Les guerres d’indépendance de l’Amérique du Sud

L'Amérique du Sud est fermement aux mains des Espagnols depuis le début de la colonisation. Bien que la domination espagnole ait commencé par une violence brutale à l'encontre de la population indigène, un système d'administration conjointe entre les fonctionnaires espagnols et les créoles privilégiés (blancs d'origine américaine) a été mis en place au fil du temps et une longue période de stabilité a été établie.

Ce n'est que lors de la révolution noire en Haïti à la fin du XVIIIe siècle, qui a conduit à l'émergence du premier Etat à gouvernement noir sur le nouveau continent, que les préoccupations se répandirent parmi les Créoles que cette révolution put s'étendre aux autres colonies.

 

Carte de l'Amérique du Sud à la fin du XVIIIe siècle

Carte de l'Amérique du Sud à la fin du XVIIIe siècle

 

Mais le déclencheur du mouvement indépendantiste ne fut que la déposition de la famille royale espagnole par Napoléon et l'entrée en guerre de l'Espagne contre l'Angleterre avec le blocus naval des Anglais qui a conduit les Créoles à ne plus rendre le contrôle de l'Amérique du Sud dépendant de l'Espagne mais à administrer les pays eux-mêmes.

 

 

 

Le début des émeutes:

Les premiers soulèvements ont eu lieu à Neugranada (sur le territoire de l'actuelle Colombie) à partir de 1810. Ils se sont rapidement répandus au Venezuela, au Chili et dans la vice-royauté du Rio de la Plata. Mais au lieu de lutter contre la domination étrangère des Espagnols, les soulèvements se sont transformés en guerre civile entre les royalistes, fidèles à la famille royale espagnole, et la population métisse, raciale et noire, qui voulait plutôt destituer les riches Créoles.

La première proclamation d'une république indépendante a été faite au Venezuela en 1811. Mais peu après sa proclamation, les partisans de la République furent expulsés par le royaliste Domingo de Monteverde et l'ancien statut fut restauré. L'un des républicains expulsés fut Simon Bolivar, qui s'enfuit à Neugranada et, en 1813, envahit avec une nouvelle armée, vainquit les royalistes et proclama de nouveau la république.

 

Simón Bolívar

Simón Bolívar

 

Cette fois encore, l'existence de la République fut de courte durée lorsque José Boves prit les royalistes pour contre-attaquer, chassa de nouveau Bolivar et restaura son ancien statut.

 

 

 

L'intervention espagnole:

Lorsque la guerre d'indépendance espagnole contre Napoléon prit fin en Europe et que le roi Ferdinand reprit place sur le trône, l'Espagne tenta de reprendre le contrôle des colonies en envoyant des troupes à partir de 1814.

A cette fin, le général Pablo Morillo a reçu environ 10 000 hommes pour occuper le Venezuela et la Nouvelle Grenade. Il réussit à s'emparer des villes côtières avec son armée, mais à l'intérieur, il dut se soumettre à la résistance farouche des troupes de la guérilla de Simon Bolivar. Bolivar a également pu compter sur le soutien d'Antonio Paez et de ses durs éleveurs des plaines vénézuéliennes, ainsi que sur celui des soldats britanniques et irlandais venus de la petite colonie britannique d'Amérique du Sud après la guerre contre Napoléon, maintenant sans emploi.

Avec cette armée, Bolivar envahit Neugranada en 1819, remporta une victoire contre les Espagnols à Boyaca et occupa la ville de Bogota. Peu de temps après, la ville de Carabobo tomba entre les mains de Bolivar. Ainsi, il contrôlait presque toute la région de la Nouvelle Grenade et du Venezuela, qu'il a réunis pour former une Grande Colombie.

 

 

 

La révolution en Argentine et au Chili:

Dès 1810, une junte (assemblée) est mise en place en Argentine pour mener les soldats contre les Espagnols et les royalistes. En 1812, l'armée fut renforcée par José de San Martin, qui avait déjà combattu pendant la guerre d'indépendance espagnole et possédait l'expérience nécessaire. Il a amélioré la tactique et la discipline de ses soldats et pouvait les mener avec tant de succès contre les Espagnols et les royalistes.

Au Chili, les Espagnols et les royalistes ont pu maintenir leur position de pouvoir dans la guerre civile jusqu'en 1814 et expulser le leader révolutionnaire Bernardo O´Higgins . . Il s'enfuit avec ses disciples en Argentine où il s'unit à l'armée de San Martin.

Afin d'expulser les dirigeants des deux derniers bastions espagnols du Pérou et du Chili, San Martin et O´Higgins ont conçu le plan d'une campagne contre le Chili d'abord, puis contre le Pérou. En janvier 1817, l'armée de 5. 000 hommes s'engagea dans la difficile traversée des Andes, au cours de laquelle la marche devait subir quelques pertes, mais pouvait attaquer l'ennemi de manière tout à fait surprenante et battre Chacabuco.

Les Espagnols, quant à eux, ont envoyé leur armée du Pérou pour reprendre le contrôle du Chili. Au début de cette campagne, ils remportent quelques victoires, mais en avril 1818, ils succombent à San Martin et l'indépendance du Chili devient définitive.

A partir de 1820, San Martin prépare une invasion du Pérou avec l'aide de la flotte chilienne et de l'amiral anglais Thomas Cochrane. Cela a commencé en 1821, quand la ville de Lima a été prise d'où il a déclaré l'indépendance. Cependant, sur les conseils de Simon Bolivar, San Martin s'est retiré dans sa vie privée en 1822 et Bolivar lui-même a mené la campagne contre les royalistes restants au Pérou. La victoire décisive fut remportée en décembre 1824 par son adjoint Antonio José de Sucre lors de la bataille d'Ayacucho, où il vainquit les soldats péruviens et mit ainsi fin au pouvoir espagnol sur l'Amérique du Sud.

 

Antonio José de Sucre

Antonio José de Sucre

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

L'Amérique latine de l'indépendance à nos jours

L'Amérique latine de l'indépendance à nos jours Broché – 1 novembre 1993

Cliquez ici!

 

 

Histoire de l'Amérique hispanique de Bolivar à nos jours

Histoire de l'Amérique hispanique de Bolivar à nos jours Broché – 1 mai 2003

Ce livre propose un vaste panorama de l'histoire de l'Amérique hispanique contemporaine. Il s'ouvre sur les guerres d'indépendances et accorde une place privilégiée à l'épopée et à la pensée bolivarienne. Le processus historique, au Xixème siècle, de l'Argentine, du Chili, du Pérou, du Méxique et de Cuba est passé en revue en se fondant sur les apports fondamentaux de la recherche latino-américaniste. L'étude du Xxème siècle met en exergue les grandes étapes de l'évolution de ce pays, du populisme au néo-libéralisme triomphant sous l'influence déterminante de l'impérialisme Nord-américain.

Cliquez ici!

 

 

Les révolutions d'Amérique latine (nouvelle édition)

Les révolutions d'Amérique latine (nouvelle édition) (Anglais) Poche – 8 janvier 2002

L'histoire du continent latino-américain est celle d'un monde en révolution permanente. L'objectif de ce livre est de replacer les diverses expériences " révolutionnaires " dans leur déroulement chronologique, tout en essayant d'en tirer une typologie et une explication générales. Les monographies sont ainsi inséparables des vues d'ensemble : les unes et les autres offrent aux lecteurs les clés nécessaires à la compréhension d'une " zone de turbulences " restée souvent énigmatique.

Cliquez ici!

 

 

Histoire de l'Amérique latine et des Caraïbes, (deuxième édition)

Histoire de l'Amérique latine et des Caraïbes, (deuxième édition) Broché – 15 novembre 2016

Selon l'auteur, un mot résume à lui seul le sentiment qu'inspire l'expérience historique latino-américaine depuis près de deux siècles: la frustration. S'il fallait, écrit José del Pozo, illustrer dans quelle mesure l'Amérique latine a connu plus d'échecs que de réussites, il suffirait de comparer les courants migratoires actuels avec ceux de la fin du XIXe siècle. À cette époque, des pays comme Cuba, le Brésil, l'Uruguay et l'Argentine étaient aussi attirants pour les immigrants que l'Australie, le Canada et les États-Unis. Aujourd'hui, au contraire, les Latino-Américains ont le regard tourné vers l'Europe et le nord du continent. Dans une approche globale qui tient compte autant des inégalités sociales et ethniques que de la situation de dépendance, héritage de la «société de conquête», José del Pozo fait ressortir les réussites et les motifs d'espoir: une littérature qui s'est imposée au reste du monde, une lente émergence de la démocratie et une économie de plus en plus caractérisée par la diversification et l'intégration régionale. Dans cette deuxième édition, mise à jour, l'auteur intègre une période clé de l'histoire de l'Amérique latine, celle de l'effondrement des empires coloniaux. Enrichie de nombreux tableaux, de plusieurs cartes historiques et d'une iconographie abondante, cette nouvelle édition demeure l'ouvrage de référence sur l'histoire de l'Amérique latine et des Caraïbes.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!