Croiseur protégé HMS Amethyst

Le HMS Amethyst était le premier croiseur à turbine au monde et faisait partie de la classe Topaze. 

 

Lancement et conception:

La construction du HMS Amethyst a commencé le 7 janvier 1903 au chantier naval Armstrong Whitworth. Le navire appartenait à la classe Topaze, un type de croiseur protégé. Au total, quatre croiseurs étaient prévus pour cette classe, l'Amethyst étant le deuxième croiseur.

Contrairement au HMS Topaze et aux deux navires jumeaux, l'Amethyst a été équipé pour la première fois d'un entraînement à turbine. Bien que certains destroyers en aient déjà été équipés auparavant, les performances n'étaient pas encore suffisantes pour les gros navires.

Malgré une vitesse de 21,75 nœuds, les navires de guerre allemands équipés d'une turbine de propulsion étaient plus rapides.

Le lancement du HMS Amethyst a eu lieu le 5 novembre 1903, la mise en service le 17 mars 1905.

 

 

Croiseur protégé HMS Amethyst

Croiseur protégé HMS Amethyst

 

Croiseur protégé HMS Amethyst

Croiseur protégé HMS Amethyst

 

 

 

Carrière de HMS Amethyst:

Après la mise en service et les essais, le navire a été affecté avec le navire jumeau HMS Diamond au groupe de cuirassés de la flotte de l'Atlantique avec base à Gibraltar.

En 1907, le navire a été déplacé à Portsmouth, où il a été ancré jusqu'en 1909 comme réserve avec un équipage réduit.

Après la réactivation, le HMS Amethyst a servi dans la station britannique sud-américaine et a visité quelques ports d'Afrique de l'Ouest ainsi que les ports argentins. Lorsque la célébration du 100e anniversaire de l'indépendance de l'Argentine devait avoir lieu, le monarque britannique Édouard VII mourut et le navire fut renvoyé en Grande-Bretagne.

En 1912, il a été transféré à la 8e Flottille des destroyers, où il a été affecté à la Force de Harwich en 1914, peu avant le début de la Première Guerre mondiale.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, le HMS Amethyst a pris part à l'une des premières aventures dans la baie d'Allemagne le 5 août 1914. Peu de temps après, le navire a été remplacé par le HMS Arethusa plus moderne et déployé à un autre endroit sur la Tamise.

Après le naufrage du sous-marin allemand U-9, les croiseurs blindés britanniques HMS Cressy, HMS Aboukir et HMS Hogue, le 22 septembre 1914, l'Amethyst, avec d'autres navires de guerre légers, fut envoyé sur le site de la bataille, mais ne pouvait plus fournir d'assistance.

Par la suite, le navire a d'abord été transféré à la 1re Escadre de croiseurs légers, puis à la 6e Escadre de combat avant d'être transféré en mer Méditerranée.

Après l'entrée en guerre de l'Empire ottoman, les unités britanniques, y compris les navires de guerre, étaient également liées en Méditerranée. Comme la Grande-Bretagne voulait conquérir le détroit des Dardanelles, des troupes et des navires furent formés à cette fin. Après le transfert en Méditerranée, le HMS Amethyst et le HMS Albion furent donc chargés à partir du 19 février 1915 de tirer sur les forts ottomans et les fortifications côtières. Après l'échec de la première tentative de débarquement dans les Dardanelles, des soldats britanniques blessés sont accueillis le 4 mars 1915 et remis aux navires de transport Soudan et Braemar Castle le 5 mars. Le matin du 14 mars 1915, le navire fut lourdement touché par l'artillerie mobile ottomane. Au total, 26 membres de l'équipe ont perdu la vie et 34 ont été blessés. Pour les travaux de réparation nécessaires, le navire s'est rendu au chantier naval de Ténédos.

À partir du 24 avril 1915, le HMS Amethyst a participé au débarquement près de la péninsule de Gallipoli. Les soldats ont été ramenés à terre par de petites embarcations ou les positions ottomanes ont été la cible de tirs d'artillerie. La tâche comprenait également l'accueil des blessés. Un coup sur le navire a tué un des membres de l'équipage, quatre autres ont été blessés.

Après la nouvelle réparation, le HMS Amethyst a été utilisé pour sécuriser la prise Adriatic. Après une révision du 28 juillet au 17 août 1915, le navire repose dans le port de Brindisi pour servir d'annexe aux sous-marins britanniques. Le 19 novembre 1915, le navire part pour retourner à son port d'attache à Portsmouth.

De mai 1916 sur le HMS Amethyst à l'Amérique du Sud a été annulé. Elle y a visité quelques ports et y chassait l'esturgeon marchand allemand Möve, qu'il a cependant fallu interrompre sans succès.

Le 25 juin 1918, le navire retourna à Devonport, en Grande-Bretagne, puis à Barrow-in-Furness, où, à partir du 1er juillet 1918, il resta en cale sèche pour réparations jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

 

Séjour:

Après la guerre, ils ont été déclassés. Le 21 décembre, à Lisbonne, à l'occasion des funérailles de l'ancien président du Portugal, Sidónio Pais, le navire fut de nouveau utilisé.

La deuxième et dernière mise hors service a eu lieu le 10 février 1919 et le 1er octobre 1920, elle a été vendue à Towers et mise au rebut par celle-ci.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Amethyst

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Croiseur protégé

Classe:  

Topaze-Classe

Chantier naval:  

Armstrong Whitworth, Elswick

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

5 novembre 1903

Mise en service:  

17 mars 1905

Séjour:  

Vendu et mis au rebut à Milford Haven le 1er octobre 1920

Longueur:  

113,8 mètres

Largeur:  

12,2 mètres

Enrôler:  

Maximum 4,42 mètres

Déplacement:  

Maximum 3.000 tonnes

Garnison:  

296 hommes

Entraînement:  

10 Chaudières à achillée

3 turbines Parsons
sur 3 arbres

Pouvoir:  

13.000 PSw

Vitesse de pointe:  

21,75 noeuds

 

Armant:

 

12 × 102-mm L/40 Pistolets à tir rapide

8 × 47-mm L/50 Pistolets à tir rapide

2 × 450 mm tubes torpilles

Blindage:  

Pont 12-51 mm

Boucliers de canon 25 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!