La guerre de succession d’Autriche

La guerre de succession autrichienne est le résultat de la mort de l'empereur Charles VI et de la fin de la ligne de gouvernement de la Maison des Habsbourg dans la tribu des hommes. Bien que sa fille Marie-Thérèse monte sur le trône, d'autres souverains européens font des revendications héréditaires qui finissent par conduire à la guerre.

 

Toile de fond:

Les conséquences de la guerre de succession d'Espagne ont incité l'empereur autrichien Léopold Ier à établir une succession pour sa dynastie dirigeante. Ceux-ci ont été mis en place secrètement avec ses deux fils Joseph et Karl et réglementé l'héritage des membres féminins de la famille que sous l'aspect que lorsque toutes les lignées masculines ont disparu. En 1705, Léopold mourut et son fils Joseph lui succéda. Quand il mourut aussi en 1711 et ne laissa que deux filles célibataires, l'héritage passa à son frère Karl. Après son couronnement, il ajouta la sanction pragmatique à l'ordre de succession. Cet ajout comprenait l'héritage à la fille du dernier empereur en fonction, de sorte qu'à sa mort, l'héritage allait à sa fille et non aux filles de son frère.

La sanction pragmatique a été reconnue par certains pays européens comme le Brandebourg-Prusse et la Grande-Bretagne. Cependant, lorsque Karl mourut le 20 octobre 1740, les maris des filles de Joseph, Karl Albrecht électeur de Bavière et Friedrich August électeur de Saxe, demandèrent que l'héritage aille à leurs femmes et déclarèrent la sanction pragmatique nulle et non avenue. La Prusse aussi, sous la direction de Frédéric II, voulait reconnaître la sanction que son père avait reconnue à l'époque à condition que la Silésie soit cédée à la Prusse.

 

 

 

La guerre de succession:

Après que Frédéric II de Prusse eut donné un ultimatum à Marie-Thérèse, la fille de Charles, le 11 décembre 1740, pour qu'il ne reconnaisse son mari François de Lorraine comme empereur qu'après son affectation en Silésie, il fit marcher ses troupes en Silésie le 16 décembre dans l'espoir que la région aille quand même en Prusse. La réforme de l'armée de son père, qui avait fait de l'armée prussienne l'une des plus modernes d'Europe, a permis de mener la campagne sans grande résistance. Frédéric a également joué dans les mains du fait que l'Autriche n'avait pas une armée permanente, mais ne pouvait mettre en place une force militaire sous mobilisation et cela prendrait du temps. Les Autrichiens se retirèrent donc en Bohême et en Moravie et, à l'exception des forteresses de Glogau, Brieg et Neisse, la région tomba aux mains des Prussiens.

 

L'archiduchesse Marie-Thérèse

L'archiduchesse Marie-Thérèse

 

Après l'hiver, les Prussiens ont pu conquérir la forteresse de Glogau le 9 mars 1741, les Autrichiens ont essayé de libérer Neisse et Brieg du siège avec leurs troupes, mais après la bataille perdue à Mollwitz le 10 avril ils se sont déplacés seulement dans la défensive pour ne pas perdre leur seule armée.

 

Frédéric II de Brandebourg-Prusse

Frédéric II de Brandebourg-Prusse

 

Déjà en février, la Grande-Bretagne, la Russie, la Saxe et les Pays-Bas ont rejoint une alliance contre la Prusse. Au cours de l'été 1741, la France, la Bavière et l'Espagne sont venues du côté prussien. Un peu plus tard, la Saxe est passée du côté prussien, puisqu'un accord a été conclu avec la Bavière pour diviser les territoires autrichiens. L'Angleterre a également déclaré sa neutralité, car le pays ne voulait pas la guerre avec la France et l'Espagne.

A la fin de l'année, il y a eu les premières négociations entre les parties belligérantes. Ainsi la Prusse a conclu un armistice avec l'Autriche le 9 octobre et a reçu la forteresse Neisse ainsi que la Basse-Silésie. Karl Albrecht électeur de Bavière, d'autre part, a conquis des parties de la Haute-Autriche en novembre. Lorsque Prague avait 26 Novembre, Charles a été couronné roi le 9 Décembre.

 

Le 24 janvier 1742, Charles Charles fut également élu empereur Charles VII à Francfort et couronné par son frère Clemens August, archevêque de Cologne, le 12 février. Pendant la période du couronnement, les Autrichiens ont pu rallier leurs troupes d'Italie et de Hongrie et conquérir Linz et Munich. Karl dut alors demander de l'aide à Friedrich de Prusse, qui intervint à nouveau dans la guerre, conquit Brno et marcha vers Vienne. Quand l'armée de Friedrich a menacé d'être coupée du ravitaillement, il l'a ramenée en Bohême et a vaincu l'armée autrichienne dans la bataille de Chotusitz. Le 11 juin 1742, Frédéric négocia de nouveau avec Marie-Thérèse la Paix préliminaire de Wroclaw, qui fut complétée par la Paix de Berlin le 28 juillet 1742 et donna les territoires de Silésie et le comté de Glatz à la Prusse.

Les troupes maintenant libérées ont été utilisées par les Autrichiens pour prendre des mesures contre les troupes françaises et bavaroises. Ainsi, Prague fut assiégée et les troupes françaises durent battre en retraite à Eger en décembre.

Pendant ce temps, l'Espagne a essayé de conquérir le territoire autrichien sur le territoire de l'Italie. La campagne a commencé avec les troupes de Naples, mais a été rapidement repoussée, et Naples a déclaré sa neutralité avec l'apparition d'une flotte anglaise après que l'Angleterre et les Pays-Bas sont passés du côté autrichien en mai pour empêcher la France et l'Espagne de gagner en force en Europe.

A la fin de l'année, l'armée franco-bavaroise a pu reprendre la Bavière, tandis que la Bohême et la Moravie restaient aux mains des Autrichiens.

 

En 1743, les Espagnols tentèrent à nouveau de mener deux campagnes contre l'Autriche dans le nord de l'Italie, mais durent subir de nouvelles défaites et battre en retraite.
Le 27 juin, à la bataille de Dettingen, les Français ont été vaincus par une armée hanovrienne britannique et se sont retirés derrière le Rhin, avec l'armée bavaroise qui a été chassée de Bavière.

 

Au début de 1744, les Français rassemblèrent une grande armée d'environ 80.000 hommes et commencèrent une attaque contre les Pays-Bas unis. Dans cette campagne, ils ont pu conquérir Menin, Ypres, Furnes et Knock, mais ont dû diviser leurs troupes lorsque Charles de Lorraine traversa le Rhin avec ses troupes autrichiennes et envahit l'Alsace.
Pendant ce temps, Frédéric de Prusse craignait que l'Autriche ne puisse vaincre la France, puis reprendre la Silésie à la Prusse en raison de sa puissance militaire. Pour cette raison, il a renouvelé son alliance avec la France et a de nouveau marché ses troupes de Silésie à la Bohême. En septembre, après un siège, il a pu prendre Prague, mais a dû se retirer en Silésie quand les troupes de Charles de Lorraine et les hussards autrichiens ont trop menacé son armée.
Avec le retrait de ses troupes d'Alsace, Charles de Lorraine ne pouvait pas lutter simultanément contre les Prussiens et les Français, qui occupaient à leur tour la Bavière.

 

L'année 1745 a commencé avec la fusion de la Grande-Bretagne, l'Autriche, les Pays-Bas et la Saxe-Pologne pour former l'Alliance quadruple de Varsovie pour prendre des mesures communes contre la Prusse. Lorsque l'empereur Charles VII mourut le 20 janvier 1745 et que son fils Maximilien III de Bavière connut plusieurs défaites, la Bavière et l'Autriche conclurent la Paix de Füssen, qui comprenait la reconnaissance bavaroise du nouvel empereur François, mari de Marie-Thérèse. Après le retrait de la Bavière des combats, seules la France et la Prusse sont restées comme adversaires, les combats étant principalement dirigés contre la Prusse.
Ceux-ci ont d'abord agi de manière défensive et défendu le territoire silésien contre les attaques de l'armée austro-saxonne.
Le 16 août, une paix a été négociée avec la Grande-Bretagne et Hanovre et, sous la direction de Léopold von Anhalt-Dessau, l'armée prussienne était dirigée contre les principales forces autrichiennes et saxonnes en Saxe. Lors de la bataille de Kesselsdorf le 15 décembre, Léopold remporte une victoire décisive et Dresde tombe aux mains des Prussiens. Le 25 décembre, la paix de Dresde a également été négociée avec l'Autriche et la Saxe.

Tout au long de l'année, la France s'est concentrée sur sa campagne en Flandre, où les villes de Gand, Bruges, Tournai, Nieuport, Dendermonde, Ath et Ostende ont été prises. Sur le territoire italien, l'armée franco-espagnole a pu occuper presque toute la Lombardie à la fin de l'année.

 

En 1746, les Français parvinrent à conquérir presque sans encombre les Pays-Bas autrichiens et le Luxembourg. Aussi en 1747, les Français ont pu conquérir d'autres régions des Flandres néerlandaises sous la direction du maréchal de Saxe. Le 30 novembre, cependant, l'Autriche a conclu avec la Russie un accord qui, en 1748, garantissait le déploiement de 37 000 soldats russes sur le Rhin pour soutenir et combattre la France. En 1748, seule la ville de Maastricht fut assiégée par les Français et conquise le 7 mai. Un cessez-le-feu a ensuite été négocié alors que les Britanniques, les Hollandais et les Autrichiens attendaient les soldats russes et que les Français les craignaient. C'est ainsi qu'ont débuté les négociations de paix qui se sont conclues le 18 octobre avec la Paix d'Aix-la-Chapelle.

 

 

 

La paix d'Aix-la-Chapelle:

Avec la conclusion du traité de paix, la sanction pragmatique fut confirmée par tous et la succession britannique au trône de Hanovre fut réglée. La Prusse a également obtenu la Silésie et le comté de Glatz, tandis que l'Autriche a reçu quelques territoires en Italie. Toutes les autres conquêtes devaient être restituées aux pays respectifs.

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!