Cuirassé HMS Carnarvon

Le cuirassé HMS Carnarvon appartenait à la classe Devonshire, qui faisait encore partie de la classe County 2 et fut construit pour la Royal Navy au début du XXe siècle.

 

Lancement et conception:

La construction des six cuirassés de la classe Devonshire a été commandée par la marine britannique en 1901. Le responsable de la construction des navires était Sir William Henry White, qui avait déjà construit les navires précédents de la classe Monmouth, County class 1.

Dans la première classe de comté, l'armement faible a été critiqué, parce que la 2ème assemblée était un peu plus grande et mieux armée. Une vitesse réduite a été acceptée pour cela.

L'armement principal a été étendu par des canons de 4 x 7,5 pouces, l'artillerie moyenne a été réduite de 14 à 6 canons de 6 x 6 pouces. De plus, l'artillerie moyenne était logée dans des casemates basses, qui ne pouvaient plus être utilisées par mer moyenne et forte.

Dans le système de propulsion, les six navires de la classe se sont vu attribuer des types, des modèles et des numéros différents. L'objectif était de créer des valeurs comparatives pour les navires ultérieurs, mais cela présentait l'inconvénient qu'aucun des systèmes de propulsion n'était vraiment assez mûr et que les premiers problèmes ne se posaient que peu de temps après. Au HMS Carnarvon, 17 chaudières à tubes d'eau Niclausse et six chaudières cylindriques ont été installées. En plus de l'usure rapide, la consommation de charbon des navires était également plus élevée que celle des autres navires de croisière.

Le HMS Carnarvon fut lancé le 7 octobre 1903 et mis en service le 29 mai 1905.

 

 

Cuirassé HMS Carnarvon

Cuirassé HMS Carnarvon

 

Cuirassé HMS Carnarvon

Cuirassé HMS Carnarvon

 

 

 

Carrière de HMS Carnarvon:

Après la mise en service et les essais, le navire a été affecté au 3ème Kreuzergeschwader et commandé en Méditerranée. Elle y a participé à des voyages aller-retour au Pirée et à Malte.

En juin 1907, le navire fut affecté au 2e Kreuzergeschwader et participa à un voyage de démonstration en Afrique du Sud et en Amérique du Sud, qui dura jusqu'à la fin 1908.

Au début de 1909, tous les croiseurs blindés de la classe Devonshire, à l'exception du HMS Argyll, sont affectés à la 3e division de la Home Fleet avec port d'attache à Devonport. A partir de mars 1912, le HMS Carnar est le vaisseau amiral du 5e escadron de croiseurs.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Lorsque la Première Guerre mondiale éclata, les navires du 5e Kreuzergeschwader furent utilisés pour sécuriser la mer du Nord. Le HMS Carnarvon fit monter le bateau à vapeur postal allemand, le professeur Woermann, le 24 août 1914 et le conduisit à Freetown.

Après la bataille navale perdue à Coronel le 1er novembre 1914, le Carnarvon reçoit l'ordre de se rendre dans l'Atlantique Sud pour compenser les pertes britanniques. Là, le navire devrait d'abord se rendre aux îles Falkland et s'y joindre aux autres navires britanniques pour combattre le Kreuzergeschwader allemand.

Lorsque les navires allemands sont apparus le matin du 8 décembre 1914, le navire de garde HMS Kent est parti le premier, car la plupart des autres navires britanniques étaient encore occupés à charger du charbon. Le HMS Carnarvon avait déjà terminé le chargement et avait quitté le port peu après le HMS Kent pour suivre les navires allemands. Lorsque les autres navires de guerre britanniques sont également partis, ils ont pu entrer dans le Carnarvon et le dépasser rapidement. Le navire est redescendu rapidement à cause de sa faible vitesse. Même lorsque l'escadron a réduit la vitesse pour laisser le Carnarvon se déverrouiller, le navire a pris du retard. L'escadrille a alors de nouveau couru avec toute sa force, de sorte que le Carnarvon n'a pu intervenir que tard dans la bataille. Le SMS Scharnhorst coulait déjà, de sorte que seul le SMS Gneisenau a été touché. Après le naufrage de ce navire allemand, Carnarvon participe au sauvetage des survivants.

Après la bataille des îles Falkland, le navire est resté en Amérique du Sud pour des raisons de sécurité. Lorsqu'il a quitté la station Abrolhos Rocks le 22 février 1915, il se dirigeait vers le nord et a heurté une roche sous-marine non cartographiée, où il a été gravement endommagé. La réparation devait être effectuée à Rio de Janeiro et dura jusqu'à la fin de l'année.

Par la suite, le HMS Carnarvon est resté dans le service de sécurité jusqu'à ce que les États-Unis entrent en guerre contre le Reich allemand en 1917. Le navire a ensuite servi à sécuriser les convois américains jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

 

Séjour:

Après la Première Guerre mondiale, le HMS Carnarvon était encore utilisé comme navire d'entraînement des cadets en 1919 et pour un voyage en Norvège en 1920.

En mars 1921, l'entreprise a été mise hors service, vendue à Slough Trading Co. et mise au rebut en Allemagne.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Carnarvon

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Cuirassé

Classe:  

Devonshire-Classe
(County-Classe 2)

Chantier naval:  

Beardmore, Dalmuir

Frais de construction:  

environ 850.000 livres sterling

Lancement:  

7 octobre 1903

Mise en service:  

29 mai 1905

Séjour:  

Vendu en mars 1921 et mis au rebut en Allemagne

Longueur:  

144,32 mètres

Largeur:  

20,88 mètres

Enrôler:  

Maximum 7,32 mètres

Déplacement:  

Maximum 10.850 tonnes

Garnison:  

655 hommes

Entraînement:  

17 Chaudière à tube d'eau Niclausse

6 chaudières à vapeur cylindriques

2 machines à quatre cylindres à triple détente

Pouvoir:  

21.000 PSi

Vitesse de pointe:  

22,25 noeuds

Armant:  

Pistolets Mk.I 4 × 191 mm

Pistolets Mk.VII 6 × 152 mm

Pistolets Mk.V 6 × 102 mm

2 × 12-pdr 76 mm à tir rapide

Pistolets de 18 × 47-mm 3 livres

2 × 45,7 cm de tubes torpilles sous l'eau

Blindage:  

Blindage de ceinture 51 - 152 mm

Casemates 152 mm

Pont 51 mm

Tour de commandement 305 mm

Lits de barre 127 - 152 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!