Phalanx grecs

On qualifie de Phalanx une formation de lutte fermée près, linéaire de l'infanterie armée jusqu'aux dents, habituellement, avec l'enseigne et lance est équipé et dans plusieurs rangée côte à côte sur l'ennemi marche.

Cette notion devient particulièrement sur les formations de bataille fréquemment mentionnées en grec - appliquaient la guerre persane. Donc, depuis le 18ème siècle, cette notion est aussi utilisée pour la formulation générale dans elle-même des rangées fermées et des formations.

 

 Phalanx grecs

Phalanx grecs

 

A présent, on accepte que l'origine de la formation soit appliquée au sens militaire déjà devant le Grec dans l'empire sumerischem. La stèle de vautour datée aux années 2440 ou 2430 avant Jésus-Christ du roi Enneatum de Lagasch montre sur plusieurs fragments les combattants fermés près à pied qui se passent de manière armée avec l'enseigne et lance.
Dans l'antiquité grecque introduisait Phalanx le passage du simple pour des batailles de formation. Elle devenait des Spartanern probablement au 7ème siècle avant Jésus-Christ. introduit et il se composait de Hopliten blindés qui étaient armés avec initialement long d'environ deux mètres, plus tard encore plus long (jusqu'à 7 mètres) la lance. Cette lance était souvent aussi munie encore d'une pointe de bronze à la fin inférieure du manche. Celui-ci servait à enfoncer la lance dans le sol en cas d'une attaque de cavalerie hostile. Ainsi elle opposait aux cavaliers de la résistance plus grande, comme si elle était tenue par un soldat, et un obstacle presque invincible créait ainsi. En outre, la pointe dernière pouvait être utilisée comme l'arme secondaire, au cas où la lance rompe, ou sont utilisés en cas de que la lance était encore toute, en plus, sur les opposants tombés einzustechen que l'on ignorait dans le Vorwärtsbewegung. Phalanx était une formation linéaire fermée qui se composait de plusieurs membres de Hopliten.

 

 Phalanx grecs

Phalanx grecs

 

Initialement était profond Phalanx probablement 8 membres dans et 4 membres ouverts dans l'ordre fermé. Plus tard l'installation avait habituellement une profondeur de 7 à 12 hommes. Un problème de l'installation linéaire avec l'armement phalanx plus typiquement et équipement était l'intention chaque Phalangiten apporter son côté droit non protégé dans la protection de l'enseigne de son voisin droit. Ainsi avait Phalanx de l'empreinte grecque une tendance claire de s'étendre à droite. La communauté des armées grecques dans ces habitudes dirigeait vers ce que pendant la bataille les deux Phalangen tournaient parallèlement contre le sens d'une aiguille d'une montre. L'aile droite plus vigoureuse de lutte à cause de sa distribution élitiste gagnait habituellement contre à lui aux étant en face, conformément à moins d'aile gauche forte de lutte de l'opposant. Théoriquement il était imaginable que chaque fois les deux ailes droites battaient l'aile en étant en face et devenaient libres ainsi pour le coup dans le dos ou le flanc profond de l'opposant. Pour cette raison, l'armée emportait aussi dans la bataille la victoire qui réussissait cela comme le premier gagner sur son aile droite. Dès que ce s'était passé, l'opposant enlevait en général volontairement le champ et ne le faisait pas venir au plus extérieur.

 

 Phalanx grecs

Phalanx grecs

 

Dans la connaissance claire de ces liens, le commandant en chef Pagonda thebanische changeait dans la bataille du Delion (en 424 avant Jésus-Christ) ses Phalanx tellement dès qu'il renforçait son aile droite sur une profondeur de troupes de 25 hommes. Ainsi cela devait être possible avancer à droite si vite et fracasser l'aile gauche de l'ennemi qu'aucune possibilité n'était laissée à celui-ci venir au temps comparablement court même à un succès sur l'autre aile. Cinquante ans Pagondas’ plus tard élargis le compatriote Epaminondas cette approche tactique à un ordre de bataille complètement nouveau qui arrivait comme l'ordre de bataille oblique dans l'histoire et est compté parmi les développements tactiques les plus importants. Dans la bataille à Leuktra, Epaminondas retournait le concept classique de Phalanx et mettait ses meilleurs combattants sur gauche au lieu de l'aile droite. En outre, il renforçait cette aile sur une profondeur de troupes de 50 hommes. Par conséquent les élites de deux armées se heurtaient dans la bataille de Leuktra pour la première fois directement l'un sur l'autre. La profondeur extrême de son aile gauche devait garantir une victoire sûre et rapide sur l'aile d'attaque hostile. En même temps il retenait son aile droite moins forte de lutte exceptionnellement et ne le faisait pas intervenir dans le combat d'où l'ordre de bataille recevait aussi son indication "obliquement" (les armées ne heurtaient pas parallèlement, mais dans l'angle pointu l'un sur l'autre).

Le prochain développement de Phalanx se passait sous le roi makedonischen Philipp II. Les succès militaires de Makedonen au 4ème siècle avant Jésus-Christ. on justifiait entre autres par son développement de la tactique de Phalanx. makedonischen Phalangiten portaient tout simplement les armements légers par quoi à elle-même la publication des bans d'armée makedonische agrandissait au plus fort. Une grande partie de l'infanterie makedonischen, les compagnons à pied, était équipé avec une lance longue de plus que cinq mètres, Sarissa. Pour que les opposants tombés ne puissent pas se redresser de nouveau, les rangées dernières de Pezhetairen piquaient en avançant avec également taillent, la fin inférieure de ses Sarissa sur eux l'un. Après la mort d'Alexandre en 323 avant Jésus-Christ éclataient Diadochen reçoit dans lesquels Sarissen avec une longueur de jusqu'à 7 mètres entraient en action.

Pour une proche lutte, Phalanx le porteur avec une courte épée étaient armés. Puisqu'ils étaient à peine formés cependant à la lutte d'épée et sa force se trouvait dans la lutte avec de longues armes, ils évitaient autant que possible une proche lutte. Particulièrement frappant cela se montrait à la bataille de Pydna, quand makedonische Phalanx pouvait garder seulement insuffisant sa cohésion dans le terrain inégal. Dans les lacunes naissant les soldats romains spécialisés sur une proche lutte se heurtaient et détruisaient makedonische Phalanx. La fuite de Phalanx était presque impossible.

 

 

Application de Phalanx dans l'armée romaine

Comme comme d'abord les Grecs livraient les Romains dans la bataille dans les nombreuses épreuves individuelles. Sous l'influence grecque, on ignorait dans l'armée romaine au cours de Servianischen la réforme d'armée lutter dans la ligne de bataille fermée. Phalanx (cf. Classis aussi) de l'infanterie romaine était échelonné d'abord après le blindage et armement des soldats, avec les combattants difficilement blindés dans les premières rangées et un peu blindé dans les dernières rangées. Plus tard on venait à échelonner les légionnaires après l'expérience, les plus experts (Triarier) comme l'appui de retour en arrière (la tactique de rencontre).

 

Phalanx romains

Phalanx romains

 

A côté de cette modification plus insignifiante, un manque principal de Phalanx était éliminé par les Romains. Près de l'an 400 avant Jésus-Christ, ils introduisaient Manipular-Phalanx (Manipel la tactique) qui n'était plus si rigide et immobile comme leur modèle grec. Certes, les Grecs avaient aussi déjà laissé entre ses services d'armée (Lochoi) les petits intervalles qui pouvaient vite être fermés en cas des irruptions hostiles menaçant, cependant les Romains utilisaient aussi tactique l'unité tout simplement administrative jusqu'à présent de Manipels maintenant. Manipel se trouvaient à peu près en échiquier, mais, tellement que les lacunes étaient trop étroites dans le front des Manipel les plus avant pour là-derrière trouvant, mais plus en détail qu'en Grèce. Ainsi devenait d'une part le droit passent de manière diminuée Total phalanx. D'autre part recevaient le front manipel la liberté de mouvement, puisqu'ils ne devaient plus craindre aucun coup dans le flanc. Dès qu'une lacune suffisamment grande était née, une conséquence manipel entrait immédiatement dans celui-ci et fermait de nouveau avec cela le front. Les Romains avaient libéré Phalanx ainsi de sa rigidité et – comme Delbrück l'exprimait – avaient muni des articulations.

200 ans plus tard, le concept était raffiné plus loin par l'introduction de la tactique de rencontre. A côté de l'immobilité, les autres problèmes principaux de Phalanx grecs étaient sa fragilité contre des attaques du flanc et son incapacité étendue à la poursuite de l'opposant battu. Les deux problèmes étaient résolus par la tactique de rencontre. De manière simplifiée présenté, plusieurs Manipular-Phalangen se trouvaient successivement, qui pouvaient se soutenir d'une part par des fermetures des lacunes, mais étaient aussi disponibles pour la lutte dans les flancs ou comme la réserve, par exemple, à la poursuite.

La fin de son développement atteignait plus tard Phalanx de la tactique de cohortes autres 100 ans. Dans la cohorte comme le corps tactique, les Romains sous le maintien des pas de développement précédés avaient une association indépendante qui pouvait former avec les autres cohortes Phalanx, et aussi en était capable seulement et pouvait être mise. En outre, un corps militaire suffisamment grand était à la disposition avec la cohorte pour une diversité des tâches militaires. Phalanx était devenu avec cela un organisme complexe qui pouvait être élargi au besoin ou être dissous sans perdre sa valeur tactique.

 

 

Formations parentes suivantes

Du temps de randonnée de peuples jusqu'à un tardif Moyen-Age diminuait l'infanterie, dans l'esprit du peuple de pied rangé, des champs de bataille. Seulement les Suisses saisissaient de nouveau l'idée de Phalanx après le modèle makedonischen. Donc, il y a certaines différences graves entre Phalanx à lui-même ou aussi spécialement makedonischer à Phalanx et à tas de pouvoir suisse. Le tas de pouvoir se composait d'un mélange des porteurs d'armes différents. Certes, les combattants marchant dehors avaient une longue pique qui rappelle à Sarisse, entre-temps se trouvaient cependant des combattants avec de courtes armes. Plus tard des porteurs d'armes lointains (le pauvre de poitrine tireur, Arkebusiere, Musketiere) marchaient directement à l'association du tas de pouvoir. Il n'y avait pas eu ce mélange de Bewaffnungen dans Phalangen classique, des archers et semblable n'étaient jamais l'élément de Phalanx. Une autre différence tenait au fait que les tas de pouvoir n'étaient pas rendus à volonté larges, mais avaient un rapport équilibré de la largeur à la profondeur, ou possédaient plus de profondeur que la largeur. Pour cela plusieurs tas de pouvoir (le plus souvent trois) étaient présentés successivement de manière échelonnée qui se soutenaient mutuellement et accordaient la protection de flancs, si cette tâche ne pouvait pas être perçue par les cavaliers. La-dessus il est juste que ces formations ne sont pas qualifiées de Phalanx.

 

Aussi la tactique linéaire suivante encore plus tard et tactique de colonnes représentent les concepts fondamentalement autres que Phalanx, même si les colonnes rappellent par endroits à la tactique de cohortes romaine.

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!