La guerre russo-japonaise

Dans les décennies qui ont suivi la guerre civile au Japon (1863-1868), le Japon a constamment modernisé sa marine et ses forces terrestres et a mené une politique étrangère extrêmement agressive pour étendre sa sphère de pouvoir. Pendant la guerre avec la Chine en 1894 et 1895, le Japon a pu annexer Taiwan. Elle contrôlait également la péninsule coréenne, qui était officiellement indépendante mais qui était secrètement un État vassal du Japon.

L'Empire tsariste russe, en particulier les chefs militaires, s'est inquiété de l'expansion du Japon aux frontières russes. Les premières tensions politiques sont venues de la location par la Russie de la péninsule mandchoue de Liaodong et de l'établissement d'une base navale. Lorsque la Russie a occupé toute la Mandchourie dans le nord de la Chine en 1900 et a voulu construire un chemin de fer entre sa nouvelle base navale de Port Arhur et la Sibérie, les tensions se sont intensifiées et ont conduit à la guerre.

 

L'Asie au XVIIIe siècle

L'Asie au XVIIIe siècle

 

 

 

Le début de la guerre:

Après le soulèvement des Boxers en Mandchourie vers 1900, il a été politiquement convenu que la Russie devait se retirer des territoires occupés. Jusqu'en 1903, cependant, l'Empire tsariste n'a pas respecté l'accord, car il dépendait toujours du port de Port Arthur en Mandchourie occidentale pour avoir au moins une base navale libre de glace dans le Pacifique. L'ancienne base principale de Vladivostok a gelé pendant les mois d'hiver et était donc inutilisable pour la marine pendant cette période.

Le Japon se voyait maintenant contraint de résoudre militairement les tensions politiques avec la Russie afin d'empêcher également les revendications russes de s'étendre davantage dans la région. L'amiral japonais Togo Heihachiro est ainsi chargé d'attaquer le 1er escadron de Russes du Pacifique situé à Port Arthur. L'attaque a eu lieu en février 1904 lorsque 10 destroyers japonais ont lancé une attaque de torpilles la nuit. Cependant, aucun navire russe n'a pu être touché et lorsque la défense portuaire a commencé à fouiller la baie avec ses projecteurs, l'attaque a dû être arrêtée. Une autre attaque a eu lieu le matin, mais à cause des batteries côtières, les navires de guerre japonais ne pouvaient pas s'approcher assez près pour ouvrir le feu sur les navires russes, de sorte que les Japonais n'avaient que le blocus du port.

 

Amiral Tōgō Heihachirō

Amiral Tōgō Heihachirō

 

 

 

L'attaque de la terre ferme:

Après que la marine japonaise n'eut pas réussi à couler les navires de guerre russes, une attaque fut lancée du côté terrestre. En août 1904, les attaques orageuses des Japonais sur les positions russes ont commencé, ce qui a fait une première impression sur les combats sanglants de la Première Guerre mondiale. L'artillerie japonaise a tiré sur les positions russes, puis les fantassins ont commencé à prendre d'assaut les hauteurs en barbelés et ont fauché des milliers d'attaquants avec des mitrailleuses. Particulièrement féroces ont été les combats autour de la hauteur 203, qui n'était pas seulement la plus forte fortifiée, mais aussi le contrôle du port. Ce n'est que le 5 décembre que les Japonais ont réussi à conquérir les positions dans un combat d'homme à homme. Le 2 janvier 1905, les troupes russes restantes capitulent.

 

Soldats japonais

Soldats japonais

 

 

 

Les batailles navales:

Peu après l'attaque au-dessus de la terre, le 1er escadron de Russes du Pacifique partit le 10 août 1904 pour s'unir au reste de la flotte à Vladivostok. L'amiral japonais Togo n'était pas du tout préparé au départ et a dû envoyer 4 cuirassés et 2 croiseurs derrière lui. Comme les navires russes étaient considérablement plus lents que les navires japonais, ils ont pu les rattraper et engager le combat. Au cours de cette bataille, le navire amiral Mikasa, l'un des cuirassés les plus modernes de l'époque, a été gravement endommagé, mais les navires russes ont subi des dégâts plus graves. Ainsi, dans un coup sur le pont du navire amiral russe Zessarewitsch, le capitaine et tous les officiers supérieurs ont été tués. À la fin de la journée, les Russes avaient perdu un cuirassé et deux croiseurs et devaient retourner à Port Arthur. Après la défaite, le 1er Escadron du Pacifique ne joue plus aucun rôle dans le conflit.

 

Le cuirassé japonais Mikasa

Le cuirassé japonais Mikasa

 

 

 

La conquête de la Mandchourie:

En plus du siège et de l'attaque de Port Arthur, les troupes japonaises ont marché à travers la Corée pour attaquer les troupes russes dans le sud de la Mandchourie. En mai 1904, les soldats japonais ont marché dans la région, poussant les troupes russes de plus en plus loin jusqu'à ce qu'en août, près de Liaoyang, il y ait une réunion d'environ 125. 000 soldats japonais et 158. 000 russes.

Les Russes ont essayé de percer les positions japonaises avec 2 attaques de tempête et de les repousser à nouveau. Les deux attaques pourraient être repoussées. Après que les Japonais eurent perdu environ 23 000 hommes et les Russes environ 18 000, le général russe Kuropatkin fit retirer ses troupes à Mukden, la capitale mandchoue.

 

L'armée russe en retraite après la bataille de Mukden

L'armée russe en retraite après la bataille de Mukden

 

En février et mars 1905, 270 000 soldats japonais attaquèrent la ville. Une des armées japonaises les a attaqués sur le flanc gauche tandis que la partie principale attaquait le centre et le flanc droit. Malgré les fortifications de mitrailleuses, les Japonais parvinrent à percer la défense avec de lourdes pertes et à repousser les Russes vers le nord. La Mandchourie était donc entièrement aux mains des Japonais.

 

 

 

La victoire décisive:

Deux mois après la chute de la Mandchourie entre les mains des Japonais, les flottes russe et japonaise se rencontrent dans le détroit de Tsushima entre la Corée et le Japon. Du 27 au 28 mai 1905, la plus grande bataille navale depuis Trafalgar et la dernière dans laquelle des navires blindés ont été utilisés a fait rage ici. Après avoir perdu 17 de ses 28 navires et en avoir capturé 5, la marine russe a dû battre en retraite.

Grâce à la médiation des Etats-Unis, la paix de Portsmouth fut conclue en septembre 1905. Dans ce traité de paix, le retrait des forces armées russes et japonaises de Mandchourie a été convenu. La Russie a également dû remettre au Japon la péninsule de Liaodong et la moitié sud de Sakhaline.

Cela a mis fin aux ambitions russes dans la région du Pacifique et le Japon a pu assurer sa suprématie dans les territoires. En outre, l'infériorité d'une superpuissance européenne par rapport à un pays non européen est apparue pour la première fois.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La guerre russo-japonaise

La guerre russo-japonaise Broché – 1 mai 2010

Guerre emblématique symbolisant la tradition des grandes guerres du XIXe siècle, la guerre russo-japonaise est aussi annonciatrice du premier grand conflit mondial du XXe siècle combinant l'utilisation massive de l'artillerie lourde à la cavalerie. Sur mer, les mines occasionnent de lourdes pertes aux deux adversaires et la base russe de Port Arthur devient l'objectif principal des Japonais et le pivot de la défense russe. La capitulation de ce port stratégique en janvier 1915, malgré la résistance acharnée de ses défenseurs et les interventions de quelques croiseurs et torpilleurs de Vladivostok, ouvre le passage aux Japonais du fleuve Yalou vers la Mandchourie. Les batailles de Moukden, du Liao Toung, du Cha-Ho sont autant de défaites sanglantes pour les Russes, malgré leur héroïsme. Moins audacieuse et dynamique que l'armée japonaise, la Russie capitule lors de l'écrasante défaite navale de Tsoushima (du 27 au 28 mai 1905) qui oblige le tsar Nicolas II à demander la paix. C'est la première défaite de grande ampleur infligée à une nation européenne par un peuple asiatique depuis les invasions mongoles.
À partir de documents d'époque, Bernard Crochet et Gérard Piouffre se sont attachés à retracer les différentes phases d'un conflit qui, avec dix ans d'avance, montre l'horreur absolue de la guerre moderne.

Cliquez ici!

 

 

La guerre russo-japonaise sur mer : 1904-1905

La guerre russo-japonaise sur mer : 1904-1905 Broché – 3 novembre 1999

Cliquez ici!

 

 

1905 : Autour de Tsoushima

1905 : Autour de Tsoushima Broché – 2 décembre 2004

De l'autre côté du monde, entre Corée et japon, se déroula en 1904-1905 " une des guerres les plus formidables des temps modernes ", " un des événements les plus grands de l'Histoire contemporaine ", qui retentit dans le monde d'alors comme la destruction des Twin Towers de New York le 11 septembre 2001. La bataille de Tsoushima n'était que la fin d'un feuilleton politique et militaire commencé l'année précédente et que suivit alors la presse mondiale, au jour le jour pendant près d'un an et demi. Des temps forts comme les batailles de Chemulpo en Corée, Port-Arthur et Moukden en Mandchourie, alimentèrent le crescendo dramatique et héroïque qui s'acheva à Tsoushima par la destruction d'une escadre russe arrivée là au terme d'une hallucinante épopée de plusieurs mois. La défaite d'une puissance d'Occident face au nouveau japon enflamma l'opinion. La littérature internationale vit se multiplier reportages, histoires d'amour, récits épiques, théâtre, nouvelles, qui rendent compte de l'atmosphère tragique de périls imminents et de fin du monde qui baignait les esprits. Les plus grands noms de l'époque réunis dans ce volume - Jack London, Léon Tolstoï, Sôseki, Gaston Leroux, Claude Farrère ou Kouprine, sans oublier Jaurès, Lénine, Pierre Frondaie, Lafcadio Hearn et quelques autres - témoignent de cet événement dont on célèbre le centenaire et qui inaugura à bien des égards le XXe siècle.

Cliquez ici!

 

 

Port Arthur 1904-1905

Port Arthur 1904-1905 Broché – 1 juillet 2015

Si le nom de Port-Arthur reste gravé dans les mémoires, le siège par les Japonais de cette base navale russe entre mai 1904 et janvier 1905 est oublié. Basé exclusivement sur des témoignages de première main, ce livre fait revivre la plus célèbre bataille de la guerre russo-japonaise. La victoire de Port-Arthur consacre le Japon en grande puissance militaire asiatique. Mais les Japonais payent chèrement ce triomphe en perdant 60 000 hommes devant le front des forts d à peine 4 km de long et pour prendre la colline 203. Pour la première fois dans l histoire militaire, l explosif l obus et la grenade tue plus que les balles et la mitrailleuse prouve son efficacité dévastatrice. Première grande bataille du XXe siècle, le siège de Port-Arthur donne un avant-goût de ce qu endure l infanterie dans la guerre de matériel.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!