Petit croiseur SMS Frauenlob

Le petit croiseur le SMS Frauenlob appartenait à la classe de gazelle et était avec cela la partie des premiers croiseurs modernes des immeubles neuf de l'empire allemand au tournant de siècle.

 

Lancement et conception:

Contrairement à l'autre petit croiseur, il n'y avait de la classe de gazelles aucun modèle de prédécesseur ceux-ci séparent on construisait radicalement à neuf. La classe, donc était appuyée contre la classe de Meteor ainsi que le bateau individuel le SMS Hela.

Le projet administratif était ébauché déjà à la fin de 1895 / au début de 1896 et 7 bateaux sous celui-ci étaient construits. Donc, de 1897 à 1900, les plans étaient encore changés et étaient élargis si bien que les derniers 3 bateaux de la classe le SMS Frauenlob, le SMS Arcona et SMS Undine soient encore un peu changés.

Principalement on agrandissait aux derniers 3 bateaux des coques pour pouvoir prendre un équipage plus grand et plus de charbon. Le blindage à certains lieux était aussi renforcé.

Le cours de pile se produisait le 22 mars 1902, l'entrée en service le 12 mai 1903.

Le nom était pris en charge du 2 septembre 1860 dans un typhon devant Yokohama de l'housse de guerre prussienne baissée Frauenlob dont le financement était fondé sur des dons des femmes.

 

Petit croiseur SMS Frauenlob

Petit croiseur SMS Frauenlob

 

 

 

L'histoire des SMS Frauenlob:

Après les voyages d'essai, le bateau était attribué le 5 avril 1903 aux bateaux d'éclaircissement de l'Ière escadre. Jusqu'à 1905, cela participait à certains voyages étrangers entre autres en Espagne, Norvège et le Pays-Bas.

Au cours des années suivantes, les autres voyages à l'étranger et les manoeuvres étaient effectués jusqu'au bateau le 19 janvier 1908 que le dernier croiseur de la classe de gazelles de la flotte se retirait et changeait l'équipage sur le nouveau petit croiseur le SMS Stettin.

A partir de l'été 1912, le bateau était dépassé, l'armement de 10,5 cm à 3,7 cm de Geschütze était transformé et devait être utilisé, ensuite, comme le bateau scolaire.

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Avec l'éclatement de la première guerre mondiale, la Frauenlob était allée rechercher de nouveau dans le service militaire actif et était confiée à des tâches de protection pour l'Helgoland. Là il en venait le 28 août 1914 à un fait de se rencontrer en bateaux britanniques.
Pendant le combat, la Frauenlob pouvait tirer incapable de lutte le léger croiseur britannique HMS Arethusa. Une poursuite d'Arethusa était détachée par 10 propres coups réussis et la perte du contact avec les SMS Stettin, et la retraite était disposée.

Les réparations pour le SMS Frauenlob durèrent jusqu'en novembre 1914. A partir d'octobre 1915, un autre temps de pose, plus long, a eu lieu sur le chantier naval, la plus grande partie de l'équipage ayant changé à ce moment-là pour le SMS Danzig. Après l'explosion d'une mine le 25 novembre 1915, SMS Danzig a été tellement endommagé qu'il a dû être remorqué dans le chantier naval et l'équipage a dû retourner au SMS Frauenlob.

Au début de 1916, le transfert à IV. Un groupe d'éducateurs, où le SMS Frauenlob a également participé à la bataille du Skagerrak le 31 mai 1916. Pendant le combat avec le 2e escadron de croiseurs légers des Britanniques, les femmes ont reçu un coup de torpille ainsi que plusieurs coups d'artillerie à l'arrière où les munitions en attente ont pris feu. Le navire a lentement viré de côté et a commencé à couler. L'équipage a continué à se battre jusqu'à ce que le navire coule à 23 h 35. Seuls 8 membres d'équipage ont survécu.

 

 

 

Séjour:

L'épave repose encore aujourd'hui au fond de la mer. En l'an 2000, des plongeurs danois ont réussi à localiser l'emplacement exact du navire. Après plusieurs plongées en 2001, la cloche du navire a été récupérée et remise à l'Allemagne. On peut le voir aujourd'hui au Mémorial naval de Laboe.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Frauenlob

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Petit Cruiser

Classe:  

Gazelle-Classe

Chantier naval:  

AG Weser, Brême

Coûts de construction:  

4.596.000 Mark

Lancement:  

22 mars 1902

Mise en service:  

12 mai 1903

Séjour:  

Coulé lors de la bataille du Skagerrak le 31 mai 1916

Longueur:  

105 mètres

Largeur:  

12,4 mètres

Tirant d'eau:  

Maximum 5,61 mètres

Déplacement:  

Maximum 3.158 tonnes

Équipage:  

257 hommes

Propulsion:  

9 Chaudières marines
2 x machines à mélange 3 cylindres

Rendement:  

8.623 PS (6.342 kW)

Vitesse maximale:  

21,5 noeuds (40 km/h)

Armant:  

10 × Fusil à tir rapide 10,5cm L/40 (1.500 coups)

2 × tube torpille ⌀ 45cm (sous l'eau, 5 coups)

 

 

Blindage:

 

Plateau de coupe: 20-50 mm
Sülle: 80 mm
Tour de commandement: 20-80 mm
Ecrans: 50 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!