Destructeur HMS Viking

Le destructeur HMS Viking appartenait à la classe Tribal qui se composait de 12 navires et les premiers destroyers de la Royal Navy étaient équipés d'une turbine à propulsion et d'une chaudière à pétrole. 

 

Lancement et conception:

En 1903, la Royal Navy a introduit les destroyers de la classe River. Ceux-ci avaient une vitesse maximale de 25,5 nœuds et étaient entraînés par deux moteurs à triple détente alimentés au charbon.

Sur l'insistance du premier seigneur John Fisher, de nouvelles exigences sont imposées à la prochaine classe de destroyers en novembre 1904. Ceux-ci devraient maintenant être capables de rouler à une vitesse maximale de 33 nœuds. Pour atteindre cette vitesse, des turbines à vapeur alimentées au mazout devaient être installées pour la première fois dans des destroyers, car elles pouvaient fournir la puissance nécessaire. Auparavant, seuls les navires HMS Viper, HMS Cobra, HMS Velox et HMS Eden avaient été équipés d'un tel système de propulsion à des fins expérimentales.

Comme l'installation du nouveau moteur aurait prolongé les navires en conséquence, les conceptions sont allées jusqu'aux limites de la technologie alors réalisables. Afin de pouvoir compenser la propulsion, certaines zones ont dû être modifiées en conséquence, de sorte que l'état de navigabilité des navires s'est détérioré dans l'ensemble par rapport à la classe précédente. En outre, les navires ne pouvaient transporter que 216 tonnes de carburant et, en raison de leur forte consommation, leur rayon d'action était également nettement inférieur à celui des navires de la classe River.

Les cinq premiers navires de la classe Tribal étaient équipés de cinq canons de 3 pouces, ce qui signifie une augmentation d'un canon. À partir du sixième navire, les canons ont été remplacés par deux canons de 4 pouces, légèrement relevés à l'avant et à l'arrière.

Sept chantiers navals ont participé à la construction d'un total de 12 navires de classe. Comme les concepteurs des chantiers navals jouissaient d'une grande liberté dans la construction des navires, il en est venu au fait que les différents navires de la classe différaient en partie clairement les uns des autres. Ainsi, il y avait des navires avec trois cheminées et aussi certains avec cinq ou six, le HMS Viking étant le seul navire avec six cheminées.

Le lancement du HMS Viking a eu lieu le 14 septembre 1909, sa mise en service le 13 juin 1910.

 

 

Destructeur HMS Viking

Destructeur HMS Viking

 

 

 

Histoire du HMS Viking:

Après la mise en service et les essais, le navire a été affecté avec tous les autres à la classe de la 1ère Flottille destructrice.

Après la mort du roi Édouard VII, le 6 mai 1910, son fils George V prend la couronne de Grande-Bretagne. Lors de la cérémonie de couronnement du 22 juin 1911 à l'abbaye de Westminster, le HMS Viking a également pris part au défilé de la flotte associée.

A partir de 1911, les nouveaux destroyers de la classe Beagle commencèrent à remplacer les destructeurs plus anciens et les navires de la classe Tribal passèrent donc à la 4e Flottille destructeurs en 1912. Une réforme en octobre 1912 a donné à ces navires la marque F, puisque cette classe a été officiellement rebaptisée.

En raison de la courte portée des navires, ils ne pouvaient plus suivre le rythme des nouveaux navires de la Flotte intérieure et, pour cette raison, ils furent affectés à la 6e Flottille des destroyers en février 1914 et déménagés à Douvres.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, les navires de la 6e Flottille des destructeurs servent à sécuriser la Manche pour empêcher les navires allemands d'entrer et pour contrôler les navires marchands.

En octobre, les navires de l'escadron sont transférés sur la côte belge pour tirer sur les troupes allemandes. Un accident s'est produit le 20 octobre sur le HMS Viking lorsque le canon a explosé à l'avant du navire et que deux membres d'équipage ont été grièvement blessés. La mission a dû être interrompue et le navire a dû être envoyé au chantier naval pour réparation, ce qui a permis de remplacer le canon par un canon Mk.VII de 152 mm plus puissant. Par la suite, des tâches de sécurité ont de nouveau été effectuées dans la Manche.

Au cours d'une patrouille, le 4 mars 1915, le navire découvre un sous-marin allemand dans le détroit de Douvres. Après que les Vikings eurent ouvert le feu, le sous-marin s'est enfoui sous terre. Ce n'est que lorsque d'autres destructeurs sont arrivés et ont forcé le sous-marin à sortir avec des explosifs remorqués sur le fond marin que l'équipage a pu être capturé et le sous-marin coulé.

Le 29 janvier 1916, alors qu'il rentrait d'une autre patrouille en Grande-Bretagne, le navire se heurta à une mine près de Boulogne et fut gravement endommagé. L'explosion s'est produite au niveau du mess des officiers où les officiers du navire étaient assis ensemble pour le déjeuner à ce moment-là. Parmi les 10 morts se trouvait donc aussi le commandant du navire. Le navire jumeau HMS Zulu réussit à retirer le HMS Viking en flammes de l'escadron, et l'eau de mer pénétrante éteignit la plupart des incendies. Le HMS Ure a pu récupérer l'équipage lorsque le câble de remorquage s'est rompu peu après et que le Viking s'est éloigné. Ce n'est que lorsque le remorqueur Lady Brassey est arrivé de Douvres que le Viking a pu être remorqué de nouveau. Le HMS Tartar a apporté son soutien pour que le navire puisse être mis à quai à Douvres dans la soirée.

Une fois les dégâts réparés, le HMS Viking a repris les tâches de sécurisation dans la Manche. Lorsque des torpilleurs allemands attaquèrent la barrière de Douvres dans la nuit du 26 au 27 octobre 1916, le Viking se mit à la poursuite des six destructeurs de l'alarme comme bateau de tête. Déjà après le premier coup de canon à l'avant, il a échoué à cause de problèmes techniques, de sorte que le navire ne pouvait plus combattre les navires allemands et a dû battre en retraite.

Au cours d'une patrouille au large de Folkestone, dans le sud-est de l'Angleterre, une collision avec un autre destroyer s'est produite le 3 février 1918, endommageant de nouveau le Viking.

 

 

Les dégâts du HMS Viking après l'explosion de la mine

Les dégâts du HMS Viking après l'explosion de la mine

 

 

 

Séjour:

Après la Première Guerre mondiale, le HMS Viking est affecté à la 7e Flottille des destructeurs avec les destructeurs de la classe Tribal HMS Afridi, HMS Cossack, HMS Saracen et HMS Zubian, en février 1919.

Seulement un mois plus tard, en mars 1919, les navires sont mis hors service et mis en vente.

Le Viking fut finalement vendu en décembre 1919, puis mis au rebut.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Viking

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Destructeur

Classe:  

Tribal-Classe

Chantier naval:  

Palmers Shipbuilding,
Jarrow à Newcastle

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

14 septembre 1909

Mise en service:  

13 juin 1910

Séjour:  

Vendu et mis au rebut en décembre 1919

Longueur:  

86,9 mètres

Largeur:  

8,14 mètres

Enrôler:  

2,9 mètres

Déplacement:  

Maximum 1.210 tonnes

Garnison:  

71 hommes

Entraînement:  

6 Chaudières à achillée

3 turbines à vapeur à engrenages simples

Pouvoir:  

14.000 PS

Vitesse de pointe:  

33 noeuds

 

Armant:

 

2 x 10,2 cm Canons L/40

2 tubes torpilles de 45 cm de diamètre

1915/16:
1 x 15,2 cm Canon L/45 en remplacement

Fin 1916:
2 x 10,2 cm Canons L/45 en échange de vieux canons

Blindage:  

inconnu

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
Loading cart ...