La question de la culpabilité de guerre sur la Première Guerre mondiale

Aujourd'hui encore, la majorité de la population croit encore que l'Empire allemand est le seul responsable de la Première Guerre mondiale. Ces dernières années, cependant, les spécialistes de l'histoire se sont de plus en plus intéressés à ce sujet et de plus en plus d'études en sont venues à la conclusion que l'Allemagne n'est en aucun cas la seule responsable.

Bien que l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914 soit considéré comme le point de départ de la guerre, cet événement n'est qu'une partie de ce qui s'était passé en politique, dans l'armée et dans l'économie des années auparavant et le contexte réel d'une guerre qui tôt ou tard serait devenue inévitable.

Pour comprendre ces antécédents, il est nécessaire d'examiner les grandes puissances en Europe et de dresser la liste de ceux qui avaient quels intérêts dans une guerre et quels en étaient les motifs:

 

 

 

Grande-Bretagne:
Au milieu du XIXe siècle, la Grande-Bretagne avait réussi à devenir la seule puissance mondiale. Les guerres du passé contre l'Espagne, les Pays-Bas et la France pouvaient être gagnées. Bien que le pays ait perdu ses colonies aux Etats-Unis, cette nouvelle nation ne faisait que commencer économiquement et militairement et ne constituait pas une menace pour la Grande-Bretagne à cette époque.

Sur la base de l'industrialisation en plein essor, en particulier dans les domaines de la transformation du tissu et du textile, de la construction ferroviaire et navale et des colonies mondiales, le pays a réussi à s'assurer et à consolider une position monopolistique dans le commerce mondial. Cette reprise a toutefois conduit la population du pays à s'installer de plus en plus dans les villes et la production de denrées alimentaires ne pouvait plus répondre à la demande. Dans les années à venir, le pays sera donc de plus en plus dépendant des importations de denrées alimentaires et de machines, ce qui entraînera un déficit important du commerce extérieur. Seuls les secteurs des services et des assurances ont sauvé le pays de l'endettement.

A partir des années soixante et soixante-dix du XIXe siècle, les Etats-Unis et les différents Etats allemands se sont de plus en plus imposés sur le marché mondial avec les mêmes produits que la Grande-Bretagne et ont donc été en concurrence directe avec leurs économies. En conséquence, le 23 août 1887, la Grande-Bretagne a introduit l'obligation de désigner l'origine afin de protéger ses propres produits. L'objectif était d'étiqueter les produits étrangers et de dissuader ainsi les acheteurs de les acheter. Les produits de l'Empire allemand ayant déjà fait leurs preuves en tant qu'équivalent britannique, voire meilleur, le sceau "Made in Germany" devint involontairement une marque de qualité.

Le 5 mars 1903, la Grande-Bretagne subit un nouveau revers par rapport à l'Empire allemand lorsqu'elle fut mise en adjudication pour la construction du chemin de fer ottoman de Bagdad. Le contrat a été attribué à des sociétés allemandes et donc aussi les droits miniers sur le gaz et le pétrole. En outre, le Reich allemand a été autorisé à installer des bases militaires dans la région. L'espoir de la Grande-Bretagne de placer le Moyen-Orient sous son contrôle est ainsi brisé.

On constate ainsi que, vers le début du siècle, l'Empire allemand a pu rattraper, voire dépasser partiellement, les performances économiques de la Grande-Bretagne. Au lieu d'améliorer ses produits ou son industrie, l'économie et la politique britanniques se sont appuyées sur l'influence de leurs navires de guerre pour éliminer la concurrence sur le marché mondial militairement si nécessaire. Cette façon de penser a conduit les Britanniques à s'engager à ce que leur propre marine soit au moins aussi importante que la deuxième et la troisième plus importante ensemble. Cette mesure visait à permettre au Royaume-Uni de prévenir, de perturber ou de dicter le commerce monopolistique, qui à l'époque se faisait presque exclusivement par mer. La structure de la flotte n'a donc pas reçu un caractère défensif mais très agressif. En même temps, le public commença à construire l'image ennemie du Reich allemand, que l'on peut voir dans des articles de journaux tels que la Revue du samedi du 11 septembre 1897:

„Sur le long terme, également en Angleterre, les gens commencent à se rendre compte qu'il y a deux grandes puissances inconciliables et opposées en Europe, deux grandes nations, qui veulent faire du monde entier leur domaine et en tirer le tribut commercial. L'Angleterre, avec sa longue histoire d'agression réussie et la conviction merveilleuse qu'en poursuivant ses propres intérêts, elle répand la lumière parmi les peuples vivant dans les ténèbres, et l'Allemagne, chair de la même chair et du même sang, avec moins de volonté mais peut-être une intelligence plus vive, sont en compétition aux quatre coins du globe. ... Partout où le drapeau de la Bible et du commerce suivait le drapeau, un vendeur allemand est en désaccord avec le colporteur anglais.“

 

Conclusion:
Au tournant du siècle, la Grande-Bretagne s'était placée dans une situation économique difficile et avait perdu des parts de marché au profit des Etats-Unis et de l'Empire allemand. Le pays a également vu sa domination dans le commerce mondial menacée.

Les intérêts de la Grande-Bretagne dans la guerre étaient clairement l'anéantissement économique de l'Empire allemand et donc le maintien de sa domination sur le commerce mondial.

 

 

 

France:
La France a traversé une période d'insécurité politique au XIXe siècle, marquée par les bouleversements, la révolution et la guerre.

De l'époque de Napoléon Ier à l'empereur Napoléon III en passant par la République française, aucune stabilité politique, économique ou sociale n'a pu calmer le pays.

La guerre perdue contre la Prusse lors de la guerre franco-allemande de 1870/1871 fut particulièrement grave dans la conscience française : la déclaration de guerre passa par la France, par la défaite, l'unification allemande et le transfert de l'Alsace Lorraine à l'Empire allemand, mais les Français réprimèrent leur propre faute pour la guerre et vit en Allemagne un ennemi héréditaire dès lors.

Bien que la France ait pu se redresser économiquement après la guerre, elle n'a pas pu s'appuyer sur la force de l'Allemagne, de la Grande-Bretagne ou des Etats-Unis. Ici aussi, la responsabilité de la guerre perdue a été transférée à l'Allemagne. En outre, la majorité de la population et des hommes politiques affirment que l'Alsace Lorraine et une grande partie du territoire allemand à l'ouest du Rhin font partie de la France et doivent être reprises en charge. Ainsi, pendant des années, la culpabilité et l'incapacité de chacun ont été couvertes par l'attribution de toute la culpabilité à l'Allemagne.

Au tournant du siècle, la France n'étant pas en mesure de concurrencer la puissance économique de l'Allemagne, un système d'alliance est mis en place avec la Grande-Bretagne ainsi qu'avec la Russie afin de pouvoir s'unir contre l'Empire allemand. Sur le plan militaire, la France a également modernisé ses équipements beaucoup plus que l'Allemagne.

 

Conclusion:
Depuis la guerre perdue, la France s'est montrée de plus en plus agressive dans la recherche d'une compensation et la récupération des territoires perdus. Sur le plan diplomatique, le système d'alliance avec la Grande-Bretagne et la Russie avait déjà jeté les bases d'une action contre l'Allemagne et, sur le plan militaire, le pays se préparait fortement à la guerre.

Par la fierté nationale blessée et la construction durable de l'ennemi héréditaire de l'Allemagne, les problèmes économiques et sociaux pouvaient être distraits.

 

 

 

Le Reich allemand:
Après la guerre franco-allemande et l'unification des petits États allemands pour former un Reich allemand en 1871, le pays a pu s'établir comme une puissance européenne majeure sur le continent dans les décennies suivantes.

La forte croissance du pays s'explique en grande partie par une croissance démographique rapide, le développement de technologies nouvelles et innovantes et une économie forte dans les secteurs de l'acier, de la chimie et de l'électrotechnique.

Surtout après l'introduction de la sécurité sociale dans les années 80 du 19ème siècle, l'introduction de lignes directrices pour protéger les travailleurs et la hausse des salaires réels, la population a soudainement commencé à augmenter. Entre 1875 et 1913, il est passé de 43 à 67 millions.

Sur le plan économique, l'Empire allemand a réussi à s'imposer comme le deuxième plus grand fabricant de produits sidérurgiques, de produits chimiques et de composants électroniques derrière les États-Unis. Au début du XXe siècle, la Grande-Bretagne a pu dépasser la Grande-Bretagne en quantité et en qualité.

Territorial, en revanche, l'Empire allemand n'a pas cherché à s'étendre sur le continent européen. L'acquisition d'autres colonies n'était pas non plus prévue, à l'exception des stations commerciales pour le stockage du charbon.

L'expansion et le développement de la flotte de haute mer, souvent décrits dans l'historiographie, n'ont à aucun moment servi à une politique agressive envers la Grande-Bretagne. Jusqu'au début du siècle, les navires de guerre allemands étaient presque exclusivement conçus pour protéger les côtes, la marine allemande n'avait que quelques navires de guerre en état de navigabilité qui pouvaient concurrencer des navires de guerre britanniques comparables. Ce n'est qu'avec l'engagement britannique que leur flotte devrait être au moins aussi puissante que les deuxième et troisième plus grandes flottes réunies que l'Allemagne a commencé à constituer une flotte de haute mer. Toutefois, cela ne devrait servir qu'à protéger et à assurer exclusivement la sécurité des routes maritimes allemandes et de la flotte marchande et devrait avoir un effet dissuasif en raison de sa taille. Contrairement à la flotte britannique, l'Allemand avait un caractère défensif et non agressif comme on le dénonçait, surtout dans la presse britannique.

Les plans de la France et son système d'alliances ne sont naturellement pas restés cachés au Reich allemand, de sorte que les dirigeants politiques et militaires se sont vus maintenir les alliances avec l'Autriche-Hongrie et l'Italie et que l'armement militaire a également été avancé selon la crainte d'une guerre. Les troubles dans les Balkans ont également été observés de manière critique par la partie allemande. D'une part, l'ingérence de la Russie dans les affaires politiques intérieures de l'Autriche-Hongrie était au premier plan ; d'autre part, les dirigeants étaient conscients que les efforts d'indépendance dans les Balkans auraient conduit à la chute de la monarchie danubienne. En conséquence, l'Allemagne a appelé à une action ferme contre les Serbes pendant la crise de juillet 1914, mais des tentatives ont été faites pour limiter ce conflit à la région et ne pas l'étendre.

 

Conclusion:
L'Empire allemand n'avait aucun projet d'expansion sur le continent ni dans les colonies.

L'armement des forces armées était une réaction à l'élargissement britannique de la marine et à l'armement français de l'armée, et ne visait qu'à défendre l'empire.

Pendant la crise de juillet, une action dure contre les Serbes a été exigée, mais une guerre avec la Russie ou les autres grandes puissances n'était pas visée par l'Allemagne, mais pas exclue.

 

 

 

Italie:
Tout comme l'unification allemande, l'unification italienne s'est également déroulée à travers une guerre et la conscience d'une communauté. Contrairement à l'Empire allemand, qui n'avait pas d'autres revendications territoriales sur le continent, ce sont les milieux politiques extrêmes en Italie qui ont exigé la cession du Tyrol du Sud, de l'Istrie et du port méditerranéen de Trieste, en particulier d'Autriche-Hongrie. Nombreux sont ceux qui ont même exigé que l'ancien empire romain et ses possessions en Méditerranée soient récupérés.

Cela a conduit à la fin du XIXe siècle, lorsque l'Italie a déclaré l'Éthiopie, l'Érythrée et le nord de la Somalie comme étant l'Afrique orientale italienne et a occupé les deux îles égéennes du Dodécanèse et de la Tripolitaine par une guerre contre l'Empire ottoman. Les tentatives d'établir des bases en Asie ont également échoué en raison de la résistance de la Grande-Bretagne et des États-Unis.

Malgré les revendications territoriales contre l'Autriche-Hongrie, l'Italie a décidé de rejoindre l'alliance entre ce pays et l'Empire allemand.

 

Conclusion:
Les dirigeants politiques et militaires italiens rêvaient de la résurrection de l'Empire romain et commencèrent à annexer des zones autour de la Méditerranée, imposant des exigences à l'Autriche-Hongrie.

 

 

 

Autriche-Hongrie:
La double monarchie était l'une des plus anciennes dynasties d'Europe, ce qui se reflétait politiquement, militairement et socialement, car dans aucun autre pays européen, l'apogée du passé n'était aussi forte que dans celui-ci.

C'était particulièrement vrai pour les aspirations à plus de démocratie, de réformes et d'autonomie des différentes régions, ce qui signifiait que le pays était loin derrière les autres pays dans ce domaine.

Les Balkans ont également été considérés comme une zone d'influence pour l'Autriche-Hongrie, après l'éviction de l'Empire ottoman, les aspirations à l'autonomie n'y ont été ni tolérées ni observées. Cependant, l'influence russe, en particulier sur la Serbie, a mis un point de conflit entre ces deux pays. Tant l'armée que la monarchie craignaient qu'une plus grande indépendance ne vienne tôt ou tard briser la double monarchie.

 

Conclusion:
L'Autriche-Hongrie était soucieuse de maintenir la monarchie et d'opprimer la démocratie et l'indépendance.

Le pays a également fait l'objet de revendications territoriales de la part de l'Italie et de l'influence russe dans les Balkans.

 

 

 

Russie:
Les intérêts russes se situaient surtout dans l'extension vers l'ouest afin d'accéder à la Méditerranée et à l'Atlantique. Au cours des derniers siècles, la Finlande, les États baltes et la Pologne orientale y ont annexé. A travers plusieurs guerres contre l'Empire ottoman, il fut également possible de s'étendre vers la Méditerranée.

Chez les Serbes, les familles tsaristes ont vu une sorte de peuple frère dont les intérêts étaient ceux des Russes. Pour cette raison, la Russie se considérait également comme la puissance protectrice de la Serbie et tentait donc de réduire l'influence de l'Autriche-Hongrie. Pendant la crise de juillet, c'est la Russie qui s'est tenue aux côtés des Serbes et a considéré toute action militaire contre ce pays comme une guerre contre la Russie.

 

Conclusion:
La Russie s'est efforcée de poursuivre son expansion vers l'ouest et le sud, ce qui aurait inévitablement conduit à une guerre avec l'Empire ottoman ou l'Autriche-Hongrie.

Le pays se considérait également comme la puissance protectrice de la Serbie et a donc tenté d'étendre son influence dans les Balkans.

 

 

 

L'Empire ottoman:
L'Empire ottoman, qui s'était développé sur le territoire et le déclin de l'Empire byzantin, avait déjà survécu pendant des siècles, avait déjà dépassé son apogée depuis des décennies et était déjà en déclin.

Plusieurs guerres contre les Etats européens avaient conduit à ce que l'empire doive abandonner presque tous les territoires européens et la Russie a fait d'autres demandes. En outre, contrairement aux autres États, l'économie et l'armée sont nettement à la traîne et ne parviennent pas à rattraper leur retard.

Bien que des réformes aient déjà été menées dans le pays pour rassurer la population, il y avait encore suffisamment de cercles qui voulaient ramener l'empire à son ancienne force et aussi reconquérir les territoires perdus au Moyen-Orient, en Afrique et en Europe.

 

Conclusion:
Malgré le déclin continu de l'empire, les milieux politiques et militaires ont cherché à l'étendre à nouveau et surtout à reconquérir les territoires perdus de la Russie.

 

 

 

Résumé de l'étude:
- Grande-Bretagne: Raisons économiques
- France: revanche, fierté nationale blessée
- Le Reich allemand: dissuasion, frappe préventive contre l'encerclement
- Italie: Expansion territoriale, reconstruction de l'empire romain
- Autriche-Hongrie: Maintien de la monarchie
- Russie: expansion territoriale, influence dans les Balkans
- L'Empire ottoman: expansion territoriale, reconquête des territoires perdus

On peut lire que chaque grande puissance avait ses propres antécédents en matière de guerre et qu'il ne restait plus qu'à attendre qu'une occasion appropriée se présente pour qu'une guerre ait lieu.

Une telle occasion s'est présentée le 28 juin 1914, lorsque l'héritier austro-hongrois du trône, l'archiduc François-Ferdinand, a été assassiné et une spirale a conduit à la Première Guerre mondiale. Mais le Reich allemand était-il vraiment la force motrice ici ? Pour ce faire, il faut tenir compte de la décision prise après l'assassinat:

  • La tentative d'assassinat du 28 juin 1914 a été perpétrée par le nationaliste serbe Gavrilo Princip
  • L'armée austro-hongroise a alors exigé des mesures immédiates de la force militaire. Le ministère allemand des Affaires étrangères demande à l'ambassadeur britannique et russe de prévenir les "complications" et de ne pas attribuer l'acte à l'Etat serbe (on voit que les politiciens cherchent une solution diplomatique, certains milieux militaires en Autriche-Hongrie et dans le Reich allemand proposent une solution militaire limitée à la Serbie)
  • L'Empire allemand a assuré l'Autriche-Hongrie de son soutien au sens de l'obligation d'alliance et d'un traitement libre et indépendant vis-à-vis de la Serbie (du côté allemand, aucune guerre contre la Russie, la France ou la Grande-Bretagne n'était visée par ce traité)
  • Le 23 juillet 1914, l'Autriche-Hongrie a adressé un ultimatum à la Serbie, qui n'a pu être exécuté
  • Le 24 juillet 1914, la Serbie est mobilisée
  • 25 juillet 1914 La Russie déclare sa garantie de protection à la Serbie
  • 27. et 28. juillet 1914 L'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne déclarent dans une note diplomatique que l'Autriche-Hongrie veut accepter l'ultimatum presque entièrement rempli par la Serbie
  • 28 juillet 1914 L'Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie
  • 29 juillet 1914 Mobilisation partielle russe
  • 29 juillet 1914 après des menaces mutuelles entre le Reich allemand et la Grande-Bretagne, le chancelier du Reich allemand ordonne à l'Autriche-Hongrie de reprendre les négociations avec la Russie
  • 31 juillet 1914 Mobilisation générale russe
  • 1er août 1914 Mobilisation générale française (16:00)
  • 1. août 1914 mobilisation générale allemande (17:00) et déclaration de guerre à la Russie, puisque ceux-ci n'avaient pas retiré leur mobilisation après ultimatum

La Première Guerre mondiale avait commencé.

Là aussi, on constate que le Reich allemand n'a pas été le moteur de la guerre. En raison de l'appel des milieux militaires austro-hongrois pour une action dure contre la Serbie, la mobilisation de la Russie et l'obligation d'alliance de l'Allemagne, la propre mobilisation n'était qu'une réaction à la guerre à venir.

 

Cependant, à ce jour, il y a encore des thèses têtues qui attribuent la seule culpabilité de guerre au Reich allemand:

  1. La structure de la flotte hauturière
    La flotte allemande de haute mer est soulignée et souvent citée comme l'un des principaux arguments en faveur d'un armement agressif du Reich allemand.C'est un fait:
    La flotte allemande de haute mer était une réaction à l'engagement pris des années plus tôt en Grande-Bretagne que sa propre marine devait être au moins aussi importante que la deuxième et la troisième plus importante ensemble. La Grande-Bretagne serait ainsi en mesure de bloquer, de perturber ou de dicter complètement le commerce mondial par mer. Le seul but de la flotte allemande de haute mer était de sécuriser ses propres routes commerciales et de servir de moyen de dissuasion pour qu'aucun autre pays ne déclare la guerre au Reich allemand. Elle avait un caractère défensif et non agressif. De plus, l'équilibre des forces des flottes entre les Alliés et les Puissances centrales était de 4,5 à 1, de sorte que la flotte allemande n'aurait pas été en mesure d'agir comme une flotte d'attaque du tout.2. Le plan Schlieffen
    L'élaboration du plan Schlieffen a pour but de servir d'argument que le Reich allemand avait déjà prévu d'attaquer la France avant la Première Guerre mondiale.

    C'est un fait:
    Déjà après la guerre franco-allemande, les dirigeants militaires du Reich allemand savaient que la France allait tôt ou tard faire une autre guerre pour récupérer les territoires perdus. Ce désir de vengeance est devenu de plus en plus fort du côté français au cours des décennies suivantes. Afin de ne pas être attaquée elle-même, la France a également commencé à construire de lourdes fortifications à la frontière avec l'Allemagne et a forgé un système d'alliance avec la Grande-Bretagne et la Russie pour isoler et encercler l'Allemagne, et sur cette base, les dirigeants militaires allemands ont élaboré le plan opérationnel pour une éventuelle guerre contre la France. Ce plan Schlieffen était donc une réaction à l'agression française contre l'Allemagne et ne devait être utilisé que dans le cas de la défense.

     

     

    3. Armement de l'armée
    Un autre argument souvent utilisé est l'armement de l'armée, qui est censé servir de signe de l'agression allemande.

    C'est un fait:
    Comparées aux dépenses d'armement des autres grandes puissances européennes, celles de l'Empire allemand étaient plutôt faibles.
    Si l'on compare, par exemple, les dépenses pour la marine, il devient évident que la Grande-Bretagne a dépensé 823 millions de marks pour sa marine en 1910/1911. L'Allemagne, en revanche, ne dispose que de 434 millions de DM.
    En outre, la force de l'armée avant la guerre par rapport aux autres États n'était pas beaucoup plus grande:
    Allemagne: 880.000 soldats
    Grande-Bretagne: 800.000 soldats
    Russie: 1.423.000 soldats
    France: 736.000 soldats
    Si l'on ajoute le nombre de soldats à la population totale du pays concerné, la France et la Grande-Bretagne auraient plus de soldats en pourcentage de la population civile que ce ne fut le cas sous le Reich allemand.

 

 

 

D'où vient l'affirmation selon laquelle l'Allemagne est la seule responsable de la guerre?

L'affirmation selon laquelle seul le Reich allemand est responsable de la Première Guerre mondiale, qui prévaut encore aujourd'hui, provient du Traité de paix de Versailles, qui contient le contenu suivant de l'article 231:

"Les gouvernements alliés et associés déclarent et l'Allemagne reconnaît que l'Allemagne et ses alliés sont responsables, en tant qu'auteurs, de toutes les pertes et de tous les dommages subis par les gouvernements alliés et associés et leurs ressortissants du fait de la guerre que leur a imposée l'Allemagne et ses alliés."

Cependant, cet article n'avait pas pour but premier de décrire la question de la culpabilité de guerre, mais de légitimer juridiquement et moralement dans l'opinion publique mondiale les exigences imposées au Reich allemand, qui étaient complètement exagérées par la Grande-Bretagne et la France en particulier.

Ainsi, après la guerre, l'image d'un empire allemand s'est construite dans une société qui, par son prétendu militarisme, avait automatiquement couvert l'Europe de guerre.

Cette affirmation ne devrait pas seulement détourner l'attention de la propre partie du déclenchement de la guerre dans les pays alliés, mais les rendre plus ou moins autonomes pour l'exploitation de l'Allemagne.

 

 

 

Quels objectifs de guerre pourraient être atteints?

  • Grande-Bretagne:
    L'Empire allemand dut céder toutes ses colonies, principalement à la France et à la Grande-Bretagne.
    En outre, la flotte allemande de haute mer devait être livrée à la Grande-Bretagne (qui s'est toutefois coulée toute seule).
    L'Allemagne a également dû renoncer à la plupart de ses navires marchands, éliminant ainsi la menace que représentait la flotte allemande de haute mer, éliminant un concurrent économique et maintenant sa suprématie dans le commerce mondial.
  • France:
    L'Alsace et la Lorraine ont dû être cédées à la France. En outre, les troupes françaises ont occupé la Sarre et la Ruhr et les ont pillées économiquement. Le centre industriel est-allemand de Haute-Silésie a également dû être remis à la Pologne sous la pression de la France, bien que le référendum ait voté à 59,4% en faveur du maintien en Allemagne ; si l'on inclut la démolition des forteresses en Allemagne occidentale et les restrictions imposées par les militaires, la France a réussi à atteindre tous ses objectifs de guerre. En outre, l'Allemagne a dû céder à la France des sommes importantes et du matériel à titre de réparation.
  • Italie:
    L'Italie était alliée à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie avant la guerre, mais après le déclenchement de la guerre, elle a proclamé sa neutralité seulement pour soutenir ses anciens alliés et leur déclarer la guerre un peu plus tard aux côtés des Alliés ; après la guerre, l'Italie a reçu quelques territoires d'Autriche-Hongrie, que les Alliés avaient promis au pays comme butin de guerre.

 

 

 

Qui est responsable de la Première Guerre mondiale?

Du point de vue actuel et selon les dernières études historiques, la seule culpabilité de l'Allemagne pour la guerre peut être exclue.

Même avant la guerre, chaque grande puissance européenne avait ses propres objectifs et antécédents qui justifiaient ou rendaient souhaitable une guerre pour elle.

L'assassinat de 1914 et la crise de juillet n'étaient que le point de départ souhaité sur lequel le système d'alliance respectif et l'influence des militaires respectifs ont conduit à une situation dans laquelle la guerre aurait pu être évitée mais était toujours souhaitée par tous les Etats. Ainsi, l'Autriche-Hongrie, l'Allemagne, la Russie, la France et la Grande-Bretagne ont chacune contribué à transformer un conflit régional en guerre mondiale.

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!