Cuirassé SMS Posen

Le grand paquebot SMS Posen appartenait à la classe Nassau et marquait le début des cuirassés de la marine impériale. Malgré les progrès techniques déjà connus dans la conception, la classe des navires a pris du retard par rapport à son potentiel.

 

Lancement et conception:

La conception de la classe Nassau est basée sur l'expérience des navires prédécesseurs de la classe allemande. Au début du XXe siècle, les commandants navals des plus grandes puissances navales sont de plus en plus impliqués dans la construction des cuirassés. Dans l'Empire allemand, la planification d'une telle classe de navires a commencé dès 1904, après quoi les navires de la classe Nassau ont été développés. Un peu plus tôt, le HMS Dreadnought a été lancé en Grande-Bretagne, qui fut le premier cuirassé au monde.

En particulier dans le domaine de la lutte contre les incendies, de grands progrès ont été réalisés, car la planification supposait déjà que les futures batailles en mer auraient lieu à une plus grande distance et que, par conséquent, l'acquisition d'objectifs à une grande distance serait décisive. L'interaction des armes d'un navire devrait également être améliorée.

Des mesures ont également été prises dans le domaine de la protection. Ainsi le matériau de construction bois a été remplacé pour la décoration intérieure principalement par la tôle et le métal afin de donner au feu peu de possibilités de propagation.

En raison de la puissance explosive sans cesse croissante des torpilles, une nouvelle conception a été introduite dans la classe Nassau pour intercepter clairement l'énergie d'une détonation. Le mur extérieur était relativement mince, derrière lui un couloir vide de plusieurs mètres de long a été construit et fermé par un autre mur. Derrière eux se trouvaient les gisements de charbon et de pétrole.

Lors de la planification des navires de la classe Nassau, la possibilité était déjà connue de placer les canons principaux en ligne et de tirer les uns sur les autres. Comme aucune installation de turbine pour navires ne pouvait encore être construite en Allemagne, les navires de la classe Nassau devaient encore être équipés de machines à vapeur à piston, qui occupaient une place correspondante à l'intérieur du navire et les canons principaux étaient donc construits en disposition hexagonale.

Le SMS Posen a été lancé le 12 décembre 1908 et mis en service le 31 mai 1910.

 

Cuirassé SMS Posen

Cuirassé SMS Posen

 

Cuirassé SMS Posen

Cuirassé SMS Posen

 

 

 

Histoire de SMS Posen:

Après la mise en service, les essais habituels ont eu lieu. En septembre 1910, le navire a été mis hors service pour une courte période, car l'équipage du Poznan a dû être augmenté avec celui du SMS Wittelsbach.

Le 20 septembre, le Posen est affecté au 1er escadron et les manœuvres du 1er escadron commencent.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Au début de la Première Guerre mondiale, SMS Posen a d'abord participé à l'avancée de la flotte hauturière en mer du Nord, puis s'est rendu en mer Baltique avec l'escadron en 1915 et a soutenu les opérations de la marine impériale dans le golfe de Riga. Au cours de cette opération, il y a eu plusieurs batailles avec des navires russes. Ainsi, le 19 août 1915, le Sivutsch fut coulé de Posen et Nassau. Le 27 août, le déménagement a eu lieu de nouveau en mer du Nord.

Dans la nuit du 31 mai au 1er juin 1916, le SMS Posen participe à la bataille du Skagerrak. Pendant la nuit, il y a eu une collision avec le petit croiseur Elbing, qui a été tellement endommagé qu'il a dû être abandonné. Au cours de la suite de la bataille, le Posen pourrait couler deux destroyers britanniques et en endommager un troisième. Le navire lui-même n'avait subi aucun dommage. Après la bataille, le navire a été remis en état au chantier naval du 26 juin au 17 juillet 1916.

A partir d'avril 1918, le SMS Posen fut confié à l'Association spéciale pour l'intervention en Finlande, dont la tâche était de séparer la Finlande de la Russie et de porter au pouvoir le mouvement favorable aux Allemands. C'est ainsi que Posen et la Westfalen participèrent le 3 avril 1918 à l'occupation de la station de signalisation au large de Russarö. Les 13 et 14 avril, une partie de l'équipage du navire a participé à l'occupation d'Helsinki, où quatre marins ont été tués. Le 22 avril, une aile d'hélice du navire a été endommagée par des débris au large d'Helsinki. Après la libération du Posen du Association spéciale, la réparation a été effectuée sur le chantier naval de Kiel jusqu'au 5 mai.

La dernière opération de la guerre a été menée par le SMS Posen le 2 octobre 1918, alors qu'il était censé accompagner et protéger les sous-marins revenant de Flandre.

Bien que le Posen ait également été inscrit sur la liste de la flotte du 24 octobre 1918, ce qui aurait signifié une bataille finale et décisive contre les navires britanniques, les mutineries sur les autres grands navires de guerre ont fait que ce projet n'est plus réalisé.

Le 10 novembre, le SMS Posen est mis en service à Wilhelmshaven et mis hors service le 16 décembre 1918.

 

 

 

Séjour:

Selon les termes du cessez-le-feu, le SMS Posen n'était pas l'un des navires à être interné dans Scapa Flow. Les machines à vapeur à piston du navire ont été la raison pour laquelle les puissances victorieuses ont classé le Poznan comme obsolète.

Ce n'est que le 5 novembre 1919 qu'il fut décidé que le navire devait être livré en Grande-Bretagne à titre de service de réparation. Le navire fut livré le 13 mai 1920, mais comme les Britanniques ne savaient pas quoi en faire, il fut vendu à une compagnie hollandaise qui le fit démanteler à Dordrecht en 1922.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Posen

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Cuirassé

Classe:  

Nassau-Classe

Chantier naval:  

Germaniawerft, Kiel

Frais de construction:  

36.920.000 Mark

Lancement:  

12 décembre 1908

Mise en service:  

31 mai 1910

Séjour:  

1922 mis au rebut à Dordrecht

Longueur:  

146,1 mètres

Largeur:  

26,9 mètres

Enrôler:  

Maximum 8,76 mètres

Déplacement:  

Maximum 20.535 tonnes

Garnison:  

972 à 1 033 hommes

Entraînement:  

12 chaudières marines
3 mélangeuses verticales à 3 cylindres

Pouvoir:  

28.117 PS (20.680 kW)

Vitesse de pointe:  

20,0 noeuds (37 km/h)

Armant:  

12 × Pistolet à tir rapide 28cm L/45 (900 coups)

12 × Pistolet à tir rapide 15cm L/45 (1.800 coups)

16 × Canon à tir rapide 8,8cm L/45 (à partir de 1915 2 x canons antiaériens, 2.400 coups)

6 × tube torpille ø 45cm (4 côtés, 1 avant, 1 arrière sous l'eau, 16 coups)

Blindage:  

Ligne de flottaison: 80-300 mm
Plateau: 55-80 mm
Cloison torpille: 30 mm
Tours: 90-280 mm
Casemates: 160 mm
Poste de contrôle avant: 80-400 mm
Poste de commande arrière: 50-200 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!