Grand croiseur SMS Hansa

Le grand croiseur SMS Hansa appartenait à la classe Victoria-Louise et fut l'un des derniers croiseurs de pont blindés construits pour la marine impériale avant que ce type de navire ne soit remplacé par des classes plus modernes.

 

Lancement et conception:

La classe Victoria Louis était un type de croiseur II. Il n'a pas été directement conçu pour une confrontation avec d'autres grandes forces navales. Les principales tâches de cette classe étaient principalement les services outre-mer et la formation des marins.

Le développement de la classe des navires a commencé dès le début des années 90 du XXe siècle. Pendant ce temps, il y a eu un différend controversé entre le Haut Commandement de la Marine et le Bureau naval du Reich au sujet de la nouvelle direction de la Marine impériale. Il avait été convenu à l'avance de s'éloigner de la défense côtière et de constituer une flotte impériale de haute mer. Toutefois, les bureaux n'ont pas pu s'entendre sur le type de navire qui pourrait prendre en charge les tâches correspondantes. Sous le contre-amiral Wilhelm Büchsel, qui dirigea temporairement le Reichsmarineamt du 31 mars au 15 juin 1897, le projet d'expansion d'une grande flotte de navires de croisière fut élaboré. Au total, 30 navires de la classe Victoria Louis, dont le premier avait déjà été mis à l'eau, devaient en faire partie. Après l'entrée en fonction d'Alfred Tirpitz en juin 1897, il fit immédiatement annuler ce plan, mais ne put plus empêcher la mise en service des navires de la classe Victoria Louis presque terminés.

Le développement a été basé sur les connaissances acquises par les concepteurs du navire unique SMS Kaiserin Augusta. Les changements minimes ne concernaient que la longueur et l'armement.

Le système d'entraînement de Hansa se composait initialement de 18 chaudières transversales Belleville. Ce n'est qu'après la modernisation fondamentale que les chaudières navales uniformes ont également été installées sur ce navire.

L'artillerie lourde se composait de deux canons de 21 cm à chargement rapide, auxquels s'ajoutaient huit canons de 15 cm à chargement rapide.

Le SMS Hansa a été lancé le 12 mars 1898 et mis en service le 20 avril 1899.

 

Grand croiseur SMS Hansa

Grand croiseur SMS Hansa

 

Grand croiseur SMS Hansa

Grand croiseur SMS Hansa

 

SMS Hansa dans le dock

SMS Hansa dans le dock

 

 

 

Historique de SMS Hansa:

Après la mise en service du navire le 20 avril 1899, les essais habituels du navire ont eu lieu. Au cours d'un de ces voyages, le 6 juin, le navire a touché terre à l'est du Danemark et a dû être remorqué par les navires blindés côtiers Ägir et Odin. Le Hansa a ensuite été affecté à l'escadron d'Asie de l'Est pour remplacer les navires complètement désuets qui s'y trouvaient.

Le voyage en Asie commença le 16 août 1899, où des cadeaux de l'empereur Guillaume II furent apportés à Jérusalem et à Haïfa au début du mois de septembre et des travaux d'arpentage furent effectués sur les îles Maldives. Sur le chemin, l'insuffisance de la machinerie s'est rapidement fait sentir, ce qui a échoué en partie. En raison de l'épuisement rapide de l'équipe de chaudronniers, la Hansa a dû partir le 29 septembre à Colombo (capitale du Sri Lanka) pour y rester quelques jours.

Le 7 octobre, le navire a pu repartir pour Singapour, où il est arrivé 6 jours plus tard et où il a également été ancré pendant un certain temps. Après le départ pour la poursuite du voyage, l'une des chaudières du navire a explosé, échaudé deux hommes et forcé le navire à retourner à Singapour pour prendre les mesures de réparation nécessaires.

Xiamen a dû commencer le 26 octobre pour la suite du voyage en raison des problèmes persistants de chaudières. Le 2 novembre, les deux navires allemands SMS Hertha et SMS Deutschland sont également arrivés au port. La poursuite du voyage allemand commença le 11 novembre en direction de Shanghai. Sur le chemin, cependant, la Hansa a dû démarrer à Hong Kong pour faire réviser la machine. Ce n'est que le 28 décembre 1899 que le navire est de nouveau prêt à être mis en service.

Le 15 mars 1900, la Hansa atteignit la colonie allemande de Tsingtau d'où le navire fit quelques voyages de visite dans les environs.

 

Au début de 1900, le mécontentement des Chinois de la région à l'égard des Européens et des Japonais continua à se répandre et se termina finalement par la Rébellion Boxer. Lors de l'épidémie, la Hansa s'est déplacée à Tanggu, où se trouvaient déjà d'autres navires de guerre de Grande-Bretagne, des États-Unis, de Russie, d'Australie, d'Inde britannique, de France, d'Italie et du Japon. Le vice-amiral britannique Edward Hobart Seymour ordonna le débarquement immédiat des soldats pour protéger le quartier de la légation à Pékin des émeutes. Il a également demandé l'appui des Allemands. En raison de la forte résistance inattendue des insurgés, les soldats débarqués ont dû battre en retraite, le vice-amiral Seymour ayant apporté le fameux proverbe :
"Les Allemands au front !" et signifiait la prise de la ligne de front par le corps de débarquement allemand. Lorsqu'on a su que les forts adjacents de Taku-Forts devaient être renforcés, on a décidé d'amener les soldats restants à terre et de prendre d'assaut les forts. Après avoir reçu l'ultimatum de se rendre, l'équipage chinois des forts a commencé à ouvrir le feu sur les canonnières voisines, après quoi il a riposté. Peu à peu, les forts ont pu être pris.

La Hansa a également participé à certaines de ces opérations. L'équipage a perdu 13 hommes sous le feu ennemi.

 

Après la rébellion des Boxeurs et les travaux de réparation, la Hansa arriva à Nagasaki pour une visite en octobre 1900. Du 30 décembre au 5 mars 1901, le navire fut révisé et retourna ensuite à Tsingtau pour participer à la célébration du Commonwealth d'Australie au nom de l'Empire allemand.

Jusqu'au milieu de l'année 1906, la Hansa fut principalement chargée de voyages de visite et le 4 juillet 1906, elle fut transférée au Reich allemand où elle fut déclassée comme navire de guerre le 26 octobre à Gdansk. D'avril 1907 à mars 1909, la Hansa fut largement modernisée afin de pouvoir l'utiliser comme navire-école, car les navires de la classe Bismarck utilisés jusqu'alors étaient complètement obsolètes et aucune ressource financière n'était disponible pour de nouvelles constructions. Le navire a été remis en service le 1er avril 1909 en tant que navire d'entraînement des élèves-officiers et des garçons de navire et, jusqu'au début de la Première Guerre mondiale, il a fait des voyages d'entraînement en Méditerranée, aux États-Unis et dans les Caraïbes.

 

SMS Hansa après la reconstruction en tant que navire-école

SMS Hansa après la reconstruction en tant que navire-école

 

 

 

Utilisation en temps de guerre:

Avec le déclenchement de la Première Guerre mondiale, SMS Hansa a de nouveau été affecté au service militaire et transféré au nouveau Groupe V. Reconnaissance. Les opérations se limitaient à des tâches de sécurisation en mer Baltique. En raison de la pénurie précoce de personnel à bord de navires de guerre plus grands et plus modernes, le groupe de reconnaissance a été dissous le 16 novembre 1914 et la Hansa a été déclassée. Pendant le reste de la guerre, le navire ne servit qu'à Kiel comme caserne pour les équipages des torpilleurs.

 

 

 

Séjour:

Après la guerre, la Hansa fut retirée de la liste des navires de guerre le 6 décembre 1919 et mise au rebut à Rendsburg.

 

 

 

Données du navire:

Nom:  

SMS Hansa

Pays:  

Empire germanique

Type de navire:  

Grand croiseur

Classe:  

Victoria-Louise-Classe

Chantier naval:  

AG Vulcan, Szczecin

Frais de construction:  

10.270.000 Mark

Lancement:  

12 mars 1898

Mise en service:  

20 avril 1899

Séjour:  

Le 6 décembre 1919, rayé de la liste des militaires et mis au rebut

Longueur:  

110,5 mètres

Largeur:  

17,6 mètres

Enrôler:  

Maximum 7,34 mètres

Déplacement:  

Maximum 6.705 tonnes

Garnison:  

477 hommes

Entraînement:  

18 chaudières à vapeur transversales Belleville
3 machines à mélange vertical à 4 cylindres

Pouvoir:  

10.388 PS (7.640 kW)

Vitesse de pointe:  

18,7 noeuds (35 km/h)

Armant:  

2 × Canon à tir rapide 21,0cm L/40 (116 coups)

8 × Canon à tir rapide 15,0cm L/40(960 coups)

10 × Fusil à tir rapide 8,8cm L/30 (2.500 coups)

10 × pistolet revolver 3,7cm

3 × tube torpille ø 45cm (2 côtés, 1 arc, sous l'eau, 8 coups)

 

 

Armure:

 

Plateau: 40 mm
Remblais: 100 mm
Façades des tours: 100 mm
Plafonds des tours: 30 mm
Casemates: 100 mm
Poste de contrôle: 150 mm

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale

Le corps de bataille de la Marine allemande, Tome 1 : Histoire des cuirassés et croiseurs de la marine impériale Broché – 28 juin 2008

Dans ce premier des deux volumes consacrés aux grandes unités de la marine allemande, Philippe Caresse nous fait une présentation technique et historique de chacun des bâtiments de 1897 à 1918 : vénérables ancêtres hérités de la flotte prussienne, croiseurs cuirassés, nouveaux dreadnoughts et croiseurs de bataille, sans oublier l'exceptionnelle carrière du Goeben. Il traite également jusque dans le moindre détail les batailles qui ont opposé ces puissants vaisseaux de guerre à leur adversaires (Coronel, Falkland, Dogger Bank, Jutland), et dont beaucoup affronteront la mort au mouillage à Scapa Flow.

Cliquez ici!

 

 

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale

Atlas des navires de la Première Guerre mondiale Relié – 14 juin 2007

Les forces navales de la Grande Guerre avec les cuirassés et croiseurs formidablement blindés. En 1914, lorsque débute la Grande Guerre, le symbole de la puissance d'une nation passe par l'importance de sa flotte de combat. Depuis le début du XXe siècle,

Cliquez ici!

 

 

La Grande Guerre en Mediterranee

La Grande Guerre en Mediterranee Broché – 15 mars 2016

En août 1914, placées sous commandement français en Méditerranée, les forces navales avaient pour missions de maintenir la maîtrise de la mer en verrouillant l Adriatique et d assurer la liaison avec la Russie, mais les Alliés allaient rapidement se rendre compte que leur appréciation de situation comportait trois tragiques hiatus. On n avait pas envisagé l entrée en guerre de la Turquie qui, après les revers meurtriers des Dardanelles et de Gallipoli, leur interdirait la liaison avec la Russie et étendrait le conflit à tout le Moyen-Orient. On avait mal mesuré le coût à payer pour enfermer l ennemi austro-hongrois en Adriatique et encore moins pour la lui disputer. Rien n avait été prévu contre le nouvel ennemi sous-marin, et l arrivée des premiers allemands à l est de Gibraltar bouleversait la balance des potentiels. Le « lac franco-anglais » fut progressivement transformé en un champ de tir où les navires de commerce, indispensables à la défense commune, servaient de cibles. Les pertes furent énormes : à titre d exemple, sur les cinquante-cinq navires qui lui furent réquisitionnés, les Messagerie Maritimes en perdirent vingt-neuf. S'appuyant sur des documents d archives inédits ou inexploités, dont le Patro, journal paroissial de Ploudalmézeau, l auteur retrace les grands enjeux du conflit, sans en omettre la dramatique dimension humaine.

Cliquez ici!

 

 

Histoire maritime de la première guerre mondiale

Histoire maritime de la première guerre mondiale Relié – novembre 1992

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand)enEnglish (Anglais)itItaliano (Italien)zh-hans简体中文 (Chinois simplifié)ruРусский (Russe)esEspañol (Espagnol)arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!