La guerre civile américaine

La première pierre de la guerre de Sécession américaine a été posée avec la Constitution après la Déclaration d'indépendance, lorsque la décision de maintenir l'esclavage a été laissée aux Etats membres. Le pays était divisé en un nord négatif et un sud pratiquant. Lorsque Abraham Lincoln, qui voulait abolir l'esclavage partout aux États-Unis, est devenu président, les tensions se sont déchaînées et ont mené à la guerre la plus meurtrière sur le sol américain.

 

 

 

Arrière-plan:

Lorsque la Constitution des Nouveaux Etats-Unis d'Amérique a été rédigée en 1787, c'est aux Etats membres eux-mêmes qu'il appartenait de décider d'autoriser ou non l'esclavage. Les sept États du Nord ont alors aboli l'esclavage, les six États du Sud, qui avaient mis l'accent sur la production de coton, de tabac et de canne à sucre et étaient donc dépendants du travail forcé, ont continué à pratiquer l'esclavage.

Lorsque d'autres États ont été admis, on s'est également demandé s'ils conservaient ou non l'esclavage. Les États du Sud craignaient avec le temps que l'équilibre entre les partisans et les opposants ne soit à leur désavantage. D'autant plus qu'en 1857, la Cour suprême a déclaré inconstitutionnel le compromis du Missouri de 1820, censé régler l'équilibre entre partisans et opposants, et a finalement élu un président en 1860, Abraham Lincoln, qui voulait abolir complètement l'esclavage, les États du Sud ont commencé à se séparer du Nord. Une guerre semblait maintenant être le seul moyen d'unir les États-Unis.

 

Drapeau confédéré

Drapeau confédéré

 

Drapeau des États du Nord

Drapeau des États du Nord

 

 

 

Le début de la guerre:

Avec l'arrivée d'Abraham Lincoln et son idée politique d'abolir complètement l'esclavage, les États du Sud ont commencé à se séparer du Nord. Le premier pays à quitter l'Union fut la Caroline du Sud le 20 décembre 1860. Dix autres États suivirent le retrait au début de 1861 et unirent leurs forces pour former la Confédération avec Richmond, Virginie, comme capitale. Jefferson Davis a été élu président de la nouvelle confédération.

 

Abraham Lincoln, alors président des États-Unis

Abraham Lincoln, alors président des États-Unis

 

Jefferson Davis, président des États confédérés

Jefferson Davis, président des États confédérés

 

Même avant la guerre, les conditions étaient inégales. Alors que les États du Nord comptaient environ 23 millions d'habitants, le Sud n'était habité que par 9 millions de personnes, dont près de 3 millions d'esclaves. Le Sud était également nettement inférieur au Nord en termes économiques et structurels. Comme à l'époque de la division, l'armée américaine ne comptait que 16. 000 hommes et que cette armée est maintenant divisée entre les deux Etats, les deux parties ont dû constituer une nouvelle force armée de volontaires et les milices respectives des Etats membres.

Les premiers coups de feu de la guerre civile ont été tirés sur l'Union Fort Sumter en Caroline du Sud le 12 avril 1861 comme unités confédérées. En conséquence, l'Union a commencé à bloquer les villes portuaires de la Confédération avec ses navires.

Déjà au début de la guerre, les commandants en chef de l'armée de l'Union ont fait pression pour une avance rapide vers la capitale confédérée de Richmond, à 160 kilomètres au sud de Washington. Le général Irvin McDowell, qui a marché vers le sud avec ses soldats inexpérimentés, a pris la tête de cette entreprise. En juillet 1861, entre la rivière Bull Run et la jonction ferroviaire de Manassas, il rencontre pour la première fois une armée confédérée construite à la hâte. Bien que les troupes de l'Union aient eu l'effet de surprise de leur côté, les soldats confédérés, dirigés par le colonel Thomas J. Jackson, ont rapidement organisé la défense pour qu'aucune percée ne soit possible. La contre-attaque repoussa les troupes de l'Union et Jackson fut promu général.

Jusqu'en 1862, d'autres batailles menées par les dirigeants militaires de l'Union ont montré que cette guerre ne pouvait être gagnée aussi rapidement que prévu. Comme l'avance sur Richmond s'est arrêtée ces derniers mois, l'Union a ouvert un deuxième front à l'Ouest sous la direction d'Ulysse S. Grant. Grâce à son offensive, il parvint à conquérir quelques forts des Confédérés en peu de temps, d'ailleurs la ville de Nashville capitula. Lorsque Grant et ses soldats attendirent à Shiloh que l'armée de l'Ohio approche pour renforcer leur armée, le général confédéré Albert S. Johnston attaque le 6 avril 1862. Grant a pu être repoussé au début, mais quand l'armée de l'Ohio est arrivée cette nuit-là, il a pu lancer une contre-offensive et chasser l'armée confédérée. Après la victoire de Shiloh, le contrôle de l'important Mississippi revient à l'Union.

Après que l'avance des troupes de l'Union sur la côte est fut arrêtée par la Virginie sur Richmond, dans la seconde moitié de 1862, le mouvement revint au front, lorsque le général confédéré Robert E. Lee put repousser d'abord une nouvelle offensive de l'armée Unios du général George B. McClellan dans la "bataille des sept jours" et remporta une autre victoire dans la seconde bataille du Bull Run. Après la victoire, Lee avait prévu d'avancer avec son armée vers le nord. Bien que McClellan ait appris l'invasion prévue du nord, il a réagi trop lentement, laissant à Lee suffisamment de temps pour regrouper ses troupes derrière la rivière Antietam dans le Maryland. Lorsque les deux armées se rencontrent le 17 septembre 1862, McClellan hésite à nouveau et ne déploie pas tous ses soldats, mais en retient environ 20 000 comme réserve. Il a réussi à gagner la bataille, mais n'a pas réussi à détruire l'armée confédérée, et Lee a pu battre en retraite le lendemain avec le reste de son armée. L'armée de McClellan a perdu environ 12 000 soldats dans cette seule bataille.

Après sa défaite, le général Lee a dû abandonner son offensive vers le nord, mais une offensive de l'Union sur Richmond en décembre a également été repoussée. Aucun des deux camps n'a donc réussi à prendre le dessus en Virginie.

 

Commandants de l'armée de l'Union:

 

 

Commandants de l'armée confédérée:

 

 

Aperçu politique des États pendant la guerre civile

Aperçu politique des États pendant la guerre civile

 

 

 

Le renforcement des États du Nord:

Après deux années de guerre, ni l'Union ni la Confédération n'avaient réalisé une percée décisive. Au fur et à mesure que les commandants prennent conscience qu'une victoire rapide n'est plus en vue, les deux parties se préparent à une longue guerre d'usure.

Pour réapprovisionner ses troupes en nouveaux soldats, le Président des États du Nord, Abraham Lincoln, publia le 1er janvier 1863 la Déclaration d'émancipation, dans laquelle tous les esclaves, y compris ceux vivant dans les États du Sud, étaient déclarés libres. Ce décret a augmenté ses troupes de 200 000 volontaires supplémentaires, bien que les soldats noirs soient moins bien payés et ne puissent être promus au grade d'officier.

 

Soldats noirs de l'armée de l'Union

Soldats noirs de l'armée de l'Union

 

La première campagne de la seconde moitié de la guerre civile a été lancée par le général confédéré Lee, qui voulait mener la guerre sur le territoire des États du Nord. Il marcha avec ses troupes en avant sur la Pennsylvanie et sur le chemin, il put remporter une grande victoire sur l'armée du nord à Chancellorsville. Après deux mois, cependant, son offensive a pris fin lors de la bataille de Gettysburg qui a duré trois jours. En même temps, après un long siège, l'Union a pu prendre la ville de Vicksburg sur le fleuve Mississippi et interrompre l'approvisionnement de l'Arkansas, de la Louisiane et du Texas.

Au cours de l'année 1863, la supériorité personnelle et économique des États du Nord devint lentement évidente. Le blocus naval des navires de guerre de l'Union empêchait les importations et les exportations des États du Sud, qui avaient mis l'accent sur le commerce.

 

Carte de la guerre de Sécession américaine

Carte de la guerre de Sécession américaine

 

En mars 1864, la décision fut finalement prise. Le général de l'Union Grant a présenté un plan pour envahir la Virginie avec l'armée de l'Est et attaquer l'armée du Sud du général Lee. Pendant ce temps, l'armée de l'Ouest devait avancer vers le sud-est du Tennessee jusqu'en Géorgie, encerclant le sud par un mouvement de pinces. Lincoln était d'accord avec le plan et a également donné des instructions pour qu'il n'y ait plus d'échanges de prisonniers afin de vider l'armée du Sud de son personnel et que la guerre soit menée avec toute la rigueur nécessaire. Le caractère des batailles a changé radicalement vers la fin de la guerre civile, parce que les batailles ouvertes entre les armées ont diminué, les victimes civiles ont augmenté et des villes entières ont été rasées au sol selon le principe de la terre brûlée.

L'offensive des États du Nord commence en mai 1864. La campagne à travers la Virginie a été associée à des pertes élevées des deux côtés. Malgré les victoires de l'armée de l'Union à Wilderness et Spotsyvania et en juin à Cold Harbor, les lignes de l'armée du Sud ne pouvaient être brisées. Le général Grant fait maintenant pivoter ses troupes autour de la capitale confédérée Richmond, traverse la rivière James et veut attaquer la ville par le sud. Cependant, des troupes confédérées s'y sont opposées et se sont fortifiées à Pétersbourg. Un siège de neuf mois a commencé.

La campagne dans l'Ouest s'est mieux déroulée sous la direction du général Sherman, qui a pu prendre Atlanta avec ses troupes de l'Union en août. Après la promulgation de Lincoln avant l'offensive, il a laissé ses soldats en marche depuis la Géorgie vers l'est sur une bande de dévastation de 80 kilomètres de long. Puis il a retourné ses troupes vers le nord pour encercler les armées confédérées.

Le danger d'encerclement a conduit le général confédéré Lee à retirer ses troupes de Pétersbourg, à s'abstenir de défendre Richmond et à unir ses soldats à ceux qui avaient déjà combattu les troupes de l'Union Sherman en Caroline du Nord. Mais il avait mis trop de temps à battre en retraite, si bien que les troupes de l'Union conquirent Pétersbourg dès le 2 avril 1865, prirent Richmond 1 jour plus tard et poursuivirent ses troupes.

Le 8 avril 1865, les syndicats et les troupes confédérées s'affrontent au palais de justice d'Appomattox. Le général Lee a vu le désespoir de la lutte et a capitulé avec ses troupes. Cela a mis fin à la guerre civile.

 

Infographie Guerre d'indépendance et guerre civile

Infographie Guerre d'indépendance et guerre civile

 

 

 

Conséquences de la guerre:

Les conséquences de la guerre ont été graves pour les deux parties. En outre, l'économie déjà faible des États du Sud s'est complètement effondrée et de nombreuses villes et entreprises ont été détruites.

Les États du Sud sont occupés par les troupes de l'Union et les fonctions publiques ne sont plus assurées par des confédérés de premier plan. Les soldats de l'armée du Sud ont dû prêter serment d'allégeance à l'Union.

La Déclaration d'émancipation, publiée le 1er janvier 1863 par Abraham Lincoln, a été incorporée en tant que 13e amendement à la Constitution. Le 14e amendement, qui permet aux anciens esclaves d'acquérir la citoyenneté américaine à partir de 1868, devient également un critère essentiel de leur réintégration dans l'Union, qui doit être reconnu par les États du Sud.

5 jours après la reddition des États du Sud, Abraham Lincoln fut tué par un partisan confédéré fanatique dans un théâtre de Washington, le 15 avril 1865, par une balle dans la tête.

 

 

 

Intéressant à savoir:
La guerre de Sécession a été le premier conflit à être accompagné presque entièrement par les nouvelles technologies de la photographie et du cinéma.

Après la guerre, l'alliance secrète du KuKlux Klan s'est développée dans les anciens États confédérés. Ces derniers ont d'abord traqué les entrepreneurs des États du Nord, qu'ils accusaient de vouloir tirer profit de la défaite du Sud. De plus, ils ont procédé avec une brutalité extrême contre les Noirs, principalement dans les États du Sud. L'alliance existe encore aujourd'hui.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La guerre de Sécession, 1861-1865

La guerre de Sécession, 1861-1865 Poche – 15 mars 1991

La guerre de Sécession demeure méconnue du public français. Sans doute parce qu'elle est la principale tragédie de l'histoire des Etats-Unis, et qu'elle contredit ainsi l'idée familière selon laquelle l'expérience américaine aurait été essentiellement paisible et heureuse. Elle l'a été jusqu'au milieu du XIXe siècle, quand, bouleversée par l'afflux des immigrants, l'éveil du nationalisme et des extrémismes, la remise en cause de l'esclavage, l'Union découvre soudain sa fragilité. Les compromis qui ont marqué sa naissance en 1776 ne résistent pas à un triple conflit : politique, entre l'autorité fédérale et celle des Etats ; idéologique, entre esclavagistes et antiesclavagistes ; économique et social, entre deux civilisations : le Nord et le Sud, que l'élection de Lincoln, en 1860, précipite dans un sanglant affrontement qui ne prendra fin qu'avec la reddition complète du Sud en 1865.
Commencée dans l'improvisation, cette lutte fratricide entraîne vite la mobilisation totale des hommes et des ressources, avec des conséquences particulièrement meurtrières, puisqu'elle a fait plus de victimes militaires à elle seule - 620000 dont 360000 nordistes - que tous les autres conflits (Viêt-nam compris) dans lesquels les Etats-Unis se sont engagés depuis 1776.
Une société nouvelle émergea de la guerre, très différente de celle qui avait vu le jour avec l'Indépendance. De cette mutation, qui s'apparente à une révolution, James M. McPherson, professeur d'histoire à l'université de Princeton, nous donne un récit très vivant et coloré, salué dès sa parution comme la meilleure synthèse des connaissances sur le sujet.

Cliquez ici!

 

 

La guerre de Sécession

La guerre de Sécession Broché – 17 février 2011

Occultée par la vision littéraire antagoniste de La Case de l'oncle Tom et d'Autant en emporte le vent, la guerre de Sécession demeure méconnue. Elle fut pourtant un conflit majeur qui marque le passage de l'ère napoléonienne du combat, centré sur la bataille, à la "guerre totale" qu'elle annonce par ses pertes massives, la mobilisation des civils et l'innovation constante manifeste dans l'invention des cuirassés, des sous-marins, l'utilisation stratégique de chemins de fer ou le recours à la tranchée comme moyen de fixation de l'adversaire.
Pour raconter cette guerre sans précédent, il fallait un historien d'envergure internationale. Dans la lignée de ses synthèses renommées sur les deux guerres mondiales, John Keegan retrace les grandes batailles (Bull Run, Gettysburg) et le duel des généraux (Lee contre Grant), mais il fait aussi une large part aux enjeux stratégiques, à l'analyse psychologique et à certains aspects trop souvent négligés comme l'approvisionnement, la géographie militaire ou le rôle des Noirs dans le conflit.
La victoire du Nord industriel contre le Sud rural marqua au fer rouge la jeune République, mais la baptisa aussi comme grande puissance en lui conférant un messianisme démocratique, assis sur le progrès économique, qui allait lui ouvrir les portes de la domination du monde. Ce livre qui fera date permet ainsi de comprendre comment la déchirure de deux peuples fonda une nation.

Cliquez ici!

 

 

La désinformation autour de la guerre de Sécession

La désinformation autour de la guerre de Sécession Broché – 30 janvier 2012

Il y a belle lurette que de nombreux historiens anglo-saxons ont fait et continuent de faire litière des clichés très politiquement corrects sur ce qu'on appelle en France la "guerre de Sécession". Appellation que nous utiliserons nous-même pour des raisons de facilité. Mais en signalant que les Yankees désignent ce conflit sous le nom de guerre civile. Et que les Sudistes disent la guerre entre les États (ou encore : l'invasion nordiste, la guerre d'agression, etc.). Le traitement objectif de ce conflit meurtrier, de cette guerre totale, de cet affrontement sanglant, par de nombreux historiens, notamment outre-Atlantique, signifie-t-il pour autant que le sujet soit désormais abordé de façon apaisée aux Etats-Unis ? Pas forcément. Certes des centaines de livres rendent justice au Sud et sont d'utiles antidotes à ces études "historiques" pour lesquels l'affaire est définitivement réglée : les vertueux Nordistes d un côté et, de l autre, les diaboliques Sudistes. C'est tout cela que nous allons évoquer dans les pages qui suivent. Et d abord montrer que le Nord n a pas agressé le Sud pour des "raisons humanitaires" (comme on dirait de nos jours pour justifier parfois l'injustifiable). Lincoln a une statue gigantesque à son effigie à Washington. Et à Monroe, et à Richmond, on interdit de célébrer les soldats noirs vêtus de gris qui, au coude à coude avec les soldats blancs vêtus de gris, choisirent de se battre et de mourir pour Dixieland. Cherchez l'erreur...

Cliquez ici!

 

 

La Guerre De Secession: Les Armees De L'union Et De La Confederation

La Guerre De Secession: Les Armees De L'union Et De La Confederation Relié – 30 avril 2019

S'il est un conflit remarquable à tous égards, il ne peut s'agir que de la guerre civile américaine, plus connue de ce côté de l'Atlantique sous la désignation de Guerre de sécession. Ce conflit qui opposa, de 1861 à 1865, les armées du Sud à celles de l'Union de la presque centenaire république des Etats-Unis d'Amérique du nord, demeure dans les annales comme la dernière guerre classique - par certains aspects, héritière des guerres napoléoniennes - et la première vraie guerre moderne du XXe siècle, avec, pour la première fois, une utilisation massive et souvent intensive des technologies « de pointe ». Ce conflit fratricide est le fruit d'une longue suite de compromis politiques, économiques et idéologiques entre deux civilisations qui ne masquaient que bien imparfaitement les fractures. Les féroces appétits du Nord opposés aux principes d'indépendance des états du Sud ne pouvaient mener qu'à l'explosion. Quatre ans de conflit acharné, meurtrier, sanglant, total, où Johnny Reb ne faisait pas quartier à son frère Billy Yank. Tout a été dit, ou écrit sur ce conflit : la joie de vivre du Sud, son élégance, son esprit chevaleresque, son attachement aux traditions séculaires y compris celle de l'esclavage, affrontant la machine de guerre industrielle du Nord, ses valeurs humanistes, son courage de boutiquier mais aussi son avidité et son implacable esprit de planification. D'Autant en emporte le vent à Naissance d'une Nation, tous les clichés ont été utilisés. Cet ouvrage vous présente le plus large panorama possible de l'uniforme porté par les belligérants de ce conflit Les silhouettes les plus caractéristiques, les principes d'organisation de base seront, au gré des chapitres, exposés sous la forme désormais célèbre des livres signés Heimdal.

Cliquez ici!

 

 

Gettysburg

Gettysburg Broché – 14 février 1995

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!