La Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale s'est déroulée de 1914 à 1918 en Europe, en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie. Ce fut la guerre la plus complète de l'histoire à ce jour, couvrant tous les domaines de l'État, de la société, de l'économie et de la culture. Au total, près de 70 millions de soldats étaient sous les armes. Environ 17 millions de personnes ont perdu la vie dans les guerres de positions sanglantes, qui ont été considérées comme la catastrophe originelle du XXe siècle.

 

 

 

Le chemin de la guerre:

L'origine de la crise, qui a conduit à une guerre mondiale en 1914, résidait dans les guerres précédentes dans les Balkans et les aspirations nationales des différents États, ainsi que dans l'ingérence des grandes puissances européennes, l'Autriche-Hongrie, qui voulait empêcher par tous les moyens un grand empire serbe et la Russie, qui a soutenu ses "frères" slaves.

 

Transfert des frontières dans les Balkans 1878 - 1913

Transfert des frontières dans les Balkans 1878 - 1913

 

Cet extrémisme national, en particulier en Serbie, qui voulait étendre le territoire qu'elle avait conquis jusque-là et l'étendre à l'ensemble des Balkans, a conduit à la fondation de la Mlada Bosna. Il s'agissait d'une association d'élèves et d'étudiants serbes actifs en Bosnie-Herzégovine, annexée par l'Autriche-Hongrie, et dont le but était l'annexion de cette région à la Serbie. A partir de ce groupe, il y eut déjà plusieurs attentats avant 1914, dont le point culminant fut l'assassinat de l'héritier autrichien du trône Franz Ferdinand.

Franz Ferdinand visita la capitale Sarajevo en juillet 1914 avec son épouse Sophie Chotek, duchesse de Hohenberg. Là, entre autres choses, un cortège de voitures à travers la ville était prévu, que les membres de la Mlada Bosna voulaient utiliser pour perpétrer une attaque meurtrière. Vers 10 heures du matin, le groupe est passé devant l'assassin Mehmedbašić, qui avait pour mission de lancer une bombe dans le véhicule de Franz Ferdinand et de le tuer avec. Comme Mehmedbašić ne pouvait pas voir dans quel véhicule Franz Ferdinand était assis, il a arrêté sa tentative.

Un peu plus tard, le deuxième assassin Čabrinović s'est renseigné auprès d'un policier sur le véhicule dans lequel se trouvait l'héritier du trône, et quand il a reçu une réponse, il a déverrouillé sa bombe et l'a lancée vers le véhicule. Le conducteur a remarqué le lancer, a accéléré et Franz Ferdinand a levé son bras sur sa femme pour se protéger. La bombe a rebondi sur la voiture et s'est renversée sur le toit ouvert du véhicule, puis la bombe a explosé devant la voiture suivante. Čabrinović a ensuite essayé de se tuer avec du cyanure, mais le poison était trop vieux et a perdu son effet. Il a ensuite été arrêté.

Un autre assassin, Gavrilo Princip, a été plongé dans un café pendant la ruée effrénée et a attendu.

Le voyage de l'héritier au trône s'est d'abord terminé à la mairie. Contre certains conseils, Franz Ferdinand décida d'aller à l'hôpital pour rendre visite au lieutenant-colonel Merizzi qui fut blessé lors de la première attaque. Sur le chemin, le véhicule a dû s'arrêter un court instant, juste devant le café dans lequel se trouvait Gavrilo Princip. Il en a profité et s'est dirigé directement vers le véhicule. En marchant, il a sorti son arme et a tiré deux coups de feu. Le premier coup de feu a touché Sophie Chotek dans l'abdomen, le second a touché Franz Ferdinand dans la gorge, qui a perdu connaissance peu après.

Princip a également essayé de se suicider avec du cyanure, mais comme pour Čabrinović le poison était déjà trop vieux et ne fonctionnait plus. Le principal a été arrêté. L'héritier du trône et sa femme sont morts plus tard des suites de leurs blessures graves. La soi-disant "crise de juillet" a commencé avec la mort.

 

L'assassinat à Sarajevo

L'assassinat à Sarajevo

 

 

 

La crise de juillet:

Avec la mort de l'héritier autrichien au trône, plusieurs chefs militaires autrichiens ont commencé à faire pression pour une attaque militaire immédiate contre la Serbie. Bien que les assassins étaient des résidents de Bosnie-Herzégovine, les dirigeants autrichiens considéraient les dirigeants serbes comme le cerveau des attentats.

Après quelques hésitations de la part du ministère autrichien des Affaires étrangères, le Reich allemand a été consulté sur les prochaines étapes, car une frappe militaire contre la Serbie entraînerait inévitablement une guerre avec la Russie. Après que le gouvernement allemand eut promis aux dirigeants autrichiens de laisser carte blanche dans leurs relations avec la Serbie (qui est aujourd'hui considérée à tort comme un soi-disant chèque en blanc pour une frappe militaire), le gouvernement serbe reçut un ultimatum le 23 juillet 1914, qui devait être exécuté dans les 48 heures. Cet ultimatum concernait principalement l'interdiction des associations extrémistes, l'interdiction des communiqués de presse dirigés contre l'Autriche-Hongrie et le licenciement des fonctionnaires qui se livraient à une agitation anti-autrichienne. Les paragraphes 5 et 6 ont été jugés les plus urgents et les plus insatisfaisants:
"5. de consentir à la création en Serbie d'organes de l'Empire austro-hongrois. 6. d'ouvrir une enquête judiciaire contre les participants au complot du 28 juin qui se trouvent sur le territoire serbe ; et 6. de participer à l'enquête sur les actions du gouvernement serbe contre le gouvernement serbe dans la répression du mouvement subversif visant l'intégrité territoriale de la monarchie. Les organismes gouvernementaux délégués à cette fin participeront aux enquêtes pertinentes".

La puissance protectrice russe a été informée de l'ultimatum par les dirigeants serbes. La mobilisation des forces armées en Russie a commencé dans le plus grand secret le 25 juillet, les dirigeants russes considérant le conflit avec l'Autriche et son allié l'Allemagne comme inévitable.

La France, alliée à la Russie, a également été informée de cet ultimatum. Depuis des décennies, les dirigeants militaires français faisaient pression pour une guerre contre l'Allemagne afin de récupérer l'Alsace-Lorraine, qui avait été perdue dans la guerre franco-allemande. Le 26 juillet, le commandement militaire français a accepté de mobiliser les troupes à une distance de 10 kilomètres de la frontière avec l'Allemagne afin de ne pas être responsable d'éventuelles incursions à la frontière.

Le 25 juillet à 17h55, la réponse serbe à l'ultimatum a été donnée à l'Autriche-Hongrie, mais en même temps la mobilisation générale a été ordonnée dans le pays. La réponse promettait la plupart des affirmations de l'Autriche selon lesquelles seuls les fonctionnaires autrichiens retourneraient dans le pays pour enquête.

Bien que la plupart des grandes puissances européennes aient jugé cette réponse suffisante, l'Autriche-Hongrie a insisté pour qu'elle soit pleinement mise en œuvre. Dans les 3 jours qui suivirent, des négociations étaient toujours en cours pour trouver une solution diplomatique lorsque l'Autriche déclara la guerre à la Serbie le 28 juillet 1914 à la demande de certains politiciens et militaires.

Le 29 juillet, la mobilisation partielle officielle de la Russie a eu lieu, le ministère des Affaires étrangères informant l'ambassadeur allemand que cette mobilisation n'était dirigée que contre l'Autriche-Hongrie et non contre l'Allemagne.

 

Le gouvernement allemand était maintenant exposé à ses obligations d'alliance avec l'Autriche et a informé les dirigeants russes qu'une plus grande mobilisation des forces russes entraînerait une mobilisation allemande. La Russie a ignoré cette menace et a lancé la mobilisation générale le 30 juillet. Sur l'insistance du chef d'état-major allemand Helmuth von Moltke, la mobilisation générale a eu lieu en Autriche le 31 juillet et un ultimatum a été envoyé en Russie pour lever sa mobilisation dans les 12 heures. Un ultimatum de 18 heures parvient simultanément à la France, qui exige sa neutralité dans un conflit germano-russe.

 

Wilhelm II prescrivait le 31 juillet 1914 l'état de guerre (de manière annoncée comme l'état du danger de guerre menaçant) après l'article. 68 de la constitution d'empire

Wilhelm II prescrivait le 31 juillet 1914 l'état de guerre (de manière annoncée comme l'état du danger de guerre menaçant) après l'article. 68 de la constitution d'empire

 

Après que les 12 heures de l'ultimatum à la Russie se soient écoulées sans réponse, l'Allemagne a mobilisé ses forces le 1er août et déclaré la guerre à la Russie dans la soirée. Comme la réponse française à l'ultimatum qui leur a été donné est insuffisante, la déclaration de guerre de l'Allemagne suit le 3 août 1914 : lorsque les troupes allemandes agissent selon le plan Schlieffen et passent par la Belgique neutre, la garantie britannique pour la Belgique prend effet et la déclaration de guerre à l'Allemagne a lieu le 4 août 1914.

Chronologie:

  • 28 juin: Meurtre de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo
  • Les 5 et 6 juillet:"Mission Hoyos" et le "chèque en blanc" allemand.
  • 23 juillet: L'ultimatum autrichien à la Serbie
  • 25 juillet: Réponse serbe à l'ultimatum
  • 28 juillet: L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie
  • 29 juillet: bombardement de Belgrade
  • 29 juillet: Mobilisation partielle russe
  • 31 juillet: Mobilisation générale russe
  • 31 juillet: Les ultimatums allemands à la France et à la Russie
  • 1 août: Mobilisation générale allemande et déclaration de guerre à la Russie
  • 2 août: L'ultimatum allemand à la Belgique et l'occupation du Luxembourg
  • 3 août: Déclaration de guerre allemande contre la France
  • 4 août: L'invasion allemande de la Belgique
  • 4 août: Déclaration de guerre de la Grande-Bretagne à l'Allemagne
  • 6 août: L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Russie
  • 8 août: La Grande-Bretagne déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie

 

Alliances pendant la Première Guerre mondiale

Alliances pendant la Première Guerre mondiale

 

 

 

1914 (première année de la guerre):

Front ouest:

La stratégie et la tactique de la campagne contre la France sont basées sur le plan Schlieffen élaboré dès 1905 par Alfred Graf von Schlieffen. Le plan était de maintenir les troupes défensives à l'est en cas de guerre sur deux fronts avec la Russie et la France, et de contourner les fortifications françaises à l'ouest par un mouvement de forceps passant par la Belgique et de tomber dans le dos de l'armée française pour gagner une victoire rapide, puis les troupes devaient être envoyées à l'est pour y combattre la Russie.

 

Le plan Schlieffen allemand

Le plan Schlieffen allemand

 

Le Plan XVII français

Le Plan XVII français

 

La structure de base de ce plan Schlieffen fut mise en œuvre en août 1914 par le plus haut commandement de l'armée. C'est ainsi que les troupes allemandes commencèrent à envahir la Belgique dans une attaque éclair afin d'occuper la forteresse belge de Liège. La ville fut conquise le 7 août, et les 12 forteresses de la ceinture fortifiée ne purent être progressivement conquises ou complètement détruites qu'après un tir d'artillerie lourde.

Contrairement à la stratégie allemande, le plan français prévoit une invasion de l'Alsace et de la Lorraine, annexée par l'Allemagne en 1871. Le 7 août, les troupes françaises réussissent à s'emparer de l'importante ville industrielle de Mulhouse, mais le 24 août, elle retombe aux mains des Allemands et l'avance française est repoussée.

Au nord, après la conquête de Liège, les vastes mouvements environnants des troupes allemandes commencèrent. Ils ont d'abord visé Bruxelles et Namur fortifiée, l'armée belge se retirant simultanément dans la forteresse d'Anvers et étant assiégée pendant deux mois. A la fin du mois, plusieurs offensives de part et d'autre de la frontière entre la France et l'Allemagne ont commencé. Les troupes françaises, en particulier, ont subi d'énormes pertes lorsque les soldats ont couru aveuglément dans les positions de mitrailleuses allemandes et que des milliers d'hommes ont été abattus. Mais même les troupes allemandes n'ont pas réussi la percée attendue à travers les lignes françaises.

Pendant ce temps, les 5 armées allemandes (1 à 5) déployées dans le nord continuent d'avancer vers l'ouest. Après la prise de Bruxelles, cependant, la 1ère Armée la plus septentrionale, sous la direction d'Alexander von Kluck, se détourna de sa route actuelle et poursuivit les troupes françaises et le Corps expéditionnaire britannique dans une direction sud. Le plan de la 1ère Armée était à l'origine de contourner Paris par le nord et de l'encercler. En raison de ce virage, la ligne de front des Allemands est complètement surchargée et l'encerclement prévu de Paris doit être abandonné à la fin du mois d'août.

La contre-offensive française a été lancée début septembre. Le 6 septembre, les troupes françaises pénètrent dans le flanc des troupes allemandes, et l'avance allemande peut ainsi être arrêtée à la bataille de la Marne. La 1. armée, qui avait trop avancé, a dû faire demi-tour et ouvrir une brèche d'environ 40 kilomètres entre les armées, qui ont été envahies par les troupes françaises et britanniques. Ce n'est que lorsque le lieutenant-colonel Richard Hentsch, qui avait le commandement suprême des 1re et 2e armées allemandes, donna l'ordre de battre en retraite que l'écart put être comblé et l'avance des Français et des Britanniques arrêtée.

A la mi-septembre, les offensives allemandes et franco-britanniques s'arrêtent et, du 13 au 19 septembre, la soi-disant "course vers la mer" commence, les deux parties tentant toujours de contourner l'ennemi au nord. La ligne de front s'étendait désormais de la Suisse à la mer du Nord.

 

Front d'ouest depuis août jusqu'à septembre 1914

Front d'ouest depuis août jusqu'à septembre 1914

 

Course à la mer jusqu'à la fin de 1914

Course à la mer jusqu'à la fin de 1914

 

En octobre, les troupes allemandes tentent à nouveau de passer à l'offensive et peuvent prendre les villes de Lille, Gand, Bruges et Ostende malgré de lourdes pertes. En mettant sur pied des corps de réserve à la hâte, les dirigeants allemands tentèrent de ramener le mouvement dans la guerre à Ypres. Lors de la première bataille des Flandres du 20 octobre au 18 novembre 1914, des dizaines de milliers de personnes ont perdu la vie sans aucun gain territorial. Ceci mit fin à la guerre de mouvement et les soldats des deux camps commencèrent à se creuser dans les tranchées, la guerre des tranchées avait commencé.

 

 

Front est:

Contrairement aux calculs et à l'avis du commandement suprême de l'armée, les troupes russes ont pu être mobilisées plus rapidement que prévu. Cela a conduit les troupes russes à mener une offensive en Prusse orientale seulement 2 semaines après la déclaration de guerre. La 8e Armée, qui devait défendre la Prusse orientale, dut battre en retraite. À la suite de l'offensive russe, l'armée a été renforcée et le commandement a été pris en charge par le général de division Erich Ludendorff et le colonel général Paul von Hindenburg.

Du 26 au 31 août, la contre-offensive allemande a eu lieu, qui a permis d'arrêter et de repousser les troupes russes. Après la capitulation de la 1ère et de la 2ème armée russe, les troupes russes restantes se sont retirées de la plupart des régions de Prusse orientale.

 

Bataille de Tannenberg 1914

Bataille de Tannenberg 1914

 

Les troupes russes ont également envahi le territoire de l'Autriche-Hongrie et ont pu envahir la Galice (territoire de l'ouest de l'Ukraine) et s'emparer de l'empire austro-hongrois. dans les Carpates, la ville fortement fortifiée de Przemyśl étant assiégée par les Russes.

Du 29 septembre au 31 octobre 1914, on tente d'avancer avec la 9e Armée allemande du sud de la Pologne vers la Vistule. Cette tentative échoua et le 1er novembre, le colonel général von Hindenburg fut nommé commandant en chef à l'est de l'armée allemande.

Le 9 novembre, les troupes russes ont entamé le deuxième siège de la ville importante Przemyśl. Le siège ne prit fin que le 22 mars 1915, lorsque les 110 000 restes de l'Empire impérial austro-hongrois furent détruits. L'armée s'est rendue.

L'objectif de guerre de l'Autriche dans la conquête de la Serbie a échoué à cause de la résistance massive des troupes serbes, qui avaient vaincu l'armée impériale et royale. et les a forcés à battre en retraite.

La première victoire a été remportée par le K. U. K. en décembre, lorsqu'ils ont repoussé l'offensive russe sur Cracovie. Mais là aussi, la transition vers la guerre des tranchées se profilait à l'horizon.

 

Sites de guerre secondaires:

En plus des combats sur le continent européen, des combats ont également eu lieu partout, là où se trouvaient les colonies des pays d'origine. Les Britanniques avaient déjà décidé le 5 août 1914 d'attaquer les colonies allemandes avec le soutien des pays du Commonwealth.

La colonie allemande du Togo, entourée de colonies ennemies, a été complètement conquise peu après le début de la guerre.

Au Cameroun, les troupes allemandes ont d'abord pu résister, mais en raison de la supériorité des troupes alliées à la fin de 1914, elles ont dû se retirer dans l'arrière-pays et poursuivre une guérilla qui n'a pris fin qu'en 1916.

L'Afrique du Sud-Ouest allemande pourrait être tenue en 1914 par les troupes allemandes. La rébellion de la population birmane contre les Britanniques a joué un rôle décisif à cet égard. Cependant, lors de sa défaite en février 1915, la colonie allemande est également tombée par la suite.

L'Afrique de l'Est allemande était la seule colonie allemande sous la direction de Paul von Lettow-Vorbeck qui pouvait résister aux troupes ennemies jusqu'à la fin de la guerre en 1918.

Les colonies allemandes du Pacifique étaient presque entièrement à la merci de leurs ennemis sans troupes de protection. La plupart d'entre eux ont été livrés sans combat au Japon, à l'Australie et à la Nouvelle-Zélande.

 

Années de guerre 1914 à 1916

Années de guerre 1914 à 1916

 

 

 

1915 (la deuxième année de la guerre):

Front ouest:

Au début de la deuxième année de la guerre, les troupes alliées tentèrent de pousser les flancs allemands au nord près de Lille et au sud près de Verdun afin de couper les troupes allemandes de leur approvisionnement. Les préparatifs commencèrent à la fin de 1914 en Champagne, où les Alliés utilisèrent pour la première fois la tactique de la bataille matérielle qui allait déterminer le reste de la guerre. Les positions allemandes sont bombardées par l'utilisation massive de l'artillerie, puis prises d'assaut par l'infanterie. Cependant, comme les troupes allemandes étaient prêtes pour le bombardement et qu'elles avaient élargi leurs positions en conséquence, la tentative de les prendre d'assaut a abouti à un fiasco.

En retour, les troupes allemandes tentent de reprendre l'offensive. C'est dans ce but que le chlore gazeux a été utilisé pour la première fois lors de la deuxième bataille des Flandres, le 22 avril 1915. Bien que cette mission ait réussi à paniquer les troupes françaises et algériennes déployées sur le front et donc à les faire fuir, les Allemands n'avaient pas suffisamment de réservistes pour conquérir l'écart. Peu de temps après, les troupes britanniques et canadiennes nouvellement arrivées ont pu combler le vide qui s'était créé.

Le 9 mai, les troupes britanniques et françaises tentent de percer les positions allemandes à Artois. En raison des pertes élevées (environ 110. 000 du côté allié, environ 75. 000 morts du côté allemand), l'offensive a dû être arrêtée dès la mi-juin.

En septembre et octobre, les Alliés lancent à nouveau des offensives dans l'Artois et en Champagne. Après des pertes de plus de 250 000 soldats et aucun gain de terrain, ces offensives ont également été interrompues.

 

Front est:

Craignant que l'Italie n'entre en guerre aux côtés des Alliés cette année, ouvrant un troisième front pour l'Autriche-Hongrie, Paul von Hindenburg et Erich von Ludendorff, qui étaient aux commandes des troupes sur le front oriental, poussèrent à une victoire rapide sur la Russie. Pour ce faire, de nouvelles troupes ont été amenées au front, avec lesquelles les Allemands ont réussi jusqu'à la fin du mois de février à déplacer complètement les troupes russes de Prusse orientale.

La Galice étant toujours occupée, les troupes allemandes et autrichiennes ont lancé une offensive contre les troupes russes en mai. A la mi-mai, les troupes avaient réussi à percer les positions russes et à atteindre le San, ce qui a entraîné un tournant décisif sur le front oriental. Mais malgré ces succès, l'Autriche-Hongrie avait déjà perdu environ 2 millions d'hommes en mars 1915 et était maintenant complètement dépendante des troupes de l'Empire allemand.

En juin, l'offensive allemande se poursuit et après la reprise de Przemyśl le 4 juin et de Lemberg le 22 juin, les troupes russes sont menacées d'encerclement. Le Haut Commandement du Front de l'Est a exhorté les troupes fraîches à encercler les troupes ennemies, mais la demande a été rejetée en raison du risque élevé.

Les offensives suivantes n'ont pas entraîné l'encerclement souhaité des troupes russes, mais en raison des gains importants sur le terrain, la Russie a été forcée de raccourcir son front et a fait évacuer la Pologne, la Lituanie et une grande partie du Kurland. Fin septembre, deux autres offensives des puissances centrales échouèrent. Bien que les Russes aient subi des pertes beaucoup plus importantes, le front a été en mesure de les contenir et de lier ainsi des troupes dont l'Allemagne aurait eu besoin plus rapidement sur le front occidental.

 

Front Est 1915

Front Est 1915

 

Front du Sud:

Avec l'entrée en guerre de l'Empire ottoman aux côtés des puissances centrales en 1914, un autre théâtre de guerre s'ouvre également au Moyen-Orient. En février 1915, les troupes alliées commencèrent l'opération "Dardanellen" afin de forcer l'Empire ottoman à quitter rapidement la guerre avec des attaques ciblées. À cette fin, les fortifications côtières ont été bombardées par des navires de guerre britanniques et français le long des Dardanelles. En outre, les barrières minières devraient être supprimées afin de percer jusqu'à la capitale Constantinople. La percée a commencé le 18 mars, mais après quelques pertes de navires de guerre, la tentative a dû être abandonnée. Les Alliés commencèrent alors à se préparer à débarquer des troupes pour attaquer la capitale par voie terrestre.

Le 25 avril, quelque 78 000 soldats britanniques et 17 000 soldats français ont été déployés sur la péninsule de Gallipol et sur la côte près de Kum Kale. Contrairement à l'évaluation du Haut Commandement allié, la résistance des troupes ottomanes fut beaucoup plus forte que prévu et le débarquement dut être arrêté à nouveau au début de 1916, avec de lourdes pertes.

 

Attaque à Gallipoli

Attaque à Gallipoli

 

Le 23 mai 1915, l'Italie déclare la guerre à l'Autriche-Hongrie et un troisième front est ouvert. Auparavant, l'Allemagne et l'Autriche avaient tenté de persuader l'Italie de devenir neutre en soumettant des cessions territoriales, mais par le biais de négociations avec les Alliés, l'Italie a reçu plus de garanties que les puissances centrales. C'était le troisième front pour l'Autriche le long des Dolomites, des Alpes carniques jusqu'à la côte adriatique.

Peu après la déclaration de guerre, les troupes italiennes ont ouvert des offensives sur l'Isonzo et les Dolomites. La défense des Autrichiens de l'époque se composait principalement de milices, de défenses terrestres et de la Landsturm. Les troupes italiennes remportèrent quelques succès, mais ne parvinrent pas à faire une percée décisive et commencèrent ainsi la longue guerre alpine.

 

Le 14 octobre 1915, la Bulgarie entre en guerre aux côtés des puissances centrales. Après la deuxième guerre perdue dans les Balkans et la perte de territoires, l'armée bulgare a poussé à une révision du traité de paix et à la poursuite de l'expansion de la Bulgarie. L'offensive contre la Serbie a eu lieu le 6 octobre, mais la déclaration de guerre n'a été publiée que le 14 octobre.

Les troupes serbes, déjà clairement affaiblies par l'offensive autrichienne, n'avaient pas grand-chose à opposer aux troupes bulgares. Dès le 9 octobre, la capitale Belgrade est tombée et les troupes serbes restantes ont dû battre en retraite dans les montagnes albanaises et monténégrines. La Serbie occupée a ensuite été divisée entre la Bulgarie et l'Autriche.

 

 

La guerre au Moyen-Orient

La guerre au Moyen-Orient

 

 

 

1916 (la troisième année de guerre):

Front ouest:

Le 21 février, les troupes allemandes commencent à attaquer les fortifications autour de Verdun. Le but de l'attaque était de redresser la ligne de front afin de prévenir une attaque sur les flancs allemands affaiblis, de revenir d'une guerre de position à une guerre de mouvement et de persuader les dirigeants militaires français de vouloir garder Verdun pour des raisons de fierté nationale malgré les pertes.

L'attaque a été divisée en quatre phases. La première phase commença le 21 février, l'artillerie allemande lançant d'abord un tir continu de huit heures sur les positions françaises avant que l'infanterie ne lance une attaque orageuse. Comme les troupes françaises offraient plus de résistance que prévu, les Allemands n'ont pu réaliser que de petits gains en terrain. Seul le fort Douaumont a pu être capturé le 25 février, mais sa valeur tactique était très faible. L'attaque et la perte du fort avaient éveillé la volonté des Français de se battre d'autant plus et la forteresse de Verdun devait être tenue par tous les moyens. La route de ravitaillement de Bar-le-Duc à Verdun servait de symbole pour la défense et tout le ravitaillement passait par cette route, qui ne pouvait être interrompue par les Allemands. La première phase s'est achevée le 4 mars, lorsque l'attaque allemande a été défaite face à l'artillerie française.

Dans la deuxième phase, des attaques ont été menées sur les chaînes de montagnes. Les hauteurs Le-Mort-Homme et Höhe 304 en particulier ont causé de nombreux morts et contribué à l'image de "l'enfer de Verdun". Les troupes allemandes n'ont pas non plus réussi à remporter une victoire décisive cette fois-ci.

Dans la troisième phase, la cible n'est plus placée sur les fortifications mais sur la ville de Verdun elle-même afin de couper l'approvisionnement français. Le 2 juin, Fort Vaux est conquis, mais une percée dans la ligne de front du village de Fleury-devant-Douaumont échoue.

Dans la quatrième phase, une autre tentative est faite pour percer les lignes ennemies, mais à Fort de Souville, cette attaque est également restée bloquée. Comme les Alliés avaient maintenant lancé une offensive sur la Somme, l'armée a dû retirer des troupes de Verdun et les utiliser pour la défense.

 

Carte de la bataille de Verdun le 21 février 1916

Carte de la bataille de Verdun le 21 février 1916

 

La bataille de Verdun 1916

La bataille de Verdun 1916

 

 

Le 1er juillet 1916, les Alliés lancèrent une offensive de grande envergure sur la Somme. Après huit jours de tirs continus d'environ 1 500 canons, les soldats à prédominance britannique ont pris d'assaut les positions allemandes. Contrairement à la conviction du commandant britannique Douglas Haig, les positions allemandes furent à peine endommagées et les soldats purent occuper à nouveau leurs positions après les tirs d'artillerie et couvrir les soldats britanniques qui approchaient avec des tirs lourds de mitrailleuses. Rien qu'au cours de la première demi-heure de l'attaque, environ 8 000 soldats sont morts au cours de l'attaque.

Malgré ces pertes, les attaques se sont poursuivies jusqu'à la fin novembre, les chars britanniques étant également utilisés pour la première fois en septembre. Fin novembre, les attaques ont permis aux Alliés de gagner de 8 à 10 kilomètres de terrain, ce qui a coûté la vie à environ 624 000 soldats.

 

Carte de la bataille de la Somme

Carte de la bataille de la Somme

 

 

En octobre, les Français ont également lancé leur contre-offensive à Verdun. Après la prise des forts Douaumont et Thiaumont, les Allemands ont également dû dégager le fort Vaux le 2 décembre. À la fin de l'année, les Français avaient repris presque tous les secteurs autour de Verdun qui avaient été occupés par les Allemands au printemps.

 

 

Front est:

En mars 1916, Alexei Brussilov prend le commandement de l'Armée du Sud russe. Avec cela, il a commencé à partir du 4 Juin avec une grande offensive et pourrait à l'est de Kowel (dans l'ouest de l'Ukraine d'aujourd'hui) le 4. k. u. k. k. presque complètement. Plus au sud, le 7ème k. u. k. a été construit. L'armée aussi est presque complètement usée. Au cours des premières semaines de l'offensive seulement, les pertes du k. u. k. ont été les suivantes Armée de terre à environ 624. 000 soldats.

Comme les armées russes ont pu enregistrer d'importants gains de terrain et s'approchaient de la frontière roumaine, la Roumanie a finalement rejoint les Alliés dans la guerre.

Cependant, l'approvisionnement de l'armée russe en progression ayant échoué et les attaques des armées de flanc ayant été repoussées, l'offensive est restée suspendue jusqu'à la fin de l'année et ne pouvait plus être poursuivie.

 

En raison de l'avancée des armées russes et de l'apparente victoire des Alliés, la Roumanie a décidé de rejoindre les Alliés le 27 août et de déclarer la guerre à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. Début septembre, les troupes roumaines ont réussi à gagner du terrain en Transylvanie avant que l'armée ne soit repoussée dans la bataille de Sibiu du 22 au 29 septembre. Le 23 novembre, la 9e armée allemande avançait vers la Roumanie même, en collaboration avec les troupes bulgares et turques. Le 6 décembre, Bucarest, la capitale roumaine, est tombée et les puissances centrales avaient désormais accès aux champs pétroliers de Ploiești et aux produits agricoles dont leur pays avait un besoin urgent. Seul le nord-est pouvait être retenu jusqu'à la fin de la guerre par les troupes roumaines avec l'aide des troupes russes.

 

Front du Sud:

Le 4 janvier 1916, les troupes autrichiennes lancent leur offensive contre le royaume du Monténégro, qui doit se rendre le 23 janvier. L'Albanie a également été largement occupée par les troupes autrichiennes lors d'une autre offensive, les troupes serbes encore retirées étant débarquées avec l'aide des Italiens. Seule la ville portuaire de Vlora pouvait être tenue par les troupes italiennes.

 

Sur le front alpin, les troupes autrichiennes ont lancé une offensive à partir du mois de mai pour repousser les troupes italiennes. Après les lourdes pertes de l'Empire austro-hongrois. Pendant l'offensive russe, cependant, les troupes ont dû être retirées et l'offensive arrêtée. En retour, les Italiens ont tenté de percer l'Isonzo de mars à novembre. Ils ont réussi à capturer les villes de Gorizia et le plateau de Doberdo, mais aucune autre victoire n'a été obtenue. Le 28 août 1916, l'Italie déclare la guerre au Reich allemand. Celles-ci avaient déjà été préparées et avaient déplacé un corps alpin pour sécuriser la frontière avec l'Italie.

 

 

 

1917 (la quatrième année de guerre):

Front ouest:

Après les batailles perdantes de Verdun en 1916, l'armée allemande fut durement touchée et fit une retraite stratégique importante vers la Siegfriedstellung fortement développée. Du 16 au 19 mars, l'arc de front de la Somme a été dégagé et les troupes qui s'y trouvaient ont reculé afin de raccourcir la ligne de front et ainsi la stabiliser.

 

Positions Siegfried

Positions Siegfried

 

Les Alliés, quant à eux, ont commencé leurs offensives de printemps. Les troupes britanniques attaquent Arras le 9 avril, les troupes françaises combattent sur l'Aisne et en Champagne. A Arras, les troupes allemandes avaient été complètement surprises par l'attaque. Les Britanniques ont réussi à prendre la crête de Vimy, mais après cela, l'avance est restée bloquée. Les troupes françaises n'ont pas non plus pu atteindre leur objectif de prendre le chemin des Dames. Déjà en mai, les deux offensives ont dû être arrêtées après de lourdes pertes.

Après que le général Pétain eut reçu le commandement suprême du côté français le 29 avril, la mutinerie dans les divisions françaises, qui s'est déclenchée après l'échec des offensives, a pu être contenue et les troupes ont pu être de nouveau opérationnelles. En août et octobre, deux petites offensives ont été menées près de Verdun et sur l'Aisne, ce qui a repoussé les troupes allemandes de quelques kilomètres.

Au sud d'Ypres, cependant, les troupes britanniques parviennent à percer la défense allemande et à gagner huit kilomètres de terrain. Pendant un an et demi, les mineurs creusèrent des tunnels sous les positions allemandes et leur fournirent des mines. Le 21 mai, ils ont explosé, déclenchant la plus grande explosion non nucléaire de l'histoire de la guerre. Environ 10 000 soldats allemands ont perdu la vie et les troupes britanniques ont pu passer à l'offensive pour prendre l'importante base sous-marine allemande d'Ostende et de Zeebrugge. Mais déjà à Langemark-Poelkapelle, l'avance s'est arrêtée et début novembre, l'objectif de reprendre la base sous-marine a dû être abandonné.

Du 20 novembre au 6 décembre, les troupes britanniques dans la région d'Havrincourt parviennent à briser la victoire des Allemands en déployant des unités de chars et en repoussant d'environ sept kilomètres. L'utilisation de la nouvelle arme de chars s'est accompagnée de pertes importantes (environ 30% des 320 chars utilisés ont été détruits) et n'a pas constitué un tournant décisif dans la guerre, mais cette technologie devait constituer la pierre angulaire pour toutes les forces armées dans le monde. Cependant, lors de la contre-offensive lancée par les Allemands le 30 novembre, presque toutes les conquêtes territoriales ont dû être cédées aux Allemands.

 

Au début de l'année, la plus haute direction de l'armée a pu s'affirmer auprès de l'empereur allemand en demandant la reprise de la guerre sous-marine sans restriction. Bien que cela ait déjà été fait au début du blocus de la mer du Nord britannique, il a de nouveau été limité par la protestation d'États neutres. Après que les puissances centrales eurent fait une offre de paix aux Alliés après la victoire sur la Roumanie, mais celle-ci fut rejetée et que le président américain Woodrow Wilson eut fait une contre-proposition, ce qui était également inacceptable, l'argument avec l'Empereur fut suffisant pour la suite. Avec la réouverture, les Etats-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec l'Allemagne le 3 février et déclaré la guerre le 6 avril. Ainsi, les puissances centrales ont été exposées à un autre adversaire de taille.

 

Front est:

Au début de 1917, les effets du blocus maritime de la mer Baltique et des Dardanelles sur l'économie et la société russes ont augmenté. La forte inflation et les pénuries alimentaires ont conduit au soulèvement des travailleurs, des soldats et des paysannes en février. Ces manifestations de masse étaient politiquement représentées par les Soviétiques, qui ont établi un double pouvoir avec le parti bourgeois représenté au gouvernement et ont réussi à convaincre le tsar d'abdiquer. La poursuite de la guerre est néanmoins décidée.

Sous la direction de l'Allemagne, des dirigeants bolchéviques de haut rang, dont Lénine, ont été amenés en train de l'exil suisse en Russie. Quand Lénine est arrivé en Russie, il a immédiatement commencé à affirmer ses objectifs politiques et a exigé la fin de la guerre. Ces revendications ont été largement soutenues par la population lasse de la guerre.

Malgré la persistance des troubles dans le pays, le 29 juin, le ministre de la Guerre Alexandre Kerenski a commencé à mettre en œuvre sa doctrine " poursuite de la guerre, pas de paix particulière " et à lancer une offensive à Stanislau (Ukraine occidentale). Les troupes russes réussissent à pénétrer jusqu'à Kalusz, mais l'avance est alors liée à la résistance des troupes des puissances centrales. Lorsque de nombreux soldats ont commencé à déserter et que l'armée russe a été affectée par des signes de désintégration, l'offensive a été interrompue.

Les Puissances Centrales commencèrent alors leur offensive et purent avancer jusqu'à Tarnopol et Czernowitz. Alors que les troupes allemandes conquièrent Riga en septembre et certaines îles de la Baltique en octobre, une tentative de coup d'Etat bolchévique en Russie est vaincue et Lénine doit fuir en Finlande.

Fin septembre, il y a eu un autre coup d'État, cette fois par le général Kornilow. Pour s'assurer son pouvoir, le ministre de la Guerre Alexandre Kerenski dut recourir aux bolcheviks et donc à Lénine. Il a aggravé la situation en novembre et renversé le gouvernement avec ses bolcheviks. Le 5 décembre, un cessez-le-feu a été conclu entre la Russie et les puissances centrales, qui a été maintenu jusqu'au début des négociations de paix. Les pourparlers de Brest-Litovsk ont commencé le 22 décembre et ne se sont achevés que le 3 mars avec la signature du traité de paix.

 

Agrandissement sur le front est 1917 - 1918

Agrandissement sur le front est 1917 - 1918

 

Front du Sud:

Dans le sud de l'Empire ottoman, les troupes britanniques ont commencé leur offensive au début de l'année et ont pu prendre Bagdad le 1er mars 1917. Avec cette capture, les plans militaires des puissances centrales furent ébranlés et le Reich allemand envoya l'ancien chef d'état-major Falkenhayn au Moyen-Orient pour reconquérir la ville.

Une autre offensive britannique a été menée dans le territoire palestinien. Lors de la dernière grande attaque de cavalerie de l'histoire militaire, les Britanniques, menés par le général Edmund Allenby, capturèrent la ville de Be'er Sheva et repoussèrent les troupes ottomanes et allemandes à Jérusalem. Falkenhayn voulait défendre la ville contre les Britanniques en toutes circonstances, mais l'Allemagne lui a ordonné d'évacuer la ville, car l'Empire allemand ne voulait pas être responsable de la destruction de la ville historique et ainsi nuire à sa réputation en public. Le 9 décembre, les troupes britanniques entrent dans la ville sans combattre.

 

Sur le front alpin, les troupes italiennes ont tenté une percée pour la onzième fois à Isonzo. Les troupes de l'Empire austro-hongrois L'armée était si affaiblie que l'empereur autrichien dut prier pour le soutien de l'empereur allemand afin de pouvoir maintenir le front. Les Allemands envoyèrent alors la 14e armée dans la région et battirent l'offensive italienne en attaquant Isonzo eux-mêmes. Dans cette attaque, une nouvelle tactique a été utilisée, développée par Erwin Rommel (plus tard maréchal de campagne et renard du désert) entre autres, qui a permis des avancées rapides sans prendre en compte la protection des flancs. Ainsi, les troupes allemandes parvinrent à percer la défense italienne, à avancer de 130 kilomètres et à atteindre Venise jusqu'à 30 kilomètres. Ici, l'offensive s'est arrêtée et le front a dû se stabiliser à nouveau.

 

Années de guerre 1917 à 1918

Années de guerre 1917 à 1918

 

 

 

1918 (la cinquième année de la guerre):

Front ouest:

Avec l'armistice sur le front de l'Est à la fin de 1917, les troupes allemandes devinrent libres, que le commandement de l'armée envoya immédiatement sur le front de l'Ouest pour y mener 2 nouvelles offensives en 1918, avant que les troupes américaines débarquent en France et aient ainsi changé radicalement les effectifs en faveur des Alliés.

La première offensive le long de la Somme commence le 21 mars. La tactique originale d'utiliser massivement les troupes en un seul endroit et donc de réaliser la percée a été changée plusieurs fois dans les jours suivants jusqu'à ce que finalement 3 points soient soulevés, qui étaient tous trop faibles pour une décision. Sur une longueur d'environ 80 kilomètres, les troupes allemandes ont réussi à avancer jusqu'à 60 kilomètres malgré des problèmes logistiques persistants. Cependant, un objectif stratégique n'a pu être atteint et les pertes du côté allemand étaient si élevées qu'elles ne pouvaient plus être compensées. Lorsque les troupes australiennes lancèrent une contre-offensive à partir d'Amiens, l'offensive allemande dut être interrompue.

 

La deuxième offensive allemande fut menée en Flandre le long de la Lys par Ludendorff. L'objectif était d'attaquer sur une trentaine de kilomètres afin d'avancer jusqu'à la côte du canal à l'ouest d'Ypres. Mais comme la plupart des soldats sont déployés vers le sud pour l'offensive, Ludendorff n'en a plus qu'une petite partie. Mais après la prise de l'important Kemmelberg, l'offensive s'est déjà enlisée. De plus, de plus en plus d'ordres furent refusés par les troupes allemandes mal desservies et complètement démoralisées. Afin de renforcer à nouveau le moral des troupes, la direction de l'armée allemande ouvre une nouvelle offensive le 27 mai et réussit jusqu'au 29 mai sur la Marne, le 3 juin peu avant que Villers-Cotterêts ne se présente. En raison des contre-attaques des soldats américains nouvellement arrivés et du manque de logistique, l'offensive a dû être arrêtée le 6 juin.

 

La dernière offensive allemande débute le 15 juillet sur la Marne avec les derniers moyens disponibles. Après les premiers succès, les Allemands ont dû battre en retraite à cause des contre-attaques françaises et américaines et de l'utilisation massive des chars français de type Renault FT-17. Après cela, l'armée allemande n'était plus que sur la défensive.

 

Les dernières offensives allemandes en 1918

Les dernières offensives allemandes en 1918

 

La Contre-offensive alliée a débuté le 8 août à Amiens. A l'est de Villers-Bretonneux, 530 chars britanniques et 70 chars français s'approchent à eux seuls de la 2e armée allemande, alors dans un état complètement démoralisé. Ce qui est frappant dans cette bataille, c'est le nombre élevé de prisonniers allemands, ce qui donne une impression de la désintégration de l'armée allemande. À la fin de la bataille, 50 000 Allemands étaient en captivité, avec seulement 25 000 morts. Les troupes alliées n'ont réussi à gagner que 20 kilomètres de terrain au début, mais le choc et les signes de désintégration de l'armée allemande ont brusquement augmenté.

En raison de l'acquisition progressive de terres par les Alliés, le Commandement suprême de l'Armée de terre a été contraint de retirer ses troupes à la position Siegfried au début du mois de septembre. Le 29 septembre, cependant, les troupes américaines réussissent pour la première fois à franchir la ligne de défense allemande. Jusqu'à l'armistice du 11 novembre, la plupart des positions allemandes pouvaient être maintenues, de sorte qu'à la fin de la guerre, une petite partie du nord-est de la France et une bonne moitié de la Belgique et du Luxembourg étaient encore occupés par l'Allemagne.

 

La situation du k. u. k. En 1918, les forces armées étaient nettement pires que dans l'armée allemande. La malnutrition, la désertion et les suicides étaient à l'ordre du jour et l'industrie de l'armement menaçait de disparaître complètement. A partir du 6 octobre, les Etats de Slovénie, de Croatie et de Serbie ont commencé à mettre en place des Conseils nationaux. La Hongrie a suivi le 25 octobre. Dans le même temps, les Alliés lancèrent une offensive majeure à Vittorio, lorsque l'Empire austro-hongrois fut vaincu. ont refusé l'ordre de contre-attaquer, l'effondrement de l'armée est également devenu apparent.

La Tchécoslovaquie a été fondée le 28 octobre, suivie un jour plus tard par l'indépendance de l'État slovène, croate et serbe. Le 31 octobre, la Hongrie a mis fin à son union avec l'Autriche, brisant ainsi la double monarchie et ne laissant que l'État autrichien tronqué. La signature de l'armistice de la Villa Giusti a été effectuée par le général Weber le 3 novembre, mettant fin à la guerre et à l'existence de l'Autriche-Hongrie.

 

Front est:

Fin 1917, un armistice est conclu entre la Russie et l'Allemagne. Les négociations sur un traité de paix négocié à Brest-Litovsk, cependant, ont été constamment reportées par la partie russe dans l'espoir que les conseils des travailleurs et des soldats allaient bientôt se développer en Europe occidentale.

Le 25 janvier 1918, l'Ukraine s'est également déclarée indépendante et a négocié une paix séparée avec les puissances centrales le 9 février, au terme de laquelle de grandes quantités de céréales ont dû être remises en échange des territoires occidentaux qui avaient été attribués.

Lorsque le négociateur russe Leo Trotsky a organisé une mobilisation partielle de l'armée après la paix séparée de l'Ukraine, mais n'a toujours pas voulu signer le traité de paix, les puissances centrales ont commencé en peu de temps à occuper des parties des zones frontalières occidentales dans les Etats baltes, en Crimée, dans la zone industrielle des Donets et au Belarus afin de faire pression. La Russie est désormais contrainte de signer le traité de paix le 3 mars dans des conditions beaucoup plus strictes.

Il ressort du traité que les puissances centrales défrichent la plupart des territoires occupés, mais que la Russie doit céder de vastes territoires. C'est ainsi que les Etats baltes ont vu le jour et qu'après 150 ans, une Pologne indépendante est à nouveau apparue.

 

Front du Sud:

La situation militaire de l'Empire ottoman fut catastrophique à l'été 1918. Dans les parties méridionales de l'empire les tribus arabes se sont levées, combattant avec le soutien britannique pour un pays indépendant. Avec les troupes britanniques, ils avaient conquis les villes importantes de Bagdad, Jérusalem et Damas vers le milieu de l'année 1918 et dominé les lignes de front de la Mésopotamie et de la Palestine.

Le 3 juillet, le sultan Mehmed V est également décédé. Son successeur était son frère Mehmed VI. Afin de pouvoir négocier des conditions de paix favorables pour l'Empire ottoman, le nouveau sultan a immédiatement entamé des négociations avec les Alliés. Le 30 octobre, l'armistice de Moudros est signé, le Sultan répondant à toutes les demandes des Alliés en signe de bonne volonté. Ces demandes comprenaient, entre autres, le déminage complet des zones situées en dehors de l'Anatolie et la mise en place d'une administration militaire alliée pour Istanbul et le détroit. L'Empire ottoman s'est donc également retiré de la guerre et a été dissous à la suite des négociations de paix dans les années à venir.

 

 

 

La révolution politique en Allemagne et l'armistice:

Le 29 septembre 1918, le général Erich Ludendorff, commandant en chef de l'armée, se prononce en faveur d'un armistice avec l'empereur allemand après la percée des Alliés dans la Siegfriedstellung. Le 30 septembre, cependant, l'amiral Reinhard Scheer, chef du commandement de guerre navale nouvellement formé, a commencé à déplacer la flotte allemande en haute mer à Wilhelmshaven. L'arrière-plan laissait entendre au commandement de la flotte que la flotte allemande serait livrée aux Alliés dans l'éventualité d'un armistice. Afin de ne pas avoir à suivre cette demande, le Contre-amiral Adolf von Trotha a élaboré un plan d'attaque pour tirer contre la Grande Flotte britannique deux fois plus grande. Le déroulement de cette attaque devrait être un départ fin octobre dans le but d'attaquer la côte flamande et l'estuaire de la Tamise. L'ordre a été donné à la flotte le 24 octobre, mais le 27 octobre, les équipages de certains des plus grands navires de guerre ont commencé à le refuser.

Le 29 octobre, l'ordre d'expiration de l'amiral Franz von Hipper a été révoqué et les escadrons ont été rappelés à leurs emplacements respectifs. Le 1er novembre, le 3e Escadron de la Flotte entra à Kiel, où les chefs du refus d'obéir aux ordres se trouvaient dans les équipages. En conséquence, 47 marins ont été arrêtés à leur arrivée, ce qui a provoqué des protestations massives. Le 3 novembre, la situation s'est aggravée lorsque 7 manifestants ont été tués par balle. C'est à Kiel qu'a eu lieu le soulèvement des marins de Kiel, dont les protestations se sont propagées dans tout le pays en peu de temps, et les 6 et 7 novembre, les villes de Hambourg et Munich ont déjà connu un changement de pouvoir. En réponse à une demande de l'empereur allemand à ses commandants pour une répression violente des soulèvements, il fut informé que la majorité des soldats refuserait cet ordre.

Le 7 novembre, le Parti social-démocrate majoritaire d'Allemagne (MSPD) a appelé le chancelier du Reich à convaincre l'empereur d'abdiquer. Lorsque la demande a échoué, les travailleurs des grandes usines berlinoises ont déclenché une grève générale le 9 novembre et le MSPD a démissionné du gouvernement. Le chancelier impérial Max von Baden annonça de sa propre autorité l'abdication de l'empereur et la renonciation au trône par le prince héritier et remit le poste de chancelier impérial à Friedrich Ebert. Le même jour, à 14 heures, Philipp Scheidemann proclame la République allemande sans consulter le Chancelier du Reich.

L'empereur Guillaume II, qui avait été témoin du meurtre de la famille du tsar russe après sa déposition et craignait le même sort, s'est exilé le 10 novembre de son quartier général aux Pays-Bas, où il a annoncé le 28 novembre qu'il renonçait pour l'avenir à la couronne de Prusse et à celle d'Allemagne.

 

Fuite de Wilhelm II (le centre d'image ou quatrième de gauche) le 10 novembre 1918 sur le quai du passage frontière belge néerlandais Eysden peu de temps avant le départ dans l'exil néerlandais

Fuite de Wilhelm II (le centre d'image ou quatrième de gauche) le 10 novembre 1918 sur le quai du passage frontière belge néerlandais Eysden peu de temps avant le départ dans l'exil néerlandais

 

Du 29 octobre au 4 novembre, les Alliés ont négocié les conditions d'un armistice avec l'Allemagne. Le 6 novembre, ils ont été envoyés en Allemagne, après quoi le secrétaire d'État Matthias Erzberger s'est rendu avec un diplomate et deux officiers dans la forêt de Compiègne le 8 novembre, où il a commencé les négociations sur l'armistice sous la direction du maréchal français Ferdinand Foch. Le contrat a été signé par les délégations allemande et française le 11 novembre et a initialement duré 36 jours. L'évacuation des territoires occupés par les Allemands dans un délai de 14 jours, l'évacuation de la rive gauche du Rhin et des villes de Mayence, Coblence et Cologne de toute unité militaire dans un délai de 25 jours figuraient parmi les exigences. En outre, le traité de paix de Brest-Litovsk entre l'Allemagne et la Russie et le traité de paix distinct avec l'Ukraine ont été abrogés. La guerre était donc également terminée sur le front occidental.

 

Armistice de Compiègne

Armistice de Compiègne

 

 

 

Les conséquences de la guerre et les traités de paix:

Jusque-là, la Première Guerre mondiale était, à tous égards, le conflit militaire le plus important et le plus étendu de l'histoire. Dans aucune autre guerre, autant de pays ont été impliqués, des millions de soldats ont été déployés, l'économie, le développement technologique et, last but not least, la population civile a été touchée.

Les pertes se sont élevées à environ 9,56 millions de soldats, et parmi la population civile, il y a eu environ 7 millions de morts.

 

Pays: Nombre total de soldats déployés: Soldats tués au combat: Décès en pourcentage:
Empire germanique 13,25 millions 2 millions 15%
Autriche-Hongrie 7,8 millions 1,5 millions 19%
Empire ottoman 3 millions 0,6 millions 20%
l'Angleterre 7 millions 0,85 millions 12%
la France 8,1 millions 1,3 millions 16%
la Russie 12 millions 1,85 millions 15%
la Bulgarie 1,2 millions 0,1 millions 8%
l'Italie 5 millions 0,68 millions 14%
la Roumanie 1,2 millions 0,34 millions 28%
la Serbie 0,7 millions 0,13 millions 19%
ÉTATS-UNIS 4,74 millions 0,21 millions 4%
Total: 63,99 millions 9,56 millions 15%

 

 

Le nombre total de soldats blessés s'élevait à environ 20 millions.
En raison de l'utilisation massive de l'artillerie et des grenades, grenades à fragmentation, mines, etc. qui y sont associées, de nombreux soldats blessés ont été grièvement blessés, certains amputés. En conséquence, le domaine de la chirurgie plastique et de la fabrication de prothèses s'est développé pour la première fois dans le système de soins de santé après la guerre. Pour la première fois, des troubles de stress post-traumatique ont également été détectés, qui se produisaient fréquemment chez les soldats et se manifestaient le plus souvent par des tremblements incontrôlés. Cela était dû au fait que la pression exercée sur les soldats qui se trouvaient dans les tranchées et les bunkers pendant qu'ils se faisaient tirer dessus par l'artillerie ennemie provoquait une surcharge psychologique.

Après la guerre, d'innombrables soldats blessés ont continué de mourir. Ils ont souvent succombé à des blessures graves, sont morts de maladies qui ne pouvaient pas guérir les corps affaiblis ou sont morts de faim, parce qu'à l'époque, il n'y avait pas de mécanisme de prise sociale dans la vie sociale, comme une pension pour handicapés.

Parmi les autres victimes figurent des soldats et des civils morts des suites de la propagation de la grippe espagnole en 1918. Au total, entre 25 et 40 millions de personnes sont mortes dans le monde. Les pertes, cependant, ne s'ajoutent qu'indirectement aux pertes de la guerre.

 

Les dépenses totales pour la guerre dans le monde entier se sont élevées à environ 956 milliards de Goldmarks.

 

Pays: Dépenses:
l'Angleterre 208 milliards
Empire germanique 194 milliards
la France 134 milliards
ÉTATS-UNIS 129 milliards
la Russie 106 milliards
Autriche-Hongrie 99 milliards
l'Italie 63 milliards

 

 

 

Traités de paix:

La préparation des traités de paix entre les Alliés et les adversaires de guerre respectifs commença le 18 janvier 1919 sous la forme de la Conférence de paix de Paris. Au total, 32 Etats ont pris part à cette réunion, les puissances victorieuses, l'Angleterre, la France, l'Italie et les Etats-Unis, d'une part, et les puissances centrales exclues des négociations, d'autre part. Celles-ci n'ont été convoquées qu'après la rédaction des contrats.

Il y a eu un total de 5 traités de paix:
- Avec l'Allemagne, le traité de Versailles
- Le traité de Saint-Germain avec l'Autriche
- Le traité de Trianon avec la Hongrie
- Avec la Bulgarie, le traité de Neuilly-sur-Seine
- Avec la Turquie (en tant que successeur légal de l'Empire ottoman) le traité de Sèvres

 

Le traité de Versailles:

Le traité a été signé par l'Allemagne (sous la protestation massive) le 28 juin 1919 après des menaces d'intervention militaire du ministre des Affaires étrangères Hermann Müller (SPD) et du ministre des Transports Johannes Bell (Centre) et est entré en vigueur le 10 janvier 1920.
les signataires l'étaient:
- Allemagne
- les États-Unis (qui n'ont toutefois pas ratifié le traité et ont conclu un traité de paix distinct avec l'Allemagne à Berlin le 25 août 1921)
- Angleterre
- France
- Italie
- Japon
- Belgique
- Bolivie
- Brésil
- Cuba
- Équateur
- Grèce
- Guatemala
- Haïti
- haie
- Honduras
- Libéria
- Nicaragua
- Panama
- Pérou
- Pologne
- Portugal
- Roumanie
- Royaume de Serbie
- Croatie
- Slovénie
- Siam
- Tchécoslovaquie
- Uruguay
- La Chine (depuis 1917 dans la guerre contre le empire germanique) n'a pas signé le traité

 

Perte de territoire:

les zones à céder immédiatement:
- Alsace-Lorraine vers la France
- presque toute la Prusse occidentale vers la Pologne
- Poznan en Pologne
- la moitié sud du district de Prusse orientale de Neidenburg sur la Pologne
- le Reichthaler Ländchen en Pologne
- petites bandes frontalières de Basse-Silésie vers la Pologne
- de la région de Hultschin à la Tchécoslovaquie
- Nouveau Cameroun en France
- la zone de location du Kiautschou au Japon
- les archipels des îles Mariannes et des îles Caroline au Japon

Cession après référendum:
- Schleswig du Nord et Danemark
- De la Haute-Silésie à la Pologne
- Eupen-Malmedy et l'ancien Neutral Moresnet en Belgique

à la Société des Nations:
- la Sarre
- Gdansk et ses environs
- le Memelland, occupé par la Lituanie le 10 janvier 1923. 1924 placée sous souveraineté lituanienne en tant que région autonome
- les colonies allemandes restantes

occupée par la France:
- Rhénanie

Le Reich allemand devait donc couvrir une superficie d'environ 70 570 km² et a perdu environ 7,3 millions d'habitants.

 

Réparations:

L'article 231 cède la seule dette de guerre au Reich allemand. Sur la base de cet article, des réparations élevées ont été accordées au gouvernement suivant. Les premières demandes pour la période de 1919 à 1921 s'élevaient à 20 milliards de marks d'or. En janvier 1921, la demande totale a été fixée à 226 milliards de marks d'or, les objections et contre-offres du côté allemand ont été rejetées.

En raison de l'inflation naissante dans les années 20, la demande aux Allemands a également été adaptée avec le Plan Dawes. Ce plan a été remplacé en 1929 par le Young Plan, qui prévoyait le paiement de 34,5 milliards de Reichsmark en 59 versements annuels. Le 3 octobre 2010, la dernière tranche a été versée par la République fédérale d'Allemagne.

En outre, l'Allemagne a dû céder la majeure partie de sa flotte marchande aux Alliés à titre de compensation, ce qui a gravement compromis les importations et les exportations et affaibli l'économie. En outre, l'Allemagne a perdu 80 % de ses gisements de minerai de fer, 63 % de ses gisements de minerai de zinc, 28 % de sa production de charbon et 40 % de ses hauts fourneaux par suite de transferts de territoire. La perte de Posen et de la Prusse occidentale a réduit la superficie agricole de 15 %, la récolte de céréales de 17 % et le cheptel de 12 %.

 

Exigences et restrictions militaires:

Afin d'empêcher un nouveau renforcement de l'armée allemande et d'empêcher ainsi de nouvelles guerres, le Traité imposait de sévères restrictions à l'armée allemande.
- L'armée allemande peut contenir un maximum de 100. 000 hommes dont un maximum de 4. 000 officiers dans une armée professionnelle.
- Abolition du service militaire obligatoire
- Dissolution du Grand Etat Major Général
- Limitation à une période de service unique de 12 ans sans possibilité de réengagement ; un maximum de 5% des équipes sont autorisées à partir tôt chaque année (ceci devrait empêcher le service militaire secret).
- Interdiction des associations militaires, des missions militaires et des mesures de mobilisation
- La Marine peut avoir un maximum de 15 000 hommes et seulement six navires blindés, six croiseurs, 12 destroyers et 12 torpilleurs qui ne dépassent pas une certaine taille et un certain déplacement.
- Livraison de la flotte allemande de haute mer (coulée le 21 juin 1919 devant la base anglaise Scapa Flow)
- pas d'armes lourdes telles que sous-marins, chars et cuirassés
- Interdiction des agents de guerre chimique
- Restriction des stocks d'armes (102 000 fusils, 40,8 millions de cartouches de fusils)
- Interdiction des forces aériennes
- Démilitarisation de la Rhénanie et d'une bande de 50 km de large à l'est du Rhin
- Interdiction de la construction de forteresses le long de la frontière allemande et du meulage des bâtiments existants
- Interdiction des fortifications et de l'artillerie entre la mer Baltique et la mer du Nord
- En outre, toute mesure jugée appropriée pour la préparation d'une guerre est interdite. Cela a eu des répercussions, entre autres, sur la Croix-Rouge allemande, qui a dû par la suite reléguer sa tâche initiale au second plan.
- pas d'armement des civils

 

Le traité de Versailles a été accepté en Allemagne tant par les militaires que par la population civile, en grande partie avec incompréhension et comme un "diktat". Pour la plupart, l'armée allemande n'avait pas été vaincue militairement (elle se trouvait encore en territoire ennemi) et le traité de capitulation et de paix avait été conclu par des politiciens de gauche et des communistes/juifs. Peu de temps après la guerre, la légende dite de la "légende du coup de poignard" s'est développée et s'est répandue dans les cercles et partis politiques de droite.

 

Signature du contrat dans la galerie des miroirs du château de Versailles

Signature du contrat dans la galerie des miroirs du château de Versailles

 

Pertes territoriales allemandes dues au traité de Versailles en Europe

Pertes territoriales allemandes dues au traité de Versailles en Europe

 

Le traité de Saint-Germain:

Le traité de Saint-Germain était fondé sur le traité de Versailles et accordait à l'Autriche des cessions de territoire et des paiements de réparation. La monarchie austro-hongroise s'était déjà désintégrée avec la sécession et l'indépendance de certains États. Le traité a été signé le 10 septembre 1919 et est entré en vigueur le 16 juillet 1920.
les signataires l'étaient:
- Autriche
- ÉTATS-UNIS
- Grande-Bretagne
- France
- Italie
- Japon
- Belgique
- Chine
- Cuba
- Grèce
- Nicaragua
- Panama
- Pologne
- Portugal
- Roumanie
- l'Etat serbo-croate-slovène
- Siam
- Tchécoslovaquie

 

Perte de territoire:

- La Bohême, la Moravie, l'Autriche-Silésie et certaines communes de Basse-Autriche (par exemple Feldsberg, la gare de Gmünd et d'autres communes) à la Tchécoslovaquie nouvellement fondée.
- La Galice en Pologne
- Tyrol du Sud, Welschtirol et la vallée de la Manche jusqu'en Italie.
- L'Istrie en Italie
- La Bucovine en Roumanie
- Dalmatie, Carniole, une partie de la Basse Styrie ainsi que le Mießtal de Carinthie et le Seeland au nouveau royaume des Serbes, Croates et Slovènes.
- De l'Allemagne-Occidentale de la Hongrie à l'Autriche et reçoit le nom de Burgenland

Autres éditions:

- L'utilisation de "Deutschösterreich" comme nom d'Etat était interdite.
- L'annexion au Reich allemand était interdite.
- L'Autriche et la Tchécoslovaquie versent des réparations
- La conscription générale a été interdite.
- L'armée professionnelle peut avoir un effectif maximum de 30 000 hommes.
- Les usines d'armement et les armes doivent être détruites.

 

 

Le traité de Trianon:

Le traité de Trianon ne put être signé que le 4 juin 1920 par les envoyés hongrois Ágoston Benárd, ministre des Affaires sociales, et Alfréd Drasche-Lázár, ambassadeur, après la rupture de la monarchie austro-hongroise en 1918, la déclaration d'indépendance de certains pays et le déclenchement de la guerre hongro-roumaine les 15 et 16 avril 1919 à la suite des conflits frontaliers.
les signataires l'étaient:
- Hongrie
- Angleterre
- France
- Italie
- Japon
- Belgique
- Siam
- Grèce
- Nicaragua
- Panama
- Pologne
- Portugal
- Roumanie
- le Royaume serbo-croate-slovène nouvellement formé
- Tchécoslovaquie
- les États-Unis ont conclu un traité de paix distinct avec la Hongrie

 

Perte de territoire:
- aujourd'hui la Slovaquie et l'Ukraine des Carpates à la Tchécoslovaquie
- du Burgenland d'aujourd'hui à l'Autriche
- Croatie, Slavonie, Prékmurje, les régions de Batschka et de Baranya du Sud (Drávaköz) et certaines parties du Banat au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes
- Transylvanie avec le reste du Banat et avec Partium en Roumanie
- une petite zone de 14 villages dans l'extrême nord a été attribuée à la Pologne
- la ville libre de Fiume (St. Veit am Flaum ou Fiume ou Rijeka) a été attribuée à l'Italie

Autres éditions:
- Indemnisation (une somme n'a toutefois pas été mentionnée)
- L'armée professionnelle peut avoir un effectif maximum de 35 000 hommes.
- Interdiction de l'artillerie lourde, des chars et des aéronefs

 

 

Le traité de Neuilly-sur-Seine:

Le traité de Neuilly-sur-Seine est signé le 27 novembre 1919.
les signataires l'étaient:
- Bulgarie
- Angleterre
- France (France)
- Italie
- Japon
- les États alliés aux Alliés

Perte de territoire:
- La Thrace occidentale passa sous l'administration des Alliés, et avec elle l'importante ville portuaire de Dedeagatsch, avec laquelle la Bulgarie perdit l'accès à la mer Égée pour la Grèce.
- Zaribrod, quelques villages le long de la rivière Timok et Strumiza (appelés territoires occidentaux bulgares) sont arrivés au royaume nouvellement fondé des Serbes, Croates et Slovènes. La Bulgarie a également dû reconnaître le nouveau royaume.
- De Dobruja Sud à la Roumanie

Autres éditions:
- 400 millions de dollars en réparations
- L'armée professionnelle peut avoir un effectif maximum de 20 000 hommes.
- Échanges de population entre la Grèce et la Bulgarie

 

Le traité de Sèvres:

Le traité de Sèvres fut signé le 10 août 1920, mais il ne pouvait plus être ratifié parce que l'Empire ottoman s'est ensuite divisé.

les exigences effectuées:
- La Mésopotamie (Royaume d'Iraq), la Palestine, la Syrie et le Liban ont été placés sous mandat de la Société des Nations.

les éditions ciblées:
- Indépendance vis-à-vis de Hedschas, de l'Arménie et de la Mésopotamie
- Autonomie du Kurdistan dans la perspective de l'indépendance
- Thrace orientale (à l'exception d'Istanbul et de ses environs immédiats) vers la Grèce
- Les protectorats de l'Angleterre via Chypre et l'Egypte, de la France via le Maroc et la Tunisie devaient être reconnus.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

La Première Guerre mondiale

La Première Guerre mondiale Broché – 25 avril 2014

Découvrez les origines du premier conflit mondial, ses grandes étapes sur les fronts de l'Est et de l'Ouest, la vie dans les tranchées et celle de l'arrière.Quel était l'armement des soldats ? Comment se passait l'assaut d'une tranchée ? Comment débuta la guerre aérienne ?Découvrez tous les aspects d'une guerre totale qui a ébranlé l'ordre du monde.

Cliquez ici!

 

 

Histoire occultée (L´) : les origines secrètes de la première guerre mondiale

Histoire occultée (L´) : les origines secrètes de la première guerre mondiale Broché – 10 mai 2019

En partie inspirée des travaux du professeur Carroll Quigley, un historien mondialement reconnu, L'Histoire occultée... est une dénonciation sans pareille des vrais responsables de la Première Guerre mondiale. Ce livre révèle comment le matériel concernant les origines de la guerre a été délibérément falsifié afin d'évacuer la culpabilité d'une cabale secrète, sise à Londres, d'impérialistes britanniques éminemment riches et puissants qui se trouvent être à l'origine d'un des crimes les plus odieux qui aient été perpétrés contre l'humanité. Ces hommes ont pendant une dizaine d'année comploté la destruction de l'Allemagne en tant que première phase d'un projet d'asseoir leur très anglo-saxonne domination sur le monde. L'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand d'Autriche ne doit absolument rien à un hasard malheureux. Il a mis le feu à une traînée de poudre qui avait été soigneusement répandue selon les ordres d'une chaîne de commandement qui s'étendait de cette cabale londonienne à Sarajevo, en passant par Belgrade, Saint-Pétersbourg et Paris. La compréhension que nous avons de ces événements a été résolument prise au piège d'une toile de mensonges et autres faux-semblants, soigneusement tissée par les vainqueurs en 1919 à Versailles, et entretenue depuis lors par de dociles historiens. La version officielle de la Première Guerre mondiale est sérieusement à remettre en question étant donné la quantité de preuves qui ont été délibérément détruites ou soustraites au regard du public. L'Histoire occultée... constitue un redoutable défi : si l'on en croit ses auteurs, il ne tient qu'à nous d'examiner scrupuleusement et en conscience les preuves qu'ils ont entrepris de nous présenter ici à la suite de quatre pleines années de recherche

Cliquez ici!

 

 

Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale

Chronologie commentée de la Première Guerre mondiale Broché – 29 septembre 2011

Voici un livre d'histoire globale, un outil essentiel pour connaître les faits et se repérer dans l'extrême complexité du premier conflit mondial. Cette guerre totale est ici reconstituée jour après jour, sur tous les fronts, européens et d'outre-mer, et selon le point de vue de tous les belligérants, de la lettre intime du simple soldat aux proclamations des responsables politiques et militaires.
Par cette chronique raisonnée, Rémy Porte met en perspective ces années 1914-1919 qui modifièrent si considérablement le visage du monde, nous entraînant dans les bureaux feutrés des chancelleries ou nous plongeant au coeur des champs de bataille. Il propose ainsi l'instrument indispensable pour qui veut comprendre la Première Guerre mondiale dans son extraordinaire diversité.

Cliquez ici!

 

 

14-18, la Première guerre mondiale : Plus de 500 documents inédits

14-18, la Première guerre mondiale : Plus de 500 documents inédits Relié – 6 octobre 2011

La nouvelle édition en grand format de l'encyclopédie de référence sur la Première Guerre mondiale. Illustré de 500 documents inédits, cette histoire raconte avec force et réalisme le conflit fondateur du XXè siècle.

Les quatre années qui ensanglantent le monde entre 1914 et 1918 sont, à bien des égards, l'événement constitutif du XXe siècle. Pierre Vallaud a entrepris d'étudier cette guerre, en ne l'envisageant pas seulement sous l'angle des faits militaires et diplomatiques mais aussi, notamment, du point de vue culturel et idéologique. Avec l'idée sous-jacente que les facteurs qui le rendent possible, le traversent et le prolongent, aboutissent au second conflit mondial, parce que l'une et l'autre guerre semblent ne constituer qu'un seul et même affrontement.

Les nombreux documents commentés qui illustrent ce livre et dont la plupart sont inédits - correspondance, photos du quotidien, affiches, cartes - montrent la représentation qui a été faite à l'époque de la guerre de 1914-1918, mais aussi l'image qui en est demeurée. Des documents qui n'illustrent pas seulement les faits d'armes les plus héroïques, mais s'attachent à l'humble et dramatique vie quotidienne des soldats dans les tranchées ainsi qu'aux angoisses et aux contradictions de l'arrière.

Cette nouvelle édition en grand format de cette histoire complète de la première guerre mondiale donne toute la mesure aux documents bouleversants qui illustrent cet ouvrage de référence. Un incontournable dans la bibliothèque familiale.

Cliquez ici!

 

 

ATLAS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE

ATLAS DE LA PREMIERE GUERRE MONDIALE Broché – 6 novembre 2014

Cet atlas illustré de 92 cartes et graphiques en couleurs permet de comprendre le creuset du XXe siècle que fut la Première Guerre mondiale. Il tente d'embrasser à la fois les aspects militaires, politiques, mais aussi démographiques, économiques et parfois culturels. Toutes les dimensions géographiques sont envisagées : la guerre en Europe, avec le front de l'Ouest et celui de l'Est, mais aussi au Moyen-Orient, en Afrique, en Asie, sur mer ou sous la mer, dans les airs... Des biographies, une chronologie ainsi qu'une bibliographie commentée complètent textes et cartes. Un atlas qui cherche à donner une vision synthétique de la Grande Guerre, complète et à jour, en même temps qu'accessible à tous.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!