L’ascension et la suprématie de la Prusse

Après la défaite de Napoléon, les petits États fragmentés au cœur de l'Europe sont devenus une fédération de 39 États allemands. La Confédération était dominée par l'Autriche, la Prusse a obtenu le statut de grande puissance dans les années précédentes, mais ne pouvait pas faire valoir ses intérêts dans la Confédération. Cette situation a conduit à une guerre avec l'Autriche par le biais d'un détour d'une guerre avec le Danemark, à la fin de laquelle la Prusse a dominé les États allemands et la voie vers une Allemagne unie a été tracée.

 

Europe centrale de 1815 à 1866

Europe centrale de 1815 à 1866

 

 

 

La guerre germano-danoise:

L'origine des tensions entre la Fédération allemande et le Danemark remonte au soulèvement du Schleswig-Holstein, qui s'est terminé par une guerre de trois ans entre 1848 et 1851. Selon le Protocole de Londres, la Couronne danoise a obtenu la souveraineté sur les duchés de Schleswig (en tant que fief danois) et de Holstein et Lauenburg (en tant qu'États membres de la Confédération allemande), mais à la condition que ces États soient traités comme des entités indépendantes.

Certains courants politiques au Danemark, cependant, ont appelé à la poursuite de l'intégration du Schleswig au Danemark, ce qui devait profiter en particulier à l'administration. Le premier pas vers l'intégration a été fait en 1863 avec le "brevet de marche" du roi danois Frédéric VII. Le 30 août, un nouvel ordre constitutionnel a suivi pour le Holstein, en vertu duquel il n'y a eu qu'une seule union personnelle entre le Danemark avec Schleswigs d'un côté et Holstein et Lauenburg de l'autre. Ce traité constituait donc une violation flagrante du Protocole de Londres et a suscité de vives protestations de la part de la Confédération allemande et de la population.

Une séparation complète du Schleswig et du Holstein-Lauenburg a été réalisée le 28 septembre 1863 avec la Loi fondamentale pour les affaires communes du Royaume du Danemark et du Duché du Schleswig. Le Premier ministre prussien Otto von Bismarck s'est alors allié à l'Autriche et a envisagé une intervention militaire contre le Danemark.

En novembre, le roi danois Frédéric VII meurt et Christian IX lui succède. Il a signé une nouvelle constitution le 18 novembre 1863, qui a abouti à l'occupation de Holstein et Lauenburg par les troupes de l'armée allemande.

Le 16 janvier 1864, la Prusse et l'Autriche ont lancé un ultimatum de 48 heures au Danemark, qui devait renverser la Constitution de novembre et évacuer Schleswig. Lorsque le Danemark ne se conforma pas à l'ultimatum, les troupes prussiennes et autrichiennes dirigées par le maréchal Friedrich von Wrangel traversèrent l'Eider près de Rendsburg le matin du 1er février 1864. Au même moment, une unité prussienne tente de traverser le Schlei à Missunde, mais est repoussée. Les Autrichiens réussissent mieux à traverser la Sorge et s'approchent des fortifications de Danewerk sur une distance pouvant atteindre 10 kilomètres. Le plan des Autrichiens et des Prussiens de prendre le Danewerk entre leurs mains échoua, mais le commandant danois échappa au danger et fit transférer ses troupes au Düppeler Schanzen près de Flensburg.

 

Retrait des troupes danoises de Danewerke les 5 et 6 février 1864

Retrait des troupes danoises de Danewerke les 5 et 6 février 1864

 

Les troupes autrichiennes et prussiennes avançaient plus au nord, les plans pour prendre d'assaut le Düppeler Schanzen n'ont pas été élaborés au début, car cela aurait entraîné des pertes trop élevées. Mais lorsque la tentative d'occuper l'île d'Alsen pour couper les troupes danoises a échoué, les Autrichiens et les Prussiens ont décidé de prendre d'assaut les retranchements après tout. A cette fin, les positions danoises furent bombardées d'artillerie à partir du 7 avril 1864. Au bout d'une semaine environ, la moitié des canons danois avaient déjà été détruits et environ un tiers des soldats étaient morts, blessés ou affaiblis par la maladie. L'attaque de la tempête prussienne du 18 avril s'est donc heurtée à peu de résistance et les 6 premiers retranchements ont pu être capturés dans un court laps de temps. Une contre-attaque des Danois échoua et les 4 dernières collines furent franchies.

 

Combat au Düppeler Schanzen

Combat au Düppeler Schanzen

 

Les premières négociations de paix ont eu lieu le 12 mai avec la médiation de l'Angleterre et de la France. Cependant, comme les parties belligérantes n'arrivaient pas à s'entendre sur le tracé de la frontière, la guerre a repris à la fin du mois de juin.

La Prusse réussit à occuper rapidement l'île d'Alsen cette fois-ci. Le 11 juillet, toute la péninsule du Jutland était déjà aux mains des Prussiens et des Autrichiens. Maintenant que d'autres îles danoises sont également en danger, le Danemark doit négocier un autre cessez-le-feu. Elle est entrée en vigueur le 20 juillet 1864.

Le 14 août 1865, le traité de Gastein stipule que les duchés de Saxe-Lauenburg et de Schleswig doivent être transférés en Prusse et Holstein en Autriche. La guerre entre l'Autriche, la Prusse et le Danemark a ainsi pris fin, mais l'Autriche n'a pas accepté la domination de la Prusse sur le nord de l'Allemagne, ce qui a provoqué une recrudescence des tensions qui ont abouti à la guerre allemande.

 

 

 

La guerre allemande:

Le point de départ de la guerre de la Prusse et de ses alliés contre l'Autriche et ses alliés fut le contrôle de l'Allemagne du Nord qui émergea de la guerre germano-danoise.
En cela, les duchés du Schleswig et du Holstein furent distribués à la Prusse et à l'Autriche, mais contrairement à la Prusse, l'Autriche accepta le gouvernement secondaire du duc Friedrich VIII du Schleswig-Holstein. La Prusse y voyait une violation du traité de Gastein, négocié après la guerre germano-danoise.

Comme aucun accord politique n'a pu être conclu, les troupes prussiennes ont marché dans Holstein le 9 juin 1866. L'Autriche, pour sa part, a exhorté les forces armées fédérales allemandes à se mobiliser sur la base d'une exécution fédérale pour auto-assistance interdite par la Prusse. Le 14 juin, l'approbation a eu lieu et Charles de Bavière a été nommé général fédéral. La Prusse y voit une violation de la Constitution fédérale et déclare la Confédération allemande dissoute.

Helmuth Graf von Moltke avait le commandement suprême des troupes prussiennes, qui avaient déjà remporté de grandes victoires dans la guerre germano-danoise grâce à sa tactique moderne adaptée à la situation respective. Moltke affronta 270. 000 soldats autrichiens et saxons dans le sud-est et 120. 000 soldats des états hanovriens et du sud de l'Allemagne dans le nord-ouest. Son armée comptait environ 64 000 soldats de moins au total. Il envoya donc d'abord 278. 000 hommes au sud-est, les 48. 000 restants contre les Hanovriens. Dans la bataille de Langensalza, ses soldats ont perdu contre les Hanovriens, mais à cause des pertes élevées de ces derniers, Hanovre a dû capituler à la fin de juin 1866.

Moltke avait son armée divisée en 3 armées contre les Autrichiens et la Saxe. Une armée a pu repousser les Saxons en Bohême autrichienne alors que le commandant en chef des Autrichiens, Ludwig von Benedek, était indécis quant à l'armée prussienne à attaquer. Les Prussiens en profitèrent avec leurs armes meilleures et plus rapides et repoussèrent les Autrichiens vers la chaîne de montagnes avant la forteresse Königgrätz.

 

Bataille de Königgrätz - Le prince Friedrich Karl Nikolaus de Prusse commande les troupes prussiennes

Bataille de Königgrätz - Le prince Friedrich Karl Nikolaus de Prusse commande les troupes prussiennes

 

Moltke a conçu le plan d'occuper 2 de ses armées avec les Autrichiens, tandis que sa 3ème armée attaquait le flanc. L'attaque a eu lieu le 3 juillet 1866, mais en raison du mauvais temps, l'armée qui devait mener l'attaque de flanc n'a pas reçu l'ordre. Les deux premières armées furent repoussées, mais Ludwig von Benedek ne les repoussa pas, ce qui donna aux Prussiens la possibilité de se réorganiser. En début d'après-midi de la bataille, l'ordre d'attaquer atteignit encore l'armée de flanc. Cette attaque obligea les Autrichiens à battre en retraite, Königgrätz put être pris et l'empereur autrichien dut demander un armistice.

 

Scène de la bataille décisive de Königgrätz

Scène de la bataille décisive de Königgrätz

 

Europe centrale de 1866 à 1914

Europe centrale de 1866 à 1914

 

 

 

Conséquences de la guerre allemande:

Le 26 juillet 1866, une pré-pacification de Nikolsburg négociée par l'empereur français Napoléon III s'acheva après que l'Autriche eut déclaré son retrait de la politique sur les Etats allemands. Le vrai traité de paix est venu avec la paix de Prague.

La Prusse a poursuivi sa décision de dissolution par la Confédération allemande. Elle a été remplacée par les Traités d'août, une alliance militaire avec les États de l'Allemagne du Nord, qui a abouti à la Fédération de l'Allemagne du Nord sous la suprématie prussienne. Les États du sud de l'Allemagne du Royaume de Bavière, du Royaume de Wurtemberg, du Grand-Duché de Bade et du Grand-Duché de Hesse signèrent une alliance de protection et de défense avec la Prusse et la Confédération de l'Allemagne du Nord, de sorte que les armées respectives étaient sous le commandement de la Prusse.

 

Drapeau de la Confédération de l'Allemagne du Nord

Drapeau de la Confédération de l'Allemagne du Nord

 

L'Autriche a dû donner la Vénétie à l'Italie, qui était alliée à la Prusse pendant la guerre. Bien que l'armée italienne ait été vaincue par les Autrichiens, la guerre a été gagnée avec la Prusse. En 1867, avec la Hongrie, le pays a fondé la Double Monarchie, également appelée impériale et royale (k. u. k. ).

L'empereur français Napoléon III n'a pas pu faire respecter sa volonté territoriale pour les rives du Rhin. Les relations politiques entre la France et la Prusse se sont considérablement détériorées après le traité de paix.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Histoire de la Prusse

Histoire de la Prusse Broché – 19 septembre 2007

La Prusse serait-elle un objet historique difficile à identifier ? Sa singularité tient d'abord à ce que son identité change au cours de son histoire. Son nom commence par s'appliquer au territoire conquis, dans la première moitié du XIIIe siècle, par les chevaliers Teutoniques entre la Vistule et le Niémen, puis au duché dont l'érection suit la conversion du grand-maître de l'Ordre au protestantisme.Scellée en 1618 sous l'égide des Hohenzollern, l'union de la Prusse et du Brandebourg n'est d'abord que personnelle. La véritable rupture intervient en 1701, quand le prince électeur de Brandebourg, Frédéric III, ceint la couronne royale de Prusse à Königsberg ; le roi de Prusse ne tarde pas à se substituer au margrave de Brandebourg.Rien ne disposait donc cet agrégat de territoires disparates à devenir le berceau d'un Etat capable de jouer les premiers rôles en Allemagne, a fortiori en Europe. Construction d'abord politique, la Prusse est l'oeuvre d'une dynastie au service de l'Etat appuyé sur deux piliers : une administration et une armée. Après que trois souverains eurent posé le socle, il revient à Frédéric II d'exploiter cet acquis et de fonder la grandeur de la Prusse, et à Bismarck de réaliser l'unité de l'Allemagne.Depuis des décennies, on s'interroge : son histoire la prédestinait-elle à devenir une matrice du national-socialisme ? Il est certes aisé de trouver une inspiration conservatrice à maints aspects de la politique prussienne, mais ceux-ci ne la résument pas et ils cohabitent avec des tendances résolument progressistes, qu'illustre particulièrement le règne de Frédéric II, souverain éclairé, ami de Voltaire. Il ne suffit pas que les nazis aient proclamé cette filiation pour qu'elle soit une réalité ; la ligne conduisant de la Prusse à l'hitlérisme est bien une ligne brisée. Aujourd'hui, l'Allemagne entretient avec l'héritage prussien une relation apaisée : en 2002, le Bundestag a voté, sur la base d'une souscription nationale, la reconstrucion in situ du château royal de Berlin.Le temps où la vérité de l'histoire se lisait en noir et blanc est clos et Jean-Paul Bled, dans cette belle synthèse, restitue à la Prusse les couleurs de son riche passé.

Cliquez ici!

 

 

Histoire de la Prusse

Histoire de la Prusse Broché – 1 avril 2010

Il n'existe pas d'ouvrage consacré à l'histoire de la Prusse à proprement parler : elle ne constitue généralement qu'une partie de l'histoire de l'Allemagne. Son cas est pourtant unique : pourquoi le puissant État de Frédéric II et de Bismarck choisit-il de disparaître pour devenir au xixe siècle l'instrument de l'unité allemande ?
De sa naissance au Moyen Âge à sa dilution dans l'Empire allemand, cette étude retrace l'histoire de la Prusse en mettant en lumière son héritage prégnant, militaire, mais aussi religieux, culturel, moral et juridique, indispensable pour comprendre l'Allemagne contemporaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire de la Prusse

Histoire de la Prusse Broché – 4 septembre 2014

" La monarchie prussienne n'est pas un pays doté d'une armée, mais une armée dotée d'un pays ". Des marches de Brandebourg à sa disparition au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'histoire de l'ascension et de la chute d'un Etat qui a fait l'Allemagne par la diplomatie, mais aussi par " le sang et le fer " chers à Bismarck.

Cliquez ici!

 

 

Les Hohenzollern

Les Hohenzollern Poche – 13 février 2014

L'histoire des Hohenzollern se confond avec celle de la Prusse. Après une lente ascension au cours du Moyen Age, cette modeste famille de propriétaires terriens fait l'acquisition du duché de
Prusse au début du xviie siècle. Les règnes du Grand Electeur, de son petit-fils Frédéric-Guillaume Ier et de son arrière-petit-fils, Frédéric II, le font entrer dans l'ère moderne. A la mort de ce dernier en 1786, il ne restera plus à la Prusse qu'à s'affirmer comme une puissance européenne majeure. C'est chose faite avec Guillaume Ier qui défait l'Autriche puis la France pour fonder le Deuxième Reich. Le nouvel Empire atteint son apogée avec Guillaume II, avant de disparaître en 1918. Les Hohenzollern sont restitués loin des clichés habituels : chefs de guerre sans doute, mais surtout hommes à l'avant-garde de transformations économiques, sociales et artistiques.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!