La Révolution française

La révolution française de 10 ans fait partie des événements les plus gros de conséquences aux temps modernes tôt en Europe. Premièrement donc dans l'histoire, les places untersten de la société se rebellaient contre la classe régnante qui menait vers le renversement en France et renversait l'Europe de nouveau dans une guerre.

 

Origines:

Après la guerre de 7 ans, la France souffrait des difficultés économiques croissantes, des hautes dettes publiques et d'une armée maroden. Pour réaliser les réformes aspirées les hauts impôts, qui concernait, cependant, seulement la plus basse place de société et avec cela les gens déjà pauvres de toute façon étaient édictés. La noblesse ainsi que les ecclésiastiques étaient libérés pour la plupart des impôts qui tirait peu à peu de plus en plus de mauvaise humeur dans la population après lui-même.

En 1789 un mauvais an était pour l'agriculture. Les récoltes se trouvaient maigres et les parties étendues de la population Devaient souffrir de la faim. En outre, un monarque était avec roi Ludwig XVI au pouvoir qui ne prenait pas assez sérieusement les problèmes dans la société et était valable au loin comme très prodigue avec les fonds d'impôt.

 

Ludwig XVI de la France

Ludwig XVI de la France

 

Déjà dans les parties étendues de la population le mécontentement se relevant exigeait des réformes pour l'amélioration des conditions de vie. Avec des réformes de certificat, Ludwig tentait de calmer son peuple, mais il tirait déjà son militaire à sa sécurité à Paris. Quand au peuple il devenait clair qu'à la situation pour eux rien ne changerait, cela marchait en masse à Bastille, à la prison d'Etat française à Paris. Quand là les premiers coups de feu tombaient, la situation et la révolution française dégénérait prenait son cours.

 

La tempête sur Bastille le 14 juillet 1789

La tempête sur Bastille le 14 juillet 1789

 

 

 

La première phase:

Le 14 juillet 1789 la tempête sur Bastille commençait. A ce temps, certes, tout simplement 7 prisonniers se trouvaient là, mais le bâtiment à lui-même mettait une incarnation de l'oppression de l'Etat là pour la population. Commandant de prison Bernard-René Jordan de Launay était complètement dépassé avec cette situation et donnait à ses soldats éveillés l'ordre ouvrir le feu sur les gens. La quantité introduite devait déplorer 98 morts ainsi que 73 Verwundete, comme elle-même le commandant, pourtant, en plus la prison décidait à remettre. De la vengeance, 3 soldats et 3 officiers étaient tués, parmi eux aussi Bernard-René Jordan de Launay.

Maintenant, Angestachelt de la révolution à Paris se levaient aussi les paysans dans les parties étendues du pays et commençaient à piller des châteaux et couvents et brûler entièrement. Particulièrement ils l'avaient prévu avec cela sur les documents sur les droits de monsieur pour que le seigneur ne puisse plus exercer ses droits féodaux envers les paysans et devienne celui-ci ainsi librement de sa domination.

Cela ne durait pas longtemps jusqu'à ce qu'aussi le roi et l'assemblée nationale à Versailles la nouvelle sur les révoltes atteigne. Après la tempête de Bastille, l'assemblée nationale était devenue l'autorité politique décisive dont maintenant les réformes exigées étaient exigées. Pour calmer la situation dans le pays de nouveau et apporter sous le contrôle, les privilèges des places privilégiées étaient supprimés justement sur cette assemblée nationale et le système féodal étaient vendus.
Ensuite, une explication des droits de l'homme et des droits de cité qui devait être adoptée le 26 août 1789 était élaborée. Donc, pour cela une signature du roi que celui-ci ne donnait pas était nécessaire. Quand jusqu'à l'octobre, rien ne se passait plus loin, une masse humaine forte plusieurs 1. 000 hommes se mobilisait et tirait à Versailles le château autour du roi à la signature et au déménagement à Paris forcer. Le roi se penchait face à la masse et signait le document.

Plus loin était projeté par l'assemblée nationale, le système politique de la France dans une monarchie constitutionnelle umzuverwandeln, dans quoi des lois pouvaient être faites seulement par les mandataires du peuple choisis et le roi un droit de veto limité revenait.

La restructuration aspirée du système féodal français pousse du reste l'Europe sur peu de compréhension, les autres souverains maintenant du danger se voyaient abandonnés qu'il pourrait aussi en venir dans le propre pays à des révoltes. Ainsi le pape Pius VI menaçait lors de la prestation de serment de la nouvelle constitution sous la peine de l'excommunication et expliquait les droits de l'homme aspirés athées. Détourner l'Autriche et le saint empire romain erwägten les opérations même militaires autour de la révolution en France.

Après le déménagement forcé à Paris, le roi français Ludwig XVI de nouveau tentait aussi de devenir monsieur dans le propre pays. Pour cela il voulait s'enfuir d'abord en juin 1791 au Pays-Bas autrichien pour assommer militairement la révolte de là avec le soutien des autres pouvoirs européens. Donc, peu de temps avant la frontière, la paire de roi était attrapée et était apportée de nouveau à Paris et le club de jacobin influent exigeait immédiatement la suppression complète de la monarchie et l'établissement d'une république.

 

L'explication des droits de l'homme et des droits de cité dans une représentation de Jean-Jacques Le Barbier

L'explication des droits de l'homme et des droits de cité dans une représentation de Jean-Jacques Le Barbier

 

 

 

La deuxième phase:

La deuxième phase de la révolution était caractérisée par la cruauté particulière. Cela se reflétait de nouveau non seulement dans le pays, mais menait aussi ainsi à des guerres avec les autres grandes puissances européennes.

Pays :
Après la transformation de la France à la république en trains radicaux démocratiques, les révolutionnaires avec toute la dureté se passaient contre ses opposants. Après que dans une armoire secrète du roi les documents chargeant soient trouvés qui contenaient l'aide le souverain étranger à la répression de la révolte, l'assemblée nationale (qui mettait aussi en même temps la cour de justice) mettait un processus de haute trahison contre le roi. Finalement, le jugement à cause de la conspiration contre la liberté s'énonçait dans un vote avec 361:360 pour le 21 janvier 1793 coupable et l'exécution du roi se produisait par la guillotine.

 

Roi Ludwig XVI Exekution

Roi Ludwig XVI Exekution

 

Cet instrument pour tuer devait aussi caractériser l'autre déroulement et la domination de la république pour les prochaines années. Déjà en mars 1793, un tribunal de révolution lequel devait donner les jugements sur l'opposant de révolution était créé. Cet exercice de la domination radicale est aussi appelé la domination de jacobin, puisque cet ordre avait plus grande influence sur les événements politiques à ce temps et faisait avancer l'imposition du meurtre des opposants de révolution avec toute la dureté. Jusqu'au septembre de la même année on condamnait à des processus 66 de 260 à la mort par la guillotine. Sur des élans de l'ordre de jacobin, les arrêts de mort étaient exprimés alors à partir de l'automne 1793 plus plus fréquemment et déjà au plus petit soupçon, maintenant le meurtre des gens, des limites étaient à peine imposées.

Ce meurtre prenant de trop grandes proportions des gens atteignait bientôt les trains imprévus. Maintenant, même des adhérents de révolution de la première heure étaient dénoncés comme le suspecte et étaient condamnés à la mort. La fin de la "grande frayeur" venait seulement, quand le chef de l'ordre de jacobin Maximilien de Robespierre mouraient lui-même par la guillotine le 28 juillet 1794 avec à 21 autres adhérents de l'ordre.

 

La France de 1789 à 1794

La France de 1789 à 1794

 

 

Etranger :
Conditionné par la circonstance que la révolution française touchait chez les autres souverains des Etats européens peu de compréhension, le gouvernement de révolution se voyait en avril 1792 de manière forcée d'une intervention militaire éventuelle des autres grandes puissances devancer et Autriche expliqué la guerre. L'armée française pour la date de la déclaration de guerre en état pitoyable décidait était ignoré, aussi cela beaucoup d'officiers et soldats à la révolution ne se sont pas joints et sont désertés. En outre, il y avait à peine la cavalerie et artillerie des unités, les soldats de pied étaient augmentés par des volontaires qui ne disposaient de personne ou à peine l'expérience du combat.

La première campagne dirigeait les troupes françaises au Pays-Bas autrichien (la Belgique actuelle). Mais déjà après les premiers coups de feu des soldats autrichiens là basés s'enfuyaient déjà beaucoup de volontaires français et la campagne venait déjà aux débuts succomber à.

Malgré l'échec militaire la France expliquée la Prusse en été 1792 aussi encore la guerre. Puisque la Prusse et aussi l'Autriche était exécutée à ce temps avec la Russie la division de la Pologne son duc allié Ferdinant von Braunschweig chargé se passer contre les troupes françaises. En août 1792, celui-ci mettait son armée sur la frontière française, devait s'arranger dans la "canonnade de Valmy" aux derniers restes de l'artillerie française de manière battue et se retirer.

Les Français se voyaient affermi par la victoire contre les habitants de Braunschweig et entraient de nouveau au Pays-Bas autrichien et pouvaient battre une armée plus petite des Autrichiens à Jemappes.

En 1793 la France expliquait plus loin au Pays-Bas, aux Britanniques et aux Espagnols la guerre. Dans le propre pays, le service militaire obligatoire était annoncé qui déclenchait des révoltes chez les grandes parties de la population, qui se démarquaient déjà de la révolution. Dans ces troubles, des adhérents de la monarchie remettaient le port de Méditerranée à Toulon aux Britanniques, dans le Pays-Bas autrichien l'armée opposait à peine de la résistance et lis-toi des Autrichiens de nouveau chassent.

Pour combattre contre l'état désolant de l'armée, l'ingénieur militaire Lazare Carnot était nommé en août 1793 le ministre de guerre. Il commençait à contrôler immédiatement la mobilisation générale et s'occupait de ce que l'armée était pourvue de nouveau en armes suffisamment et ravitaillement. Plus loin il encourageait le procédé agressif des soldats par les transports plus rapides, la disposition d'engagement des soldats devait être augmentée et la carrière d'officier aux places de société inférieures être rendue accessible.

Finalement, cette restructuration de l'armée était payante dès la deuxième moitié en 1793. Les troupes françaises reconquéraient la ville donnée aux Britanniques de Toulon et à lui-même à l'artillerie le capitaine Napoléon Bonaparte attirait l'attention premièrement donc militairement sur lui-même. ensuite, la région était aussi reconquise autour de Vendée et la pacification durait pendant autres 3 ans.

En 1794 les Français pouvaient occuper le Pays-Bas autrichien et chasser les Britanniques et les Autrichiens.

 

1. Guerre de coalition de 1792 à 1795

1. Guerre de coalition de 1792 à 1795

 

 

 

La troisième phase:

Pays :
Dans le pays, le débat sur plus politiquement plat régnait dans la troisième phase entre le nouveau gouvernement de révolution, les initiatives de peuple pour l'égalité sociale ainsi que l'adhérent encore nombreux de l'ancienne monarchie.

Puisque pendant la deuxième phase beaucoup d'opposants politiques étaient tués, le gouvernement se voyait jusqu'ici affermi faire valoir une nouvelle constitution. Celui-ci était rédigé le 22 août 1795 par l'assemblée et après le référendum positif, elle entrait en vigueur le 23 septembre.

Donc, lors des élections en avril 1797 se manifestait que les adhérents de la monarchie se renforçaient de nouveau. Pour devancer un nouveau tour politique, trois des directeurs de l'assemblée sous se décidaient à Hilfenahme de l'armée à en septembre 1797 au coup d'Etat. L'un d'Unterstützer dans l'armée était Napoléon transporté au général Bonaparte. Celui-ci occupait Paris pendant à 49 départements les résultats des élections comme avec ses soldats non valable étaient expliqués et avec cela perdaient 177 députés des adhérents de monarchie ses mandats. Avec cette mesure, les adhérents affermis de la monarchie étaient retirés les pouvoirs au moins politiquement pour l'instant.

 

Paris à présent de la révolution française

Paris à présent de la révolution française

 

 

Mais, pourtant, la république était à pouvoir s'opposer résolument trop instable autour d'elle-même contre les hostilités intérieures. Ainsi il n'en venait en mai 1798 et juin 1799 aux autres coups d'Etat plus petits limité de fin jusqu'à personne Napoléon Bonaparte plus petit que le pouvoir à lui-même se déchirait.

 

Etranger :
En 1795 la France avait annexé après les victoires contre les Britanniques et les Autrichiens le Pays-Bas autrichien qui occupe la Rhénanie et avait fait avec la Prusse et l'Espagne la paix.

Maintenant, certes, la France n'était plus menacée militairement, mais la circonstance que la restructuration de l'armée reposait sur le principe de l'armée se munissant même par les nouvelles conquêtes, forçait la France à partir de 1796 à une nouvelle campagne contre l'Autriche. Ici le nouveau général de division faisait un nom avant qu'il le pouvoir en France à lui-même se déchirait : Napoléon Bonaparte.

 

1. Guerre de coalition de 1795 à 1797

1. Guerre de coalition de 1795 à 1797

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Crois ou meurs ! : Histoire incorrecte de la Révolution française

Crois ou meurs ! : Histoire incorrecte de la Révolution française Broché – 28 mars 2019

"Crois ou meurs ! Voilà l'anathème que prononcent les esprits ardents au nom de la liberté! " Ainsi s'indigne le journaliste Jacques Mallet du Pan dans le Mercure de France du 16 octobre 1789, au tout début de la Révolution. Voilà qui s'inscrit en faux contre la thèse, solidement ancrée aujourd'hui, de deux révolutions : une bonne, celle des droits de l'homme, qui aurait dérapé pour aboutir à une mauvaise, celle de la Terreur. Et si la Révolution tout entière avait été un immense, un désolant gâchis, et ce dès les premiers jours ? Et si ce qui a été longtemps présenté comme le soulèvement de tout un peuple n'avait été qu'une folie meurtrière et inutile, une guerre civile dont l'enjeu mémoriel divise toujours les Français ? Il fallait reprendre l'enquête en revisitant les événements, en les décryptant et en se libérant de l'historiquement correct. Ce récit circonstancié s'adresse à tous ceux qui souhaitent qu'on leur raconte enfin une autre histoire de la Révolution française, la vraie."

Cliquez ici!

 

 

La révolution française

La révolution française Broché – 6 février 2014

PRIX RENAISSANCE 2015 remis le 04/02/2015 par S.A.R. le prince Sixte-Henri de Bourbon de Parme Cette histoire de la Révolution française n'a pas pour but de narrer à nouveau des événements ou des anecdotes mille fois ressassées. Son ambition ? Susciter une relecture complète de la Révolution nourrie par les recherches récentes publiées au cours de ces dernières décennies. Ces découvertes permettent d'affirmer que la Révolution a eu pour dessein essentiel la régénération de la société et de l'homme, la création d'un monde nouveau et d'un homme nouveau adapté à ce monde bâti par la mise en oeuvre des idées rationalistes, individualistes, contractualistes, matérialistes et laïcistes des Lumières. Comprendre ce qu'a été réellement la Révolution française semble dès lors indispensable pour saisir les enjeux de la politique contemporaine. Rédigé dans une langue claire, l'ouvrage est destiné au grand public.

Cliquez ici!

 

 

Révolution Française 1 volume

Révolution Française 1 volume Broché – 3 novembre 2016

Le récit, au jour le jour, d'une décennie de passion, de fièvre et de violence qui a brisé l'Ancien Régime et fait naître un monde nouveau.

10 mai 1774. Sous les acclamations, un jeune roi monte sur le trône. Louis XVI, lit-on dans les gazettes, semble promettre à la nation le règne le plus doux et le plus fortuné. Quinze ans plus tard, face à un peuple affamé, écrasé d'impôts, révolté par l'arbitraire royal et les dépenses frivoles de la reine, Mirabeau, Danton, Marat, Robespierre réclament la justice, la liberté, la révolte s'il le faut...

21 janvier 1793. Louis XVI, roi de France, monte sur l'échafaud. Ce sang royal répandu rend tout compromis impossible. La République doit " vaincre ou mourir ". La Convention lance alors un appel à la nation : " Aux armes, citoyens ! " Mais le danger est partout et la guillotine menace tout un chacun... La Terreur s'installe. À trop couler, le sang devient un fleuve emportant tous et toutes dans sa fureur. Jusqu'à ce qu'un général s'avance et promette un retour à l'ordre. Il se nomme Bonaparte...

Cliquez ici!

 

 

La Révolution française

La Révolution française - Version intégrale - Les années lumière & Les années terribles

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!