Cuirassé Courbet

Le cuirassé Courbet appartenait à la classe du même nom et fut le premier cuirassé moderne de la Marine nationale française à être achevé au début de la Première Guerre mondiale.

 

Lancement et conception:

Avec le lancement du HMS Dreadnought britannique en 1906, le concept des cuirassés changea fondamentalement. Les cuirassés français étaient équipés de différents calibres comme la classe Danton, mais jusqu'en 1909, l'attitude des dirigeants de la marine française changea.

A partir de 1910, Augustin Boué de Lapeyrère est le nouveau ministre chargé du ministère français de la Marine et dirige également le programme de modernisation et d'extension de la flotte française de 1906. Lapeyrère a suivi les modèles construits dans d'autres pays à l'époque pour proposer et concevoir de nouveaux cuirassés. Les navires du Courbet devaient avoir une longueur de 166 mètres et une largeur de 27 mètres avec un déplacement maximum de 25 850 tonnes.

Douze canons de 30,5 cm L/45 modèle 1910 ont été choisis comme armement. Ces armes ont été introduites dès 1906 sous la désignation L/45 modèle 1906, mais ont ensuite été légèrement modifiées. Ces canons étaient logés dans des tourelles jumelles pesant 6 x 560 tonnes, avec 2 tourelles chacune à l'avant et à l'arrière et 1 tourelle chacune sur le côté. Pour l'artillerie moyenne, les concepteurs ont choisi des canons de 22 x 13,86 cm L/55 modèle 1910. Ceux-ci étaient inférieurs aux navires de guerre comparables de Grande-Bretagne et du Reich allemand, mais ces canons avaient une très bonne maniabilité pendant le processus de chargement et une vitesse de tir plus élevée. D'autres tubes de torpilles de 4 x 45 cm du modèle 1909 ont été installés, dont les tubes se trouvaient sous la ligne de flottaison.

Contrairement aux navires jumeaux France et Paris, le Courbet et le Jean Bart 24 disposaient de chaudières Niclausse pour entraîner les deux groupes de turbines à vapeur Parsons construits sous licence, chacun avec deux arbres porte-hélices. L'objectif était d'atteindre une puissance de 28 000 ch et une vitesse maximale de 21 nœuds (39 km/h). Lors des essais ultérieurs, cependant, la vitesse a été légèrement inférieure.

 

 

Dessin en vue de côté et de dessus de la classe Courbet

 

 

Afin de contrer le danger croissant des torpilles et de telles attaques, l'armure de l'armure principale des navires a été renforcée. Le blindage de 99 mètres de long et de 4,75 mètres de haut se trouvait à 2,35 mètres au-dessus et 2,40 mètres au-dessous de la ligne de flottaison et avait une épaisseur allant jusqu'à 270 mm.

La construction du Courbet commença après la commande du 1er septembre 1910, le lancement le 23 septembre 1911 et la mise en service le 19 novembre 1913.

 

 

Cuirassé Courbet

 

Cuirassé Courbet

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Après la mise en service, les essais et un voyage avec le président français Raymond Poincaré en Grande-Bretagne, le navire est affecté à la 1re Division de Ligne et sert de navire amiral au vice-amiral Augustin Boué de Lapeyrère.

Après que l'Empire allemand eut déclaré la guerre à la France le 3 août 1914, de Lapeyrère fit diviser sa flotte pour protéger les transports de troupes de l'Algérie vers la France, car le croiseur de combat allemand SMS Goeben était en route en Méditerranée et sa position était inconnue.

Après la déclaration de guerre contre l'Autriche-Hongrie du 12 août 1914, de Lapeyrère rassemble ses navires de guerre et les envoie à Otranto en Italie pour patrouiller les croiseurs blindés au large des côtes albanaises. Le 16 août, une bataille a eu lieu avec plusieurs navires austro-hongrois, au cours de laquelle le croiseur protégé Zenta au large d'Antivari a pu être coulé par les navires français. Le 1er septembre, les mêmes cuirassés ont tiré sur les fortifications côtières austro-hongroises près de la baie de Cattaro.

Au cours des semaines suivantes, les navires ont patrouillé entre les côtes grecques et italiennes pour empêcher la flotte austro-hongroise de partir. Le cuirassé Jean Bart a été attaqué par le sous-marin austro-hongrois U-12 le 21 décembre et gravement endommagé. De Lapeyrère retire alors ses cuirassés après s'être rendu compte qu'ils étaient encore insuffisamment protégés contre les attaques sous-marines.

Au début de 1915, le commandement naval français a été informé que la flotte austro-hongroise allait partir. De Lapeyrère autorise alors ses navires à partir le 11 janvier 1915 et à patrouiller au large des côtes albanaises. Après que les informations se sont avérées fausses, les navires sont retournés dans leurs ports. La déclaration de guerre de l'Italie contre l'Autriche-Hongrie du 23 mai 1915 a conduit les navires de guerre italiens à surveiller les côtes et les navires français à se retirer dans leurs ports à Malte ou Bizerte. Le reste de l'année 1915 a servi à effectuer quelques transformations sur les cuirassés et à échanger les canons plus petits.

 

 

Cuirassé Courbet

 

Cuirassé Courbet

 

Cuirassé Courbet

 

 

A partir du 27 avril 1916, la marine française a également pu utiliser le port d'Argostoli sur l'île grecque de Céphalonie comme base et y déplacer la plupart de ses navires. Comme les cuirassés n'étaient plus guère utilisés, des parties de l'équipage ont été recyclées sur les sous-marins et utilisées avec ceux-ci.

Au début de 1917, l'île grecque de Corfou pouvait également servir de base à côté d'Argostoli, mais la pénurie croissante de charbon et la gamme limitée d'utilisation des navires de guerre devinrent évidentes. À partir de 1918, la pénurie est telle que les navires de guerre ne sont presque plus opérationnels. La dernière année de la guerre fut donc principalement consacrée à des mesures de reconstruction et le Courbet fut affecté le 1er juillet 1918 à la 2ème division de combat du 1er escadron de chasse et y resta jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

Cuirassé Courbet

 

Cuirassé Courbet

 

Cuirassé Courbet

 

 

 

Déploiement après-guerre:

Après la fin de la Première Guerre mondiale, le Courbet est renvoyé au port de Toulon et y est révisé. Jusqu'au 10 février 1920, il fut également affecté à la réserve jusqu'à ce que la restructuration des flottes françaises soit achevée et que le navire soit affecté à l'escadre de la Méditerranée occidentale. Le 20 juillet 1921, cet escadron fut fusionné avec l'escadron de la Méditerranée orientale pour former à nouveau l'escadron de la Méditerranée.

Dans les années qui suivirent, le Courbet servit à l'entraînement jusqu'au 6 juin 1923, date à laquelle un incendie se déclencha dans la chaufferie et l'installation de propulsion fut fortement endommagée. Jusqu'au 16 avril 1924, le navire était à Seyne-sur-Mer et reçut quelques nouvelles chaudières de type Du Temple ainsi que quelques modifications. Par exemple, la portée des canons a été augmentée par la montée en flèche des tubes et les canons de défense aérienne ont été remplacés par des canons de 75 mm modèle AA de 1918. Après l'achèvement des travaux de réparation et de transformation, un autre incendie s'est déclaré dans les chaudières le 1er août 1924, causant 10 blessés graves et la mort de 3 marins.

Après que les dommages aux chaudières eurent été réparés, quelques manœuvres furent accomplies dans les années qui suivirent, jusqu'à ce que le navire soit largement modernisé à partir du 15 janvier 1927 à Toulon. Le navire a reçu un échange complet des chaudières contre 6 chaudières à mazout et 16 chaudières à charbon, qui ont été construites à l'origine pour le cuirassé déjà démoli Normandie. De plus, le système de conduite de tir, les télémètres et certains canons ont été remplacés par des versions plus modernes. Les mesures de transformation ont été prises le 12 janvier 1931, mais il s'est avéré, lors d'essais ultérieurs, que la vitesse maximale était tombée avec le système de propulsion installé et que la première turbine avait déjà été endommagée le 25 mars 1931.

Après la nouvelle réparation, le Courbet fut affecté à l'unité de formation et y servit jusqu'à la dissolution de l'unité le 10 juin 1939. Par la suite, elle a été divisée en la 3ème Division de Bataille du 5ème Escadron.

 

 

Le cuirassé Courbet avec le détructeur Vauban et un navire de la classe Duguay Trouin 1938 à Villefranche-sur-Mer

 

 

 

Utilisation pendant la Seconde Guerre mondiale:

Après le début de la Seconde Guerre mondiale, le cuirassé Courbet, avec son navire jumeau Paris, poursuit d'abord ses missions de formation. Ce n'est qu'après l'invasion de la Wehrmacht allemande le 10 mai 1940 en Belgique et en France que les navires furent mis en alerte et réactivés comme navires de guerre. Sous la direction du vice-amiral Jean-Marie Abrial, les navires sont utilisés pour défendre les ports français de la Manche. Ainsi, le 19 juin, le Courbet soutient la défense de Cherbourg contre l'avancée de la 7e Panzer Division allemande et l'évacuation ultérieure de la ville. Une fois cette opération terminée, le navire a fait escale au port britannique de Portsmouth, où d'autres navires de guerre français sont également arrivés, qui ont été mis à l'abri de la Wehrmacht allemande.

Après la capitulation de la France, l'armée britannique commença la confiscation des navires de guerre français internés le 3 juillet 1940 sous le nom d'Opération Catapulte afin qu'ils ne soient pas livrés en Allemagne. Une semaine plus tard, les troupes britanniques transfèrent le Courbet à l'Armée française libre, qui avait été établie en Grande-Bretagne.

D'abord, le navire a été équipé de canons antiaériens supplémentaires pour protéger le port contre les bombardiers allemands. Jusqu'au 31 mars 1941, toutes les armes ont été démantelées et le reste du navire a été utilisé comme logement.

 

 

 

Lieu de séjour:

Au cours de la planification et de la préparation de l'invasion alliée du nord de la France, le Courbet a été désigné comme l'une des brise-lames. Le système de propulsion du navire a ensuite été complètement démonté et des socles en béton ont été placés à l'intérieur pour alourdir le navire. Le 7 juin 1944, le Courbet est remorqué par deux remorqueurs britanniques de Weymouth à Sword Beach, où il s'échoue le 9 juin et coule du 15 au 17 août.

Après la guerre, les travaux de démolition de l'épave ont commencé. Celles-ci n'ont été achevées qu'en 1970.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

Courbet

Pays:  

France

Type de navire:  

Cuirassé

Classe:  

Courbet-Classe

Chantier naval:  

Arsenal de Lorient

Frais de construction:  

env. 57.700.000 francs

Lancement:  

23 septembre 1911

Mise en service:  

19 novembre 1913

Lieu de séjour:  

Utilisé comme brise-lames au large de Sword Beach le 9 juin 1944. Coulé par la suite et mis au rebut jusqu'en 1970

Longueur:  

168,02 mètres

Largeur:  

27,89 mètres

Enrôler:  

Max. 9,04 mètres

Déplacement:  

Maximum 25.850 tonnes

Garnison:  

1.178 hommes

Lecteur:  

24 Chaudière Belleville

4 turbines à vapeur Parsons

depuis 1931:
22 Chaudière du Temple

4 turbines à vapeur Parsons

Pouvoir:  

30.000 PS (22.065 kW)

Vitesse de pointe:  

21 noeuds (39 kilomètres à l'heure)

 

Armant:

 

12 × Pistolet à tir rapide 30,5 cm L/45 Modèle 1910 en double tourelles

22 × Pistolet à tir rapide 13,86 cm L/55 modèle 1910 dans des tours individuelles

4 × Pistolet à tir rapide 4,7 cm L/50 Hotchkiss

4 × Tubes torpilles ⌀ 45 cm

 

de 1939:

12 × Pistolet à tir rapide 30,5 cm L/45 Modèle 1910 en double tourelles

14 × Pistolet à tir rapide 13,86 cm L/55 Modèle 1910 dans des tours individuelles

6 × Canons antiaériens 7,5 cm L/50 modèle 1922

4 × Canons antiaériens 3,7 cm L/50 modèle 1933

14 × Mitrailleuses antiaériennes 13,2 mm Modèle 1929

Blindage:  

Armure latérale: 180-270 mm
Plateau de coupe: 40-70 mm
Cloisons transversales: 70 mm
Tours latérales avant: 320 mm
Lits de barre de tour: 270 mm
Casemates Moyenne artillerie: 180 mm
Pont de commande: 300 mm

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!