Pétrolier côtier SMS Frithjof

Le SMS Frithjof faisait partie de la classe Siegfried, dont le concept était de défendre les côtes allemandes et le canal Kaiser-Wilhelm et était basé sur la conception tactique de Leo von Caprivis.

 

Lancement et conception:

A la fin des années 80 du XIXe siècle, la marine impériale se concentrait encore sur la protection des zones côtières allemandes. A cette fin, on construisit principalement des navires de guerre qui répondaient aux exigences correspondantes.
Cette expansion a été menée par le chef de la marine Leo von Caprivis, qui à ce moment-là a vu le rôle de la marine exclusivement dans la zone défensive et a donc donné la priorité aux torpilleurs et aux navires de protection côtière aux grands navires de guerre.

C'est dans ce contexte qu'a été conçu le design de la classe Siegfried. Les navires étaient uniquement destinés à protéger les côtes de la mer du Nord et de la mer Baltique en interaction avec les torpilleurs.

Le lancement a eu lieu le 21 juillet 1891, la mise en service le 23 février 1893.

Le nom Frithjof est dérivé de la saga scandinave de Frithjof, fils du grand paysan Torstein Vikingson et de son amour pour Ingibjorg, la belle fille de Beles, roi de Sogn, sur le Sognefjord en Norvège.

 

Dessin de la saga Frithiofs par Esaias Tegnér (1876)

Dessin de la saga Frithiofs par Esaias Tegnér (1876)

 

 

 

Histoire du SMS Frithjof:

Après sa mise en service, le navire a d'abord été affecté à la IIe Division de la flotte de manœuvre et y a effectué ses essais. Le 1er octobre 1893, il est affecté à la nouvelle division de réserve de la mer du Nord comme navire principal, où il participe à plusieurs manœuvres et exercices au cours des années suivantes.

Au début de 1902, tous les navires de la classe Siegfried ont été modernisés. Par conséquent, les navires ont été divisés pour ajouter une autre section où plus de charbon pourrait être stocké. En outre, une nouvelle chaufferie a été installée et l'armement a été remplacé. La reconstruction dura jusqu'au 29 septembre 1903, après quoi le navire fut affecté au IIe Escadron de la flotte de haute mer, où il effectua également plusieurs voyages à l'étranger.

Le Frithjof a été mis hors service le 15 septembre 1909 lorsqu'il a été remplacé par le paquebot de ligne SMS Kaiser Barbarossa comme navire principal de l'escadron de réserve.

 

Pétrolier côtier SMS Frithjof

Pétrolier côtier SMS Frithjof

 

Pétrolier côtier SMS Frithjof

Pétrolier côtier SMS Frithjof

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Au début de la Première Guerre mondiale, les navires de la classe Siegfried furent réactivés, affectés au VIe Escadron et transférés en mer du Nord pour des tâches de protection côtière. En septembre 1914, le Frithjof fut déplacé à l'embouchure de la rivière Ems.

Début janvier 1916, le navire fut d'abord transféré à Kiel, puis à Gdansk où il fut désarmé le 16 janvier.

 

Pétrolier côtier SMS Frithjof

Pétrolier côtier SMS Frithjof

 

Sceau du SMS Frithjof

Sceau du SMS Frithjof

 

 

 

Séjour:

Après sa mise hors service, le navire a été utilisé comme navire résidentiel jusqu'à la fin de la guerre. Comme elle était déjà dépassée au début de la guerre, les puissances victorieuses n'ont pas non plus insisté sur l'extradition. Le 17 juin 1919, il fut retiré de la liste des navires de guerre.

L'armateur hambourgeois Arnold Bernstein acheta plus tard le Frithjof avec les navires jumeaux Odin et Ägir et le fit transformer en cargo à moteur en 1923. Le Frithjof servit comme tel jusqu'en 1930, date à laquelle il fut mis au rebut à Gdansk.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Frithjof

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Pétrolier côtier

Classe:  

Siegfried-Classe

Chantier naval:  

AG Weser, Brême

Coûts de construction:  

5.375.000 Mark

Lancement:  

21 juillet 1891

Mise en service:  

23 février 1893

Séjour:  

1930 mis au rebut à Gdansk

Longueur:  

79 mètres

Largeur:  

14,9 mètres

Tirant d'eau:  

Maximum 5,74 mètres

Déplacement:  

Maximum 3.741 tonnes

Équipage:  

276 hommes

Propulsion:  

4 chaudières de locomotives à vapeur
2 machines à mélange vertical à 3 cylindres

Rendement:  

5.250 PS (3.861 kW)

Vitesse maximale:  

15,0 noeuds (28 km/h)

Armant:  

3 × pistolet annulaire 24,0cm L/35 (204 cartouches)

8 × Fusil à tir rapide 8,8cm L/30 (1.500 coups)

6 × mitrailleuse 3,7cm

4 × tube torpille ∅ 35cm (1 poupe, 2 côtés au-dessus de l'eau, 1 proue sous l'eau, 10 coups)

 

 

Blindage:

 

Ligne de flottaison: 100-240 mm
Plateau: 30 mm
Tours: 30 mm
Lits de bar: 200 mm
Tour de commandement: 30-80 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!