La conquête britannique de l’Inde

Au XVIIIe siècle, le sous-continent indien a été divisé en petits états après la mort du Grand Mogul Aurangseb en 1707, et le pouvoir des anciens Moguls dominants était également limité à la région de Delhi. Les grandes puissances européennes, surtout l'Angleterre et la France, en ont profité pour établir des bases commerciales. Les Anglais étaient administrés par la Compagnie des Indes orientales, qui était également responsable de toutes les questions relevant de sa sphère d'influence, ainsi que de l'armée.

 

Carte de l'Asie du XVIe au XVIIIe siècle

Carte de l'Asie du XVIe au XVIIIe siècle

 

 

Cela conduisait souvent à des conflits avec les Français, surtout lorsqu'il y avait une guerre entre les deux Etats en Europe, qui s'étendait aussi aux colonies respectives des mères-pays. L'Inde n'a pas fait exception.

Le gouverneur français Joseph François Dupleix a essayé d'étendre la sphère d'influence des Français à partir de 1742 et d'évincer les Britanniques du sous-continent. En 1746, ils ont pu conquérir la base anglaise de Madras et la rendre aux Britanniques après la paix de la guerre de succession autrichienne. Une nouvelle flambée d'hostilités a suivi à partir de 1756 lorsque la guerre de Sept Ans a éclaté en Europe.

Le début de la conquête britannique de l'Inde a été marqué par la défaite. Le Nawab (souverain) Siraj ud-Daula du Bengale permet aux entreprises françaises et britanniques d'établir des établissements commerciaux sur son territoire. Lorsque la guerre de Sept Ans a éclaté en Europe, les Britanniques ont été forcés d'étendre leurs fortifications à Calcutta pour se préparer à une éventuelle attaque des Français. Siraj ud-Daula s'est vu snobé par cette fortification et a conquis la ville avec ses troupes.

La reconquête par les Britanniques a eu lieu au début de 1757, lorsque le colonel Robert Clive a navigué avec une petite armée de Madras vers Calcutta. Par la suite, la ville a été occupée par environ 1 000 Britanniques et 2 000 sepoys (soldats indiens). Le Nawab Siraj ud-Daula, pour sa part, a rassemblé une armée de 50 000 hommes pour tirer à nouveau contre les Britanniques et conquérir Calcutta. Mais les Britanniques avaient gravement affaibli la position de Nawab dans la course en soudoyant ses officiers et en promettant à ses rivaux le trône sous le règne de Mir Jafar. Ainsi, le nombre de troupes Nawab lors de la bataille de Plassey le 23 juin n'était que d'environ 5 000. La victoire revient aux Britanniques qui, à leur tour, conquièrent le territoire bengali et désignent Mir Jafar comme chef marionnettiste.

En 1760, les Britanniques frappèrent leur plus grand coup contre les Français lorsqu'un régiment d'infanterie dirigé par Sir Eyre Coote battit le comte de Lally et assiégea la plus importante base française de Pondichéry. En 1761, la base a été rendue et les Français ont été expulsés du sous-continent.

 

 

 

Le début des conquêtes britanniques:

En 1761, une guerre parallèle a eu lieu dans le nord de l'Inde lorsque les musulmans afghans sous Ahmad Shah Durrani ont envahi et combattu les Marathens hindous. Bien que cette bataille s'est terminée par un match nul, le dirigeant de Mysore Haidar Alis a profité de l'occasion des Marathens affaiblis et a considérablement élargi sa position. Son ascension a été favorisée par le soutien des Français, qui ont formé ses soldats et fourni des armes. Le fils d'Ali, Tipu Sultan, remporte alors plusieurs victoires contre les Britanniques, dont Polliur en 1780 et Tanjore en 1782. Ce n'est qu'en 1799 que les Britanniques lancèrent une contre-attaque lorsque Napoléon envahit l'Égypte et que les Britanniques craignirent une nouvelle intervention française en Inde. Lors de la conquête de la capitale mystique Seringapatam, Tipu a été tué. Puis les Britanniques se tournèrent vers les Marathans, qui étaient affaiblis par leur désunion interne. En 1803, des victoires ont été remportées dans le nord contre les Marathans, et en septembre, une armée a été défaite dans le centre de l'Inde. En 1805, une paix a été négociée, qui a apporté de grands territoires aux Britanniques, mais les Marathans ont conservé leur indépendance. Ce n'est qu'en 1817 et 1818 que les Marathans ont pu être vaincus et que le territoire britannique s'est étendu au Pendjab.

Au début du XIXe siècle, les Sikhs du Nord ont commencé à étendre leur territoire. Un affrontement avec les Britanniques a commencé en 1840, lorsque la Compagnie des Indes orientales a voulu étendre sa sphère d'influence à l'Inde du Nord. La bataille décisive eut lieu en 1846 à Sobraon, où l'armée des Sikhs fut détruite.

 

Carte de l'Asie au XVIIIe siècle

Carte de l'Asie au XVIIIe siècle

 

 

 

La transformation en colonie:

Après le soulèvement de Sepoy, le dernier magnat de l'Inde a été banni et la Compagnie des Indes orientales a été dissoute. Les possessions, les biens et tous les bureaux administratifs ont été transférés directement à la couronne anglaise. Ainsi, l'Inde est finalement devenue une colonie de l'Empire britannique.

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!