Obusier de 400 Modèle 1915/1916

Le Obusier de 400 Modèle 1915/1916 était un obusier français, qui a été converti pendant la première guerre mondiale au plus grand canon ferroviaire de l'armée française et a été utilisé pendant la première et la seconde guerre mondiale.

En raison des succès et de la grande puissance de pénétration des canons allemands sur les forteresses de Liège, Namur, Anvers et Maubeuge, le Haut Commandement français exigeait également des canons lourds, qui devraient pouvoir endommager ou détruire les positions allemandes de plus en plus fortifiées, les canons de campagne légers déjà utilisés ne seraient pas suffisants pour cette tâche.

Certains canons côtiers lourds ou canons navals déclassés avaient déjà été convertis en canons ferroviaires et utilisés, car leur pouvoir de pénétration était jugé trop faible pour détruire les centrales à béton et les bunkers allemands. C'est pourquoi on exigeait des canons encore plus gros et d'un calibre encore plus grand.

La compagnie de Saint-Chamond a alors commencé à convertir les canons navals de 400 mm en canons ferroviaires au milieu de l'année 1915. A cet effet, deux wagons de chemin de fer ont été reliés à un châssis en acier. Comme le centre de gravité des canons était très lourd en haut, le wagon arrière n'avait que 4 essieux, l'avant 6 essieux. Afin de pouvoir déplacer la construction autour de virages plus serrés, des plates-formes rotatives ont été montées à l'avant et à l'arrière du wagon, de sorte que l'ensemble de la construction puisse être aligné de manière plus flexible.

Les canons utilisés étaient des canons navals qui avaient déjà été retirés du service, de quels navires de guerre ils ont été pris n'est pas connu. Ils avaient une culasse Welin et utilisaient des cargaisons et des projectiles séparés. Pour le chargement, le tuyau a dû être abaissé de façon à ce qu'une plate-forme de chargement puisse être soulevée à l'arrière du pistolet. Un système de recul hydropneumatique a été utilisé pour absorber le recul. Cela permettait au pistolet de reculer de quelques mètres après un coup de feu, puis de glisser de nouveau vers l'avant jusqu'à sa position initiale.

Pour amener le canon de chemin de fer en position de tir, il fallait déplacer les rails à la position appropriée. Ensuite, un trou profond a dû être creusé sous les rails pour que le canon puisse se rétracter lors d'un tir à grand angle.

 

 

Dessin des Obusier de 400 Modèle 1915/1916

 

Dessin des Obusier de 400 Modèle 1915/1916

 

 

A partir de fin octobre 1915, le premier des 8 Obusier de 400 Modèle 1915/1916 pouvait être livré dans la variante 1915. 1916 a suivi après quelques modifications 4 autres canons ferroviaires dans la variante 1916, de sorte que 12 canons au total ont été construits. Avec son calibre de 400 mm, le Obusier de 400 Modèle 1915/1916 appartenait au plus gros canon ferroviaire de toute la guerre utilisé par l'armée française.

 

 

Les premiers Obusier de 400 Modèle 1915/1916 ont été amenés à l'avant fin octobre 1915

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 dans sa position au front ouest

 

 

La première utilisation de la guerre a été faite par les canons à partir du 30 juin 1916 pendant la bataille de la Somme. Ils servent de soutien à l'offensive à venir et tirent sur les fortifications allemandes des villages d'Herbécourt, d'Estrées et de Belloy-en-Santerre, qui ne sont alors que des ruines.

 

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 canon pendant la bataille de la Somme

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 canon pendant la bataille de la Somme

 

 

 

La deuxième utilisation du canon ferroviaire a eu lieu lors de la reconquête des forteresses près de Verdun. A cet effet, les deux canons du 3rd Régiments d'artillerie à pied furent mis en place à 13 kilomètres au sud-ouest de Baleycourt afin de pouvoir soutenir l'offensive de départ le 21 octobre 1916. Dans les deux jours qui ont suivi, environ 373 des canons de 370 et 400 mm déployés ont été livrés. Les forts occupés de Douaumont et de Vaux, en particulier, ont été bombardés. Rien qu'au fort Vaux, le 23 octobre 1916, une cinquantaine d'obus frappèrent et détruisirent l'infirmerie, plusieurs couloirs, des casemates et enfin un dépôt de munitions, après quoi les soldats allemands durent abandonner le fort.

 

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 est chargé

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 est amené à l'avant

 

 

Le dernier grand déploiement des canons ferroviaires a eu lieu en avril 1917 lors du soutien de l'offensive de Reims. Les troupes allemandes y avaient fortement développé les fortifications de Brimont, Witry-lès-Reims et Berru ainsi que les bunkers et tunnels sous le mont Cornillet et le Mont-sans-nom. Grâce à la reconnaissance aérienne et aux interrogatoires des soldats allemands capturés, le Haut Commandement français a eu un aperçu des entrées et des puits de ventilation des bunkers allemands. A la mi-mai 1917, le bombardement des bunkers a commencé, d'abord les entrées ont été bombardées pour empêcher la fuite des soldats. Puis les puits de ventilation ont été bombardés, de sorte que les soldats enfermés ont suffoqué. Une grenade a pu pénétrer la couche de calcaire de 30 mètres d'épaisseur au-dessus de l'un des bunkers et a explosé à l'intérieur du bunker allemand. Environ 400 soldats ont perdu la vie.

 

 

Un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 en avril 1917

 

Comparaison d'une grenade d'un Obusier de 400 Modèle 1915/1916 et d'un soldat français

 

 

En plus de l'armée française, le 52e régiment d'artillerie du Coast Artillery Corps des troupes américaines a reçu 2 canons ferroviaires. Sur la base de ces canons, les États-Unis ont construit l'obusier ferroviaire M1918. Même après la Première Guerre mondiale, les canons ferroviaires français ont servi de base à d'autres canons ferroviaires américains et à l'artillerie côtière.

 

 

Les soldats américains invitent un Obusier de 400 Modèle 1915/1916

 

Des soldats américains tirent un Obusier de 400 Modèle 1915/1916

 

 

Après la Première Guerre mondiale, les 10 canons ferroviaires français restants sont restés dans des dépôts comme réserve. Au début de la Seconde Guerre mondiale, 8 de ces canons ont servi à renforcer la Ligne Maginot en Alsace et en Lorraine. Après la capitulation de la France en 1940, la Wehrmacht allemande prit les canons et les mit en service sous la désignation obusier de 40 cm (E) 752 (f). Ceux-ci ont été amenés sur le front de l'Est au début de la guerre contre l'Union soviétique et 6 des canons ont été utilisés pour le siège de Leningrad, les 2 autres canons ont été utilisés pour les pièces de rechange.

 

 

 

Feuille de caractéristiques:

Désignation: Obusier de 400 Modèle 1915/1916
Pays de fabrication: France
Année de lancement: 1915
1916
Nombre: 12 pièces
Calibres: 400 mm
Longueur de tube: 10,65 mètres
Assortiment: Maximum 16.000 mètres
Pondération: 137 tonnes

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Un milliard d'obus, des millions d'hommes : L'artillerie en 14/18

Un milliard d'obus, des millions d'hommes : L'artillerie en 14/18 Relié – 26 mai 2016

Un milliard d'obus à balles, explosifs ou toxiques aux calibres exponentiels et aux effets létaux sans cesse améliorés. Des milliards de tonnes de cuivre, d'acier, de poudre et d'explosifs utilisés pendant quatre ans. Des dizaines de milliers de canons aux portées de tir qui ne cessent d'augmenter pour une déferlante d'acier jusqu'à la démesure. Des millions d'hommes qui soutiennent une mobilisation industrielle sans précédent, qui conçoivent, fabriquent, ache- minent, tirent ou sont les victimes des matériels de l'artillerie. Des millions de témoins et de disparus emportés dans le chaos d'une guerre totale, qu'ils soient civils, combattants, hommes blessés ou déchiquetés, ingénieurs ou scientifiques... Un milliard d'obus, des millions d'hommes présente l'histoire de l'artillerie française pendant la Grande Guerre au sens le plus large : celle des évolutions technologiques, stratégiques ou tactiques, mais aussi celle des hommes, des femmes et de la société au cours de ces années qui ont marqué l'Histoire.

Cliquez ici!

 

 

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918 Relié – 15 juin 2017

Cet ouvrage exceptionnel est issu de la même collection 1914-1918 que Sturmtruppen - les troupes d assaut de l armée allemande, précédemment publié par Heimdal. Il présente l organisation et les stratégies de l artillerie allemande avec absolument tous les canons, les obusiers et les mortiers utilisés durant la Première Guerre mondiale. Il y a aussi de larges chapitres consacrés aux uniformes et à ceux utilisés pour la guerre chimique, une nouvelle arme qui apparaît en 1915, introduisant la terreur parmi les combattants. Cet ouvrage contient plus de 180 photos d uniformes et d équipement avec 20 illustrations et de nombreux schémas. Une oeuvre d exception.

Cliquez ici!

 

 

Canons de légende, Picardie 1918

Canons de légende, Picardie 1918 Broché – 18 juillet 2018

Dans les premières semaines de la guerre la presse parla abondamment de l'utilisation par les Allemands d'une pièce d'artillerie fantastique - un obusier d'un calibre de 42 cm - capable de détruire n'importe quelle fortification. Cet énorme obusier, les ouvriers de l'usine d'Essen qui l'avaient fabriqué, le baptisèrent Bertha en hommage à leur patronne Bertha Krupp. Mais bientôt Bertha se tut car elle était inadaptée à la nouvelle forme de guerre, la guerre de tranchées. Cependant son nom s'était, en quelque sorte, gravé durablement dans les mémoires françaises. Et, lorsque à la fin de 1915, de gros obus vinrent meurtrir Compiègne et Villers-Cotterêts, les populations de ces villes, attribuèrent ces tirs à Bertha. Or, ce n'était pas Bertha qui tirait, c'était Max, le long Max (Lange Max). Bien abrité loin derrière la ligne de front et pouvant propulser son obus à 20 km au-delà de celle-ci, Max n'était en rien comparable à l'obusier dont la portée était inférieure à dix kilomètres. D'autres Max furent installés par la suite dont celui de Chuignes en 1918 . Et puis il y eut aussi, bien sûr, le canon qui tirait sur Paris (Pariser kanone); et, pour les Parisiens, un canon capable de tirer à une telle distance ne pouvait être qu'une Bertha, même une Grosse Bertha ! que les caricaturistes représentèrent sous l'aspect d'une femme nécessairement grosse et moche puisqu'elle était boche. La plupart des Français ignorèrent toujours que ces canons puissants étaient des canons de marine adaptés à une utilisation terrestre. Comment imaginer des canons de marine à cent kilomètres ou plus des côtes, au milieu de terres à blé et à betterave ? On continua de les appeler Bertha et un siècle plus tard le nom demeure toujours vivace. Même les Australiens se mirent à nommer ainsi les gros canons qu'ils avaient capturés, distinguant cependant Big Bertha et Little Bertha. La lecture de cet ouvrage ne fera certainement pas disparaître le nom impropre de Bertha, trop bien ancré dans la mémoire collective, au profit de Lange Max ou de Pariser kanone mais - c'est le souhait de l'auteur - apportera un peu de lumière sur l'histoire de ces canons extraordinaires et fabuleux qui furent véritablement des canons de légende.

Cliquez ici!

 

 

Le canon de 75 mocèle 1897

Le canon de 75 mocèle 1897 Broché – 11 mai 2017

Un petit livret de 32 pages, abondamment illustré, qui permet de tout connaître sur le canon de 75 lors de la Première Guerre mondiale, par un grand spécialiste de l'artillerie française.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!