La légion romaine

Les légions séparées étaient réussies dans l'empire romain de grandes associations opérant indépendamment, habituellement, de 3. 000 à 6. 000 soldats, cavaliers et auxiliaires et étaient réussies du 6/5ème siècle avant Jésus-Christ jusqu'au 7ème siècle tôt.

Par le fait d'introduire premier une armée de profession, le développement continuel des armes et l'équipement ainsi qu'un haut degré à la formation et Disziplien, les légions mettaient là un facteur essentiel dans l'élargissement de l'empire romain et sa réception.

 

 

Les débuts :

Au temps tôt de l'empire romain, l'indication la légion se rapportait à l'armée militaire totale de Rome. L'armée était divisée seulement par la croissance de l'empire et l'installation de plusieurs armées dans les légions séparées que l'on peut comparer avec les divisions actuelles.

Si les légions étaient équipées au début encore principalement des assujetties à la défense, cela te changeait par la réforme d'armée d'empereur Augustus près de 107 avant Jésus-Christ de l'armée une armée de métier disposée faisait laquelle était déployée Principalement aux frontières de l'empire.

L'origine de la légion était caractérisée par Hopliten-Phalanxen grecs dont l'arme principale des lances étaient et partaient en guerre dans trois Tausendschaften moins de trois Tribunen (tribuni militum). En plus venaient encore 300 cavaliers (centuriae) parmi trois chefs de service (tribuni celerum). Ainsi les légions se composaient au début de 3. 300 hommes, après l'union des Romains de montagne de Palatin avec les Romains de colline de Quirinal, la légion sur 6. 600 hommes était doublée. A ce temps seulement 1 légion qui qualifiait l'armée totale se composait à Rome.

Dans la légion servaient les citoyens de la première publication des bans de 18. jusqu'à une 46ème année. Les années plus âgées avaient à occuper chez soi les fixations de ville. A côté des Romains, des troupes des partenaires d'alliance entraient en action aussi déjà au début, soganannten les alliés latinischen de Rome (socii).

Après l'agrandissement de la sphère d'influence romaine devenaient à partir du 4ème siècle avant Jésus-Christ. aussi déjà plusieurs légions disposé.

 

 

Modèle d'organisation d'une légion

Modèle d'organisation d'une légion

 

 

Modèle d'organisation des troupes auxiliaires

Modèle d'organisation des troupes auxiliaires

 

 

 

Les légions à l'époque de la République Romaine jusqu'en 27 avant J. C.

A l'époque de la République romaine, les légions existaient encore sous forme de milice civile. C'est ainsi que les citoyens de Rome ont été appelés aux armes en cas de guerre, ce qui arrivait assez fréquemment. Tous les cinq ans, les censeurs divisaient les citoyens en cinq classes en fonction de leurs biens, qui déterminaient également le type d'arme auquel le citoyen concerné était affecté. Comme chaque citoyen devait payer son propre équipement, les espèces privilégiées n'étaient accessibles qu'à ceux qui avaient l'argent nécessaire pour se le permettre. Ainsi, les citoyens riches étaient placés dans la cavalerie et appelés équites, les moins riches arrivaient dans l'infanterie et étaient également divisés en trois classes, les plus pauvres arrivant dans l'infanterie légère.
Les citoyens les plus pauvres, les capite censi (en latin : ceux comptés par la tête, puisqu'ils n'avaient pas d'autres possessions à compter) n'avaient pas à servir.

Après la réforme de l'armée par l'empereur Auguste, les légions se composaient de plus en plus de soldats professionnels volontaires. A cette époque, l'armée romaine entière comprenait environ 25 légions qui, cependant, étaient généralement bien en dessous de leur effectif cible de 6 600 hommes en raison de la guerre civile.

Outre les légions, composées principalement de citoyens romains, des troupes dites auxiliaires étaient souvent déployées, ce qui correspondait en nombre à une légion. Ils étaient utilisés comme renforts des troupes à pied ou des unités spéciales, qui surpassaient souvent l'infanterie et la cavalerie romaines en qualité et les remplaçaient même au fil du temps. Par exemple, les archers infaillibles de Crète, les frondeurs des Baléares ou la cavalerie d'origine gauloise et germanique ont été utilisés.

La tâche de la cavalerie de la Légion était donc principalement divisée entre les services de reconnaissance, de messagerie et de compte rendu.
En règle générale, les esclaves servaient de palefreniers et de chauffeurs. Le nombre de serviteurs de chevaux était estimé à 700 par légion, le nombre de chauffeurs à 300. Une légion avait environ 1 200 bêtes de somme à sa disposition.

 

 

 

La réforme de l'armée de Marius 104 avant J. -C.

En raison des défaites croissantes contre les Cimbri, les Teutons et les Ambrons, une réforme de l'armée était devenue inévitable. Bien que de nombreux changements de l'expérience collectée aient résulté des dernières guerres, la réforme de Gaius Marius à partir de 104 avant J. -C. a changé de façon décisive la structure, l'équipement et l'avenir des légions romaines dans un sens positif et négatif.

Entre autres choses, Marius a abaissé le revenu minimum (recensement) pour les recrues, qui a été complètement aboli par la suite. En retour, les soldats n'avaient plus à payer pour leur propre équipement, de sorte que les citoyens les plus pauvres pouvaient aussi rejoindre l'armée et que l'armée tout entière pouvait être progressivement équipée de manière uniforme.

L'aigle de la légion a également été introduit pour augmenter la motivation de la troupe.

Comme les soldats devaient désormais porter leurs propres bagages, voir le rapport sur la légionnaire romaine "Cliquez ici!" la vitesse de marche pouvait être considérablement augmentée, puisqu'il n'était plus nécessaire de tenir compte de la lenteur des routes d'accompagnement. Ainsi, le nombre d'animaux de meute par légion a été réduit à environ 540 animaux.

Un changement décisif a été l'omission de la classification des types d'armes dans la catégorie d'actifs respectifs du citoyen. Au lieu de cela, l'ancienneté était désormais décisive, afin que les soldats les plus expérimentés puissent diriger les troupes.
Après 16 ans de service, l'État a repris les pensions des soldats. Après avoir quitté l'armée, on leur a accordé un terrain sur lequel ils pouvaient s'établir. Comme les revendications des anciens combattants étaient appliquées politiquement par le commandant de l'armée respective, une relation de dépendance très étroite avec le commandant de l'armée respective, ce qu'on appelle la clientèle de l'armée, a surgi. Ainsi, la loyauté des soldats envers leur commandant est devenue plus importante que leur loyauté envers l'État, qui s'est développé plus tard au détriment des guerres civiles et entraînera une partie de la désintégration de l'Empire romain d'Occident.

D'un point de vue organisationnel, Marius a également ajusté la structure des légions.
Par la suite, une légion a existé comme suit :
- 1 légion de 10 cohortes = 3600-6000 hommes
- 1 cohorte de 3 manipulations = 360-600 hommes.
- 1 manipule de 2 siècles = 120-200 hommes ;
- 1 centurion avec 80 hommes
- Chaque légion a également été assignée à 300 cavaliers (equites).

Le commandement a dirigé un héritage, souvent déterminé pour des raisons politiques, auquel six tribunes militaires (pour la plupart très jeunes) ont été assignées en tant qu'officiers d'état-major de la Légion.

 

 

Positions de légion autour de 190

Positions de légion autour de 190

 

 

La Légion de la Première et Haute Epoque Impériale jusqu'en 284 après J. C.

La structure et la structure des légions n'ont guère changé au cours de la première et de la haute période impériale.
L'accent a été mis sur la formation et le stationnement des troupes auxiliaires, qui ont été classées en fonction de leur équipement spécial, par exemple les archers ou leur origine.
Durant cette période, les légions romaines avaient principalement des tâches administratives, des tâches de sécurité aux frontières et le développement de l'infrastructure.

 

 

Légionnaires romains vers 70 après J. -C.

Légionnaires romains vers 70 après J. -C.

 

Soldat auxiliaire vers 175 après J. C.

Soldat auxiliaire vers 175 après J. C.

 

 

 

 

La Légion dans l'Antiquité tardive jusqu'en 602 après J. C.

Le début de l'Antiquité tardive a été marqué par de lourdes défaites contre les Goths et les Sassanides entre 244 et 260. En outre, la guerre civile a continué à faire rage au sein de l'empire, avec pour résultat que d'innombrables légionnaires sont morts, des légions entières ont été détruites et ne pouvaient plus être redressées.

Pour cette raison, l'armée a été réformée par l'empereur Gallien vers 260. Le commandement des légions a été retiré aux sénateurs et les soldats professionnels ont été transférés, la proportion de cavalerie a également été augmentée et les unités d'infanterie tactique ont été réduites.
Grâce à cette restructuration et à l'adaptation aux nouvelles adversités, les légions ont pu remporter d'importantes batailles pendant des décennies, repoussant les Goths, les Francs et les Alamanni et réintégrant avec succès des parties renégates de l'empire. De même, en 282, les légions ont même réussi à piller la capitale sassanide, Ktesiphon.

La réforme de l'armée de Dioclétien dans la période de 284 à 305 a conduit à d'autres changements décisifs : le nombre de légions a été porté à environ 60 et, en retour, l'effectif cible a été réduit à 1 000 soldats. L'équipement des soldats a également changé de façon spectaculaire. Le pilum a été remplacé par un hasta, le gladius a été remplacé par le spatha, la boucle blindée a disparu, et le bouclier rectangulaire a été remplacé par le bouclier rond, largement utilisé par les troupes auxiliaires.
Après la défaite d'Adrianopel en 378, l'armure lourde a été remplacée par une cotte de mailles plus légère pour accroître la mobilité de l'armée.
En outre, le nombre de mercenaires étrangers riches (foederati) qui ont combattu sous leurs propres chefs dans l'armée romaine a augmenté.

 

 

Légionnaire romain vers la fin du 3ème siècle

Légionnaire romain vers la fin du 3ème siècle

 

 

L'armée impériale a finalement été divisée en 320 autour de l'année 320 en
- Armée frontalière (Limitanei)
- Armée de marche (Comitatenses)
- Troupes de garde (Palatini)

Le rôle stratégique de la cavalerie s'accroît régulièrement au fil du temps, ce qui est particulièrement remarquable dans la lutte contre les Sassanides persans avec leurs cavaliers. En retour, l'infanterie perd de plus en plus d'importance, mais ne disparaît jamais du champ de bataille.

Après la bataille d'Adrianopel en 378, l'armée romaine orientale pouvait difficilement être ressuscitée, mais dans l'Empire romain occidental, plusieurs légions ont été complètement détruites lors de la bataille de Musra en 351 et de la bataille de Frigidus en 394.
En raison de la désintégration de l'Empire romain d'Occident à la fin du 5e siècle, les légions romaines d'Occident se sont progressivement dissoutes, à condition qu'elles n'aient pas été détruites auparavant. Dans l'Empire romain d'Orient, cependant, les légions continuèrent d'exister et ne furent dissoutes que dans les batailles avec les Sassanides et les Arabes à la fin du 6ème et au début du 7ème siècle. Parmi les dernières légions, il y a par exemple la legio IV Parthica qui est encore mentionnée sous l'Empereur Mauricius (582-602).

 

 

Cavalerie romaine tôt

Cavalerie romaine tôt

 

Officiers romains

Officiers romains

 

Combattants de lance romains

Combattants de lance romains

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Légionnaires et auxiliaires du Haut-Empire romain

Légionnaires et auxiliaires du Haut-Empire romain Broché – 17 octobre 2010

Sur la base d'une documentation toujours plus large est née la reconstitution historique. Appelée aussi Histoire Vivante. Elle est devenue une auxiliaire reconnue de l'étude historique et archéologique. L'Histoire Vivante permet de mieux comprendre la vie des temps anciens dans son quotidien. En revivant dans les mêmes conditions, avec les mêmes costumes et le même armement que ceux qui les portèrent. Les membres de l'armée romaine, à l'époque de sa domination incontestable sur le monde qui durera trois siècles, furent équipés d'armements très différents. Légionnaires et auxiliaires possédaient une panoplie extrêmement variée d'armes et de costumes qui évoluèrent sans cesse avec le temps. Très loin des images du péplum ou de la bande dessinée, les combattants de la seule armée qui contrôla tous les pars du pourtour méditerranéen se révèlent dans leur efficacité et leur variété.

Cliquez ici!

 

 

Le légionnaire romain: Ier siècle av. J.-C.

Le légionnaire romain: Ier siècle av. J.-C. Broché – 20 mars 2014

Ce fascicule, 2e édition revue et augmentée du premier opus paru en septembre 2008, s’intéresse au légionnaire romain de la fin de la République. Il aborde les réalités de la conquête, en Gaule comme en Orient, autour du Ier s. av. J.-C., à une époque où l’ambition politique de grands généraux devient le moteur des entreprises militaires. Il ne s’agit pas de ne faire qu’un récit de batailles, ou de vanter les qualités de l’armement du légionnaire, mais de montrer ce qui fait la force de la légion manipulaire (organisation, discipline...) par rapport aux autres armées de l’Antiquité.

Cliquez ici!

 

 

Les alouettes : Histoire de la légion gauloise de César

Les alouettes : Histoire de la légion gauloise de César Broché – 16 octobre 2007

Les légions romaines ont toujours fasciné et inspiré. Durant la fin de l'Empire romain, des érudits cherchaient déjà à comprendre les raisons de leur succès pour tenter de renouer avec le glorieux passé d'une Ville Éternelle, paradoxalement moribonde. Le Moyen-Age puis la Renaissance regardèrent à leur tour l'armée romaine comme le modèle de l'efficacité militaire, faisant largement référence aux traités anciens. L'époque moderne et contemporaine étudièrent à leur suite la stratégie des grands généraux pour l'enseigner dans les écoles militaires. Des siècles d'intérêt nous permettent aujourd'hui - avec raison - de bien connaître cette armée romaine, dans sa structure et ses tactiques. Mais la vision du chercheur moderne reste généralement globale et impersonnelle. En choisissant de raconter l'histoire d'une légion en particulier, cet ouvrage remet justement en lumière la vie et les actions de ces soldats anonymes, qui façonnèrent cet Empire millénaire à coups de glaive et de pioche. La légion en ligne de mire n'est pas n'importe quelle unité : il s'agit de la célèbre légion des " Alouettes ", créée par César avec des Gaulois de la " Gaule togée ", c'est-à-dire déjà romanisée, à une époque où l'autre Gaule, la " chevelue ", la barbare, tente de chasser le proconsul hors de ses, frontières. Très vite, cette légion se fond dans la masse et perd la spécificité de son origine. Mutée sous d'autres cieux, elle parcourt l'Empire, de l'Afrique à la Germanie, de l'Espagne à l'Arménie, connaissant des heures sombres, la routine des cantonnements, mais aussi des moments de gloire, tout au long des cent vingt ans de sa brève existence racontée dans ce livre.

Cliquez ici!

 

 

Légionnaires et auxiliaires : Sous le Haut-Empire romain

Légionnaires et auxiliaires : Sous le Haut-Empire romain Broché – 9 juin 2006

Sur la base d'une documentation toujours plus large est née récemment la reconstitution historique, appelée aussi Histoire Vivante. Elle est devenue une auxiliaire reconnue de l'étude historique et archéologique. L'Histoire Vivante permet de mieux comprendre la vie dans son quotidien en revivant dans les mêmes conditions, avec les mêmes costumes et le même armement que ceux qui les portèrent. Les membres de l'armée romaine, à l'époque de sa domination incontestable sur le monde qui durera trois siècles, furent équipés d'armements très différents. Légionnaires et auxiliaires possédaient une panoplie extrêmement variée d'armes et de costumes qui évoluèrent sans cesse avec le temps. Très loin des images du péplum ou de la bande dessinée, les combattants de la seule armée qui contrôla tous les pays du pourtour méditerranéen se révèlent dans leur efficacité et leur variété.

Cliquez ici!

 

 

Les légions romaines: L'armement à travers mille ans d'histoire

Les légions romaines: L'armement à travers mille ans d'histoire Relié – 16 novembre 2006

Quel était l'équipement des divisions de l'armée la plus puissante du monde antique ? Un voyage passionnant au coeur de la romanitas conquérante et guerrière, à la découverte de l'armement qui accompagna dix siècles de conquêtes.

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)


Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
Loading cart ...