Grades de la Waffen SS

Des candidats de S. S. , indiqué aussi le candidat d'échelon, étaient personnes masculines qui avaient cherché un emploi à des candidats autour du début à S. S. généraux ou aux associations de S. S. armées comme des associations de crâne de S. S. ou la troupe de disposition de S. S. (à partir de 1940 S. S. d'armes). L'appartenance dans Parti national-socialiste n'était pas irréfutable à la candidature bien que les plus grands candidats de S. S. appartiennent à celui-ci. A S. S. d'armes, le candidat de S. S. / le candidat d'échelon le rang militaire Tireur de S. S. était utilisé au lieu de l'indication.

 

Critères de début

A partir du septembre 1935, des candidats à l'âge de 23 à 35 ans étaient pris selon la „circulaire du numéro 1“ dans l'échelon de protection à former à neuf. Ils devaient pouvoir appeler deux répondants, pendant cinq ans sur une place par la police être annoncés être bâtis, en outre, sain et vigoureusement.

La condition la plus importante d'une candidature couronnée de succès était petit Ariernachweis dans lequel le demandeur devait prouver le sien complet arische, c. -à-d. , avant tout, l'origine non juive jusqu'à ses grands-parents (pour des grades d'équipe et grades de sous-chef). Pour des chefs ou candidats de chef on exigeait de grands Ariernachweis qui devait remonter complet jusqu'à 1750.

Pour le début des candidats de S. S. dans l'échelon de protection étaient du chef de tempête principal de S. S. de cette époque-là le professeur Dr. Bruno K. Schultz l'échelle de valeurs élaborée pour la commission de races du bureau central de race et de colonie (RuSHA) devant quoi les candidats de S. S. avaient à apparaître à l'examen d'admission, la condition irréfutable. L'échelle de valeurs contenait trois groupes :
- apparence raciale du candidat
- condition corporelle
- attitude générale

 

En outre, la différence le soi-disant tableau de races cinq groupes :
- groupe purement nordique
- prédominant le groupe nordique ou fälische
- Groupe d'un et deux gens mélangés harmonieux avec les légers alpins, dinarischen ou les additions mittelmeerischen
- Groupe des métis ostischen ou l'origine alpine
- Groupe des métis de l'origine extraeuropéenne

 

Seulement les candidats lesquels remplissaient les critères des premiers trois groupes étaient dignes de S. S. En outre, le professeur de RuSHA Schultz exigeait une anatomie bien proportionnée dans un système de neuf points. Ici seulement les premières quatre notes ("la stature idéale", étaient "distinguées", "très étaient bonnes" et "étaient bonnes") étaient importantes pour le début. Des candidats avec les plus basses trois notes échouaient, habituellement.

A côté „de l'intégration raciale“ des candidats dans l'un de cinq groupes, ceux-ci devaient aussi avoir une anatomie sportive entraînée et une grandeur minimale prescrite. Cela concernait seulement des personnes qui voulaient adhérer après 1933 S. S. Les vieux combattants S. S. n'étaient pas attachés à ces grandeurs minimales.

Après la constation formelle de l'aptitude par la commission de races, le candidat des examens et essais devait se soumettre. Avec cela, les stations séparées s'orientaient après le calendrier de fête NS.

 

 

 

Equipes

- SS-Schütze (Tireur de S. S.)
- SS-Oberschütze (Un supérieur tireur de S. S.)
- SS-Sturmmann (Sturmmann de S. S.)
- SS-Rottenführer (Chef de troupes de S. S.)

 

Grades d'équipe des armes S. S.

Grades d'équipe des armes S. S.

SS-Schütze (Tireur de S. S.) (1), SS-Oberschütze (Un supérieur tireur de S. S.) (2), SS-Sturmmann (Sturmmann de S. S.) (3), SS-Rottenführer (Chef de troupes de S. S.) (4)

 

 

 

Sous-officiers

- SS-Unterscharführer (Chef de sous-foule de S. S.)
- SS-Scharführer (Chef de foule de S. S.)
- SS-Oberscharführer (Supérieur de foule chef de S. S.)
- SS-Hauptscharführer (Chef de foule principal de S. S.)
- SS-Sturmscharführer (Chef de foule de tempête de S. S.)

 

Grades de sous-officier des armes S. S.

Grades de sous-officier des armes S. S.

SS-Unterscharführer (Chef de sous-foule de S. S.) (1), SS-Scharführer (Chef de foule de S. S.) (2), SS-Oberscharführer (Supérieur de foule chef de S. S.) (3), SS-Hauptscharführer (Chef de foule principal de S. S.) (4), SS-Sturmscharführer (Chef de foule de tempête de S. S.) (5)

 

A côté de cela il y avait dans les grades des sous-officiers aussi les chefs le candidat des grades, comparablement avec les aspirants dans les forces armées:
- SS-Junker (Cadet de S. S.)
- SS-Oberjunker (Un supérieur cadet de S. S.)
- SS-Standartenjunker (Cadet d'étendards de S. S.)
- SS-Standartenoberjunker (Cadet supérieur d'étendards de S. S.)

 

 

 

Officiers

- SS-Untersturmführer (Chef de sous-tempête de S. S.)
- SS-Obersturmführer (Supérieur de tempête chef de S. S.)
- SS-Hauptsturmführer (Chef de tempête principal de S. S.)
- SS-Sturmbannführer (Chef de ban de tempête de S. S.)
- SS-Obersturmbannführer (Supérieur de tempête de ban chef de S. S.)
- SS-Standartenführer (Chef d'étendards de S. S.)
- SS-Oberführer (Un supérieur chef de S. S.)

 

Officiers S. S. d'armes

Officiers S. S. d'armes

SS-Untersturmführer (Chef de sous-tempête de S. S.) (1), SS-Obersturmführer (Supérieur de tempête chef de S. S.) (2), SS-Hauptsturmführer (Chef de tempête principal de S. S.) (3), SS-Sturmbannführer (Chef de ban de tempête de S. S.) (4), SS-Obersturmbannführer (Supérieur de tempête de ban chef de S. S.) (5),
SS-Standartenführer (Chef d'étendards de S. S.) (6), SS-Oberführer (Un supérieur chef de S. S.) (7)

 

 

 

Généraux

- SS-Brigadeführer (Chef de brigade de S. S.)
- SS-Gruppenführer (Chef de groupe de S. S.)
- SS-Obergruppenführer (Un supérieur chef de groupe de S. S.)
- SS-Oberst-Gruppenführer (Chef de groupe de colonel de S. S.)
- Reichsführer-SS Heinrich Himmler (S. S. de chef d'empire)

 

Généraux S. S. d'armes

Généraux S. S. d'armes

SS-Brigadeführer (Chef de brigade de S. S.) (1), SS-Gruppenführer (Chef de groupe de S. S.) (2), SS-Obergruppenführer (Un supérieur chef de groupe de S. S.) (3), SS-Oberst-Gruppenführer (Chef de groupe de colonel de S. S.) (4),
Reichsführer-SS Heinrich Himmler (S. S. de chef d'empire) (5)

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La Waffen-SS - Tome 1

La Waffen-SS - Tome 1 (1) Poche – 16 octobre 2014

Issue de la troupe chargée dans les années 1930 de protéger Hitler, la Waffen-SS est devenue avec la guerre une composante déterminante des forces armées du IIIe Reich, associant au passage son nom au fanatisme guerrier. Surtout, elle est devenue le symbole de la barbarie nazie à travers les crimes que ses unités ont perpétrés en Europe occupée, à l'image des 642 civils massacrés à Oradour-sur-Glane par la division " Das Reich " le 10 juin 1944.

S'appuyant sur des fonds d'archives allemands d'une exceptionnelle richesse, ce livre offre la première histoire globale des soldats SS et révèle la réalité de leurs parcours. Loin d'une légende souvent complaisante ou des idées reçues, s'attachant aux anonymes comme aux chefs, Jean-Luc Leleu a brossé une fresque qui fait date.

Cliquez ici!

 

 

La Waffen-SS - Tome 2

La Waffen-SS - Tome 2 (02) Poche – 16 octobre 2014

Issue de la troupe chargée dans les années 1930 de protéger Hitler, la Waffen-SS est devenue avec la guerre une composante déterminante des forces armées du IIIe Reich, associant au passage son nom au fanatisme guerrier. Surtout, elle est devenue le symbole de la barbarie nazie à travers les crimes que ses unités ont perpétrés en Europe occupée, à l'image des 642 civils massacrés à Oradour-sur-Glane par la division " Das Reich " le 10 juin 1944.
S'appuyant sur des fonds d'archives allemands d'une exceptionnelle richesse, ce livre offre la première histoire globale des soldats SS et révèle la réalité de leurs parcours. Loin d'une légende souvent complaisante ou des idées reçues, s'attachant aux anonymes comme aux chefs, Jean-Luc Leleu a brossé une fresque qui fait date.
" Une étude riche, éloignée de toute complaisance comme de tout lieu commun. " Frédéric Valloire, Valeurs actuelles

Cliquez ici!

 

 

Pour la France, pour l'Europe: Le parcours d'un officier français de la LVF à la Charlemagne (1941 - 1945)

Pour la France, pour l'Europe: Le parcours d'un officier français de la LVF à la Charlemagne (1941 - 1945) Broché – 7 août 2018

Le total des volontaires français ayant revêtu l’uniforme allemand, toutes unités confondues, n’excède pas les 15 000 hommes. Le parcours du capitaine Martin est particulièrement intéressant à étudier, car cet officier s’est engagé dans la Légion des Volontaires contre le bolchevisme en 1941 et il terminera la guerre en 1945 dans la division « Charlemagne ». Le livre présente dans une première partie ce qu’était la collaboration militaire avec un historique de la LVF, la brigade Frankreich et enfin la division Charlemagne avec aussi des réponses sur les motivations de ces volontaires. La deuxième partie se concentre sur les documents et photos personnels du capitaine Martin. Cette partie est totalement inédite avec en particulier un ensemble de 120 photographies prisent sur le front de l'Est entre 1941 et 1943 et jamais publiées. La dernière partie est faite d'annexe pour permettre au lecteur de se référer à la présentation de documents officiels ainsi qu'une étude rarement aussi poussée sur la composition et les organigrammes des unités et leurs évolutions successives (LVF, Brigade Frankreich, Division Charlemagne). Aperçu de la table des matières : INTRODUCTION LA COLLABORATION MILITAIRE AVEC L’ALLEMAGNE. 1. La Légion des Volontaires Français (L.V.F). 2. La SS-Frw. Ssturmbrigade « Frankreich ». 3. La brigade puis division « Charlemagne ». 4. Recrutement et motivations des volontaires 5. Épilogue DOCUMENTS DU CAPITAINE JACQUES MARTIN 1. Témoignage et photographies du capitaine MARTIN. 2. Témoignage de Gérard MARTIN, l’un des deux fils du capitaine MARTIN. 3. Les combats pour Dantzig 4. Cartes 5. Les décorations du capitaine MARTIN ANNEXES 1. les mouvements politiques collaborationnistes français. 2. Statuts de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. 3. loi n° 95 du 11 février 1943 relative à la L.V.F. 4. Les mécanismes de la propagande. 5. Les supports de la propagande pour l’engagement des français dans l’armée allemande 6. Composition, dotation et effectifs de guerre théoriques du frz.Inf.-Rgt. 638 et ses évolutions successives. 7. Ordre du jour du Generalleutnant Von GABLENZ du 12 décembre 1941. 8. Lettre du commandant de la 7e DI au colonel LABONNE du 16 décembre 1941. 9. Félicitations adressées à la 221e division de sécurité le 16 février 1943. 10. La guerre des partisans. 11. Communiqué du haut commandement de la Wehrmacht, du 27 février 1944. 12. Loi n° 428 du 22 juillet 1943 relative aux engagements volontaires dans les formations antibolchevistes. 13. Tableau d’équivalence des grades 14. Composition, dotation et effectifs de guerre théoriques du Ier bataillon de la 8. Französische-SS-Freiwilligen-Sturmbrigade. 15. Provenance des membres de la Charlemagne. 16. Composition, dotation et effectifs de guerre théoriques de la « Charlemagne " et ses évolutions successives. 17. Rapport Ourdan sur la L.V.F. durant l’hiver 1941. 18. Rapport Simoni sur la situation de la L.V.F. dans l’Est (1943). 19. Lettre du sous-lieutenant MARTIN à l’EMLA du 8 août 1942. 20. Compte-rendu du capitaine Jacques MARTIN du 22 janvier 1944. 241 21. Ordre du jour du Dr KRUKENBERG à la division Charlemagne du 27 mars 1945. 22. Témoignage du Dr KRUKENBERG sur la division « Charlemagne ». 23. Uniformes et insignes de la L.V.F. à la « Charlemagne ». 24. Images de la L.V.F. à la « Charlemagne ». 25. Sur les traces du Sturmbataillon à Berlin en 2015.

Cliquez ici!

 

 

Les Waffen SS

Les Waffen SS

Ce qui n'était, jusqu'à la guerre qu'un groupe d'hommes de main à la solde de l'idéologie nazie, les Schutzstaffel ou SS se développa en se divisant en deux groupes : les SS proprement dits chargés des camps de concentration et du nettoyage ethnique dans les terrotoires occupés, et les Waffen SS, ceux qui devinrent vite une armée dans l'armée, jouissant d'un régime privilégié et forte d'un million de combattants. Mieux entraînés, mieux armés et surtout aveuglément dévoués à l'idéologie nazie, ils étaient la fierté d'Hitler, qui savait pouvoir compter sur eux pour les combats les plus durs. Ils menèrent la dernière offensive dans les Ardennes, ils défendirent Berlin contre les troupes russes jusqu'à la mort. les 38 divisions Waffen SS ne comptaient pourtant que 400 000 allemands, les 600 000 autres provenant de 30 nationalités.

Cliquez ici!

 

 

SS-Charlemagne: The 33rd Waffen-Grenadier Division of the SS

SS-Charlemagne: The 33rd Waffen-Grenadier Division of the SS (Anglais) Relié – 30 août 2010

SS Carlemgne In May 1945, as the triumphant Red Army crushed the last pockets of German resistance in central Berlin, French soldiers fought back. They were the last surviving members of SS Charlemagne, the Waffen SS division made up of French volunteers. They were among the final defenders of the city and of Hitler s bunker.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!