Destructeur HMS Afridi

Le destructeur HMS Afridi appartenait à la classe tribale qui comprenait 12 navires et qui furent les premiers navires de la Royal Navy à être équipés d'une turbine à propulsion et à l'huile.

 

Lancement et conception:

Les destroyers de la classe River ont été construits pour la Royal Navy en 1903. Peu après la mise en service, il est apparu que la vitesse de 25,5 kn et les deux moteurs à triple détente au charbon n'étaient plus à jour. En novembre 1904, par exemple, le Premier Sealord John Fisher a établi les exigences relatives aux nouveaux destroyers pour le ministère britannique de la Marine. Ils devraient avoir une vitesse d'au moins 33 nœuds et être équipés des nouvelles turbines à vapeur alimentées au mazout.

Le ministère de la Marine a béni les exigences, bien que certains problèmes soient évidents à cet égard. Les nouvelles turbines rendraient les nouveaux destroyers plus longs et donc plus vulnérables aux tempêtes en haute mer. De plus, la consommation de carburant des turbines était très élevée, de sorte que le rayon d'action des navires devenait plus petit. Malgré les défauts en suspens, la commande de cinq destroyers de la nouvelle classe a d'abord été passée auprès de différents chantiers navals. Étant donné que les détails de la construction ont été laissés aux chantiers navals eux-mêmes, les différents navires de la classe Tribal étaient différents dans certains détails, tels que le nombre de cheminées. Le contrat pour HMS Afridi a été attribué au chantier naval Armstrong-Whitworth d'Elswick.

Comme les chantiers navals disposaient d'une grande liberté d'action dans les détails, les concepteurs du chantier Armstrong du HMS Afridi ont opté pour trois courtes cheminées et cinq chaudières à tubes d'eau Yarrow pour l'alimentation en vapeur des turbines Parsons. Trois vieux canons de douze livres ont été choisis comme armement, principalement pour des raisons de coût. Deux des canons étaient installés à l'avant et un à l'arrière. Cependant, comme cet armement était trop faible pour la direction navale, Afridi a reçu deux canons de douze livres supplémentaires avant sa mise en service.

Le lancement du HMS Afridi a eu lieu le 8 mai 1907, sa mise en service le 10 septembre 1909.

 

 

Destructeur HMS Afridi

Destructeur HMS Afridi

 

 

 

Histoire de HMS Afridi:

Après le lancement, les premiers essais ont révélé des défauts considérables dans le système d'entraînement, de sorte qu'il a dû être retravaillé à plusieurs reprises. Outre les intempéries, par lesquelles aucun essai n'a pu être effectué, les grèves au chantier naval ont également retardé les travaux du navire, de sorte qu'il n'a pu être remis à la Royal Navy qu'avec un retard de 26 mois.

Avec les autres navires de la classe Tribal, entre-temps portée à 12, le HMS Afridi est affecté à la 1ère Flottille des Destructeurs, qui opère principalement avec les cuirassés modernes de la Home Fleet.

Lorsque les destructeurs de la 1ère flottille furent progressivement remplacés par de nouveaux navires, l'Afridi fut transféré à la 4ème flottille de destroyers à Portsmouth en 1912. À cette époque, les destroyers étaient également classés en classe F, ce qui signifiait qu'ils devaient porter un gros F à l'avant.

En raison de leur courte portée, les navires de la classe Tribal furent transférés à Douvres en février 1914 et y furent combinés pour former la 6e Flottille destructrice.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, les navires de la 6e Flottille des Destructeurs ont été affectés à la protection de la section côtière britannique en tant que patrouille à Douvres. Jusqu'à la fin de la guerre, le HMS Afridi est resté dans cette tâche.

Le 24 mars 1916, le navire est l'un de ceux qui participent au sauvetage des survivants du traversier du chenal Sussex. Le ferry avait déjà été torpillé par le sous-marin allemand UB-29 lorsque le Reich allemand a déclaré la guerre sous-marine sans restriction pour la Grande-Bretagne.

Entre avril et octobre 1917, les canons de 12 livres furent échangés contre des canons plus puissants de 4,7 pouces (120 mm) à tir rapide, le Reich allemand stationnant ses torpilleurs lourdement armés dans le nord de la Belgique.

Les 22 et 23 avril 1918, la Royal Navy commença les attaques contre les ports belges d'Ostende et de Zeebrugge pour les rendre inutilisables par les navires de guerre allemands. Le HMS Afridi participant a protégé les navires qui devaient être coulés avant l'entrée du port d'Ostende. A cause d'une mauvaise navigation, l'attaque d'Ostende a échoué et les bateaux se sont échoués au mauvais endroit.

 

 

 

Séjour:

Après la guerre, le HMS Afridi avec les quatre derniers destroyers de la classe Tribal (HMS Cossack, HMS Saracen, HMS Viking et HMS Zubian) fut transféré à Humber et en février 1919, il fut combiné à la 7ème flottille de destroyers.

Déjà en mars 1919, le navire a été mis hors service et mis en vente. La société britannique F. Wilkinson a acheté le navire le 9 décembre 1919 et l'a mis au rebut.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Afridi

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Destructeur

Classe:  

Tribal-Classe

Chantier naval:  

Armstrong-Whitworth, Newcastle-Elswick

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

8 mai 1907.

Mise en service:  

10 septembre 1909

Séjour:  

Vendu le 9 décembre 1919, puis mis au rebut

Longueur:  

80,31 mètres

Largeur:  

7,62 mètres

Enrôler:  

Maximum 2,29 mètres

Déplacement:  

Maximum 992 tonnes

Garnison:  

65 hommes

Entraînement:  

5 Chaudière à achillée
3 turbines à vapeur à engrenages simples

Pouvoir:  

14.250 PS

Vitesse de pointe:  

33 nœuds

 

Armant:

 

5 x 12 pdr canons (76 mm-L/40)

Depuis octobre 1917:
5 canons à tir rapide de 4,7 pouces (120 mm)

2 x tubes torpilles

Blindage:  

inconnu

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!