Canon de 75 modèle 1897

Le canon de campagne Canon de 75 modèle 1897 est considéré comme le premier canon d'artillerie moderne, introduit en France à la fin du XIXe siècle et utilisé jusqu'à la seconde guerre mondiale.

En 1891, la compagnie de l'Arsenal de Bourges, dirigée par le capitaine Sainte-Claire Deville, met au point un nouveau canon de 57 mm, qui utilise déjà la plupart des technologies les plus avancées de l'artillerie de l'époque:

  • La poudre sans fumée de Vieille introduite en 1884
  • Munition autonome en laiton
  • Un court mécanisme de recul hydropneumatique conçu par le Major Louis Baquet
  • Un nouveau type de bouchon à vis développé par Thorsten Nordenfelt

Cette arme, conçue comme un canon expérimental, devrait servir de base à d'autres développements. En particulier, le mécanisme de recul devrait être amélioré. Dès 1890, l'ingénieur allemand Konrad Haussner avait développé et breveté un système de recul à l'huile et à l'air comprimé. Le directeur de l'école d'artillerie française, le général Mathieu, savait aussi, grâce aux services secrets, que l'entreprise d'artillerie allemande Krupp pourrait vouloir reprendre ce système.

Cependant, Konrad Haussner voulut plus tard vendre son brevet de manière rentable, de sorte qu'en février 1892, les ingénieurs d'artillerie français eurent également l'occasion d'examiner de plus près ce système. La France n'ayant pas les moyens financiers suffisants pour un tel achat à l'époque, le général Mathieu demande au directeur de l'Atelier de Construction de Puteaux de l'époque si une réplique française est possible sans porter atteinte aux droits du brevet. Après un examen et la confirmation qu'une telle réplique était possible, l'ordre officiel fut donné par les militaires le 13 juillet 1892.

Sous la direction du général Deloye, des travaux sont menés pendant 5 ans sur un canon d'artillerie de série prêt à l'emploi d'un calibre de 75 mm sous le plus grand secret. En mars 1898, les premiers prototypes d'essais sont présentés. Des tests approfondis ont été effectués en été. Dans l'ensemble, le pistolet s'est avéré très prometteur, mais comme la plupart des autres pistolets de l'époque, il avait aussi des fuites de liquide hydraulique. Les canons ont donc été retournés à la compagnie pour révision.

Deux jeunes ingénieurs militaires de l'Ecole Polytechnique ont finalement réussi à résoudre les problèmes de fuite de fluide jusqu'en 1896 en améliorant les bagues en alliage d'argent du piston en mouvement libre et en séparant ainsi l'air comprimé et le fluide hydraulique à l'intérieur du vérin principal hydropneumatique, qui ne pouvait alors plus fuir.

Après plusieurs essais, même en terrain et dans des conditions difficiles, le canon fut officiellement présenté à l'armée française le 28 mars 1898.

Jusqu'à l'introduction du pistolet et son lancement officiel, le développement et la production étaient gardés secrets. Le mécanisme de recul hydropneumatique maintenait le canon et les roues dans la même position après le tir. Cela signifie qu'il n'était pas nécessaire de repositionner le pistolet après chaque tir. Avec une portée d'environ 8.500 mètres et une cadence de tir de 15 coups par minute, avec un équipage expérimenté sur une courte période même 30 coups par minute étaient possibles, ce canon était considéré comme le plus moderne de son époque.

 

 

Canon de 75 modèle 1897

 

Canon de 75 modèle 1897

 

Canon de 75 modèle 1897 et son équipe d'exploitation

 

 

Au début de la Première Guerre mondiale, l'armée française disposait de près de 4.000 de ces canons. Ceux-ci ont été combinés pour former une batterie de canons de campagne de 4 canons et 170 soldats chacun, plus 4 officiers. Pour le transport d'un canon, 6 chevaux étaient nécessaires.

Jusqu'à la fin de la guerre, 17.500 canons supplémentaires ont été produits. Afin de pouvoir produire ces quantités, des entreprises privées ont été incluses dans la production au début de 1915, en plus des entreprises publiques. Cependant, cela a conduit à un mauvais traitement du matériel et de nombreuses armes à feu sont devenues inutilisables au milieu de l'année 1915. Ce n'est que lorsque le ministère français de la Défense a appliqué des normes uniformes que la qualité a pu être sensiblement améliorée à nouveau.

En plus de l'armée française, l'armée britannique et plus tard l'armée américaine ont également reçu les versions d'exportation des canons.

Surtout lors de la bataille de la Marne d'août à septembre 1914 et autour de Verdun en 1916, ces canons pouvaient se distinguer. Rien qu'à Verdun, 1.000 canons ont été utilisés 24 heures sur 24 contre les troupes allemandes.

Avec le début de la guerre de position, cependant, la faiblesse du canon est devenue évidente. Ceci était destiné dès le début à l'emploi contre l'avancement des soldats. Ils devaient être tués ou blessés par des éclats d'obus ou des obus à mélinite. Les canons ne visaient presque rien contre les installations fortifiées ou les bunkers en béton.

Au début de 1917, les canons furent progressivement remplacés par des canons lourds de 155 mm. Une partie du Canon de 75 modèle 1897 est restée au front et a servi à tirer du gaz moutarde et du phosgène pour la guerre chimique.

 

 

Soldats américains avec canon de 75 modèle 1897

 

Un Canon de 75 modèle 1897 est prêt pour le transport

 

Soldats français sur un Canon de 75 modèle 1897

 

 

Certains de ces canons servaient également d'armement pour les nouveaux chars Saint-Chamond.

 

 

Saint-Chamond char

 

 

Après la Première Guerre mondiale, de nombreux canons français furent livrés à la nouvelle armée polonaise pour l'aider dans sa lutte contre l'Union soviétique. Sous la désignation 75 mm Armata wz.1897 en 1939 avec l'invasion de la Wehrmacht allemande, il y avait encore environ 1.374 canons en service dans l'armée polonaise. Ceux-ci ont été partiellement détruits pendant la guerre, mais beaucoup ont été capturés par l'Allemagne.

Les canons restant dans l'armée française ont été modernisés après la Première Guerre mondiale et convertis en canons antichars. Comme Canon de 75 Mle 1897/33 les canons ont été équipés de pneus en caoutchouc afin de pouvoir appliquer une vitesse élevée correspondante pour les nouveaux camions. Tout comme les canons polonais, la Wehrmacht allemande a réussi à capturer de nombreux canons français après la victoire. Au total, plus de 3.500 canons ont été capturés, qui ont été montés sur les voitures Pak 38 allemandes et utilisés principalement en Russie. Lorsque ces canons pouvaient être échangés contre les plus puissants Pak 40 de 7,5 cm, les plus anciens étaient principalement installés dans le mur de l'Atlantique.

Le corps expéditionnaire britannique a également perdu la plupart des canons qu'il avait achetés à la France pendant la Première Guerre mondiale lorsque la Wehrmacht allemande a envahi la France et poussé les Britanniques à fuir à travers la Manche près de Dunkerque. Après la perte, la Grande-Bretagne a acheté 895 canons aux États-Unis, qui avaient également acheté de nombreux canons à la France pendant la Première Guerre mondiale et les avaient partiellement fabriqués eux-mêmes sous licence. En plus des canons, de nombreux véhicules M3 à demi-chaînes ont été importés, qui servaient principalement de véhicules de remorquage pour les canons.

Aux Etats-Unis, les canons furent remplacés en 1941, encore avant le début de la guerre, par l'obusier plus moderne M2A1 de 105 mm M101 comme canon antichar standard. Les canons maintenant libérés ont été montés sur des demi-pistes M3 et utilisés principalement dans la guerre du Pacifique contre les troupes japonaises.

 

 

Les soldats polonais du 1er Régiment d'artillerie de campagne sont entraînés en Grande-Bretagne avec un canon français de 75 mm

 

Soldats américains lors de la manœuvre du Tenessee en 1941 avec un Halftrack M2 et un canon de 75 mm

 

Soldats américains lors de la manœuvre du Tenessee en 1941 avec un Halftrack M2 et un canon de 75 mm

 

 

 

Feuille de caractéristiques:

Désignation: Canon de 75 modèle 1897
Pays de fabrication: France
Année de lancement: 1898
Quantité: plus de 21.000 pièces
Calibres: 75 mm
Longueur de tube: 2,69 mètres
Assortiment: Maximum 8.500 mètres
Pondération: 1,54 tonnes

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Un milliard d'obus, des millions d'hommes : L'artillerie en 14/18

Un milliard d'obus, des millions d'hommes : L'artillerie en 14/18 Relié – 26 mai 2016

Un milliard d'obus à balles, explosifs ou toxiques aux calibres exponentiels et aux effets létaux sans cesse améliorés. Des milliards de tonnes de cuivre, d'acier, de poudre et d'explosifs utilisés pendant quatre ans. Des dizaines de milliers de canons aux portées de tir qui ne cessent d'augmenter pour une déferlante d'acier jusqu'à la démesure. Des millions d'hommes qui soutiennent une mobilisation industrielle sans précédent, qui conçoivent, fabriquent, ache- minent, tirent ou sont les victimes des matériels de l'artillerie. Des millions de témoins et de disparus emportés dans le chaos d'une guerre totale, qu'ils soient civils, combattants, hommes blessés ou déchiquetés, ingénieurs ou scientifiques... Un milliard d'obus, des millions d'hommes présente l'histoire de l'artillerie française pendant la Grande Guerre au sens le plus large : celle des évolutions technologiques, stratégiques ou tactiques, mais aussi celle des hommes, des femmes et de la société au cours de ces années qui ont marqué l'Histoire.

Cliquez ici!

 

 

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918

L'artillerie allemande : Organisation, armement et équipement/ 1914-1918 Relié – 15 juin 2017

Cet ouvrage exceptionnel est issu de la même collection 1914-1918 que Sturmtruppen - les troupes d assaut de l armée allemande, précédemment publié par Heimdal. Il présente l organisation et les stratégies de l artillerie allemande avec absolument tous les canons, les obusiers et les mortiers utilisés durant la Première Guerre mondiale. Il y a aussi de larges chapitres consacrés aux uniformes et à ceux utilisés pour la guerre chimique, une nouvelle arme qui apparaît en 1915, introduisant la terreur parmi les combattants. Cet ouvrage contient plus de 180 photos d uniformes et d équipement avec 20 illustrations et de nombreux schémas. Une oeuvre d exception.

Cliquez ici!

 

 

Canons de légende, Picardie 1918

Canons de légende, Picardie 1918 Broché – 18 juillet 2018

Dans les premières semaines de la guerre la presse parla abondamment de l'utilisation par les Allemands d'une pièce d'artillerie fantastique - un obusier d'un calibre de 42 cm - capable de détruire n'importe quelle fortification. Cet énorme obusier, les ouvriers de l'usine d'Essen qui l'avaient fabriqué, le baptisèrent Bertha en hommage à leur patronne Bertha Krupp. Mais bientôt Bertha se tut car elle était inadaptée à la nouvelle forme de guerre, la guerre de tranchées. Cependant son nom s'était, en quelque sorte, gravé durablement dans les mémoires françaises. Et, lorsque à la fin de 1915, de gros obus vinrent meurtrir Compiègne et Villers-Cotterêts, les populations de ces villes, attribuèrent ces tirs à Bertha. Or, ce n'était pas Bertha qui tirait, c'était Max, le long Max (Lange Max). Bien abrité loin derrière la ligne de front et pouvant propulser son obus à 20 km au-delà de celle-ci, Max n'était en rien comparable à l'obusier dont la portée était inférieure à dix kilomètres. D'autres Max furent installés par la suite dont celui de Chuignes en 1918 . Et puis il y eut aussi, bien sûr, le canon qui tirait sur Paris (Pariser kanone); et, pour les Parisiens, un canon capable de tirer à une telle distance ne pouvait être qu'une Bertha, même une Grosse Bertha ! que les caricaturistes représentèrent sous l'aspect d'une femme nécessairement grosse et moche puisqu'elle était boche. La plupart des Français ignorèrent toujours que ces canons puissants étaient des canons de marine adaptés à une utilisation terrestre. Comment imaginer des canons de marine à cent kilomètres ou plus des côtes, au milieu de terres à blé et à betterave ? On continua de les appeler Bertha et un siècle plus tard le nom demeure toujours vivace. Même les Australiens se mirent à nommer ainsi les gros canons qu'ils avaient capturés, distinguant cependant Big Bertha et Little Bertha. La lecture de cet ouvrage ne fera certainement pas disparaître le nom impropre de Bertha, trop bien ancré dans la mémoire collective, au profit de Lange Max ou de Pariser kanone mais - c'est le souhait de l'auteur - apportera un peu de lumière sur l'histoire de ces canons extraordinaires et fabuleux qui furent véritablement des canons de légende.

Cliquez ici!

 

 

Le canon de 75 mocèle 1897

Le canon de 75 mocèle 1897 Broché – 11 mai 2017

Un petit livret de 32 pages, abondamment illustré, qui permet de tout connaître sur le canon de 75 lors de la Première Guerre mondiale, par un grand spécialiste de l'artillerie française.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!