La montée de Rome

L'origine de Rome est enveloppée même parmi les Romains dans des légendes. Ainsi on date la fondation de la ville à 753 avant Jésus-Christ, mais jusqu'à lui-même de l'ancienne petite ville un empire levait cela durait des siècles.

All'inizio di Roma come una città, gli Etruschi furono il sovrano dell'Italia. A quel tempo, Roma era una delle molte comunità del paese che si trovava con altre città a terra e bestiame in perpetuo conflitto. Sotto l'influenza dei greci in Italia aveva adottato ma anche i Romani nuove tattiche militari e tecnologie, tra cui la falange greca, quello che dovrebbe risultare in successive campagne come molto efficace. Così, la Roma potrebbe fino all'inizio del IV secolo l'influenza, che può risolvere Etruschi e guadagnare una posizione dominante sulla città circostanti. Ma ora che doveva romani molto più grande faccia di avversari, tra cui i greci, per proseguire la sua espansione.

 

Guerriers Samnites

Guerriers Samnites

 

Le succès ausschlaggebene de l'expansion romaine se trouvait, avant tout, à la restructuration du pouvoir de conflit après la défaite contre les Gaulois autour de 390 ou en 387 avant Jésus-Christ Comme ça la lourde infanterie était équipée d'une lance de jet et une courte épée pour une proche lutte. En outre, le pouvoir de conflit était partagé en Manipels plus petits, soi-disants avec 120 hommes qui pouvaient être mis non en instance sur le champ de bataille et pouvaient lutter si essentiellement plus de façon flexible.

Au temps de 343 à 275 avant Jésus-Christ, les légions romaines par la restructuration obtenaient certaines victoires importantes. Particulièrement contre Samniten se représentaient comme le grand danger pour Rome, puisque ceux-ci s'alliaient souvent avec les autres peuples comme les Umbriern ou les Gaulois. La conséquence étaient 3 Samnitenkriegen aux temps 343 - 341, 327 - 304 et 298 - en 290 avant Jésus-Christ une victoire obtenue près de 295 avant Jésus-Christ contre Samniten et Gaulois permettait de le pacifier, finalement, Rome les tribus de montagne et de s'étendre si plus loin.

 

Légionnaire romain

Légionnaire romain

 

 

Les Guerres Puniques

L'expansion romaine sur le sud de l'Italie a inévitablement conduit à un conflit avec les Carthaginois en Sicile, qui ont vu leur sphère d'influence et leur pouvoir menacés. Cela a inévitablement conduit à la première guerre punique pour la Sicile de 264 à 241 av. Ce qui a commencé comme une guerre terrestre, cependant, s'est rapidement transformé en un immense programme de construction de flotte de la part de Rome pour couper l'approvisionnement des Carthaginois. Ainsi, à l'époque de 260 et 257 av. J. -C. , d'importantes victoires ont pu être remportées et ont permis aux Romains d'effectuer une invasion en Afrique du Nord 256 av. Dès 255 av. J. -C. , Rome a connu des revers proches de la victoire, détruisant une victoire finale sur Carthage. L'armée de l'expédition a été presque complètement anéantie et la jeune marine romaine a perdu des centaines de ses navires dans une violente tempête. Mais malgré ces revers, Rome a pu arrêter l'approvisionnement de la Sicile, de sorte que Carthage a dû accepter la paix en 241 avant JC, ce qui a conduit à la reddition de la Sicile aux Romains.

Poussé par la soif de vengeance et la honte de la défaite, le conflit en Espagne a repris des années plus tard, où les deux parties ont tenté d'étendre leur suprématie. C'est ainsi que le Carthaginois Hannibal conquit la ville espagnole de Saguntum en 219 av. J. -C. et conduisit son armée à travers le sud de la Gaule par le célèbre col alpin jusqu'en Italie, où son armée erra pendant des années sans poursuivre une stratégie claire. Après 16 ans, Hannibal est retourné à Carthage en 202 av. J. -C. où il a affronté l'armée romaine qui a envahi 204 av. A Zama, les deux armées ont affronté ce qui s'est terminé par une nette victoire pour les Romains. Par la suite, Carthage s'est rendu, ce qui a entraîné la perte de ses colonies en Méditerranée occidentale et de l'ensemble de sa flotte de navires.

 

Rome et Carthage pendant les Guerres Puniques de 264 à 201 avant J. C.

Rome et Carthage pendant les Guerres Puniques de 264 à 201 avant J. C.

 

Mais la victoire militaire n'a suffi qu'à Rome pendant quelques décennies. Également poussé par un désir de vengeance, Rome accusa les Carthaginois en 149 avant J. -C. de rupture de contrat et envoya une armée de siège. Ce qui a d'abord été réalisé lentement changé après que l'armée de siège a été prise en charge par Scipio Aemilianus. D'abord, Carthage est mort de faim et a été pris d'assaut en 146 av. Les habitants survivants ont été réduits en esclavage et la ville a été complètement détruite.

 

Ruines de Carthage

Ruines de Carthage

 

 

La guerre gauloise

Vers fin de 2 siècles d'avant Jésus-Christ, Rome pouvait affermir, certes, sa position de pouvoir dans l'espace de Méditerranée, devait s'occuper, donc, au même temps des tribus attaquant au nord. Ainsi Rome se trouvait à partir de l'an 113 avant Jésus-Christ avec les Kimbern et Teutonen à la guerre qui apportait une défaite amère à l'armée romaine en 105 avant Jésus-Christ à Arausio (l'orange actuelle en France) avec 80. 000 morts.
Seulement avec le commandant en chef Gaiu Marius s'adressait en 102 avant Jésus-Christ la situation militaire et avait l'effet secondaire que l'armée romaine d'une milice civile dans une armée ferme des militaires de carrière se développait autour de pour les autres campagnes suffisamment des soldats avoir la formation et discipline.

La conquête presque complète de la Gaule se produisait seulement des décennies plus tard avec l'un des Romains les plus connus de l'histoire : Gaius Julius César.
Caeser pouvait effectuer ses campagnes rapides et couronnées de succès par le fait de jouer habile Gallisischen faits voler en éclats des tribus. Ainsi il commençait à lutter en l'an 58 avant Jésus-Christ avec aux Aeduern contre Helvetier qui avançaient de la Suisse dans la Gaule occidentale. Ensuite, Sueben germaniques étaient repoussés sur la demande d'Aeduerer encore sur le Rhin.
Affermi par ces victoires, l'autre tentative se produisait en 57 avant Jésus-Christ en Belgique et en Bretagne ainsi que 2 ans plus tard l'entrée en Gaule ainsi que l'invasion au Grande-Bretagne.

 

Conquête de la Gaule

Conquête de la Gaule

 

Donc, la pacification des provinces prises se mettait comme beaucoup plus difficile là que de César de manière souvenue. Ainsi Belgen se révoltaient en l'an 54 / en 53 avant Jésus-Christ et détruisaient toute la colonne romaine. A l'ouest et Zentralgallien einte des chefs d'Arverner Vercinggetorix les tribus contre Rome et dirigeait une guérilla contre les occupants qui finissait plus tard par sa capitulation dans Alesia.

 

Vercingetorix la capitulation devant César

Vercingetorix la capitulation devant César

 

César faisait appliquer ses troupes après la conquête Alesias des logements d'hiver. L'année suivante était caractérisée, certes, par les autres campagnes, à peu près contre Karnuten et Treverer; bien, les Gaulois espéraient pouvoir supporter jusqu'à la fin rapide de César le Statthalterschaft. Mais César se passait aussi pour cette raison encore une fois partiellement avec la plus grande dureté. Dans les autres cas, donc, il épargnait délibérément l'opposant – ici regarde, bien, déjà de César plus tard la clémence proverbiale (clementia) par qui devait être à lui par la suite la guerre civile romaine absolument du profit. Finalement, les encore Gaulois présents dans la révolte – comme les derniers se soumettaient peu à peu Kadurker dans sa forteresse Uxellodunum – auxquels maintenant aussi une forme principale centrale manquait.

Puisque les Gaulois étaient de toute façon fatigués par la lutte longue et déficitaire, ils acceptaient maintenant la domination romaine d'autant plus que César gagnait habilement les nobles éminents pour sa chose. Pourtant, le bilan de la guerre gauloise était terrible. Bien que toutes les références soient finalement spéculatives, la perte de la vie humaine doit avoir été immense d'autant plus qu'aussi les infrastructures étaient détruites souvent complètement par des pillages. Le pays était assuré en l'an 50 avant Jésus-Christ militairement, il restait même à la guerre civile suivante à quoi César mettait les troupes expérimentées à la guerre gauloise contre Pompeius et les sénateurs le soutenant, calmement.

 

La Gaule devenait à la suite vite romanisiert et à un pays principal de l'empire dans lequel la culture gallo romaine développée devait se tenir dans une tardive antiquité même encore des années après le cas de l'empire romain d'ouest.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Histoire de la Rome antique: Les armes et les mots

Histoire de la Rome antique: Les armes et les mots Poche – 16 novembre 2010

Rome, maîtresse du monde. Les douze siècles de l’histoire romaine ont longtemps constitué le passage obligé d’une éducation humaniste. Ils pâtissent aujourd’hui des clichés et des anachronismes répandus par le cinéma et le roman. Aristocrates républicains idéalisés en défenseurs des libertés modernes, empereurs rabaissés au rang de tyrans maniaques, premiers chrétiens confinés dans l’obscurité des catacombes. Autant de généralités hâtives que Lucien Jerphagnon s’emploie à combattre, avec un bonheur d’écriture, une densité de réflexion et un humour souvent corrosif qui sont un véritable régal.
Synthèse d’histoire politique, militaire, sociale et intellectuelle, nourrie des derniers acquis de la recherche, ce livre est aussi une vaste fresque où se côtoient grands seigneurs, mécènes, poètes et philosophes. Tous ont contribué à bâtir cette civilisation fascinante dont l’héritage imprègne, aujourd’hui encore, notre pensée et notre langage.

Cliquez ici!

 

 

SPQR. Histoire de l'ancienne Rome

SPQR. Histoire de l'ancienne Rome. Broché – 13 octobre 2016

L'ancienne Rome continue de soutenir l'édifice de la culture occidentale, de façonner notre vision du monde et la place que nous y occupons. Mais comment et pourquoi ce qui n'était qu'un village insignifiant dans le centre de l'Italie a-t-il pu devenir une puissance à ce point dominante, exerçant son autorité sur un vaste territoire déployé à travers trois continents et façonnant nombre de nos concepts fondamentaux sur le pouvoir, la citoyenneté, la guerre, l'empire, le luxe ou la beauté ? Pour y répondre, Mary Beard retrace mille ans d'histoire de l'Urbs, du mythe fondateur de Romulus et Remus à l'édit de l'empereur Caracalla offrant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'empire (IIIe siècle).
Ce faisant, l'auteur conteste les perspectives historiques confortables, refusant l'admiration simpliste ou la condamnation systématique. Elle montre que l'histoire romaine, loin d'être figée dans le marbre, est constamment révisée en fonction de nouvelles connaissances. Rome ne fut pas, par exemple, le petit frère violent de la Grèce, féru d'efficacité militaire, là où son aînée aurait au contraire privilégié la recherche intellectuelle. De célèbres personnages – Cicéron, César, Cléopâtre, Auguste et Néron – prennent ainsi une tout autre couleur, tandis que les acteurs négligés dans les histoires traditionnelles – les femmes, les esclaves et affranchis, les conspirateurs et, globalement, ceux qui ne sont pas du côté des vainqueurs – retrouvent leur place dans l'éblouissante aventure romaine.
SPQR – Senatus PopulusQue Romanus – est l'abréviation qu'utilisent les Romains pour désigner leur État. À travers ce livre exceptionnel, ponctué par une centaine d'illustrations, le Sénat et le Peuple de Rome reprennent vie.

Cliquez ici!

 

 

Géopolitique de l'Empire Romain

Géopolitique de l'Empire Romain Broché – 12 novembre 2014

Comment s'est constitué et comment a pu s'installer, dans la longue durée, un empire rassemblant les peuples les plus divers, dont les frontières s'étendaient sur 17 000 km, et dont la sécurité n'était assurée, dans les conditions de l'époque, que par une trentaine de légions représentant, avec leurs auxiliaires, une force de 250 000 hommes ? Cet ouvrage analyse les conditions politiques, militaires, économiques et idéologiques qui ont permis à la petite cité du Latium de s'imposer à l'Italie puis à l'ensemble du bassin méditerranéen. Il permet de comprendre comment, au fil des siècles, le pragmatisme des généraux et des empereurs leur a permis d'exploiter au mieux les moyens dont ils disposaient et les conditions géographiques très diverses que présentait ce vaste ensemble territorial, pour en assurer l'expansion et la préservation. Des guerres puniques aux invasions barbares, en passant par les guerres contre les Germains et l'Iran, et par la défense du pseudo limes, cet ouvrage nous offre une passionnante découverte des ressorts de la puissance romaine.

Cliquez ici!

 

 

La norme sous la République et le Haut-Empire romains : Elaboration, diffusion et contournements

La norme sous la République et le Haut-Empire romains : Elaboration, diffusion et contournements Broché – 9 mars 2017

Cet ouvrage croise les compétences de spécialistes de l'histoire du droit, de l'histoire politique, militaire, intellectuelle, culturelle, sociale et religieuse, afin de faire émerger les lieux et les instances de production des normes ainsi que les espaces de résistance aux contraintes normatives. Une trentaine de contributions de chercheurs français, allemands, belges, suisses et italiens, permettent d'aborder le problème complexe de la normativité à Rome sous des angles de réflexion variés. Le rôle des traditions savantes (la philosophie, le théâtre, la poésie, l'histoire, notamment) dans la "fabrique de la norme" a été l'objet d'une attention toute particulière. La norme en matière religieuse est également évoquée grâce à une réflexion croisée menée par des spécialistes de la religion romaine traditionnelle, des cultes isiaques et des religions monothéistes. Un troisième axe aborde l'influence des institutions et des élites dans la genèse des normes, à travers l'analyse de diverses magistratures, du rôle du Sénat ou encore de la fonction de prince. Ce volet est complété par des études sur le populus, sur les tribuns de la plèbe ainsi que sur les assemblées populaires. Enfin, après une réflexion sur la place de l'armée et des guerres civiles du 1er s. a.C. dans la création de nouvelles normes, les modalités de diffusion de celles-ci (à travers la monnaie, les graffitis, les exempla ou encore la législation) font l'objet de plusieurs études.

Cliquez ici!

 

 

La Chute de l'empire romain

La Chute de l'empire romain Édition Collector

La Chute de l'empire romain (The Fall Of The Roman Empire), 1 Blu-ray, 177 minutes

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!