Navire de combat HMS Kent

Le navire de combat HMS Kent appartenait à la classe Monmouth, qui comprenait au total 10 navires, était faiblement armé et blindé et n'était destiné qu'à la construction rapide de nombreux véhicules navire de combat.

 

Lancement et conception:

A la fin du 20ème siècle, il fut décidé de construire un successeur aux classes Drake et Cressy. Le ministère britannique de la Marine, cependant, accordait moins d'importance à la qualité dans la nouvelle classe de navires et souhaitait un grand nombre de croiseurs blindés pouvant être construits rapidement et de manière rentable.

La classe conçue pour 10 navires avait donc moins de déplacement et était également très légèrement blindée, ce qui permettait aux projectiles de gros calibre de pénétrer dans l'armure sans grande résistance. L'armement était également relativement faible avec quatorze canons de 6 pouces (15,2 cm) et n'aurait causé que peu de dommages aux navires lourdement blindés. Quatre des 14 canons étaient placés dans des tourelles doubles à l'arrière et à l'avant, les autres étaient placés dans des casemates sur le côté, où seuls les canons supérieurs étaient utilisables par mer moyenne et forte.

Le HMS Kent est le troisième navire de sa catégorie à être lancé.

Le lancement du HMS Kent a eu lieu le 6 mars 1901, sa mise en service le 1er octobre 1903.

 

 

Navire de combat HMS Kent

Navire de combat HMS Kent

 

 

 

Carrière de HMS Kent:

Après la mise en service et les essais, le navire a d'abord été affecté à la Home Fleet et, à partir de 1906, il a été transféré à la British China Station.

En 1911, avec le HMS Challenger, un croiseur protégé, un voyage à travers le Pacifique est entrepris pour participer aux célébrations du centenaire de l'indépendance du Chili. Le 5 avril, les deux navires sont arrivés à Valparaíso, où ils sont restés deux semaines.

Après l'éclatement de la Révolution chinoise à l'automne 1911, les navires de la Station Chine ont reçu l'ordre de surveiller la situation, de prévenir autant que possible les émeutes contre les Européens et d'accueillir éventuellement des réfugiés.

En 1913, le HMS Kent fut retiré de la station de Chine, retourné en Grande-Bretagne et affecté à la flotte de réserve.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Au début de la Première Guerre mondiale, le HMS Kent fut réactivé en septembre 1914 et affecté à l'escadron du contre-amiral Archibald P. Stoddarts dans l'océan Atlantique.

Le navire était donc avec les autres navires de l'escadron le 8 décembre 1914 dans le port des îles Falkland lorsque deux navires de l'escadron est-asiatique allemand ont été aperçus. Comme le Kent était classé comme un navire d'alarme et qu'il n'avait pas à ramasser du charbon comme les autres, il pouvait d'abord prendre en charge la poursuite des navires allemands. Après l'ouverture des derniers navires britanniques, le commandant allemand, l'amiral Graf von Spee, a dû se rendre compte qu'il ne pouvait pas sauver ses navires des Anglais. Il a donc relâché ses croiseurs et s'est préparé pour la bataille avec ses deux grands croiseurs SMS Scharnhorst et SMS Gneisenau. Comme le Contre-amiral Archibald P. Stoddarts avait déjà soupçonné ce comportement, il ordonna immédiatement au HMS Kent, au HMS Cornwall et au HMS Glasgow de poursuivre la poursuite des petits croiseurs, tandis qu'il s'occupait des grands croiseurs des Allemands avec les autres navires.

Quand, peu de temps après, les petits croiseurs allemands se sont séparés, le HMS Kent a suivi le SMS Nürnberg. Après 3 heures et demie, le navire pouvait être attrapé. Au cours de la fusillade qui a suivi, le Kent a reçu 38 coups et 8 membres d'équipage ont perdu la vie. Nürnberg a été coulé dans la soirée et 18 survivants ont été secourus. Par la suite, le navire a dû retourner aux îles Falkland parce que l'approvisionnement en charbon était presque épuisé.

Lors de la recherche subséquente du petit croiseur évadé SMS Dresden, le HMS Kent a surveillé le détroit de Magellan où le fournisseur allemand Sierra Cordoba passait et était contrôlé. Comme le fournisseur se trouvait en eau neutre, il a pu poursuivre son voyage après le contrôle.

Le 7 mars 1915, le HMS Kent aperçut à nouveau le SMS Dresden en écoutant des messages radio dans le Pacifique. En raison de la vitesse plus élevée, le Dresde pourrait s'échapper de nouveau et entrer dans la baie de Cumberland de l'île Robinson Crusoe le 9 mars 1915.

Les navires britanniques HMS Kent et HMS Glasgow atteignent également la baie le 14 mars 1915 et ouvrent le feu sur le navire allemand, violant ainsi la neutralité des eaux chiliennes. Malgré les tentatives de négociation de l'adjudant allemand, les navires britanniques n'ont pas cessé le feu, de sorte que l'équipage lui-même a coulé vers midi.

Après un séjour en Grande-Bretagne à partir de mai 1915 pour une révision, le navire fut transféré à Cape Station en Afrique du Sud en 1916 pour effectuer des tâches de surveillance.

En juillet 1918, le navire retourna à la gare de Chine où il resta jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

Hits sur le HMS Kent par le SMS Nürnberg

Hits sur le HMS Kent par le SMS Nürnberg

 

 

 

Séjour:

En janvier 1919, après la Première Guerre mondiale, il y eut un bref déploiement à Vladivostok pour soutenir les troupes américaines et japonaises dans leur lutte contre les bolcheviks. Le navire est ensuite retourné en Grande-Bretagne.

Au début des années 1920, l'entreprise a été mise hors service, vendue en juin et mise au rebut.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Kent

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Navire de combat

Classe:  

Monmouth-Classe

Chantier naval:  

Portsmouth Dockyard

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

6 mars 1901

Mise en service:  

1er octobre 1903

Séjour:  

Vendu et mis au rebut en juin 1920

Longueur:  

141,42 mètres

Largeur:  

20,12 mètres

Enrôler:  

Maximum 7,6 mètres

Déplacement:  

Maximum 9.800 tonnes

Garnison:  

678 hommes

Entraînement:  

31 Chaudière à tubes d'eau Belleville

2 machines à quatre cylindres à triple détente

Pouvoir:  

22.000 PSi

Vitesse de pointe:  

23 noeuds

 

Armant:

 

4 Pistolets Mk.VII / Mk.VIII de 6 pouces

Pistolets Mk.VII 10 x 152 mm

12 x 76 mm Pistolets à tir rapide

3 Pistolets de 47 mm

2 tubes torpilles de 45,7 cm de diamètre

Blindage:  

Blindage de ceinture 50 - 100 mm

Casemates 50 - 100 mm

Tours 127 mm

Lits de barre 127 mm

Pont 50 - 170 mm

Tour de commandement 250 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!