Le baron Manfred Albrecht von Richthofen (Baron Rouge)

Le baron Manfred Albrecht von Richthofen n'était pas seulement le pilote de chasse allemand le plus titré de la Première Guerre mondiale, il était aussi le pilote allemand le plus célèbre, qui est encore connu sous le nom de Baron rouge en raison de son avion peint en rouge après la guerre.

 

 

Origine et adolescence:

Manfred Albrecht von Richthofen est né le 2 mai 1892 à Breslau, fils de l'officier de cavalerie Albrecht Freiherr von Richthofen et Kunigunde von Richthofen.

Après le déménagement de la famille à Schweidnitz, Manfred a commencé à s'intéresser à la chasse et à l'équitation à l'âge de 9 ans. A l'âge de 11 ans, il participait déjà à des parties de chasse plus importantes.

 

 

 

Carrière militaire:

En 1903, Manfred a commencé sa carrière militaire par une visite à l'école des cadets de Wahlstatt, d'où il est passé à l'école principale des cadets de Lichterfelde en 1909.

Après avoir terminé sa formation, il rejoint le régiment d'Ulanen "Empereur Alexandre III de Russie" (Prusse occidentale) n°1 au grade d'enseigne au printemps 1911.

Il est promu lieutenant le 19 novembre 1912.

 

Le baron Manfred Albrecht von Richthofen

Le baron Manfred Albrecht von Richthofen

 

Manfred von Richthofen sur la carte postale de Sanke

Manfred von Richthofen sur la carte postale de Sanke

 

 

 

Utilisation pendant la Première Guerre mondiale:

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale, le régiment de Manfred fut d'abord transféré sur le front de l'Est, mais quelques jours plus tard sur le front de l'Ouest.

De leur point de déploiement près de Diedenhofen, von Richthofen prit d'abord part à l'occupation du Luxembourg, puis à l'invasion de la Belgique. Comme la guerre était encore en cours à l'époque, Manfred effectuait principalement un travail de reconnaissance derrière les lignes ennemies en tant qu'éclaireur à cheval.

Le 1er septembre 1914, Manfred est muté à la 4e Armée en face de Verdun en tant qu'officier de renseignement et, à sa demande personnelle et à sa demande de mutation, il est affecté à la 18e Brigade d'infanterie le 15 janvier 1915 comme officier de commandement. En raison de la distance qui le séparait du front, von Richthofen était maintenant en mesure d'être à la hauteur de sa passion pour la chasse, mais cela l'a personnellement de moins en moins satisfait.

Pour cette raison, à sa demande, il a déménagé à la nouvelle armée de l'air et a commencé sa formation le 30 mai 1915 comme un observateur dans le Flieger Ersatzabteilung 7 à Cologne. Par la suite, le 21 juin 1915, il fut affecté au service des pilotes de campagne 69 près de Lemberg, sur le front est, pour y effectuer des vols de reconnaissance.

En août 1915, le bâtiment a été déplacé de Richthofen vers l'ouest et affecté au département des pigeons d'Ostende. Ce département devait effectuer des bombardements secrets sur l'Angleterre. Cependant, comme les avions AEG G fournis n'avaient pas la portée nécessaire, seules des attaques contre des navires britanniques en Manche et des positions françaises ont été lancées. Von Richthofen a demandé à nouveau un transfert, cette fois au département des pigeons voyageurs à Metz. Sur le chemin, il a rencontré son futur chef d'escadron Oswald Boelcke pendant son voyage sur le chemin de fer.

A Metz, Manfred obtient son diplôme de pilote, effectue quelques missions à Verdun et est affecté en septembre 1916 au Jagdstaffel (Jasta) 2, où il est commandé par Oswald Boelcke. Déjà le 17 septembre 1916 Richthofen a pu enregistrer son premier tir via Cambrai.

Dans les semaines qui ont suivi, Richthofen a pu réaliser d'autres tournages. À la mi-janvier 1917, il enregistre son 16e tournage, après quoi il reçoit l'Ordre Pour le Mérite. Peu de temps après, il reçoit le commandement du Jagdstaffel 11, le 22 mars 1917 il est promu lieutenant, le 6 avril 1917 maître de cavalerie.

Après la mort de Max Immelmann le 18 juin 1916 et d'Oswald Boelcke le 28 octobre 1916, Manfred von Richthofen devint le meilleur aviateur allemand et abattit 20 avions ennemis en avril 1917 seulement.

En juin 1917, les escadrons de chasse 4, 6, 10 et 11 sont regroupés dans l'escadron de chasse 1 dont le commandement est transféré de Richthofen. Il s'est tellement blessé à la tête lors d'un combat aérien en juillet qu'il a dû faire un atterrissage d'urgence parce qu'il est devenu aveugle pendant une courte période. Richthofen n'a jamais pu se remettre complètement de cette blessure.

 

Pilote de l'escadron de chasse 1, Richthofen est assis dans l'avion

Pilote de l'escadron de chasse 1, Richthofen est assis dans l'avion

 

Après une longue convalescence et un long repos, Manfred et son frère Lothar von Richthofen furent convoqués aux négociations de paix à Brest-Litowsk le 26 décembre 1917. A la mi-janvier 1918, après la conclusion des négociations, Manfred fut transféré à Berlin pour tester de nouveaux prototypes d'avions dans l'institut d'essai de la maîtrise des avions.

Richthofen fut ensuite transféré de nouveau dans son escadron de chasse et participa à nouveau aux combats sur le front ouest.

 

 

 

Lancement et décès de Richthofens:

Le 21 avril 1918, Richthofen et neuf autres avions effectuèrent une nouvelle mission au-dessus du front ouest. Cela a donné lieu à une bataille aérienne avec des aviateurs britanniques, au cours de laquelle l'un des avions a tenté de s'éloigner des combats. Lorsque Manfred von Richthofen a suivi l'avion, une balle l'a touché dans le côté droit de son corps, blessant ses poumons, son foie et son cœur. Von Richthofen a dû faire un atterrissage d'urgence près de la communauté française de Corbie, où des soldats australiens l'ont trouvé. Peu de temps après l'atterrissage von Richthofen est mort de ses blessures.

Jusqu'à ce jour, il n'a pas été possible de préciser qui a tiré sur Richthofen. Les trois mitrailleurs antiaériens australiens Robert Buie, William John "Snowy" Evans et le sergent Cedric Popkin, qui ont tiré leurs mitrailleuses sur l'avion de Richthofen, sont considérés.

 

La réplique d'un Fokker Dr. I avec lequel Richthofen a volé en dernier

La réplique d'un Fokker Dr. I avec lequel Richthofen a volé en dernier

 

 

 

Séjour:

Le 22 avril 1918, le corps de Manfred von Richthofen fut enterré à Bertangles par des officiers de l'armée de l'air anglaise avec les honneurs militaires. Déjà dans la nuit, des villageois français ont essayé de déshonorer la tombe d'une manière lâche et de périr devant le cadavre. L'avion de Richthofens a également été complètement démantelé par des chasseurs de souvenirs.

 

Enterrement de Richthofen à Bertangles par des officiers britanniques

Enterrement de Richthofen à Bertangles par des officiers britanniques

 

Le 23 avril 1918, un pilote de chasse britannique a annoncé la mort de Richthofens au-dessus de l'aérodrome de l'escadron.

En Allemagne, un service funèbre en l'honneur du pilote décédé n'a eu lieu que le 2 mai 1918. En 1923, à l'instigation des autorités militaires françaises, le corps fut transféré pour la première fois au cimetière militaire allemand de Fricourt. A la demande de la famille, le transfert à l'Invalidenfriedhof à Berlin fut initié le 20 novembre 1925, où le cimetière fut enterré avec la participation de soldats et d'officiers.

Lorsqu'en 1975, le cimetière des invalides devait être rasé par décision du Conseil des ministres de la République démocratique allemande, la famille pouvait à nouveau demander un transfert. Le dernier lieu de repos se trouve maintenant dans la tombe de la famille au Südfriedhof Wiesbaden.

 

 

 

Familie:

  • Frère Lothar-Siegfried Freiherr von Richthofen
  • Frère Bolko Freiherr von Richthofen
  • Religieuse Elisabeth von Richthofen

 

 

 

Le titre "Baron Rouge":

Aujourd'hui, Manfred von Richthofen est généralement connu sous le nom de "Baron rouge". Cependant, ce titre n'a été attribué à Richthofen qu'après la guerre. Bien qu'il ait été appelé "Le Petit Rouge" ou "Diable Rouge" par les Français, son autobiographie, publiée en 1917, s'intitulait "L'Aviateur Rouge" et son avion avait une peinture rouge saisissante, mais le titre "Le Baron Rouge" est dérivé d'une traduction en anglais.

Comme le terme Freiherr n'existe pas en anglais, le nom Baron a été utilisé dans la traduction. C'est ainsi que le titre "Der rote Baron" (Le Baron Rouge) a d'abord prévalu à propos de Richthofen.

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Les mémoires du célèbre Baron Rouge

Les mémoires du célèbre Baron Rouge Poche – 15 février 2018

Le plus brillant des aviateurs allemands de la Grande Guerre.

Manfred von Richthofen a été le plus brillant des aviateurs allemands durant la Première Guerre mondiale.

Il a abattu quatre-vingt-un avions ennemis. Ses escadrilles, les escadrilles rouges où servaient aussi son frère, Lothar, et son cousin, ont remporté plus de victoires que n'importe quel autre groupe aérien allemand. Lui-même finit par être abattu le 21 avril 1918, dans la Somme.

La réputation de Manfred von Richthofen était telle qu'il fut le seul pilote allemand auquel les Britanniques ont réservé des funérailles solennelles. Les correspondants des plus grands journaux français et anglais y ont assisté. Ceux-ci ont consacré de nombreux articles à ses combats et à sa mort.

Son Journal de Guerre est un document de tout premier plan, non seulement pour les épisodes de guerre qu'il rapporte, mais surtout pour sa contribution à l'étude psychologique du pilote isolée, élément rare, durant la Première Guerre mondiale.

Cliquez ici!

 

 

Baron rouge et cigogne blanche

Baron rouge et cigogne blanche Broché – 28 avril 2011

De leur naissance et leur jeunesse, de leur passion naissante des airs à leurs victoires respectives à bord de leurs avions mythiques, le triplan rouge et la blanche cigogne, Patrick de Gmeline retrace en seize chapitres deux destins extraordinaires presque parallèles, ceux de von Richthofen et de René Fonck, à la lumière de leur engagement militaire et de leur parcours privé, et analyse tout ce qu'ils ont légué à l'Histoire.

Le Baron rouge, la Cigogne blanche. Les deux plus grands As - les As des As - de l'aviation de la Première Guerre mondiale. L'Allemand, le Français. L'aristocrate prussien, le fils d'un ouvrier forestier. Richthofen tué au combat en 1918, Fonck disparu en 1953. Le Baron rouge encore célèbre dans le monde entier : films, livres, mémoriaux, cérémonies. René Fonck presque totalement oublié. Tout les oppose, tout les rapproche. Ce livre les fait revivre au quotidien. Avec leur personnalité, leurs idées, leurs stratégies, leurs combats, leur environnement humain, familial et guerrier, leur vie quotidienne, privée et publique. Pour Manfred von Richthofen, cette double biographie est une nouvelle approche car parallèle à celle de son alter ego français. Pour René Fonck, c'est la réparation d'une injustice, celle de l'ombre et de l'oubli.

Cliquez ici!

 

 

La légende du Baron rouge

La légende du Baron rouge Broché – 28 janvier 2009

Partant pour la guerre, le jeune baron prussien Manfred von Richthofen emporte le souvenir de ses parties de chasse dans les forêts de Silésie, les paysages de son enfance et l'image de sa mère, fière de le voir prendre sa place dans une longue lignée de militaires. Il chevauche, altier, martial, parmi les uhlans, les nobles cavaliers de l'empire germanique, songeant déjà aux charges qui lui vaudront la Croix de fer. Mais le temps des héros est révolu. C'est la première guerre mondiale, celle des tranchées boueuses et des canonnades aveugles, des villages en ruines, des civils affolés et des francs-tireurs en embuscade. Pas d'espace où lancer les chevaux au galop, pas de lumière où faire étinceler l'acier des sabres. Dérouté, maladroit, Manfred se sent plus meurtrier que soldat. L'orgueil ne brillera pas dans les yeux de sa mère. Reste le ciel. L'aviation balbutiante y réalise ses premiers exploits. Manfred sera pilote. Tous ses rêves de gloire prennent le chemin des nues. En trois ans, il s'impose comme le plus redoutable chasseur du firmament. Là-haut, la guerre redevient digne. Le soleil et le vent se font témoins de duels où la mort n'efface pas la beauté. Adulé par les siens comme par les Alliés, Manfred von Richthofen invente une nouvelle chevalerie, aérienne. Tout héros a son blason, ses couleurs. Manfred n'en choisit qu'une, dont il fait entièrement repeindre son avion. Ainsi naît la légende du Baron Rouge. Fasciné depuis l'enfance par Manfred von Richthofen, Stéphane Koechlin lui consacre un récit d'aventures ample et poétique, lumineux, à la mesure du ciel où se déploya le génie de l'aviateur.

Cliquez ici!

 

 

Baron rouge, Tome 1 : Le Bal des Mitrailleuses

Baron rouge, Tome 1 : Le Bal des Mitrailleuses Album – 19 avril 2012

Baron Rouge est une fiction librement inspirée de la vie de
Manfred Von Richtohfen ainsi que des évènements et
personnages historiques liés à la Première Guerre Mondiale.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!