Avion navire-mère HMS Engadine

Le HMS Engadine était à l'origine un paquebot postal pour la Manche, qui a été converti en navire-mère par la Royal Navy peu après le début de la Première Guerre mondiale. 

 

Lancement et conception:

Pour obtenir un bateau postal rapide entre Folkestone et Boulogne, la société South East and Chatham Railway a fait construire l'Engadine moderne au chantier naval William Denny and Brothers à Dumbarton, en Ecosse.

Le bateau à vapeur de 98,5 mètres de long pouvait accueillir un volume total de 1676 tonneaux de jauge brute et a atteint une vitesse maximale de 21,5 nœuds avec ses trois turbines à vapeur.

La mise à l'eau de l'Engadine a eu lieu le 23 septembre 1911, avec une mise en service fin 1911.

 

 

 

Conversion à un navire-mère d'aéronef:

Peu après le début de la Première Guerre mondiale, le navire a été confisqué le 11 août 1914 et mis au service de la Royal Navy, à ce moment-là le navire a également reçu l'ajout HMS.

Au chantier naval Chatham Dockyard, la reconstruction de fortune a commencé immédiatement. Trois hangars en toile ont été montés. Comme le montage d'un pont d'envol aurait nécessité le démontage des superstructures et des modifications importantes à la construction du navire et donc beaucoup de temps, l'Engadine a servi de support pour les hydravions. A cet effet, de nouveaux derricks ont été installés pour prendre les trois avions ou pour les laisser s'arroser.

Les transformations sont achevées le 1er septembre 1914 et le navire est opérationnel.

 

 

Avion navire-mère HMS Engadine

Avion navire-mère HMS Engadine

 

Avion navire-mère HMS Engadine

Avion navire-mère HMS Engadine

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Le HMS Engadine a été affecté à la Force de Harwich avec les hydravions HMS Empress et HMS Riviera.

Le premier déploiement a eu lieu le 25 décembre 1914 lorsque les hangars Zeppelin de Cuxhaven ont été attaqués. Au total, sept avions ont décollé et n'ont causé que des dommages mineurs aux plantes. Sur le chemin du retour, quatre avions ont dû être largués et leur équipage secouru par des sous-marins britanniques et un chalutier néerlandais.

En février 1915, le navire fut vendu à l'Amirauté britannique, qui le fit convertir avant le 23 mars 1915. Les hangars ont été enlevés de la toile et un hangar plus grand et plus stable pour quatre avions a été construit. En outre, quatre canons navals de 12 livres QF 12 et deux canons antiaériens de 3 livres QF ont été montés pour la défense.

Après la nouvelle reconstruction, le navire fut de nouveau affecté aux forces de Harwich.

Le 3 juillet 1915, trois avions devaient voler en reconnaissance sur l'Ems pour appâter et attaquer un des dirigeables allemands. Cependant, deux des avions ont été détruits au décollage et le troisième a été gravement endommagé, de sorte que le vol et l'attaque ont dû être arrêtés.

En octobre 1915, le transfert au 1er escadron de croiseurs de combat eut lieu sous le commandement du vice-amiral David Beattys. Avec cette association, le navire participa également à la bataille du Skagerrak du 31 mai au 1er juin 1916. Le HMS Engadine forme l'avant-garde et est l'un des premiers navires à voir l'avant-garde allemande. Par la suite, le navire a été immobilisé et deux avions courts de type 184 ont été mis en route pour effectuer des vols de reconnaissance dans cette zone. L'un des avions pouvait détecter trois croiseurs de combat allemands et cinq destroyers et le signaler à l'Engadine. Comme le navire forme l'arrière-garde pendant la bataille et navigue derrière les autres navires de guerre britanniques, le croiseur blindé HMS Warrior peut être remorqué avec le transporteur. Pendant le voyage de retour, les infiltrations d'eau sur le Warrior devinrent si fortes que le navire dut être abandonné. L'Engadine a pris le contrôle de tout l'équipage.

Jusqu'au début de 1918, le navire est resté dans la Grande Flotte, mais aucune autre opération n'a été effectuée. L'Engadine fut ensuite déplacée en Méditerranée et opéra depuis Malte contre les sous-marins ennemis jusqu'à la fin de la guerre.

 

 

 

Déploiement après-guerre:

Après la Première Guerre mondiale, HMS Engadine a été rachetée par son propriétaire initial, South Eastern and Chatham Railway.

La compagnie a remis le navire dans l'état d'un bateau à vapeur postal, l'a fait réviser et réparer et l'a utilisé de nouveau pour des voyages de transport dans la Manche.

En 1933, le navire fut vendu à la société Fernandez Hermanos, Inc. aux Philippines, qui le mit en service sous le nom de Corregidor.

 

 

 

Séjour:

Après que le Japon eut commencé l'invasion des Philippines le 8 décembre 1941, des réfugiés, des soldats et quelques députés furent amenés au Corregidor le 16 décembre tard dans la soirée, alors situé dans le port de Manille, au nord du pays.

Lors du passage de l'entrée de la baie de Manille, qui est minée depuis juillet, le navire a navigué sur l'une des mines marines. L'explosion a tellement endommagé le navire qu'il a coulé en très peu de temps.

Trois vedettes rapides PT de l'US Navy qui s'approchaient n'ont pu sauver qu'entre 282 et 296 des 1.200 à 1.500 personnes à bord.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

HMS Engadine

Pays:  

Grande-Bretagne

Type de navire:  

Bateau postal

Du 1er septembre 1914 à 1920:
Navire-mère d'aéronef

Classe:  

Seul navire

Chantier naval:  

William Denny et Brothers à Dumbarton (Ecosse)

Frais de construction:  

inconnu

Lancement:  

23 septembre 1911

Mise en service:  

Fin 1911

Séjour:  

Coulé par une mine le 17 décembre 1941

Longueur:  

98,5 mètres

Largeur:  

12,5 mètres

Enrôler:  

Maximum 4,2 mètres

Déplacement:  

Maximum 2.590 tonnes

Garnison:  

197 hommes

Entraînement:  

6 Chaudière à tubes d'eau

3 turbines à vapeur

Pouvoir:  

13.800 PS (10.150 kW)

Vitesse de pointe:  

21,5 nœuds (40 kilomètres à l'heure)

 

Armant:

 

4 x QF 12 livres 12 cwt Pistolet marin

2 x Canons antiaériens Vickers de 3 livres QF

3 - 4 Hydravions

Blindage:  

aucun

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!