Les guerres des Balkans

Au début du XXe siècle, les Balkans ont été poussés par des courants nationalistes qui revendiquaient l'indépendance de leur pays, mais aussi par les revendications de pouvoir des grands Etats européens qui cherchaient à étendre leur influence territoriale et à annexer leurs territoires.

L'Empire austro-hongrois, en particulier, a considérablement étendu son territoire. Ce n'est que par des négociations diplomatiques que les guerres ont pu être évitées dans un premier temps. Ce n'est que plus tard que des guerres ont éclaté dans les Balkans entre les nouveaux États indépendants, ce qui a non seulement provoqué des tensions politiques entre les grandes puissances, mais aussi une conflagration qui s'est étendue à toute l'Europe en 1914 et a conduit à la Première Guerre mondiale.

 

 

 

Antécédents:

Pendant des siècles, les Balkans ont fait partie de l'Empire ottoman. Mais l'empire a été exposé à maintes reprises à des guerres, ce qui a affaibli sa sphère d'influence sur la partie européenne. Particulièrement à travers les innombrables guerres avec la Russie, l'Empire ottoman a dû céder de vastes territoires.

Pendant la guerre russo-turque de 1877 à 1878 et le traité de paix de San Stefano, l'Empire ottoman dut céder des parties de son territoire. Avec le Congrès de Berlin du 13 juin 1878 au 13 juillet 1878, certaines régions des Balkans furent divisées, créant ainsi les Etats indépendants de Serbie et Monténégro. L'Empire ottoman, à la réticence de la Russie, a également réussi à conserver certains territoires européens. La Bosnie-Herzégovine faisait partie de ces territoires, mais en vertu de l'article 25 de la paix de Berlin du 13 juillet 1878, elle a été placée sous l'administration de l'Autriche-Hongrie pendant 30 ans. Le 29 juillet 1878, le k. u. k. austro-hongrois avec l'occupation des nouveaux territoires, ce qui a entraîné des soulèvements sanglants dans certaines régions. Avec le traité de Mürzsteg du 3 octobre 1903, l'Autriche-Hongrie et la Russie ont convenu de travailler ensemble pour assurer la paix et la stabilité dans les Balkans.

En 1908, les 30 ans d'administration des régions de Bosnie-Herzégovine ont pris fin. L'Autriche et la Russie ont toutefois convenu que l'Autriche pourrait conserver les régions si la Russie obtenait le droit de passage par le Bosphore et les Dardanelles. Comme à cette époque une révolution des jeunes Turcs a eu lieu dans l'Empire ottoman, l'empire a été politiquement fortement affaibli. L'Autriche en a profité pour ses propres besoins. D'autres territoires ont également commencé à agir, la Crète a déclaré son annexion à la Grèce et la Bulgarie a déclaré son indépendance.

En juillet 1908, cependant, les jeunes Turcs tentèrent d'envoyer des députés au parlement qu'ils avaient rétabli et de reprendre ainsi le contrôle de la Bosnie-Herzégovine. Le 4 octobre, l'empereur autrichien François-Joseph Ier ordonna l'annexion des territoires.

L'annexion a suscité des protestations dans l'Empire ottoman, en Serbie et en Russie, parce que la population ne voulait pas de la population slave des territoires annexés sous contrôle autrichien. Une guerre ne pourrait être évitée que si la Russie était affaiblie après la guerre avec le Japon, si la France, alliée à la Russie, ne voyait aucune raison d'entrer en guerre et si l'Autriche était soutenue par l'Allemagne.

En 1909, des négociations ont eu lieu entre l'Autriche et l'Empire ottoman, qui ont finalement accepté l'annexion après le paiement de 50 millions de couronnes et autres accords.

 

Caricature contemporaine de Leonard Raven-Hill (1912), qui illustre la situation dans les Balkans à cette époque

Caricature contemporaine de Leonard Raven-Hill (1912), qui illustre la situation dans les Balkans à cette époque

 

 

 

La première guerre des Balkans:

La Russie a d'abord accepté l'annexion des territoires par l'Autriche-Hongrie, comme le pays l'espérait pour ses propres avantages. Comme ceux-ci n'ont pas rencontré la Russie a répondu à l'expansion de l'influence autrichienne avec la création de l'alliance des Balkans entre la Serbie et la Bulgarie. Plus tard, la Grèce et le Monténégro ont rejoint l'alliance à l'initiative des deux pays, de sorte que les objectifs ont changé et que l'alliance ne devait plus prendre effet contre l'Autriche-Hongrie mais contre l'Empire ottoman.

Les grandes puissances européennes ont accepté de reconnaître le statut actuel dans les Balkans, mais elles étaient conscientes que les petits États des Balkans ne pouvaient pas être contrôlés.

Le 8 octobre 1912, le Monténégro fut le premier pays à déclarer la guerre à l'Empire ottoman. Le 16 octobre, l'Empire a déclaré la guerre à la Bulgarie, ce qui a conduit la Serbie, la Bulgarie et la Grèce à déclarer la guerre à l'Empire le 17 octobre. Au début du conflit, l'Alliance pouvait compter sur quelque 474 000 soldats, alors que les forces armées ottomanes ne comptaient que 290 000 hommes.

 

Soldats bulgares

Soldats bulgares

 

La première bataille a eu lieu le 21 octobre près de la rivière Sarantaporos, lorsque les troupes grecques ont vaincu les Ottomans. Kozani a été pris le 24 octobre et Giannitsa est tombé le 1er novembre. Le 7 novembre, les troupes grecques ont atteint la ville de Thessalonique, qui était tenue par 26 000 soldats ottomans. Après négociations, les troupes ottomanes se sont retirées et ont remis la ville sans combattre. Ioannina tombe le 21 février 1913 et le port de Valona le 6 mars.

 

Soldats ottomans

Soldats ottomans

 

Les troupes serbes réussirent à prendre Üsküb le 6 novembre 1912 et Monastir le 29 novembre. La ville de Shkodra a été conquise avec les troupes monténégrines le 3 mai 1913.

Avec les victoires bulgares dans les batailles de Kirk Kilisse et de Lüleburgaz, les troupes ont réussi à avancer jusqu'à Constantinople, mais les troupes bulgares n'ont pas réussi à prendre la ville. Le 20 novembre 1912, la Bulgarie et l'Empire ottoman conclurent un traité de paix distinct, qui fut de nouveau rompu le 2 février 1913, lorsque les troupes bulgares, soutenues par les troupes serbes, réussirent à prendre la ville d'Adrianopel le 26 mars 1913.

Le 1er mai 1913, un armistice fut signé entre l'Empire ottoman et l'Alliance. Avec le Traité de Londres du 30 mai 1913, la guerre prit fin et l'Empire ottoman renonça à tous les territoires européens situés à l'ouest de la ligne entre Midia sur la mer Noire et Enez sur la côte égéenne, et la Crète rejoint officiellement la Grèce.

 

Artillerie grecque

Artillerie grecque

 

Pendant la guerre, l'Albanie a également déclaré son indépendance. Dans les Traités de Londres, les territoires occupés par la Serbie et le Monténégro ont été officiellement reconnus et l'Albanie s'est vu accorder certains territoires. La Serbie, en particulier, a protesté contre cette décision en refusant au pays l'accès à l'Adriatique.

 

 

 

La deuxième guerre des Balkans:

Peu après les Traités de Londres, des tensions sont apparues entre les pays des Balkans au sujet de la division du territoire. La Bulgarie, par exemple, n'était pas d'accord avec la démarcation de la Macédoine et exigeait que la Serbie y rende une partie de son territoire. La Serbie, quant à elle, s'était vu refuser l'accès à l'Adriatique dans les traités avec l'indépendance de l'Albanie. La Serbie et la Grèce ont formé une alliance le 19 mai 1913 pour assurer leur avenir. Aussi l'Empire ottoman n'attendait qu'une occasion pour récupérer les territoires perdus. La prochaine guerre dans les Balkans était donc prévisible.

Le 29 juin 1913, les troupes bulgares attaquèrent les armées grecque et serbe sans déclarer la guerre. Mais la défense a repoussé les attaquants et les deux Etats ont déclaré la guerre à la Bulgarie le 8 juillet. Le 10 juillet, la Roumanie, qui était restée neutre lors de la première guerre des Balkans, déclara la guerre à la Bulgarie, et le 11 juillet, l'Empire ottoman déclara la guerre à la Bulgarie.

Attaqués de toutes parts, les quelques défenseurs bulgares restants n'ont guère pu résister, si bien qu'au bout de quelques jours déjà, les troupes roumaines se tenaient devant la capitale Sofia et les troupes ottomanes pouvaient prendre Adrianopel le 21 juillet.

 

Soldats bulgares capturés

Soldats bulgares capturés

 

Les forces armées bulgares actuelles ont été impliquées dans des batailles avec les troupes grecques presque tout au long de la guerre, de sorte qu'elles ne pouvaient même pas être déployées sur d'autres fronts.

En raison de la supériorité totale des alliés contre la Bulgarie, qui a été laissée à elle-même, la Bulgarie a dû accepter un traité de paix. La signature a eu lieu le 10 août 1913 et le pays a été contraint de céder presque tous les territoires qu'il avait conquis pendant la première guerre des Balkans.

 

Les Balkans aux Xe et XIe siècles

Les Balkans aux Xe et XIe siècles

 

Les Balkans aux XIVe et XVe siècles

Les Balkans aux XIVe et XVe siècles

 

Les Balkans au XIXe siècle

Les Balkans au XIXe siècle

 

Les Balkans jusqu'en 1915

Les Balkans jusqu'en 1915

 

 

 

Les conséquences des guerres des Balkans:

Les guerres des Balkans n'ont pas seulement été l'exemple parfait des efforts déployés par les pays des Balkans pour s'affranchir de l'Empire ottoman et de l'Autriche-Hongrie, elles ont également servi, à bien des égards, de guerre de substitution aux grandes puissances européennes qui souhaitaient étendre leur influence dans les Balkans.

Les guerres ont été particulièrement marquées par l'action brutale contre la population civile, qui a particulièrement souffert sous les forces d'occupation respectives. Des régions entières ont fait l'objet d'un nettoyage ethnique à la suite d'expulsions ou de massacres, ce qui a empoisonné les conditions de vie dans les pays des Balkans jusqu'à ce jour.

La conséquence décisive des guerres des Balkans a été la décision de certains pays de ne pas accepter les frontières tracées après la deuxième guerre des Balkans et de saisir toutes les occasions de les réviser à nouveau. Cela a finalement conduit un nationaliste serbe à tirer sur l'héritier autrichien du trône et à passer d'une guerre par procuration à une guerre à l'échelle européenne.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Guerre de religions dans les Balkans

Guerre de religions dans les Balkans Broché – 15 janvier 2005

Depuis le Moyen Age, les Balkans sont le théâtre d'un affrontement constant entre les civilisations catholique romaine, orthodoxe et islamique, rendu complexe par les conflits à l'intérieur de chacune des confessions et l'émergence de la question nationale. Au XIXe siècle, les motifs d'opposition deviennent davantage politico-identitaires que religieux : à la différence du reste de l'Europe, les Balkans voient s'opérer une identification entre appartenance nationale et appartenance confessionnelle qui conduira souvent les mouvements identitaires à exclure du corps de la nation les membres des confessions minoritaires. C'est à l'intérieur des mécanismes de la fabrication des identités balkaniques que Thierry Mudry nous propose ici de voyager, pour mieux comprendre l'actualité géopolitique des Balkans.

Cliquez ici!

 

 

La Guerre dans les Balkans

La Guerre dans les Balkans Broché – 3 octobre 1996

Cet extraordinaire récit de John Reed, publié en 1916 aux Etats-Unis et en Angleterre, n'avait jamais été traduit en français. Il raconte la guerre dans les Balkans et dans la Russie impériale, à la veille de la Révolution. Journal de route d'un grand journaliste-écrivain à travers une Europe centrale crépusculaire, dévastée par les combats qui opposent, en une mêlée furieuse, les soldats de l'Empire austro-hongrois et du Reich allemand aux forces alliées. Envoyé spécial du Metropolitan, accompagné de son ami, le dessinateur Robinson, Reed traverse la Serbie ravagée par la guerre et le typhus, la Roumanie, puis la grande Russie. Le livre propose une fresque colorée et vivante des Balkans à peine libérés du joug ottoman ; région confuse où mille peuples cohabitent difficilement, où le passage des armées laboure littéralement villes et villages, et où, ici et là, les " purifications ethniques " sont déjà l'œuvre. La deuxième partie du récit décrit longuement villes et campagnes russes dans la guerre, aux tout derniers moments du régime tsariste, alors que gronde, dans les profondeurs du pays, la future révolution d'Octobre.

Cliquez ici!

 

 

Comprendre les Balkans : Histoire, sociétés, perspectives

Comprendre les Balkans : Histoire, sociétés, perspectives Broché – 15 mars 2007

Quelle est la situation des Balkans occidentaux aujourd'hui ? Statut du Kosovo, avenir de la Bosnie-Herzégovine, intégration européenne... Quinze ans après la dislocation de la Yougoslavie, les Balkans font moins la une de l'actualité mais ils demeurent pourtant un enjeu de taille pour l'Europe en construction. Conflits permanents, revendications territoriales, poudrière nationaliste, " mosaïque ethnique "... Les Balkans seraient-il condamnés à d'endémiques violences ? Serait-il impossible de comprendre cette région " si compliquée " ? Carrefour de langues, de peuples, de religions, mais aussi théâtre de l'affrontement des " grandes puissances ", les Balkans ont connu une évolution historique singulière qui permet de comprendre les enjeux du présent

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!