Croiseur de mines SMS Brummer

Le croiseur de mines le SMS Brummer faisait partie en bateau de soeur le frein du vapeur de mines C, devait commencer à un type de bateau les mines de lac de façon offensive à la guerre de lac.

 

Lancement et conception:

Le développement des SMS Brummer repose sur le concept mettre des mines de lac comme l'arme offensive à la guerre de lac pour fixer avec cela les bateaux hostiles dans des ports ou couvrir la retraite des propres bateaux. Avec l'éclatement de la première guerre mondiale, 4 phrases de turbines fortes de performance se trouvaient dans le chantier naval de Vulcan Stettiner pour le croiseur de bataille russe l'immeuble neuf Navarin qui n'étaient plus livrées. Dans les réflexions de la direction de marine sur l'application de ces turbines, on venait mettre celui-ci pour de soi-disants croiseurs de mines au résultat dont le concept de construction reposait sur la rapidité.

Ainsi les deux croiseurs de mines de la classe de mouche à viande étaient posés avec ces turbines.

Contrairement aux autres croiseurs, l'armement était réduit des raisons de poids et de place à 4 15 cm fusils. Aussi la force du blindage était divisée en deux, puisque à l'une la grande importance était accordée à la vitesse ainsi qu'à la place pour les mines de lac. En outre, était tenté d'adapter les croiseurs de mines de l'optique et des constructions ici aux légers croiseurs britanniques de la classe d'Arethusa pour que les bateaux allemands ne puissent pas être reconnus si vite comme les tels.

Le cours de pile des SMS Brummer se produisait le 11 décembre 1915, l'entrée en service le 2 avril 1916.

 

Dessin de côtés de la classe de Brummer

Dessin de côtés de la classe de Brummer

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Le SMS Brummer a été lancé après l'IV. et opéré en mer du Nord. Avec le navire jumeau SMS Bremse, des convois alliés entre Bergen et les îles Shetland ont été attaqués par des champs de mines. En raison de la supériorité des forces navales britanniques, cependant, il n'y avait pas de plus grandes entreprises. En juin 1918, les deux croiseurs miniers posent les dernières mines de la German Bight.

Avec les émeutes et les révoltes naissantes de novembre 1918, les croiseurs miniers ont été déplacés vers la mer Baltique. Là, ils ont jeté l'ancre à Swinemünde et ont été démantelés lors de la reddition du Reich allemand.

 

Mines le croiseur SMS Brummer

 

 

 

Séjour:

Après la mise hors service du SMS Brummer, le navire a dû être réactivé car il devait être interné avec la plus grande partie de la flotte allemande de haute mer, conformément au règlement de la reddition à la Grande-Bretagne.

Le navire est ainsi transféré à Scapa Flow où il coule sur ordre du contre-amiral Ludwig von Reuter le 21 juin 1919.

L'épave n'a pas été soulevée par la suite et repose toujours sur le fond marin.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Brummer

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Croiseur minier

Classe:  

Brummer-Classe

Chantier naval:  

AG Vulcan, Szczecin

Coûts de construction:  

inconnu

Lancement:  

11 décembre 1915

Mise en service:  

2 avril 1916

Séjour:  

Coulé dans Scapa Flow lui-même le 21 juin 1919

Longueur:  

140,4 mètres

Largeur:  

13,2 mètres

Tirant d'eau:  

Maximum 5,88 mètres

Déplacement:  

Maximum 5.856 tonnes

Équipage:  

309 hommes

Propulsion:  

6 chaudières marines
2 jeux de turbines à vapeur

Rendement:  

33.000 PSw

Vitesse maximale:  

28 nœuds

 

Armement:

 

4 x Pistolet à tir rapide 15 cm L/45 (600 coups)

2 x canons antiaériens 8,8 cm L/45

400 mines

 

Blindage:

 

Ceinture: 40 mm
Plateau: 15 mm
Ecrans de fusil: 50 mm
Tour de commande: 20-100 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!