Cuirassé SMS König

Le cuirassé SMS König appartenait à la classe de navires du même nom, qui faisait partie des navires les plus modernes de la marine impériale et n'a été mis en service que peu avant la Première Guerre mondiale. Cependant, comme la plupart des navires modernes, le Roi partageait le sort de l'auto-navigation dans Scapa Flow.

 

Lancement et conception:

Les navires de la classe König ont émergé des expériences de la classe empereur. Le changement le plus important a été la disposition des canons lourds, qui ont d'abord été placés dans l'axe du navire. Dès avril 1910, le Département général de la marine a présenté un tel concept pour abandonner la construction des tours à ailes habituelles. Bien que l'amiral Tirpitz, secrétaire d'État au bureau naval du Reich, ait d'abord rejeté ce projet, il l'a ensuite approuvé. Toutefois, on n'a pas changé le calibre des canons lourds, qui est passé de 30,5 cm à 38 cm, car cela aurait entraîné des coûts beaucoup plus élevés.

La redistribution des canons lourds réduisit encore plus la zone qui devait être blindée. Les développeurs utilisent ce gain de poids pour augmenter l'épaisseur de l'armure.

Le SMS König a été lancé le 1er mars 1913 et mis en service le 9 août 1914.

 

SMS König pendant la phase de construction

SMS König pendant la phase de construction

 

SMS König peu avant le lancement

SMS König peu avant le lancement

 

Cuirassé SMS König

Cuirassé SMS König

 

Vue latérale et vue de dessus de la classe König

Vue latérale et vue de dessus de la classe König

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Lorsque le navire a été mis en service, l'Europe était déjà en guerre. Le 12 août, le navire est affecté au IIIe escadron et le roi renonce aux essais habituels.

Jusqu'au début de 1916, plusieurs avancées ont eu lieu en mer du Nord, mais sans contact avec l'ennemi. Ce n'est qu'au cours de la bataille du Skagerrak, du 31 mai 1916 au 1er juin 1916, alors que le SMS König servait de vaisseau amiral sous le contre-amiral Paul Behncke, que les premières batailles de feu avec des navires britanniques ont eu lieu. Au cours de la bataille, le Roi a subi environ 16 tirs d'artillerie lourde et moyenne, tuant 45 membres d'équipage. En raison de l'excellente construction du navire, les impacts n'ont eu aucun effet sur la stabilité ou la puissance de feu. Après la bataille, SMS König a pu retourner seul à Kiel, où les réparations ont immédiatement commencé dans le Chantier naval impérial. Ceux-ci furent achevés le 26 juillet 1916 et le navire fut de nouveau opérationnel.

Jusqu'en octobre 1917, le SMS König participait encore à des avances vers les côtes britanniques, qui se déroulèrent toutefois sans contact avec l'ennemi. Le 11 octobre, l'opération Albion a été lancée en mer Baltique dans le but de conquérir les îles baltes. Le roi a participé à cette compagnie en bombardant la batterie terrestre du cap Kinast à Ösel.

Le 17 octobre 1917, le navire rencontre le paquebot russe Slawa, tellement endommagé par le feu qu'il ne peut plus naviguer dans les eaux peu profondes de Moon Sound et doit être détruit par son propre équipage. Sur le chemin du retour, le roi lui-même a touché terre le 26 octobre et a dû être réparé à Kiel pour le 17 novembre.

Lorsqu'en octobre 1918, la fin de la guerre est prévue, l'Office naval donne l'ordre, le 24 octobre, à la flotte de haute mer de livrer une bataille décisive contre les navires britanniques. En tant que vaisseau amiral de l'escadron III, le SMS König était également prévu pour cette bataille. Lorsque l'ordre est devenu connu sous le nom de l'équipage, aussi sur le SMS König parmi l'équipage est devenu perceptible. Avec l'annulation de l'ordre, le IIIe escadron fut renvoyé à Kiel.

Avec le soulèvement des marins le 4 novembre à Kiel, les navires de l'escadron ont été déplacés dans la baie de Lübeck. Le SMS König est toutefois resté au chantier naval de Kiel, où les marins ont pris d'assaut le navire le 5 novembre pour démolir le Reichskriegsflagge. Le capitaine en mer Carl Wilhelm Weniger a été blessé 3 fois alors qu'il défendait le drapeau, le premier officier Korvetten Bruno Heinemann et le lieutenant en mer Wolfgang Zenker ont péri.

 

Cuirassé SMS König

Cuirassé SMS König

 

Cuirassé SMS König

Cuirassé SMS König

 

Cuirassé SMS König

Cuirassé SMS König

 

Dommages après la bataille du Skagerrak

Dommages après la bataille du Skagerrak

 

 

 

Séjour:

Selon les termes de l'armistice, le SMS König était l'un des navires livrés aux puissances victorieuses et internés à Scapa Flow. Comme au moment de la livraison, le roi n'était pas encore prêt à naviguer, le roi et le petit croiseur Dresde n'ont commencé la traversée que plus tard et ont atteint Scapa Flow le 6 décembre 1918.

Lorsqu'il était prévisible à la fin des négociations de Versailles que les navires ne seraient plus rendus à l'Allemagne, le Contre-amiral Ludwig von Reuter donna l'ordre de couler lui-même aux membres de l'équipage restant à bord des navires le 21 juin 1919.

L'épave du SMS König n'a été vendue à une société écossaise de sauvetage qu'en 1962, qui a alors commencé à la récupérer. Cependant, la compagnie n'a réussi qu'à faire sauter et soulever des parties de la poupe, le reste du navire est toujours à une profondeur d'environ 39 mètres et est une destination populaire parmi les plongeurs récréatifs.

 

Navire du milieu du SMS König

Navire du milieu du SMS König

 

Navire du milieu du SMS König

Navire du milieu du SMS König

 

Fusils frontaux du SMS König

Fusils frontaux du SMS König

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS König

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Cuirassé

Classe:  

König-Classe

Chantier naval:  

Chantier naval impérial, Wilhelmshaven

Frais de construction:  

45.000.000 Mark

Lancement:  

1er mars 1913

Mise en service:  

Le 9 août 1914

 

Séjour:

 

Le 21 juin 1919, autondé à Scapa Flow, en partie démoli en 1962

Longueur:  

175,4 mètres

Largeur:  

29,5 mètres

Enrôler:  

Maximum 9,19 mètres

Déplacement:  

Maximum 28.600 tonnes

Garnison:  

1.136 hommes

 

Entraînement:

 

15 Chaudière marine
3 jeux Turbines Parsons

Pouvoir:  

43.300 PS (31.847 kW)

Vitesse de pointe:  

21,0 noeuds (39 km/h)

Armant:  

10 × 30,5cm Pistolet à tir rapide L/50

14 × 15cm Pistolet à tir rapide L/45

6 × 8,8cm Pistolet à tir rapide L/45

Canons antiaériens 4 × 8,8cm L/45

5 × tube torpille ø 50cm

 

 

Blindage:

 

Ceinture: 120-350 mm
Citadelle: 120-180 mm
Pont de citerne: 60-100 mm
Niveau supérieur: 30 mm
Cloisons de blindage: 170-200 mm
Cloisons torpilles: 40 mm
Lits de bar: 300 mm
Tour: 110-300 mm
Casemates: 170 mm
Tour de commandement avant: 150-300
mm
Mât de commande arrière: 200 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!