première fois et l'armement principal est placé dans la ligne médiane du navire avec les tourelles avant élevées. La construction des Super Dreadnoughts en Grande-Bretagne a commencé avec ce cuirassé.

La classe Orion était limitée à quatre navires, le HMS Monarch étant le dernier navire de sa classe.

Le HMS Monarch fut lancé le 30 mars 1911 et mis en service le 27 avril 1912.

 

 

Cuirassé HMS Monarch

Cuirassé HMS Monarch

 

Cuirassé HMS Monarch

Cuirassé HMS Monarch

 

HMS Monarch en cale sèche

HMS Monarch en cale sèche

 

Le HMS Monarch tire avec les canons lourds

Le HMS Monarch tire avec les canons lourds

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après la mise en service et les essais, le HMS Monarch a été affecté au 2e escadron de combat de la Grande Flotte. Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, le navire de cet escadron se trouvait à Scapa Flow et a assumé des tâches de sécurité au large des côtes britanniques.

Au cours d'un de ces voyages de sécurité, le navire fut torpillé par le sous-marin allemand U-15 le 8 août 1914, mais la torpille ne fut pas touchée. Le croiseur accompagnateur HMS Birmingham a alors commencé à tirer sur le sous-marin. Lorsque le sous-marin a voulu plonger, il a été percuté par le croiseur et a coulé avec tout l'équipage.

Le 27 décembre 1914, il y a eu une collision avec le navire jumeau HMS Conqueror, où le monarque a subi de lourds dommages à l'avant. Scapa Flow a d'abord subi une réparation de fortune, mais le navire a dû être déplacé à Devonport pour être à nouveau pleinement opérationnel. Le 20 janvier 1915, les travaux sont terminés et le navire peut retourner à son escadron.

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1916, le HMS Monarch participe à la bataille du Skagerrak. Le navire a tiré un total de 53 grenades, mais n'a pu enregistrer qu'un coup non confirmé sur le SMS Lützow, mais n'a reçu aucun coup en retour.

Jusqu'à la fin de la guerre, quelques progrès ont été réalisés dans la mer du Nord, mais il n'y a eu aucun contact avec l'ennemi.

 

 

 

Séjour:

Après la fin de la Première Guerre mondiale, le HMS Monarch reste dans le 2e escadron de combat de la Grande Flotte. Toutefois, selon les dispositions de l'Accord de la flotte de Washington du 12 novembre 1921, le navire n'était plus autorisé à être utilisé dans son état dans la Royal Navy.

Il a donc été décidé d'utiliser le navire comme navire cible. A cette fin, tous les équipements, pièces et armements importants et précieux ont été retirés afin que le navire puisse être remorqué et ancré à 50 milles au sud des îles Scilly à partir du 14 juin 1924.

À partir du 21 janvier 1925, les exercices ont commencé, d'abord par des bombardiers, puis par des croiseurs légers et des destroyers. Le soir, le navire a été bombardé par des croiseurs et des cuirassés. Après les dernières touches du HMS Revenge, le navire coula complètement.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Monarch

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Cuirassé

Classe:  

Orion-Classe

Chantier naval:  

W. G. Armstrong, Whitworth & Co, Elswick

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

30 mars 1911

Mise en service:  

27 avril 1912

Séjour:  

Le 21 janvier 1925, coulé comme navire cible par le HMS Revenge

Longueur:  

177,1 mètres

Largeur:  

26,8 mètres

Enrôler:  

Maximum 8,4 mètres

Déplacement:  

Maximum 25.870 tonnes

Garnison:  

750 - 1100 hommes

Entraînement:  

Turbines à vapeur Parsons

18 chaudières à tubes d'eau Babcock et Wilcox

Pouvoir:  

22.000 PSw

Vitesse de pointe:  

21 noeuds

 

Armant:

 

10 × 34,3 cm Pistolets Mk. V dans des tourelles jumelées

16 × 10,2 cm Pistolets Mk VII

Fusils de salut de 4 × 3 livres

3 × 533 mm Tubes torpilles

Blindage:  

Blindage de ceinture jusqu'à 300 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!