Le déclin de l’empire romain d’ouest

La période de 27 av. J. -C. à 180 est souvent appelée Pax Romana (paix romaine). Durant cette période, l'Empire romain n'avait guère de projets d'expansion et n'avait à faire face qu'à quelques précipitations de soulèvements internes ou à la sécurisation de ses frontières.

Mais déjà à cette époque, Rome, en particulier la légion romaine, a montré ses limites. Dans la célèbre bataille de Varus (également connue sous le nom de bataille de la forêt de Teutoburg), pas moins de trois légions ont été détruites par les troupes d'Arminius. Bien que la vengeance de Rome soit venue peu de temps après par des expéditions punitives, l'assujettissement des tribus germaniques n'a jamais réussi comme celui des Gaulois, par exemple.

 

 

Bataille de Varus (Bataille de la forêt de Teutoburg)

Bataille de Varus (Bataille de la forêt de Teutoburg)

 

 

En Grande-Bretagne aussi, les légions ont atteint les limites de ce qui était possible. Bien que Rom ait conquis le sud de l'Angleterre par un coup d'état surprise, la résistance dans la province du Pays de Galles n'a pu être brisée qu'après 16 longues années. L'expansion vers le nord s'est avérée moins difficile, les tribus écossaises de la Légion ont fourni une résistance déficitaire. Ainsi, en 122, Rome n'avait d'autre choix que de sécuriser sa frontière nord en construisant un mur, le mur d'Hadrien. Plus tard, il a été remplacé par le mur d'Antoninus en l'an 142, mais il ne pouvait être conservé que pendant 20 ans.

 

 

Le mur d'Hadrien et plus tard le mur d'Antoninus.

Le mur d'Hadrien et plus tard le mur d'Antoninus.

 

Les vestiges actuels du mur d'Hadrien en Angleterre

Les vestiges actuels du mur d'Hadrien en Angleterre

 

 

D'autres preuves de la lente désintégration de l'empire sont les soulèvements en cours dans les différentes provinces.
En 66, par exemple, la Judée, dont le soulèvement en 70 après J. C. par les Romains a conquis la ville de Jérusalem et détruit son temple. Bien que la Judée ait tenu la forteresse de Masada pendant trois autres années, ils n'ont pas pu s'opposer à l'assaut romain, de sorte qu'ils ont échappé à la capture avec un suicide de masse.

Grâce à d'autres conflits entre le dirigeant romain Trajan et les Parthes sur le territoire d'Israël d'aujourd'hui, la plus grande expansion de l'Empire romain pourrait être établie jusqu'en l'an 117. Mais les frontières du Moyen-Orient ne vous ont pas permis de rester, de sorte que peu de temps après, les légions ont commencé à revenir à des positions plus défendables. La pression subséquente des Parthes à l'est et des tribus germaniques au nord-est ne pouvait plus être contrée par Rome.

 

 

Empire romain 117 après J. C.

Empire romain 117 après J. C.

 

 

 

L'Empire tardif

La dernière phase de l'Empire romain d'Occident était dominée par les tribus germaniques. Que ce soit en tant que troupes auxiliaires de la légion romaine ou en tant qu'ennemis, la loyauté des tribus s'est souvent estompée et les ennemis sont devenus des alliés ou l'inverse.

Mais non seulement les tribus germaniques montantes étaient responsables de la chute, mais aussi la faible direction politique, le manque de ressources et les légions affaiblies ne pouvaient plus tenir l'empire ensemble.
A la fin du IIIe siècle, les légions n'étaient plus purement romaines, en raison de l'utilisation de légionnaires des provinces subjuguées des siècles derniers, les légions étaient composées des origines ethniques les plus diverses. De plus, la rareté des ressources s'est fait sentir dans la qualité de l'équipement, tout comme le manque de soldats volontaires.

La bataille de Frigidus en 394 est un exemple de l'échec du système romain et de l'éclatement de l'empire. Ainsi, l'armée romaine orientale sous l'empereur Théodose était sous la direction du général Stilicho, qui lutta contre l'Arbogast franconien avec ses usurpateurs. Pour Stilicho´s troupes appartenaient à un grand contingent de Wisigoths sous le chef Alarich, qui a maraudé la région après la victoire. Les anciens alliés sont rapidement devenus des ennemis, ce qui n'était plus un incident isolé à l'époque. En 410, après la mort de Stilicho´s, les Wisigoths ont pillé Rome. Après 800 ans, la ville tomba pour la première fois entre les mains de l'ennemi. Mais quelques années plus tard, Rome a demandé à ces Wisigoths de l'aide pour affronter un autre ennemi germanique, les Vandales.

Une autre preuve de la décadence a été le pillage du chef Hun Attila, qui a erré dans l'Empire romain d'Occident pendant une décennie et a semé la peur et la terreur avec ses raids. Bien que ceux-ci aient pris fin avec la mort naturelle d'Attila en 453, la désintégration de l'Empire romain occidental battait déjà son plein à cette époque et ne pouvait plus être arrêtée.

 

 

Attila le Roi Hun

Attila le Roi Hun

 

 

 

Après la décomposition

La chute de l'Empire romain d'Occident est généralement datée de 476, lorsque le commandant germanique Odoaker déposa l'empereur romain Augustulus, mais reconnut l'empereur de l'Empire romain d'Orient Zenon à Constantinople.
Après la déposition d'Augustulus, de nouveaux royaumes germaniques sont apparus. Ainsi les Francs fondèrent un empire en Gaule sous Clovis, les Wisigoths régnèrent en Espagne dès lors et en 493, après sa défaite contre les Wisigoths, Odoakar ne régna en Italie qu'en tant que gouverneur de l'Empire romain d'Orient.

 

 

L'Europe après l'effondrement de l'Empire romain d'Occident

L'Europe après l'effondrement de l'Empire romain d'Occident

 

 

 

 

 

Vous trouverez ici la documentation appropriée:

 

Histoire de la Rome antique: Les armes et les mots

Histoire de la Rome antique: Les armes et les mots Poche – 16 novembre 2010

Rome, maîtresse du monde. Les douze siècles de l’histoire romaine ont longtemps constitué le passage obligé d’une éducation humaniste. Ils pâtissent aujourd’hui des clichés et des anachronismes répandus par le cinéma et le roman. Aristocrates républicains idéalisés en défenseurs des libertés modernes, empereurs rabaissés au rang de tyrans maniaques, premiers chrétiens confinés dans l’obscurité des catacombes. Autant de généralités hâtives que Lucien Jerphagnon s’emploie à combattre, avec un bonheur d’écriture, une densité de réflexion et un humour souvent corrosif qui sont un véritable régal.
Synthèse d’histoire politique, militaire, sociale et intellectuelle, nourrie des derniers acquis de la recherche, ce livre est aussi une vaste fresque où se côtoient grands seigneurs, mécènes, poètes et philosophes. Tous ont contribué à bâtir cette civilisation fascinante dont l’héritage imprègne, aujourd’hui encore, notre pensée et notre langage.

Cliquez ici!

 

 

SPQR. Histoire de l'ancienne Rome

SPQR. Histoire de l'ancienne Rome. Broché – 13 octobre 2016

L'ancienne Rome continue de soutenir l'édifice de la culture occidentale, de façonner notre vision du monde et la place que nous y occupons. Mais comment et pourquoi ce qui n'était qu'un village insignifiant dans le centre de l'Italie a-t-il pu devenir une puissance à ce point dominante, exerçant son autorité sur un vaste territoire déployé à travers trois continents et façonnant nombre de nos concepts fondamentaux sur le pouvoir, la citoyenneté, la guerre, l'empire, le luxe ou la beauté ? Pour y répondre, Mary Beard retrace mille ans d'histoire de l'Urbs, du mythe fondateur de Romulus et Remus à l'édit de l'empereur Caracalla offrant la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'empire (IIIe siècle).
Ce faisant, l'auteur conteste les perspectives historiques confortables, refusant l'admiration simpliste ou la condamnation systématique. Elle montre que l'histoire romaine, loin d'être figée dans le marbre, est constamment révisée en fonction de nouvelles connaissances. Rome ne fut pas, par exemple, le petit frère violent de la Grèce, féru d'efficacité militaire, là où son aînée aurait au contraire privilégié la recherche intellectuelle. De célèbres personnages – Cicéron, César, Cléopâtre, Auguste et Néron – prennent ainsi une tout autre couleur, tandis que les acteurs négligés dans les histoires traditionnelles – les femmes, les esclaves et affranchis, les conspirateurs et, globalement, ceux qui ne sont pas du côté des vainqueurs – retrouvent leur place dans l'éblouissante aventure romaine.
SPQR – Senatus PopulusQue Romanus – est l'abréviation qu'utilisent les Romains pour désigner leur État. À travers ce livre exceptionnel, ponctué par une centaine d'illustrations, le Sénat et le Peuple de Rome reprennent vie.

Cliquez ici!

 

 

Géopolitique de l'Empire Romain

Géopolitique de l'Empire Romain Broché – 12 novembre 2014

Comment s'est constitué et comment a pu s'installer, dans la longue durée, un empire rassemblant les peuples les plus divers, dont les frontières s'étendaient sur 17 000 km, et dont la sécurité n'était assurée, dans les conditions de l'époque, que par une trentaine de légions représentant, avec leurs auxiliaires, une force de 250 000 hommes ? Cet ouvrage analyse les conditions politiques, militaires, économiques et idéologiques qui ont permis à la petite cité du Latium de s'imposer à l'Italie puis à l'ensemble du bassin méditerranéen. Il permet de comprendre comment, au fil des siècles, le pragmatisme des généraux et des empereurs leur a permis d'exploiter au mieux les moyens dont ils disposaient et les conditions géographiques très diverses que présentait ce vaste ensemble territorial, pour en assurer l'expansion et la préservation. Des guerres puniques aux invasions barbares, en passant par les guerres contre les Germains et l'Iran, et par la défense du pseudo limes, cet ouvrage nous offre une passionnante découverte des ressorts de la puissance romaine.

Cliquez ici!

 

 

La norme sous la République et le Haut-Empire romains : Elaboration, diffusion et contournements

La norme sous la République et le Haut-Empire romains : Elaboration, diffusion et contournements Broché – 9 mars 2017

Cet ouvrage croise les compétences de spécialistes de l'histoire du droit, de l'histoire politique, militaire, intellectuelle, culturelle, sociale et religieuse, afin de faire émerger les lieux et les instances de production des normes ainsi que les espaces de résistance aux contraintes normatives. Une trentaine de contributions de chercheurs français, allemands, belges, suisses et italiens, permettent d'aborder le problème complexe de la normativité à Rome sous des angles de réflexion variés. Le rôle des traditions savantes (la philosophie, le théâtre, la poésie, l'histoire, notamment) dans la "fabrique de la norme" a été l'objet d'une attention toute particulière. La norme en matière religieuse est également évoquée grâce à une réflexion croisée menée par des spécialistes de la religion romaine traditionnelle, des cultes isiaques et des religions monothéistes. Un troisième axe aborde l'influence des institutions et des élites dans la genèse des normes, à travers l'analyse de diverses magistratures, du rôle du Sénat ou encore de la fonction de prince. Ce volet est complété par des études sur le populus, sur les tribuns de la plèbe ainsi que sur les assemblées populaires. Enfin, après une réflexion sur la place de l'armée et des guerres civiles du 1er s. a.C. dans la création de nouvelles normes, les modalités de diffusion de celles-ci (à travers la monnaie, les graffitis, les exempla ou encore la législation) font l'objet de plusieurs études.

Cliquez ici!

 

 

La Chute de l'empire romain

La Chute de l'empire romain Édition Collector

La Chute de l'empire romain (The Fall Of The Roman Empire), 1 Blu-ray, 177 minutes

Cliquez ici!

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe) esEspañol (Espagnol) arالعربية (Arabe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!
Loading cart ...