Mortier de 270 mm modèle 1885

Le mortier de 270 mm modèle 1885 faisait partie d'une série d'artillerie lourde exigée par l'armée française pour les futures guerres après la guerre franco-prussienne perdue.

Après la guerre franco-prussienne de 1870 à 1871 et la défaite contre l'Allemagne, l'armée française doit se reconstruire et se restructurer.

Le 11 mai 1874, la Commission d'artillerie nouvellement créée a donc commandé des canons lourds de calibre 120 mm, 155 mm et 240 mm et des mortiers de calibre 220 mm et 270 mm.

Le colonel de Bange, qui développa également d'autres canons d'artillerie, commença alors la construction d'un mortier lourd d'un calibre de 270 mm. Contrairement à ses prédécesseurs, le mortier était entièrement fait d'acier pour rendre le canon plus stable et plus sûr. La culasse utilisée est celle développée par de Bange lui-même. Le système de recul se composait d'un support de canon en forme de U contenant le cylindre du canon et d'une plate-forme de tir légèrement inclinée avec des tampons hydrauliques. Lors du tir des grenades, la vitesse de recul pouvait ainsi être considérablement ralentie par le tampon et le mortier glissait de nouveau dans sa position initiale par les rails fixés, de sorte que l'arme n'avait pas à être réajustée après chaque tir.

En 1885, le mortier est présenté au Haut Commandement de l'armée française. Par la suite, une commande a été passée pour la construction de 32 mortiers qui ont été utilisés exclusivement dans les forteresses françaises.

 

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale et le début de la guerre du front occidental en 1915, il est devenu évident que les canons de campagne légers utilisés par l'armée française étaient inadéquats en portée et en puissance de pénétration pour les positions allemandes fortifiées. On commença donc à amener les canons lourds des forteresses au front.

A cette époque, la totalité des 32 mortiers de 270 mm produits était encore disponible. Ceux-ci pouvaient être démontés pour le transport et amenés à l'avant avec un total de 4 chariots et chevaux. Certains des mortiers étaient également montés sur des wagons qui longeaient les rails français à voie étroite à l'avant. Contrairement aux positions fixes, l'assemblage n'a pas pris 8 heures mais les mortiers pouvaient être simplement déplacés dans la position correspondante. Le transport des munitions nécessaires peut également s'effectuer par rail.

Les 32 mortiers sont restés sur le front ouest jusqu'à la fin de la guerre. Après la guerre, ils ne sont plus utilisés par l'armée française en raison de leur faible portée.

 

 

Mortier de 270 mm modèle 1885

 

 

 

Feuille de caractéristiques:

Désignation: Mortier de 270 mm modèle 1885
Pays de fabrication: France
Année de lancement: 1885
Nombre: 32 pièces
Calibres: 270 mm
Longueur de tube: 3,35 mètres
Assortiment: Maximum 8.000 mètres
Pondération: 16,5 tonnes

 

 

 

 

 

This post is also available in: deDeutsch (Allemand) enEnglish (Anglais) itItaliano (Italien) zh-hans简体中文 (Chinois simplifié) ruРусский (Russe)

Les commentaires sont fermés.

error: Content is protected !!